Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Reprise : des allègements fiscaux en préparation. Est-ce la bonne réponse ?


Nicolas Sarkozy a annoncé hier, à l’occasion des entretiens annuels de l’Association des moyennes entreprises patrimoniales (Asmep) deux mesures visant à faciliter l’acquisition d’entreprises, notamment familiales : d’une part la déduction des intérêts des emprunts consentis pour racheter l’entreprise du revenu du repreneur, et d’autre part la réduction du coût fiscal de l’acquisition.




Je salue bien évidemment ces initiatives, qui ne sont pour l’heure qu’à l’état de projet, mais qui j’espère se transformeront très prochainement en réalité. Il est vrai, comme l’indiquent Les Echos d’aujourd’hui, que moins de 10% des transmissions d’entreprises sont familiales en France, contre 58% en Allemagne. Cependant, ces chiffres trouvent-t-ils leur raison d’être dans les seules lourdeurs fiscales françaises ?

Je ne le crois pas. Reprendre une entreprise n’est pas qu’une affaire de transmission à un héritier comme je l’indiquais dans mon précédent billet. Reprendre participe d’un désir et nécessite des qualités (autonomie, intuition, pragmatisme, écoute, capacité de travail, résistance au stress, etc.) qui ne se transmettent pas nécessairement de père en fils. En complément de l’expérience opérationnelle et managériale et des compétences métier et sectorielle – ce qui n’est déjà pas rien ! -, il faut « être » entrepreneur....

suite : www.pascal-houillon.com/houillon/2008/03/reprise-des-all.html

Lundi 10 Mars 2008
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs