Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

J.P. Morgan AM Allocation et perspectives - Février 2010


Document produit par l’équipe Global Multi-Asset Group. Rédigé par David Shairp et Rekha Sharma, Stratégistes.




- Les débats dans des banques centrales des pays développés pourraient s’intensifier, mais nous n’attendons pas de resserrement monétaire important en 2010. La Chine a entamé un processus de normalisation.

- La reprise sera molle dans l’OCDE. D’après les enquêtes, le rebond de l’activité manufacturière se poursuit, mais les statistiques des services commencent à montrer des signes d’arrivée à un plus-haut.

- De possibles nouvelles réglementations bancaires, une normalisation en Chine et des craintes sur le risque souverain ont pesé sur le sentiment. Toutefois, les actions affichent une valorisation relative attrayante.

- Nous restons surpondérés en actions par rapport aux obligations. Sur les actions, nous privilégions le Japon, l’Asie, les marchés émergents et la Suède ; nous sommes neutres sur les Etats-Unis et le Royaume-Uni et sous-pondérés sur l’Europe continentale et l’Australie.

J.P. Morgan AM Allocation et perspectives - Février 2010

Graphique du mois
Le graphique présente le ratio des enquêtes PMI dans les secteurs manufacturier et des services. Après avoir atteint un point bas en janvier 2009, la série est à présent proche du plus-haut. Cela suggère que l’indice manufacturier distance depuis un certain temps l’indice des services, conséquence de l’ampleur du processus de déstockage au quatrième trimestre 2008 et de la reprise qui a suivi.

J.P. Morgan AM Allocation et perspectives - Février 2010

Bénéfices et valorisations
Les anticipations ont progressé, avec des estimations bottom-up agrégées d’une croissance mondiale des bénéfices de 28,3 % en 2010 et de 20,0 % en 2011 et une hausse cumulée de 56 % des résultats des sociétés du S&P 500 sur la période 2009-2011. Les chiffres de 2010 bénéficieront d’effets de base importants venant des secteurs de la finance, de la consommation cyclique et de l’énergie.

Toutefois, après les réductions drastiques des coûts l’an passé, notamment aux Etats-Unis, la qualité des résultats et les perspectives de croissance du chiffre d’affaires doivent focaliser l’attention. La période de publication des résultats du 4T des sociétés américaines a pris un bon départ, mais sans entraîner de rebond des marchés. L’autre thème qui pourrait affecter les marchés concerne le timing du retournement à la hausse. La reprise économique et les résultats meilleurs que prévu augurent d’une poursuite de la croissance des bénéfices au 1S 2010, mais des doutes pourraient naître sur la pérennité de cette croissance au 2S 2010 ou en 2011. Il pourrait en résulter des attentes plus élevées pour cette année au détriment de l’année suivante. Ce scénario pourrait déstabiliser les marchés, après qu’ils auront intégré de meilleures perspectives en 2010. Nous restons sceptiques sur la matérialisation d’une hausse de 21 % des profits en 2011.

Nos indicateurs du momentum des bénéfices ont atteint un plus-haut. Sur les 24 marchés que nous suivons, ils ne sont que 17 à afficher un meilleur momentum par rapport à il y a six mois et seulement 8 par rapport au mois dernier. Les analystes continuent néanmoins de revoir à la hausse leurs estimations, l’Espagne et l’Italie étant les seuls marchés où les révisions à la baisse l’emportent. Nos indicateurs composites qui analysent les valorisations par rapport à une tendance à moyen terme suggèrent qu’elles sont pour la plupart proches de la neutralité. Cela étant, les actions restent la classe d’actifs de prédilection. 63 % des sociétés d’Europe continentale offrent actuellement un rendement du dividende supérieur au rendement réel des obligations.

J.P. Morgan AM Allocation et perspectives - Février 2010

J.P. Morgan AM Allocation et perspectives - Février 2010

J.P. Morgan AM Allocation et perspectives - Février 2010

J.P. Morgan AM Allocation et perspectives - Février 2010

Marchés
Le risque de défaut souverain, les évolutions réglementaires et le resserrement monétaire seront des thèmes dominants en 2010. Dans un contexte d’incertitudes, la volatilité restera forte, et l’indice VIX est déjà passé de 17,6 en janvier à 26,1. La confiance à l’égard des actifs risqués pourrait être mise à l’épreuve. Plusieurs enquêtes suggéraient un certain optimisme en début d’année, mais malgré d’assez bons résultats des sociétés, les facteurs précités ont conduit à des prises de bénéfices et à un regain d’aversion pour le risque. En 2009, la confiance a repris le dessus et les banques centrales ont favorisé la prise de risque, mais les bonnes nouvelles sont à présent dans les cours. Si les statistiques restent solides, elles alimenteront la perspective d’un resserrement monétaire. Si elles sont faibles, les investisseurs s’interrogeront sur la solidité de la reprise. Les statistiques commencent à diverger et leur trajectoire pourrait ne pas être en ligne droite en 2010. Il en sera probablement de même pour les actifs risqués.

Ce n’est pas sans précédent. Sur la base des travaux de Rogoff et Reinhart, nous avons analysé la performance des marchés actions de 12 pays affectés par une crise bancaire. L’année suivant la crise, ils ont en moyenne rebondi de 78 %. Après ce rebond, ils ont tendance à évoluer dans une fourchette, assez large, pendant quelques années. Bien que conscients de ces enseignements de l’histoire, nous restons surpondérés sur les actions et pensons qu’elles devraient surperformer les obligations.

Ce document « Allocation et perspectives » est une lettre d'information générale, à but pédagogique, à destination du public et relative aux marchés financiers et aux grandes tendances de l'économie. Ce document, de nature illustrative et générale, est préparé par l'équipe des économistes de Global Multi- Asset Group de J.P. Morgan Asset Management et reflète leur vision des marchés, à la date de ce document. Les informations contenues peuvent varier à tout moment. Il ne s'agit en aucun cas d'un conseil particulier relatif à une situation patrimoniale individuelle. Le lecteur devra toujours se référer à son conseil financier habituel pour toute information adaptée à ses besoins. Emis par JPMorgan Asset Management (Europe) S.à.r.l. – Succursale de Paris, au capital social de 10.000.000 euros inscrite au RCS de Paris n°492 956 693. J.P. Morgan Asset Manag ement est une marque de distribution d’OPCVM agréés ou autorisés à la commercialisation en France par l’AMF.

Mardi 16 Mars 2010
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News