Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

La gestion des risques, vecteur d'une meilleure performance : aucun doute possible pour les Directeurs Financiers !


Top 5 des Risques selon le baromètre du Risk Management Protiviti 2011 (100 CFOs intérrogés). L'après crise, source de nouveaux risques pour les entreprises françaises ?




2011, année de sortie de crise et nouveaux challenges pour les entreprises françaises ?

En tout cas, cette année 2011 marque l'émergence de nouveaux risques dans les entreprises : les risques externes auxquels elles vont devoir faire face constituent la première préoccupation des Directeurs Financiers interrogés.
Trois risques dominent le classement des risques majeurs cette année :
- l'environnement juridique et les réglementations sectorielles (25%)
- les risques de change, taux d'intérêt et matières premières (25%)
- les événements de nature catastrophique (24%)

C'est ce que révèle la 7ème édition du Baromètre du Risk Management Protiviti, réalisé en partenariat avec TNS Sofres en mars 2011 auprès de 100 directeurs financiers des grandes entreprises françaises cotées et non cotées.

Une recrudescence des risques externes mais un niveau de risques plutôt en baisse en 2011 comparé à la situation de crise en 2009.

« Après la période de crise, 2011 reflète les nouvelles incertitudes des entreprises. Elles redoutent des conséquences multiples relatives à l'impact potentiel d'un renforcement de l'environnement règlementaire en termes de coût de la conformité ou de compétitivité ; à l'impact difficilement maîtrisable d'une volatilité accrue et durable des devises, des taux d'intérêt ou des matières premières ; et à la prise de conscience des conséquences globales d'événements catastrophiques majeurs avec des interrogations relatives à la continuité d'activité », constate Francis Miard, Managing Director chez Protiviti, en charge du Baromètre du Risk Management.

La gestion des risques, vecteur d'une meilleure performance : aucun doute possible pour les Directeurs Financiers !

En 2009, les cinq risques majeurs identifiés étaient : le marché et ses évolutions (tendances, globalisation...) pour 44% des répondants ; les marchés financiers : 40% ; les risques de change, taux d'intérêt et matières premières : 32% ; les concurrents : 31 % ; les risques de crédit et de contrepartie : 22%.

Les Risques par secteur

La gestion des risques, vecteur d'une meilleure performance : aucun doute possible pour les Directeurs Financiers !

Le secteur Banque Assurance se distingue en attribuant à ces risques un niveau plus élevé que les autres secteurs.

Face à ces risques, les entreprises relèvent les manches et privilégient l'anticipation et la prévention

Pour apporter une réponse efficace face aux risques, les Directeurs Financiers interrogés mettent en avant trois actions comme fondements d'un dispositif robuste, structuré et compris de tous :
- Attribuer des rôles et responsabilités clairement définis (85%)
- Disposer d'une politique formalisée de gestion des risques décrivant les objectifs, l'organisation définie et les principes à respecter (77%)
- Définir un langage commun sur les risques au sein de l'entreprise (72%)

Par ailleurs, pour gérer leurs risques, les entreprises plébiscitent des méthodes qui privilégient l'anticipation et la surveillance :
- les audits internes (84%) et la cartographie des risques (70%) comme démarches d'identification et d'analyse des risques ;
- le contrôle interne comme moyen incontournable pour prévenir les risques et l'interdiction des pratiques générant des risques élevés ;
- enfin, pour suivre ces risques, les entreprises s'appuient de plus en plus sur les démarches d'auto-évaluation périodique des risques et des contrôles.

D'après Francis Miard, « les méthodes mises en œuvre par les entreprises pour mieux gérer leurs risques montrent clairement leur volonté de se positionner avant tout dans une optique de prévention et d'anticipation pour détecter au mieux et au plus vite les risques émergents ».

La mise en œuvre de ces pratiques de gestion des risques par les entreprises cotées et non cotées est répartie de la manière suivante :

La gestion des risques, vecteur d'une meilleure performance : aucun doute possible pour les Directeurs Financiers !

Montée en puissance de nouvelles fonctions dans la gestion des risques

En 2011, la nouveauté porte aussi sur les rôles et responsabilités de gestion des risques avec de nouvelles fonctions spécialisées qui montent en puissance. Outre la Direction Générale (27%) et la Direction Administrative et Financière (31%), la Direction des Risques (18%), celle de l'Audit Interne (10%) et celle du Contrôle interne (7%) sont nettement plus identifiées comme responsables de la gestion des risques que par le passé : 35% de citations en totalité contre 16% en 2009.

La gestion des risques, vecteur d'une meilleure performance : aucun doute possible pour les Directeurs Financiers !

La gestion des risques, vecteur d'une meilleure performance : aucun doute possible pour les Directeurs Financiers !

Un plébiscite : 90% des Directeurs Financiers interrogés considèrent que la gestion des risques est un vecteur de meilleure performance, avec des impacts positifs tant sur le plan financier que sur celui de l'efficacité de l'entreprise.

D'ailleurs, la gestion des risques utilisée dans le pilotage de la performance est une tendance qui devrait prendre un essor important puisque 48 % des Directeurs Financiers interrogés cette année indiquent déjà utiliser des KRI (indicateurs clés de risques) pour mesurer et piloter la performance de leur entreprise.

Et ils attendent beaucoup de cette gestion des risques qui selon eux doit permettre de :
- découvrir des risques émergents : 88%
- limiter la volatilité des résultats : 74%
- renforcer le processus de planification stratégique : 68%

Quelle feuille de route pour faire encore progresser la gestion des risques ?

Selon les répondants, il faut d'abord traiter les freins qui limitent l'efficacité de la gestion des risques, à savoir :
- les lourdeurs administratives freinant l'initiative, la décision et la réactivité : 68%
- la complexité de mise en place et de déploiement : 65%
- la résistance au changement : 65%

D'après Francis Miard, ces freins peuvent être traités « par une démarche méthodologique structurée et progressive et par une gestion de projet intégrant la communication et la sensibilisation des parties prenantes en valorisant les bénéfices reconnus de la gestion des risques. »

Ensuite, poursuivre les efforts engagés :
- gagner en efficacité et en maturité dans la structuration de l'organisation et des processus de l'entreprise ;
- définir des responsabilités et agir ;
- suivre les progrès et les résultats avec des KPI (Key Performance Indicators) et des KRI...

...et ainsi bénéficier d'un pilotage des risques et de la performance vraiment source de valeur.

Méthodologie et structure de l'échantillon

Le Baromètre repose sur des entretiens téléphoniques réalisés par TNS Sofres en mars 2009 auprès de 100 Directeurs Financiers d'entreprises françaises réalisant un chiffre d'affaires supérieur à 150 millions d'euros et sélectionnées selon une répartition sectorielle puis par société cotée ou non cotée.

La gestion des risques, vecteur d'une meilleure performance : aucun doute possible pour les Directeurs Financiers !

Typologie des risques

Le Baromètre Protiviti a listé 25 risques, notés chacun sur une échelle de 1 à 10. Un risque est considéré comme majeur si sa note est supérieure ou égale à 7 :

Risques externes
- L'environnement juridique et les réglementations sectorielles
- Les événements catastrophiques (catastrophes naturelles, incendies, terrorisme, etc.)
- Les concurrents
- Les marchés financiers (investisseurs, actionnaires)
- Les risques politiques / pays
- Le marché et ses évolutions (tendances, globalisation, délocalisation)
- Les innovations et ruptures technologiques

Risques internes
- Les risques de change, taux d'intérêt et matières premières
- L'insatisfaction client
- L'image de marque et la réputation
- Les ressources humaines (recrutement, rétention, motivation)
- Les ruptures dans la chaîne d'approvisionnement
- Les systèmes d'information et la sécurité informatique
- La continuité des opérations / la gestion de crise
- Les ruptures dans la chaîne de production / livraison
- La maîtrise des projets d'investissement (technologie, industriel, innovation, R&D...)
- L'intégrité, l'éthique et la fraude
- La trésorerie disponible et les cash flows
- Les risques de crédit et de contreparties
- Les pratiques commerciales

Risques liés aux informations pour le pilotage
- Budget et données opérationnelles de gestion
- Reporting réglementaire, fiscal et juridique
- Reporting financier et communication financière
- Suivi des obligations contractuelles et / ou engagements vis-à-vis des tiers
- Tableau de bord et indicateurs de performance

A propos de PROTIVITI
Protiviti, cabinet leader au niveau international, n'a qu'une seule vocation : la maîtrise des organisations en gérant au mieux les risques, en renforçant l'efficacité de l'entreprise et en augmentant sa performance. Protiviti accompagne ses clients afin d'exploiter toute nouvelle opportunité et d'améliorer leur performance par une gestion des risques pragmatique et objective.
La particularité de notre réseau mondial de spécialistes est de partager une vision globale du marché et des points de vue permettant d'offrir des solutions à forte valeur ajoutée : gestion des risques, gouvernance, conformité, performance, systèmes d'information, investigations, restructurations...
Avec plus de 2 500 spécialistes répartis dans plus de 60 bureaux à travers le monde, Protiviti apporte à ses clients des connaissances et compétences éprouvées, des méthodologies et bonnes pratiques adaptées et une gestion de projet allant de la conception à la mise en œuvre concrète de solutions, incluant une dimension technologique.
Protiviti travaille, depuis son origine, pour de nombreuses sociétés du CAC 40, FTSE 350 et du Fortune 500.

Ci-dessous le baromètre téléchargeable (PDF) en 36 pages

barometre2011.pdf Barometre2011.pdf  (657.57 Ko)


Mercredi 22 Juin 2011
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs