Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Mainframe : évolution ou révolution ?


Par Henrik Jacobsen, Technical Services Manager, Micro Focus France




Mainframe : évolution ou révolution ?
Les entreprises doivent bâtir une stratégie plus robuste pour gérer leur portefeuille applicatif si elles veulent réduire leur dette informatique et décider à meilleur escient de leurs investissements mainframe. Idée confirmée par notre dernière étude menée avec Vanson Bourne.

Comment gérer son parc applicatif mainframe de façon appropriée ? Ce sujet de discussion est fréquent chez les professionnels de l’informatique. Certains sont d’avis que tant que le mainframe fonctionne, il est inutile d’intervenir. Ils font valoir que la maintenance et les mises à niveau maintiennent le système et les applications en parfait ordre de marche et que par conséquent toute révision majeure est inutile. Pour d’autres, inversement, plus vous utilisez un mainframe, plus son entretien coûte cher et engendre des dépenses informatiques astronomiques qui, au bout du compte, pourraient être évitées si on y renonçait totalement.

Alors, que faire ? L’entreprise doit-elle vivre une évolution ou une révolution du mainframe ?

Les limites d’une révolution de l’infrastructure mainframe
Mener la révolution contre le mainframe implique un basculement complet vers une autre plate-forme Linux, Windows ou UNIX sur laquelle toutes les applications seraient exécutées – donc réécrites. Ces plates-formes garantissent une réelle maîtrise des coûts, les frais d’utilisation étant en effet nettement moins élevés que ceux d’un mainframe. Cependant la réécriture des applications pose problème, essentiellement à cause de la nature même de ce processus – chronophage, compliqué, coûteux et souvent porteur de risques considérables comme les problèmes de fiabilité et d’indisponibilité des données. Il est tout simplement inacceptable d’exposer les applications métier à ce type de risques ; par conséquent, il n’est pas sérieusement envisageable de réécrire complètement les applications.

À l’inverse, maintenir le mainframe dans son état initial pose aussi des problèmes spécifiques. La technologie du mainframe peut très vite devenir obsolète, et à mesure que la complexité des applications augmente, il est nécessaire de renforcer la puissance et les fonctionnalités du système. Un mainframe incapable d’accompagner l’évolution des technologies met en péril la performance applicative.

Et si une évolution était plus pertinente ?

La migration des applications constitue l’une des solutions possibles à ce problème ; elle implique d’utiliser des outils de modernisation pour transférer les applications existantes sur une nouvelle plate-forme. Cette approche est celle du compromis : les applications ne sont plus hébergées sur un mainframe coûteux et complexe mais nont pas été réécrites complètement pour autant - d’où un gain de temps et d’argent considérable. Dans certains cas, la durée d’un projet sera raccourcie de trois à quatre ans.

De surcroît, l’intégrité des applications est totalement respectée et le risque de perte de valeur n’existe pas. En ce sens, une « évolution » du mainframe donne à l’entreprise les avantages de la personnalisation tout en réduisant drastiquement les coûts variables.

Une approche graduelle du développement et de la maintenance du système sur une plate-forme moderne constitue une autre option. Par exemple, il est possible d’économiser beaucoup de temps et d’argent en développant avec un outil moderne fonctionnant sur PC, et également d’améliorer la qualité et la polyvalence des applications. Ce processus peut être mis en œuvre à n’importe quelle phase du cycle de vie des applications ; l’environnement de test est alors déporté sur un système hôte de sorte que seul le processus de production s’exécute sur le mainframe. La modernisation peut ainsi prendre la forme d’un processus progressif qui ne mobilise jamais toutes les ressources en même temps.

Au vu de ces options, l’approche « révolutionnaire » n’est sans doute pas la plus économique ni la moins risquée pour maintenir le mainframe en état de marche. Bien sûr, chaque projet de maintenance mainframe doit répondre à des critères et gérer des problèmes spécifiques mais de plus en plus de professionnels considèrent qu’une approche moins radicale de type « évolution » est vraisemblablement l’option la mieux adaptée et la plus sensée.

Lundi 24 Septembre 2012
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs