Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Le point sur les marchés Actions par Dominique Sabassier - Natixis AM


Les marchés Actions, notamment européens, ont fortement baissé depuis début 2008. Cette tendance s’est accélérée depuis le mois de mai dans des volumes relativement étroits. La baisse du marché Actions a été plus marquée qu’anticipée. Natixis Asset Management reste donc négatif dans ses recommandations d’allocation sur cette classe d’actifs.




Dominique Sabassier, Directeur des Gestions de Natixis Asset Management
Dominique Sabassier, Directeur des Gestions de Natixis Asset Management
Le constat
Les facteurs explicatifs de la détérioration des bourses européennes sont multiples : les risques liés à un ralentissement économique, la poursuite de la hausse des prix des matières premières (en particulier du pétrole), le spectre de l'inflation qui a conduit les banques centrales à changer de priorité, ainsi que le manque de visibilité des résultats des sociétés.

Pour soutenir l'économie, la Fed avait opté dès août 2007 pour une baisse de ses taux directeurs, la BCE maintenant le statu quo depuis l'été 2007. Cela n'a pas été suffisant pour relancer la croissance. La BCE a même fini par remonter son taux directeur en juillet 2008 en raison des risques d'inflation. Les investisseurs en ont conclu que cette politique plus restrictive allait ralentir l'activité économique, entraînant une révision à la baisse des perspectives bénéficiaires des valeurs cycliques domestiques et des valeurs de consommation. Aussi, les prévisions récentes du consensus des analystes semblent loin de la réalité puisqu’elles anticipent une stabilité des profits pour l’année fiscale 2008 et une hausse de plus de 10 % pour 2009.

Les craintes sur le système financier sont revenues sur le devant de la scène. Les portefeuilles des réhausseurs de crédit génèrent des pertes sur les bilans des banques, et ce, dans un environnement où des pans entiers du secteur bancaire sont au ralenti sur les activités de marché. Cela laisse entrevoir de nouvelles augmentations de capital aux montants importants et plus difficiles à réaliser.

Cette tendance négative se traduit par des flux vendeurs sur les actions dans lesquels se sont engouffrées les gestions alternatives.

Les perspectives
Le point de retournement est désormais proche. L’expérience passée montre en effet que la diminution des profits en période de récession est en moyenne de 30 %, ce qui correspond à la baisse actuellement constatée sur le marché.
Mais Natixis Asset Management attend encore une phase de "capitulation" majeure, se traduisant par une baisse accélérée du marché, une reprise des volumes de transactions et un regain des rachats. Ces trois éléments n'ont pas encore été relevés sur le marché.

Quelques facteurs positifs peuvent déjà être notés :
- les valorisations des marchés qui intègrent les révisions en baisse des profits et qui sont donc peu élevées : PER* équivalent à 11 à 12 fois, avec un rendement supérieur à 4% hors valeurs bancaires,
- la situation financière des entreprises qui reste saine avec des niveaux d'endettement bas, ce qui est rare dans une période de ralentissement économique,
- l’existence de liquidités importantes, notamment dans les pays émergents via les fonds souverains,
- le pessimisme des spécialistes, enfin, qui est actuellement très élevé et constitue un contre-indicateur qui fonctionne historiquement bien.

Cependant, pour rétablir un minimum de confiance sur le système financier, un événement déclencheur fort semble nécessaire pour permettre un rebond durable des marchés Actions (et Crédit). Cela devrait probablement passer par un interventionnisme plus marqué de l'Etat américain sur les établissements de crédit.

Les prochains jours vont donc être agités avec de mauvaises nouvelles microéconomiques sur les valeurs (profit warnings**, augmentations de capital...) ; mauvaises nouvelles qui pourraient néanmoins être atténuées par des décisions politiques coûteuses mais indispensables.

Ces phases de fortes turbulences, généralement courtes, peuvent engendrer des excès difficiles à quantifier. Nous considérons toutefois que le mouvement baissier des marchés est exagéré en-deçà de 4100 points sur le CAC.


*Price Earning Ratio : coefficient de capitalisation des bénéfices, à savoir le rapport entre le cours de Bourse d'une entreprise et son bénéfice après impôts, ramené à une action.
**Profit Warning : signal émis par une entreprise pour avertir que ses prévisions de résultats seront inférieures aux premières estimations annoncées. Le Profit Warning est souvent synonyme de chute du cours du titre.

Rédigé le mercredi 16 juillet 2008


Avertissement
Aucune information contenue dans ce document ne saurait posséder ou être interprétée comme possédant une quelconque valeur contractuelle. Ce document a été produit à titre d’information seulement. Il ne constitue pas une offre d’achat ou de vente ou une sollicitation d’offre d’achat ou de vente d’OPCVM ou de produits de gestion. Natixis Asset Management, ses filiales et son personnel ne seront pas tenus responsables de toute décision prise ou non sur la base d’une information contenue dans ce document, ni de l’utilisation qui pourrait en être faite par un tiers. Ce document est strictement confidentiel et est destiné aux seules personnes initialement destinataires. Il ne peut pas être
utilisé dans un but autre que celui pour lequel il a été conçu et il ne peut pas être reproduit, distribué ou publié, en totalité ou en partie, sans l’autorisation préalable écrite de Natixis Asset Management.

www.am.natixis.com

Jeudi 24 Juillet 2008
Notez






Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News