Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Le Bund voit son statut de valeur refuge contesté


La crise de la dette publique au sein de la zone euro n’est toujours pas contenue. Le Bund voit son statut de valeur refuge contesté.




Le Bund voit son statut de valeur refuge contesté
La situation des marchés obligataires reste globalement désordonnée. Malgré les mécanismes de sauvetage mis en place au cours des derniers mois de 2010, les investisseurs demandent toujours des primes élevées pour détenir de la dette de pays de la périphérie de la zone euro (12,56% pour la Grèce, 8,80% pour l’Irlande, 7,05% pour le Portugal, 5,25% pour l’Espagne, 4,60% pour l’Italie). La confiance est loin d’être revenue et le manque de coordination des Européens y est pour quelque-chose.

Le Bund allemand, avec un rendement de 2,91% à 10 ans, fait toujours office de valeur refuge. Mais ce statut commence à être remis en question. Le mois de décembre a d’ailleurs été marqué par une forte volatilité pour les titres souverains allemands. Après avoir démarré le mois de décembre à 2,67%, le Bund a touché un plus haut de 3,05% durant le mois avant de terminer l’année à 2,96%.

Un certain nombre d’investisseurs notent que compte tenu des désordres au sein de la zone euro, et en l’absence d’une plus grande coordination des politiques économiques, acheter la dette allemande n’est plus vraiment protecteur puisque l’Allemagne ne serait pas à l’abri en cas de crise majeure. Quelques grands investisseurs institutionnels, comme Legal & General, ont récemment indiqué être à la recherche d’alternatives, regardant du côté des Pays-Bas ou de la Finlande. D’autres considèrent qu’au regard des engagements déjà pris par l’Allemagne pour aider les pays en difficulté au sein de la zone euro, le rendement offert sur le Bund est peut-être insuffisant au regard des risques encourus.

L’Europe est toujours dans une situation délicate. Certains pays voient les taux monter, tandis que d’autres vivent déjà avec un coût de l’argent dont on peut se demander s’il est soutenable durablement (cas de l’Espagne avec un rendement de 5,6% sur les dernières émissions). L’Allemagne doit donc se montrer plus constructive, faute de quoi les spreads de taux risquent de continuer à s’élargir.

Dans ce contexte, notre fourchette d’évolution du Bund allemand se situe pour le mois de janvier entre 2,8% et 3,2%.

Ce commentaire est signé Etienne Pourny, Président Directeur Général de Stelphia Asset Management.

A propos de Stelphia Asset Management
Stelphia Asset Management est une société de gestion indépendante française spécialisée sur les marchés de taux européens et sur les marchés d’Europe convergente et émergente. Son équipe fonde notamment sa méthodologie autour d’une vision analytique de la construction européenne et de la globalisation de l’économie mondiale. Société indépendante détenue majoritairement par ses fondateurs, Stelphia Asset Management compte Ofi Asset Management et La Banque Postale Asset Management à son capital. Les encours gérés s’élèvent à 230 millions d’euros (à fin novembre 2010).

Retrouvez toute l'actualité du cash management dans notre magazine en ligne TRESOnews
www.tresonews.fr

Mercredi 19 Janvier 2011
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs