Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

La transformation est le nouveau mot d’ordre pour les banques chinoises en 2010 selon PwC


Les banques chinoises transforment aujourd’hui leur « business modèle » dans un environnement qui a beaucoup évolué après la crise financière. De la simple réorganisation opérationnelle, les banques chinoises sont en train de passer actuellement à une stratégie de croissance intensive. Telle est l’une des principales conclusions de la seconde étude consacrée au secteur bancaire chinois. Menée auprès de 44 banques chinoises cette étude intitulée « Chinese Bankers Survey Report 2010 » a été co-rédigée par PwC et la CBA (L’Association Chinoise bancaire ou China Banking Association).




Ajuster les structures de portefeuilles
La majorité des banques qui ont participé à l'enquête estiment que les principaux défis pour 2010 restent la concurrence croissante entre les établissements financiers et la capacité à attirer l’épargne des déposants . La concurrence sur le marché bancaire chinois s’est intensifiée au cours des derniers mois . L’accélération de la désintermédiation financière a également beaucoup affecté les activités de crédit des banques. « La transformation du business model des banques est nécessaire pour les banques chinoises et plus particulièrement pour les joint-stock banks) – et ce afin de s’adapter à l’évolution de leur environnement et de la concurrence. » explique Hervé Demoy associé de PwC, spécialiste des transactions dans le secteur financier.

Les changements qui s’opèrent dans le secteur bancaire ne sont pas seulement cosmétiques. En effet, les banques chinoises cherchent à se développer sur les segments des PME s, tout en restant attentive aux besoins de financements des plus grands acteurs de l’économie chinoise qui interviennent de plus en plus à l’international. « Les banques chinoises mettent d’avantage l’accent sur le développement de la banque de détail sur les segments de clientèle intermédiaire et haut de gamme, tout en continuant à se restructurer sur le plan opérationnel. » explique Hervé Demoy associé de PwC, spécialiste des transactions dans le secteur financier.

Les banques ont également cherché à modifier la structure de leur portefeuille de crédits par activité ou par secteur. Davantage de prêts sont à présent consentis aux industries utilisant des énergies alternatives ou renouvellables ou à des sociétés spécialisées dans la fabrication de matériels. La logistique, l’agriculture, la santé et l’éducation sont également considérés comme des secteurs privilégiés pour l’octroi de crédits. 75% des banques ayant participé à notre enquête affirment qu'elles souhaiteraient « restreindre l’accès aux crédits pour les entreprises très polluantes ou dont la consommation d'énergie est élevée."

Gérer les risques de crédit
Dans un contexte d’amélioration du climat économique général en Chine, les banques estiment que la proportion des prêts non performants dans le total des encours de crédits restera à des niveaux faibles au cours des trois prochaines années. Néanmoins, les établissements interrogés craignent que la part des créances non performantes dans le total des encours de crédit augmente à plus long terme.

"L'enquête révèle que les banques chinoises ont tendance à rechercher un juste équilibre entre la gestion des risques et la croissance des activités de crédits. Cela dit, le risque de crédit est toujours considéré comme le risque le plus important pour les établissements financiers suivi par les risques liés à la conformité. Cela s’explique probablement par l'introduction récente de nouvelles règles par les autorités bancaires », explique Hervé Demoy.

47% des banques interrogées pensent que les crédits accordés au travers des institutions et des gouvernements locaux peuvent comporter des risques relativement élevés. Ces crédits sont généralement accordés sur des durées longues afin de financer des projets d’infrastructure à grande échelle dont il est difficile d’évaluer de manière précise la rentabilité économique à terme.

D'autre part, de nombreuses banques réévaluent leurs stratégies d’octroi de crédits immobiliers. Conséquence directe du resserrement de la politique de la Chine sur le secteur immobilier, les prêts hypothécaires résidentiels personnel sont considérés par les banques ayant répondu à notre enquête comme un axe de développement moins prioritaire (passant du premier rang en 2009 au cinquième rang en 2010).

Les banques interrogées se montrent satisfaites des mesures prises par le régulateur chinois, la China Banking Regulatory Commission. "Les banques chinoises sont généralement très positives sur les mesures prises par le régulateur après la crise financière. Les exigences en matière de fonds propres et l'introduction de normes visant à limiter certains levier financier donnent selon elle une nouvelle impulsion au secteur bancaire chinois ", explique Hervé Demoy associé de PwC, spécialiste des transactions dans le secteur financier.

Croître, une priorité
Les banques chinoises montrent un intérêt croissant pour les PME spécialisées dans les services financiers. Ces entreprises ont été identifiées comme un gisement de croissance pour l’avenir dans l'enquête.

Dans un contexte où les entreprises chinoises étendent très rapidement leurs activités à l’étranger et compte tenu du poids de plus en plus important de la monnaie chinoise au niveau international, plus des deux tiers des banques ayant répondu à l’enquête estiment qu’il est temps pour les établissements financiers chinois d’avoir une vision globale du marché bancaire. Les banques chinoises concentrent tout particulièrement leur attention sur la région asiatique.

Les établissements interrogés s'attendent également à voir le secteur bancaire se restructurer dans les mois et les années à venir. Les acteurs qui auront la capacité d'innover garderont une longueur d'avance dans un environnement qui est devenu de plus en plus concurrentiel.

A propos de l’enquête Chinese Bankers Survey Report 2010
Cette enquête a été réalisée par PwC et de l'Association bancaire Chinoise. Les personnes interrogées sont des cadres dirigeants de banques nationales et de leurs succursales en Chine. 752 personnes ont répondu à l’enquête et 70 interviews ont été réalisées au plus haut niveau de ces banques.

A propos de l'Association bancaire Chinoise
Fondée en mai 2000, l’association bancaire chinoise (China Banking Association) est une organisation nationale à but non lucratif. Avec ses 132 membres, elle regroupe différentes catégories d'établissements bancaires afin de mieux représenter les intérêts de cette industrie qui évolue rapidement.

PwC

Mercredi 17 Novembre 2010
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News