Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Vers une nouvelle politique de « containment » ?


« L’idée de marché s’ajustant de lui-même est pure utopie »
Karl Polanyi.
« Nous sommes trop grands pour être menés à la baguette, trop fiers pour être des suiveurs et trop indépendants pour être des clients ».
K. Natwar Singh / Ministre des Affaires étrangères indiens




Thierry Charles
Thierry Charles
Au sortir de la deuxième guerre mondiale, l'administration américaine du président Truman trouva face à elle une nouvelle puissance mondiale, l'URSS. Une politique s'imposa le « containment » : stopper l’expansion de l'URSS, la contenir puis la faire reculer.

Aujourd'hui, l’émergence de l’Inde de la Chine et des pays « low cost » effraie un grand nombre d’industriels beaucoup plus qu'elle ne séduit. L'ère du « containment » a-t-elle sonnée pour l’Europe ?

N’oublions pas que le libre échange européen du XIXème siècle était verrouillé par d’immenses empires qui tenaient le monde d’une manière que nous ne pouvons plus imaginer. Au demeurant ni les investissements ni les échanges n’ont empêché les pays de l’Europe de s’entre-déchirer les uns les autres d’une façon sans précédent au 20ème siècle.

Et s’il n’était pas nécessaire que la production soit globale pour connaître le succès ? Et s’il n’y avait pas de destinée globale noble à déplacer des objets inanimés sur de vastes distances ? Et si l’idée même de globalisation n’était-elle pas tout simplement en train de s’estomper, selon les prévisions de l’essayiste John Saul ?

Les structures actuelles commencent à ressembler aux complexités du haut Moyen Age où il n’existait pas de centre. Néanmoins, le haut Moyen Age et la Renaissance étaient riches en « guildes professionnelles » et en système commerciaux complexes.

Aussi, le Gouvernement se doit d’être volontariste pour aider les PME aussi bien à naître qu’à survivre et pourquoi pas grossir. Les entreprises en appellent désormais à un « nationalisme positif », au-delà de simples ajustements techniques ou d’ouvertures de nouveaux marchés.

Et si on veut bien considérer notre histoire, on constate que les changements qui ont le plus apporté ont le plus souvent été locaux. Pour preuve encore les succès de la Suède ou de la Finlande qui se sont réformées sur une base locale tout en restant capables de faire face à la situation internationale.

Car, à force de suivre des théories globales abstraites, issues des meilleures « business schools » dont l’imbrication avec les grandes entreprises dirigées par des technocrates ont eu pour effet de nous faire confondre « management » et « leadership », les pouvoirs publics ont perdu le contact avec ceux dont la vie est affectée par leurs méthodes administratives.

Au premier rang desquelles les PME.

Thierry CHARLES
Docteur en droit
Directeur des Affaires Juridiques d’Allizé-Plasturgie
Membre du Comité des Relations Inter-industrielles de Sous-Traitance (CORIST) au sein de la Fédération de la Plasturgie

t.charles@allize-plasturgie.com

Mercredi 21 Mai 2008
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs