Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Les LBO face à la crise (Baromètre AFIC-Opinion Way)


L’AFIC vient de finaliser avec Opinion Way sa deuxième enquête auprès des sociétés de capitalinvestissement dont tout ou partie de l’activité porte sur le LBO. 86 sociétés membres de l’AFIC ont répondu à l’enquête, représentant 968 entreprises et 73 % des montants investis en LBO depuis 2003.




Quels enseignements peut-on tirer de cette enquête ?
Les résultats de l’enquête confirment et affinent les résultats de l’étude précédente, conduite en avril dernier : la grande majorité des entreprises sous LBO (77%), au 30 juin 2009, ne connaît pas de problème particulier. Sur les 23 % qui rencontrent des difficultés, soit 220 entreprises, il faut établir une distinction entre :
- 85 entreprises qui font face à leurs obligations de remboursement bien qu’elles ne parviennent pas à respecter un ou plusieurs « covenants » (1) des contrats de prêts,
- 118 entreprises qui ont pu négocier un nouvel échéancier de remboursement avec leurs banques
. 46 entreprises sans apports de fonds propres nouveaux
. 72 entreprises avec un soutien en fonds propres par les fonds d’investissement
- 17 entreprises qui font face à des difficultés non encore résolues, soit 1,8% des entreprises couverte par l’enquête.

On doit enfin noter que 14 sociétés, ont fait l’objet, depuis le 1er octobre 2008, d’une procédure collective entraînant la cessation de leur activité et leur sortie des portefeuilles.

Pour Jean-Louis de Bernardy Président de l’Afic « Ces résultats montrent que les fonds d’investissement et les banques créancières gèrent cette période difficile de manière particulièrement responsable, en privilégiant la sauvegarde des sociétés opérationnelles, comme l’Afic l’a préconisé dans son code de bonnes pratiques. Contrairement à certaines idées reçues, les entreprises sous LBO ne sont pas plus affectées par la crise économique que les autres et bénéficient par ailleurs, d’une forte mobilisation de l’ensemble de la profession. Par rapport aux résultats que nous avions présentés il y a 6 mois, nous pouvons maintenant nous appuyer sur un taux de réponse beaucoup plus conséquent. La situation peut-elle encore se détériorer ? Rien à ce stade ne le laisse penser, mais la situation demande que l’ensemble des acteurs continue de faire preuve de vigilance et s’implique avec détermination pour rechercher les meilleures solutions, en préservant l’entreprise sous-jacente et ses salariés. Je remercie l’ensemble des professionnels du capital-investissement qui se sont fortement mobilisés pour cette 2eme enquête, démontrant ainsi leur volonté de transparence.»

A propos de l’AFIC
Créée en 1984, l’Association Française des Investisseurs en Capital (AFIC), avec plus de 280 membres actifs, regroupe l’ensemble des structures de Capital Investissement installées en France : Sociétés de Capital Risque (SCR), Fonds Communs de Placement à Risque (FCPR), Fonds Communs de Placement dans l’Innovation (FCPI), Fonds d’Investissement de Proximité (FIP), sociétés de gestion, sociétés de conseil, fonds de fonds, sociétés d’investissement…. En outre, l’AFIC compte 200 membres associés issus de tous les métiers – avocats, experts-comptables et auditeurs, conseils, banquiers... – qui accompagnent et conseillent les investisseurs et les entrepreneurs dans le montage et la gestion de leurs partenariats.

L’AFIC, à travers sa mission de déontologie, de contrôle et de développement de pratiques de place est une des deux associations, reconnues par l’AMF, auxquelles les sociétés de capital investissement doivent adhérer dans le cadre de la procédure d’agrément en qualité de société de gestion. C’est la seule association professionnelle spécialisée sur le métier du Capital Investissement.

Outre les services qu’elle rend à ses adhérents (veille juridique, règlementaire et fiscale ; études économiques et statistiques ; formation ; développement et communication…), la vocation de l’AFIC est de fédérer, représenter et promouvoir la profession du Capital Investissement auprès des investisseurs institutionnels, des entrepreneurs, des leaders d’opinion et des pouvoirs publics. Elle contribue, dans le cadre d’un dialogue permanent, à l’amélioration du financement de l’économie, en particulier à destination des PME-PMI, à la stimulation de la croissance et la promotion de l’esprit d’entreprise.

En 2008, les membres de l’AFIC ont investi dans près de 1 600 entreprises. Avec plus de 20% du marché européen, l’industrie du Capital Investissement française se classe au 1er rang d’Europe Continentale et au 3ème rang mondial.
www.afic.asso.fr

(1) Un « covenant » est une clause des contrats de prêt au terme de laquelle l’entreprise prend vis-à-vis des prêteurs des engagements à caractère qualitatif, notamment de respecter certains ratios financiers. Lorsque les covenants ne sont pas respectés, les banques peuvent dans certains cas demander l’exigibilité anticipée du prêt.
En pratique elles examinent ces situations avec un grand pragmatisme et, si la rupture de covenant n’est pas le signe annonciateur de difficultés plus graves, accordent généralement une dérogation ou « waiver ».

Dimanche 29 Novembre 2009
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News