Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Les CEO discernent des opportunités pour le futur - Etude PwC 12th Global CEO Survey


Du fait de la récession, la confiance des CEO dans la poursuite du développement économique a massivement reculé. Les dirigeants ne tablent que sur une reprise progressive au cours des trois prochaines années. À l'échelle mondiale, seuls 21 % des CEO (2008 : 50 %) affichent une grande confiance dans une croissance économique au cours des douze mois à venir; 29 % se déclarent pessimistes quant aux perspectives de l'année future.




Ces résultats sont tirés de l'étude "12th Global CEO Survey" de PricewaterhouseCoopers (PwC), présentée lors du Forum économique mondial de Davos. 1'124 CEO de 50 pays ont été interrogés dans le cadre de cette étude.

Les effets de la crise constituent actuellement la préoccupation majeure de 85 % des CEO consultés au niveau mondial. Les failles des marchés financiers (72 %), la surréglementation (55 %), la hausse des coûts énergétiques (50 %) et la difficulté à trouver des collaborateurs qualifiés (46 %) sont citées à titre de facteurs complémentaires de risque pour les entreprises. Le pessimisme déclenché par la crise frappe toutes les zones géographiques, toutes les branches et tous les niveaux de développement économique. Comme le confirme Markus R. Neuhaus, CEO de Pricewaterhouse Coopers Suisse : " Les CEO du monde entier ont été surpris par la rapidité et l'intensité de la récession. " Et d'ajouter : " Les dirigeants sont inquiets pour la survie immédiate de leur société et, même dans les économies émergentes, nombre d'entreprises sont confrontées à des problèmes tels que des demandes de crédit, des marchés financiers à la traîne et une baisse de la demande. "

Une récession prolongée en ligne de mire
15 % des CEO en Amérique du Nord et en Europe occidentale s'avouent confiants sur les perspectives de croissance pour les douze prochains mois. Ils sont 21 % dans les économies émergentes d'Europe Centrale et de l'Est, 31 % dans la zone Asie Pacifique et 21 % en Amérique latine. La plupart des dirigeants s'attendent donc à une récession longue et persistante. 34 % (2008 : 42 %) sont cependant confiants quant à une croissance de l'économie au cours des trois prochaines années. " On ne peut que très difficilement prédire quelles seront les répercussions et la durée de la crise ", explique Markus R. Neuhaus. " Les CEO recherchent à présent une voie intermédiaire leur permettant de réussir à survivre aux défis de la crise, tout en étant armés pour faire face à un revirement
conjoncturel. "

Des collaborateurs qualifiés, facteur-clé de réussite
79 % des CEO interrogés estiment que le recrutement et la fidélisation de collaborateurs qualifiés est un facteur de croissance durable décisif à long terme. 69 % constatent un manque de candidats
extrêmement qualifiés. Dans la compétition pour s'attirer des talents d'excellence, le recrutement et l'intégration de collaborateurs plus jeunes ont la priorité. D'après les CEO consultés, ces difficultés
peuvent être surmontées par des perspectives de carrière alléchantes et l'instauration d'un environnement professionnel social et flexible. Si 35 % des CEO partent du principe d'une constance de leurs effectifs sur l'année à venir, 26 % envisagent de réduire le nombre de leurs collaborateurs.

Les CEO expriment des réserves face à leurs gouvernements
Dans le monde entier, les CEO soulignent leur volonté de préparer leur entreprise - pendant la récession et de manière ciblée - à une reprise de l'économie. Chez plus de 80 % des personnes interrogées, des mesures visant à réduire les coûts énergétiques et à optimiser les procédures d'entreprise sont déjà lancées. Plus de la moitié des CEO indiquent qu'ils recherchent des sources d'énergie alternatives pour minimiser leurs liens de dépendance, ou qu'ils investissent dans des technologies nouvelles. Les CEO interrogés sont également disposés à engager une collaboration constructive avec les gouvernements en vue de la résolution des problèmes. 55 % d'entre eux continuent de critiquer la surréglementation - qu'ils voient comme une entrave à la croissance - et près de la moitié estiment que les pouvoirs publics n'agissent pas suffisamment pour garantir une main
d'oeuvre qualifiée. 38 % trouvent que leur gouvernement devrait faire plus pour améliorer les infrastructures. Si plus de 80 % des CEO préconisent en outre une politique cohérente en matière de lutte contre le changement climatique, seulement 28 % pensent que leur gouvernement introduira effectivement ces mesures.

www.ch.pwc.com

Lundi 2 Février 2009
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs