Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Morning Briefing by Finyear Coffee - 21 mars 2014


Quotidien du Financier : commentaires marchés, actus corporate finance, chiffres marchés. Tableau de bord financier : cotations, indices et taux. Plusieurs mises à jour quotidiennes by Finyear Coffee.




Marchés : commentaires du jour

Morning Briefing by Finyear Coffee - 21 mars 2014
13:00

Calmer European Markets; Eyes On Russia & Fedspeak - ETX Capital

Equity markets in Europe adopt a calm mood Friday, helped by gains in Asian markets overnight. Ongoing geopolitical tensions in the Ukraine together with Fed chair Yellen’s remarks regarding monetary tightening keep us anxious in general but as we head to the end of the week, traders are demonstrating a level of comfort.

The Fed’s bank stress tests released overnight were better than expected, showing US banks are actually in much better shape than many had thought. Tougher sanctions by the US warrant some concern as President Obama noted that although these sanctions stand to hurt the Russian economy, these new stricter sanctions could eat away at global growth. Obama also imposed sanctions on Bank Rossiya, which the US government believe to be the personal bank for senior Russian officials – this led to Russia imposing sanctions on the US too. The escalation here is particularly worrying as rating agencies are now taking action. S&P cut Russia’s rating outlook to negative on Thursday followed by Fitch today. This prompted more than 3% drop for the Moscow stock index and further declines for the Rouble currency.

As a result, Russian bonds rose sharply as yields fell – Putin is currently signing the ratification of Crimea annexation – adding further fuel the fire in the political standoff between the West and Russia. The US is in a position to exert harsher sanctions but that’s not being replicated by the EU who have more to lose due to the closer trade links and reliance on Russia. So far, the EU’s sanctions have been incremental and perhaps not hard enough to hurt Russia’s growth prospects. That’s likely to be the case for some time with the US and Russia likely to be battling it out with the EU standing on the side of the ring, offering support to the US but ultimately, restrained to cause significant damage to Russia for the time being.

For financial markets at the moment, the Fed’s monetary tightening intensions appear to be a bigger deal – Fed chair Janet Yellen indicated the central bank could raise rates as early as April 2015, much earlier than expectations. Her comments shook investors who were resolute with the prospects of low interest rates for an extended period. Yellen however, was right to call for rate increases, if indeed, the US economic fundamentals justify monetary tightening.

With the Fed operating a ballooned balance sheet, cutting stimulus measures need to coincide with monetary tightening or else the central bank risks causing bubbles in the money markets which could be detrimental for the US economy. The Fed’s message is clear; we are taking the punchbowl away and the party is really coming to an end. That’s a sensible move so long as the US economy booms over the next few months. Across asset classes; the USD is on the backfoot after adding gains on the back of Yellen’s comments regarding rate-hikes, whilst US stock futures are indicating a firmer open on Wall Street.

Gold prices are performing well – up around 10 bucks and in a sign of increase risk appetite, core government bonds are losing steam with UK gilts and German bunds both broadly flat. Fed speakers are lining up to speak about policies – later today we have St. Louis Fed head James Bullard and Dallas Fed head Fisher scheduled to speak. Look out for Fed governor Jeremy Stein and Minneapolis Fed head Kocherlakota who was the lone dissent to this week’s decision by the Fed.

Ishaq Siddiqi
Market Strategist
ETX Capital
www.etxcapital.com

-----------------------------------------------------------------

09:30

Good Morning Finyear Readers!

European markets are trading higher this morning mirroring market action in the US and Asia overnight as better than expected US economic data and positive bank stress tests results managed to draw some attention away from the Crimean crisis.
EU and the US placing further sanctions on Russia overnight had little to no impact on markets mainly because this was widely expected anyway and the sanctions themselves so far have been limited to individuals only. As there have been no general trade or energy sanctions so far there should be no negative fallout for global growth at this stage.
Furthermore the less new significant developments are taking place concerning the Crimean crisis the more likely traders will increasingly pay attention again to economic and corporate data. There is very little data out today, while focus will to a certain degree remain on Crimea for now traders will also turn their attention to the expiry of stock index futures, stock index options and stock options which all expire today and is generally called ‘triple witching’.
Later tonight we have a couple of important Fed speakers, it will be interesting to see if they will echo Fed chief Yellen’s comments concerning interest rates made during the FOMC press conference which led to stocks selling off heavily or if her colleagues will attempt to sound a bit less set on raising rates next spring.
Overall sentiment for stocks continues to brighten up bit, as the global recovery seems to be on track and uncertainty concerning Crimea continues to fade.

Thank you.
Kind regards,

Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst
Peregrine & Black

www.peregrineblack.com

-----------------------------------------------------------

09:00

L'incertitude domine toujours sur les marchés

Marchés Actions : Sur les marchés actions, l'annonce par la présidente de la Réserve fédérale américaine d'un relèvement des taux d'intérêts d'ici le printemps 2015 a bousculé les principaux indices mondiaux ce jeudi. Faute de nouveaux catalyseurs en Europe, les investisseurs ont éprouvé des difficultés à négliger cet effet d'annonce qui a surpris l'ensemble des marchés. La séance après avoir débuté en demi-teinte a finalement pris une tournure plus positive, notamment aux Etats-Unis à la suite de nouveaux chiffres encourageants sur la santé économique du pays. Nous retiendrons notamment l'activité manufacturière dans la région de Philadelphie qui a fait un bond à 9,0 en mars alors que les analystes s'attendaient à un regain de seulement 3,8. Les chiffres de l’emploi ont également été bien accueillis : les inscriptions hebdomadaires aux allocations chômage sont ressorties moins élevées que prévu. Il n'en fallait pas moins pour redonner confiance aux investisseurs, qui ont immédiatement porté les indices américains dans le vert en cours de séance, malgré un contexte géopolitique tendu en Ukraine. Le Dow Jones a ainsi terminé en hausse de 0,67% à 16 331,05 points. Le S&P500 continue d’évoluer sur des plus hauts à 1 872,01 points, en gagnant près de 0,60% au cours de la séance. Le Nasdaq a quant à lui progressé de 0,27% à 4 319,29 points. Auparavant en Europe, le CAC 40 s’est adjugé 0,46% à 4 327,91 points. Le Dax allemand a grimpé de 0,21% à 9 296,12 points, et le FTSE a cédé 0,47% à 6 542,44 points.

Ce vendredi, nous attendons les indices américains et européens stables à l’ouverture pour cette séance des « quatre sorcières » qui marque la fin du 1er trimestre. La Bourse de Tokyo s’étant effacée de l’actualité ce vendredi à l’occasion d’un jour férié au Japon, la séance d’aujourd’hui devrait être littéralement atone, avec un agenda économique relativement pauvre. En effet, aucun indicateur majeur n’est attendu en cours de séance, que cela soit sur le sol américain ou sur le Vieux Continent. Dans ce contexte, les principaux indices mondiaux devraient évoluer au gré des nouvelles en provenance d’Ukraine. Les investisseurs pourront toutefois se focaliser sur les discours de plusieurs membres de la Fed prévus ce vendredi : après l’annonce de Janet Yellen qui entend procéder à un relèvement des taux dès le premier trimestre 2015, ces interventions permettront aux intervenants d’avoir une meilleure vision de l’orientation choisie par la Réserve fédérale américaine d’ici la fin de l’année.

Forex : Sur le marché des changes, l’euro continue de perdre du terrain face au billet vert. Alors que le discours de Janet Yellen, jeudi, avait permis au billet vert de gagner près de 100 pips en fin de séance, les récents indicateurs macroéconomiques américains ont également soutenu le dollar hier.

Pour rappel, la réunion du FOMC a donné un net coup de pouce au dollar mercredi. En effet, la nouvelle patronne de la Réserve fédérale américaine est intervenue pour la première fois en conférence de presse mercredi soir. Celle-ci a lié, lors de son discours, le maintien du tapering avec une nouvelle réduction du programme de rachats d’actifs et un probable relèvement des taux d’intérêt en 2015. C’est principalement l’annonce d’une remontée des taux d’intérêt, qui pourrait intervenir « environ six mois » après que la Fed aura cessé ses injections de liquidités, qui a permis au billet vert de reprendre de la hauteur. Ces nouveaux éléments ont poussé les opérateurs à se positionner à l’achat sur le dollar, car une augmentation des taux d’intérêt a tendance à rendre une devise plus rémunératrice.

Le billet vert qui avait du mal à trouver sa tendance depuis le début d’année, en raison de multiples publications d’indicateurs en demi-teinte liés notamment aux conditions météorologiques, pourrait reprendre des couleurs à court terme. En effet, l’annonce sans surprise d’une nouvelle diminution de dix milliards de dollars du QE et d’un probable relèvement des taux dès 2015, pourraient permettre au dollar de retomber sur des niveaux de début d’année. De plus, l’annonce jeudi d’une augmentation moins forte que prévu des nouvelles inscriptions hebdomadaires aux allocations chômage aux Etats-Unis, la hausse de l’indice composite des indicateurs économiques américains ainsi que le rebond de l’activité manufacturière de la région de Philadelphie, ont permis un regain d’optimisme de la part des opérateurs sur la reprise de la première économie mondiale.

D’un point de vue technique, même si la demande pour l’euro restait toujours solide, le billet vert poursuivait sa progression jeudi et s’adjugeait à 1,3787 dollar pour un euro en fin de journée.

Quant aux autres paires de devises, la divise nippone a gagné quelques pips face à ses principales devises de contreparties. Jeudi, la monnaie unique européenne baissait légèrement à 141,20 yens pour un euro tandis que le dollar restait stable, s’adjugeant à 102,42 yens pour un dollar. Les paires libellées en yen pourraient subir quelques remous les jours ou semaines à venir en fonction de l’évolution du dossier ukrainien. Globalement, comme le laisse suggérer l’évolution du cours de l’or, les opérateurs semblent reprendre goût au risque et pourraient donc à court terme délaisser le yen.

La livre britannique de son côté progressait légèrement face à l'euro, à 83,47 pence pour un euro, mais baissait face au dollar, à 1,6516 dollar pour une livre. La monnaie suisse quant à elle se stabilisait face à l'euro, s’adjugeant à 1,2175 franc suisse pour un euro.

Matières premières : Au chapitre des matières premières, le WTI et le Brent évoluent en territoire négatif ce matin. Le WTI cède 0,35% à 98,55$ tout comme le Brent en recul de 0,12% à 106,32$. Le brut de référence américain s’approche d’une troisième baisse hebdomadaire alors que l’approvisionnement en brut a atteint son plus haut niveau depuis le mois de Novembre aux Etats-Unis, le plus gros consommateur de pétrole au monde. Les stocks de pétrole ont augmenté de 5,85 millions de barils à 375,9 millions pour une neuvième semaine consécutive selon l’Energy Information Administration. La production, quant à elle, a progressé de 8,215 millions de barils par jour, soit le taux le plus élevé depuis 26 ans. L’approvisionnement de produits distillés, comprenant notamment l’huile de chauffage et le diesel, a baissé de 3,1 millions de barils la semaine dernière pendant que les stocks d’essence accusaient une perte de 1,47 millions de barils. Le Brent a progressé hier alors que les Etats-Unis ont annoncé des sanctions contre la Russie suite à la prise de contrôle de la Crimée. L’OPEP a annoncé vouloir diminuer ses exportations de 620 000 barils par jour, soit une baisse de 2,5% à 23,74 millions de barils par jour pendant les quatre semaines du mois d’Avril. C’est le plus bas niveau depuis le mois de Février.

Du côté des métaux précieux, on évolue dans le vert ce matin. Le métal jaune progresse de 0,19% à 1 330,32$, tout comme l’argent de 0,22% à 20,30$. L’or profite des spéculations sur le fait que la baisse des prix de cette semaine pourrait stimuler l’achat d’or physique. En effet, le métal jaune a reculé de 3,8% cette semaine, soit la première perte hebdomadaire depuis le 31 Janvier et la plus forte baisse depuis le 13 Septembre. Après s’être échangé au plus haut niveau en six mois suite aux tensions en Ukraine qui entraînent une opposition entre la Russie et l’Occident, l’or a été pénalisé par l’annonce de la FED de diminuer à nouveau son rachat mensuel d’obligations de 10 milliards de dollars et par la perspective d'une hausse des taux directeurs plus tôt que prévu. L’argent accuse une perte de près de 5% depuis le début de la semaine, soit tout comme l’or, la plus grande perte depuis le mois de Septembre. Le platine et le palladium progressent respectivement de 0,31% et 0,41% à 1 436,25$ et 773,00$.

L'équipe Saxo Banque
www.saxobanque.fr



CGPME : point de conjoncture - mars 2014

Depuis cinq ans, la croissance française stagne. Seuls des éléments temporaires ont soutenu le rebond qu’a connu notre économie au quatrième trimestre 2013. La croissance au début de l’année 2014 risque, donc, d’être timide.

Ainsi, dans son dernier rapport, la Commission européenne estime que la croissance française serait encore légèrement inférieure à sa valeur moyenne 2004-2008 : sept ans après le déclenchement de la crise en France, notre économie serait toujours convalescente. L’activité en France est, en effet, minée par un chômage élevé dans la plupart des économies européennes, une dette croissante et des marges faibles.

Le point positif est la reprise, certes lente, en Europe. Cette année, il faudra donc chercher des points de croissance à l’extérieur de nos frontières : la demande adressée à la France devrait s’accroître à la faveur de la reprise modérée en Europe et dans le monde. Pour cela il faut donner aux entreprises les moyens d’y répondre.

Croissance
Dans ces prévisions de début d’année, la Commission européenne évalue à 1 % la croissance du PIB pour 2014 et 1,7 % le niveau de celle pour 2015. Par ailleurs, le PIB français vient de retrouver son niveau d’avant crise sept ans après son déclenchement : il s’agit de la période de résilience la plus longue depuis que la statistique existe, ou encore, un signe évident que la reprise est encore modeste et fragile.

Déficit et dette publique supérieures aux prévisions
Selon la Commission européenne, la dette publique continuerait de s’accroître au cours des deux prochaines années : elle atteindrait, ainsi, 96,1 % en 2014 puis 97,3 % en 2015.

Par ailleurs, le déficit public français devrait s’élever à 4 % en 2014 et 3,9 % en 2015. Malgré les plans de consolidation budgétaire successifs, la France ne parviendrait pas à réduire suffisamment son déficit. Celui-ci devrait demeurer au-dessus du seuil des 3 % en 2015, contrariant les exigences de la Commission. En outre, le déficit français sera, à égalité avec le Portugal, le cinquième plus élevé de l’Union européenne. Par conséquent, La Commission européenne invite la France à redoubler d’efforts en concentrant ses actions sur les dépenses publiques.

Baisse du déficit budgétaire
En janvier, le déficit budgétaire se réduit de 0,7 % par rapport à la même date en 2013 et s’établit à 12,7 milliards d’euros. Les recettes, enregistrées à 23,24 milliards d’euros, progressent de 6,1 % tirées par la hausse des recettes fiscales (+5,4 %). Les dépenses augmentent de 1,5 % et s’élèvent à 32,64 milliards d’euros.

Réduction du déficit extérieur liée à la baisse des importations
Alors que les exportations se sont repliées de 1,6 %, la baisse, plus considérable, des importations (-2 %) a permis la réduction de 8 % du déficit du commerce extérieur en 2013.
L’année 2014 débute par un creusement du déficit : il s’établit à 5,7 milliards d’euros, soit une dégradation de 10 % par rapport au mois de décembre. En effet, les exportations se sont nettement repliées (-1,8 %) après le rebond de décembre (+3,6 %) du fait de recul des ventes des biens manufacturés. Parallèlement, les importations ont très légèrement diminué (-0,3 % après +1,9 % en décembre).

Très faible inflation début 2014
En janvier, les prix à la consommation ont baissé de 0,6 % en un mois. Les soldes d’hiver expliquent principalement ce résultat : le prix des produits manufacturés a baissé de 3 % du fait de la chute de 15,4 % des prix de l’habillement/chaussures. Sur un an, la progression des prix est très faible (+0,7 %).

Ménages

Le moral des ménages se dégrade en février : l’indicateur correspondant perd un point et se situe quinze points en dessous de sa moyenne de longue période. Quasiment toutes les composantes de cet indicateur se replient.

Le nombre de chômeurs continue de s’accroître : fin janvier, 4,930 millions de personnes se sont inscrites à Pôle emploi soit une hausse de 0,5 % sur un mois et de 5,3 % sur un an. Il faut noter que si la progression annuelle du nombre de personnes inscrites dans cette catégorie a tendance à ralentir depuis avril 2013, le nombre de chômeurs a atteint un niveau inégalé depuis que la statistique existe. Il en va de même pour le nombre de chômeurs de longue durée (2,078 millions en janvier).

Par ailleurs, à 10,2 %, le taux de chômage au sens du BIT demeure élevé au quatrième trimestre 2013. La Commission européenne estime qu’il devrait atteindre 11 % de la population active en 2014 et se maintenir à ce niveau en 2015.

Par conséquent, les ménages sont toujours très nombreux à considérer qu’il n’est pas opportun de faire des achats importants. Ainsi, les dépenses de consommation ont chuté de 2,1 % en janvier. A l’exception du textile-cuir qui a bénéficié de la période des soldes (+1,9 % après -1,8 % en décembre), toutes les composantes de la consommation se replient. En particulier, les achats d’automobiles ont reculé de 7,7 %, les consommateurs ont pris en compte le renforcement du bonus-malus au 1er janvier pour anticiper leurs achats en décembre (+2,9 %). De même, l’hiver ayant été plus doux que prévu, les dépenses en énergie se replient fortement (-6,3 % après -1,3 % en décembre).

Entreprises

En janvier, le climat des affaires est stable dans quasiment tous les secteurs, sauf dans le commerce de détail où il recule nettement, reflétant l’orientation de la consommation de ce début d’année.

Toutefois, les chefs d’entreprise considèrent que l’activité de leur secteur s’est repliée au cours de ces derniers mois. En effet, à l’exception des services aux entreprises où il s’est accru de 0,9 %, le chiffre d’affaires s’est contracté dans la plupart des secteurs au quatrième trimestre. En particulier, le chiffre d’affaires de l’industrie a baissé de 0,5 % bridé par la cokéfaction et le raffinage (-2,5 %) et l’export (-1,1 %). Toutefois, la production manufacturière s’est accrue de 0,7 % en janvier, soutenue par le rebond de la production dans la cokéfaction et le raffinage (+12,6 %) et dans les matériels de transport (+4,7 %).

Par ailleurs, 62 429 défaillances d’entreprises ont été enregistrées par la Banque de France en 2013. En hausse de 2 % par rapport à 2012, il s’agit de son niveau le plus élevé depuis 2009. Le nombre de défaillances d’ETI et de grandes entreprises, représentant 1,8 % des défaillances totales, a connu la plus forte progression en 2013 avec une hausse de 10,6 % en un an.

La maigre croissance des encours de crédits aux entreprises ralentit en janvier (+0,2 % après 0,6 % en décembre) : ces derniers s’élèvent à 816,7 milliards d’euros. En effet, les encours de crédits à l’investissement continuent de s’accroître très modérément (+0,2 %; 569 milliards d’euros) tandis que le rebond des encours de crédits de trésorerie sur un mois (+2 %; 170,7 milliards d’euros) ne parvient pas à compenser leur repli sur un an (-3,4 %).

Pour les prochains mois, les perspectives d’activités sont mal orientées dans le commerce et les services. Les stocks s’alourdissent tandis que les perspectives de ventes se resserrent dans le commerce freinant, ainsi, les intentions de commandes des commerçants auprès de leurs fournisseurs. De même, dans les services, les chefs d’entreprise anticipent une baisse de la demande adressée au secteur. A contrario, bien que les perspectives générales aient tendance à se replier dans l’industrie, l’indicateur correspondant demeure supérieur à sa moyenne de longue période.

Corporate Finance : commentaires du jour

08H00

(NOUVEAU) L'actu Corporate Finance par FinActu :

- MBA Capital accompagne la cession de Plaques Services 21/03/2014
- Fidaquitaine accompagne la reprise de Gallart Bati Comminges et Renovatherm 21/03/2014
- Kontest annonce la clôture d’une première levée de fonds d’un montant de 600,000 € auprès de 3T Capital et de business angels 20/03/2014
- McPhy Energy lève 32 M€ lors de son introduction en Bourse 20/03/2014
- Nestadio Capital investit 275,000$ dans Webshell 20/03/2014
- Agora Energy lève 260,000 € avec Investessor et DDIDF 20/03/2014
- Yellow Korner reçoit un investissement de 2,5 M€ d’Audacia 20/03/2014
- PICARDIF Formation se renforce avec l’acquisition de I.L.A.F. F.E. 20/03/2014
- Steria annonce l’acquisition de Beamap 19/03/2014
- Le Groupe AltéAd cède ses activités de maintenance de presses et reprend Peinetti Emballage 19/03/2014


Plus d'informations sur : www.finactu.fr

Marchés : chiffres du jour

L’emploi en hausse de 0,1% dans la zone euro et dans l’UE28

Quatrième trimestre 2013 par rapport au troisième trimestre 2013.

Respectivement -0,5% et -0,1% par rapport au quatrième trimestre 2012.
Le nombre de personnes ayant un emploi1 a augmenté de 0,1% tant dans la zone euro (ZE17) que dans l'UE28 au quatrième trimestre 2013 par rapport au trimestre précédent, selon les estimations basées sur les comptes nationaux et publiées par Eurostat, l’office statistique de l'Union européenne.
Au troisième trimestre 2013, l'emploi était resté stable dans la zone euro et avait progressé de 0,1% dans l’UE28. Ces chiffres sont corrigés des variations saisonnières.

EUROSTAT
ec.europa.eu/eurostat

DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur


The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.




The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal

BOURSE : Indices + CAC40 + MP


Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


TAUX D'INTERET LEGAL

Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


TAUX INTERBANCAIRES

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois





Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France




INDICES OBLIGATAIRES

Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France


Disclaimer:
Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement chaque jour (5j/7) le quotidien Finyear.
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise.
Lien direct pour vous abonner : www.finyear.com/abonnement

Lisez gratuitement chaque mois :
- le magazine digital Finyear sur www.finyear.com/magazine
- la lettre digitale "Le Directeur Financier" sur www.finyear.com/ledirecteurfinancier
- la lettre digitale "Le Trésorier" sur www.finyear.com/letresorier
- la lettre digitale "Le Credit Manager" sur www.finyear.com/lecreditmanager
- la lettre digitale "Le Capital Investisseur" sur www.finyear.com/lecapitalinvestisseur

Un seul formulaire d'abonnement pour 5 lettres


Vendredi 21 Mars 2014
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News