Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Observatoire de l’Institut Sage : préoccupations et priorités des dirigeants de PME françaises face à la crise


Les points clés de l’étude de l’Institut Sage : L’Institut Sage a interrogé 403 dirigeants d’entreprises en février 2009 dans différents secteurs d’activité (commerce/négoce, industrie/construction, services) pour identifier leurs préoccupations pour 2009. Les tendances générales font ressortir un état d’esprit vigilant mais également des disparités sectorielles.




Observatoire de l’Institut Sage : préoccupations et priorités des dirigeants de PME françaises face à la crise
- Les dirigeants d’entreprises ne cèdent pas à la panique, la majorité des dirigeants s’estime avant tout vigilants.

- Les principales préoccupations concernent d’abord le client (64%), puis la trésorerie (38%).
Les dirigeants se disent être dans une dynamique de conquête commerciale : priorité au développement du portefeuille clients, mentionné plus souvent que la fidélisation (respectivement 69 et 60%). Cette tendance est particulièrement affirmée pour le secteur du commerce / négoce (respectivement 74 et 55%).

- Tous secteurs confondus, l’innovation est privilégiée : le développement de nouveaux produits / services pour répondre aux attentes qui émergent avec la crise est cité par 80% des dirigeants contre 36% pour la rationalisation de l’offre existante.

- Selon les secteurs, les entreprises vont utiliser différents leviers internes pour faire face à la crise : réorganisation de l’outil de production et des méthodes de travail, politique de mobilité et de valorisation des talents, etc.

- La sécurisation de la trésorerie est une priorité absolue pour les dirigeants du secteur de l’industrie et de la construction : 98% d’entre eux mentionnent cet aspect contre 82% tous secteurs confondus.

Les dirigeants ne cèdent pas à la panique
Interrogés sur leur état d’esprit général pour l’année 2009, les dirigeants sont dans une position de vigilance pour la grande majorité (52%) et se montrent finalement peu inquiets (13% seulement). Certains sont opportunistes (10%) ou attentistes (11%) voire même sereins (14%).

Cet état d’esprit vigilant s’explique par le fait qu’une majorité de dirigeants anticipe ou ressent des répercussions indirectes du contexte économique sur leur entreprise à travers certains clients touchés (47%). 28% estiment que leur secteur est directement impacté par la crise.

Une majorité de dirigeants estime avoir besoin de mesures gouvernementales pour faciliter l'investissement ou assouplir les charges (55%), 20% estiment disposer de tout le potentiel nécessaire en interne pour faire face à la situation et 14% apprécieraient de pouvoir échanger leurs expériences et bonnes pratiques avec d'autres dirigeants.

Source : Observatoire de l’Institut Sage
Source : Observatoire de l’Institut Sage

Les dirigeants d’entreprises de services sont ceux qui attendent le moins des pouvoirs publics : 44% contre 55% tous secteurs confondus.

Les principales préoccupations des dirigeants par secteur en 2009
La politique commerciale est le premier sujet de préoccupation, le client est cité en premier par 64% des dirigeants, mais dans une posture dynamique : la conquête de nouveaux clients est mentionnée plus souvent que la fidélisation (69% contre 60%). Cette tendance est particulièrement importante dans le secteur du commerce / négoce (74% contre 55%).

Le financement (trésorerie, conditions et sources de financement…) vient en deuxième position et est mentionné par 38% des dirigeants interrogés, devant la relation avec les fournisseurs (27%) ou la gestion des ressources humaines (24%). La sécurisation de la trésorerie est la priorité absolue (82%), surtout dans le secteur de l’industrie /construction (98%).

Le secteur des services a l’intention la plus forte de renégocier les conditions bancaires (46% contre 30% tous secteurs confondus). La relation avec les fournisseurs est la troisième priorité des dirigeants interrogés. Une attention particulière y est portée dans le secteur de l’industrie / construction avec 36% contre 27% tous secteurs confondus.

Les dirigeants de ce secteur souhaitent en particulier renégocier les tarifs (89% d’intentions), voire chercher de nouveaux fournisseurs (31%) pour réduire les coûts ou développer la qualité.

Parmi les dirigeants qui déclarent qu’ils vont d’abord se concentrer sur les produits en 2009, plus des trois-quarts privilégieront l’innovation avec le développement de nouveaux produits / services pour répondre aux attentes qui émergent avec la crise (80% tous secteurs confondus) plutôt que la
rationalisation de l’offre existante (36%).

Des leviers différents pour faire face à la crise
Les stratégies des dirigeants sont très diverses face au contexte économique, ils vont actionner plusieurs leviers pour retrouver du souffle. Ils se montrent très partagés sur la question des ressources humaines entre recrutement (32% d’intentions), réduction des effectifs (32%) et optimisation grâce à la mobilité ou à la valorisation des talents (36%).
La situation est moins optimiste dans le secteur du commerce / négoce avec une plus grande volonté de réduire les effectifs (43%) et un intérêt moindre pour le recrutement (21%).

Source : Observatoire de l’Institut Sage
Source : Observatoire de l’Institut Sage

La grande majorité pense à réorganiser les méthodes de travail et les processus métiers (71% d’intentions et 83% dans le secteur du commerce / négoce), loin devant la réorganisation des outils de production (29%).
Cette tendance est moins accentuée dans le secteur de l’industrie / construction dans lequel ces deux leviers sont cités à voix presque égales autour de 50%.

Si un dirigeant sur deux envisage de se concentrer sur son coeur de métier, 40% envisagent de saisir des opportunités de croissance externe pour atteindre une taille significative ou se renforcer.

Dans le secteur de l’industrie / construction, la majorité des dirigeants (59%) dit qu’ils se canaliseront sur la recherche de débouchés à l’international, alors que dans les secteurs des services et du commerce / négoce, 2009 sera majoritairement une année de concentration sur le coeur de métier (respectivement 59% et 55%).

Source : Observatoire de l’Institut Sage
Source : Observatoire de l’Institut Sage

A propos de L’Institut Sage
La mission de l’Institut Sage est d’accompagner les entrepreneurs dans la conduite de leurs projets dans un environnement en mutation. À travers une plateforme d'échanges (un réseau social d'entrepreneurs et des rencontres régulières), ses études, et les contributions directes de dirigeants d’entreprises, d’économistes et d’universitaires, l’Institut Sage entend favoriser l’émergence de réponses adaptées pour les entrepreneurs.
Son premier sujet : la réussite durable du projet de reprise d’entreprise. « En fondant l’Institut Sage, j'ai voulu prolonger une initiative personnelle et lui donner une nouvelle dimension. Il manquait aux entrepreneurs français un lieu de dialogue libre et indépendant, hors des cadres représentatifs habituels, afin qu’ils trouvent des conseils utiles à la croissance de leur activité. Qui mieux qu’un entrepreneur pour accompagner un autre entrepreneur ? C'est la mission de l'Institut Sage : entreprendre, partager, progresser. » - Pascal Houillon, Président de Sage en France

www.institut-sage.com

Lundi 6 Avril 2009
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News