Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Flight to quality : un potentiel sans doute limité


L’explosion des déficits publics a affecté l’attrait de la dette des grands Etats (Allemagne, Etats-Unis…), vis-à-vis d’investisseurs inquiets de la capacité des états à honorer leurs engagements sur le long terme sans favoriser un retour plus marqué de l’inflation. La faiblesse des marchés d’actions risque d’avoir moins d’impact sur les taux longs des grands Etats.




La tendance s’est dégradée nettement sur les marchés d’actions en ce début d’année. Les craintes concernant la régulation du secteur bancaire est une des causes de cette évolution. Par ailleurs, les inquiétudes sur la qualité de crédit de la Grèce se sont propagées aux dettes espagnole, irlandaise, italienne, portugaise… En dépit de ce retour de l’aversion au risque, les emprunts des grands Etats ne peuvent plus tout à fait jouer le rôle de refuge qu’ils ont l’habitude de jouer dans ce type de circonstances. Il est probable que le potentiel de baisse des taux sur les emprunts US et sur le Bund est aujourd’hui limité. En effet, d’une part le Bund dix ans, à 3,15% est proche de ses niveaux les plus bas. D’autre part, compte tenu de la confirmation de la reprise économique mondiale et du retour des indices de prix en zone nettement positive (2,7% aux Etats-Unis en 2009 et 1% estimé en janvier sur douze mois au sein de la zone euro), la macroéconomie ne justifie plus de baisse des taux obligataires. Enfin, les inquiétudes des investisseurs se déplacent progressivement. L’explosion des déficits publics est une menace à long terme y compris pour les Etats-Unis ou l’Allemagne. Certains investisseurs considèrent que même les grand Etats auront des difficultés à honorer leurs engagements sans favoriser un retour plus marqué de l’inflation. La notion de flight to quality perd de ce fait un peu de sa force.

Qu’en sera-t-il au mois de février ? La journée où l’Eurostoxx 50 a perdu 3,5% a donné lieu à une baisse de 0,06% du rendement du Bund dix ans. L’impression qui domine est que seule une nouvelle forte baisse des marchés d’actions pourrait faire baisser nettement plus les rendements. Dans le cas d’un rebond généralisé des marchés d’actions, en revanche, les taux à long terme se retendraient naturellement, mais ici encore dans des proportions limitées. Le très bas niveau des taux monétaires sert toujours de force de rappel. Le rendement des Bunds à 10 ans pourrait osciller dans une fourchette comprise entre 3,10% et 3,35%.

Ce commentaire est signé Etienne Pourny, Président Directeur Général de Stelphia Asset Management.

A propos de Stelphia Asset Management
Stelphia Asset Management est une société de gestion indépendante française spécialisée sur les marchés de taux européens et sur les marchés d’Europe convergente et émergente. Son équipe fonde notamment sa méthodologie autour d’une vision analytique de la construction européenne et de la globalisation de l’économie mondiale. Société indépendante détenue majoritairement par ses fondateurs, Stelphia Asset Management compte Ofi Asset Management et La Banque Postale Asset Management à son capital. Les encours gérés s’élèvent à 232 millions d’euros (à fin décembre 2009).

www.stelphia.com

Dimanche 21 Février 2010
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs