Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

FY Eco (01-04-2015) n°5 - 14H00 | ODDO AM : Analyse marché "A la recherche du rendement"


Économie, marchés, actions, devises, matières premières. Chaque jour, et plusieurs fois par jour, votre quotidien Finyear vous offre (cadres financiers, investisseurs et conseillers professionnels) des commentaires et des chiffres.




Commentaires et chiffres du jour

FY Eco (01-04-2015) n°5 - 14H00 | ODDO AM : Analyse marché "A la recherche du rendement"
N°5 - 14H00

ODDO AM : Analyse marché "A la recherche du rendement"

Analyse marché de Oddo AM dans laquelle Nicolas Chaput, CEO et co-CIO et Laurent Denize, co-CIO, détaillent 2 possibilités d’investissement pour dynamiser son rendement en zone Euro.

En zone Euro, l’injection massive de liquidités sur les marchés par la BCE provoque un niveau historiquement bas des taux d’intérêts. Les obligations souveraines offrent un rendement brut moyen de 0.50% sur 10 ans, et les obligations d’entreprises de notation de qualité sont à peine plus attractives avec un rendement moyen culminant à 1% sur du 5 ans. Ces très faibles niveaux, et qui devraient le rester encore à moyen terme, ne plaident pas pour une forte allocation sur les taux cœurs, axes traditionnels de rendement dit sans risque. Il existe néanmoins, selon nous, des possibilités pour dynamiser le rendement de ses investissements en zone Euro.

AU SEIN DES OBLIGATIONS A HAUT RENDEMENT (« HIGH YIELD »), SE CONCENTRER SUR LES NOTATIONS B

Le High Yield européen reste dans l’ensemble plébiscité grâce à son rendement moyen proche de 4.60%. Sur ce segment, nous favorisons les signatures notées B qui ont été délaissées depuis l’été 2014 et offrent actuellement un rendement actuariel attractif : 5.80% contre 3% pour les BB. Avec des taux de défaut toujours très mesurés (attendus à 2% selon Moodys en fin d’année), et les maturités de dettes éloignées (limitant de ce fait les risques a court terme), nous déployons cette stratégie au sein de nos portefeuilles High Yield et Diversifiés.

FAVORISER LES ACTIONS A DIVIDENDES ÉLEVÉS, MAIS DE FAÇON CIBLÉE

Avec un rendement du dividende proche de 3.40%, les actions européennes restent la classe d’actifs à privilégier. Nombre d’entreprises disposent par ailleurs d’amples niveaux de trésorerie pour procéder à des rachats d’actions. Ces opérations particulièrement relutives permettent d’augmenter les bénéfices nets par action, en optimisant le coût des ressources pour l’entreprise. Il s’agit d’opérations fortement créatrices de valeurs dans un contexte de taux bas. Ces rachats n’ont pour l’instant pas encore véritablement commencé en Europe. A contrario, les entreprises américaines ont procédé à des rachats de grande ampleur (environ $500 milliards en 2013, et $900 milliards en 2014) soutenant ainsi leur cours. Cette tendance devrait selon nous apparaitre en Europe.
Toutefois, la faculté à verser du dividende doit s’apprécier dans la durée, d’où l’importance de sélectionner des entreprises capables de générer des flux de trésorerie de façon durable. A titre d’exemple, nous avons tendance à sous pondérer les actions énergétiques et pétrolières qui, dans l’environnement actuel et malgré un taux de rendement affiché élevé proche de 5%, ne nous semblent pas afficher une pérennité suffisante de leurs flux de trésorerie.

Nicolas Chaput, CEO & co-CIO Oddo AM
Laurent Denize, co-CIO Oddo AM


N°4 - 13H30

Saxo Bank publie ses prévisions pour le deuxième trimestre

Saxo Bank, le spécialiste de l’investissement et du trading en ligne, publie ses prévisions pour le deuxième trimestre 2015 et avertit les investisseurs de la fin du cycle actuel de « fuite en avant » alors que le modèle d’économie planifiée des huit dernières années arrive à son terme.

Les prévisions pour l’économie mondiale de Steen Jakobsen, Economiste en chef de Saxo Bank, sont plutôt négatives. Il pense que le cycle actuel approche de sa fin. Depuis trop longtemps, les politiques et les banques centrales ont acheté du temps en injectant du taux zéro et de l’assouplissement quantitatif dans les marchés, en poussant les investisseurs à prendre plus de risques en l’absence d’alternatives et en permettant aux entreprises de faire grimper le prix de leurs actions grâce à des rachats massifs, souvent avec des fonds empruntés à taux bas. A partir du deuxième trimestre, on peut s’attendre à un risque accru compte tenu de l’ajustement des prix des actifs et à une période de taux zéro, voire négatifs.

Prévoyant une rupture avec le passé, Steen Jakobsen déclare : « Le marché global ressemble plus à l’Union soviétique de 1989 dans sa structure politique et économique qu’à un libre marché. L’incapacité à injecter toute la monnaie imprimée dans l’économie réelle reste le problème central et également la solution au dilemme économique. Le mouvement de la BCE vers les taux négatifs en 2014 pourrait bien être le catalyseur du changement, notamment dans un contexte où 35% de la dette d’Etat européenne se traite à des taux négatifs. »

« Pour les entreprises, il est difficile d’avoir des volumes de ventes en hausse alors que la consommation ne repart pas. La conclusion est évidente : un système économique qui n’alloue pas le capital de manière efficace et qui continue d’apporter son soutien à une partie marginale de l’économie devrait aboutir à un jeu à somme nulle. »

Dans ce contexte, Saxo Bank publie ses prévisions pour le marché et ses idées de trades stratégiques pour le prochain trimestre :

Matières premières

La chute des prix du pétrole depuis six mois a surpris l’économie mondiale. Cet environnement laisse entrevoir des opportunités de rebond au deuxième trimestre, liées à une anticipation de hausse des prix, particulièrement sur le marché américain. Le trimestre prochain, l’accent sera mis sur le rééquilibrage entre l’offre et la demande de l’or noir.

Pour Saxo Bank, le prix de l’or va continuer à dépendre du dollar, de l’orientation des rendements des obligations américaines et de la date de la première hausse de taux, pour laquelle aucun effet positif n’est attendu.

Trade 1 : Une exposition aux métaux précieux
Trade 2 : Vente du baril de pétrole WTI

Macro

L’alignement des astres avec la chute des prix de l’énergie, l’euro plus bas, et une économie globale moins faible entraîne une révision à la hausse des prévisions de croissance 2015 pour la zone euro, à 1,5%. « Pour les Etats-Unis, je maintiens ma prévision de croissance aux environs de 3% et je reste moins optimiste que le consensus pour la Chine, avec 6,7%. » explique Mads Koefoed, Responsable de la stratégie macro de Saxo Bank.

« Il y a de nombreux risques au deuxième trimestre pouvant entraîner une hausse de la volatilité sur les marchés. Les Grecs pourraient se retrouver au pied du mur fin juin alors qu’aux Etats-Unis, la FED prépare sa première hausse de taux depuis 2004, juin et septembre étant les hypothèses les plus évidentes. » ajoute Mads Koefoed.

Trade 1 : Rester long sur les obligations d’entreprises européennes, avec le QE de la BCE
Trade 2 : Acheter des bons du trésor US long terme en prévision d’un décalage de la hausse de taux de la FED

Devises

Concernant les devises, John Hardy, Responsable de la stratégie Forex de Saxo Bank, s’attend à un potentiel rééquilibrage des extrêmes que sont le puissant dollar néo-zélandais et la faible couronne suédoise. Par ailleurs, le rallye du dollar US semble bien parti pour se poursuivre le trimestre prochain, avec certainement un rythme moins soutenu compte tenu de l’envolée des six derniers mois. Une grosse interrogation subsiste concernant le yen, l’USDJPY est resté dans une configuration technique très compliquée en cette fin de premier trimestre, qui marque la fin de l’année financière au Japon. Enfin, la livre sterling devrait rester sous pression à l’approche des élections en mai.

Trade 1 : Vendre le NZD contre l’AUD et l’USD
Trade 2 : Vendre le GBPSEK

Actions

Peter Garnry, Responsable de la stratégie actions de Saxo Bank, pense que les capitaux vont se diriger à nouveau vers l’Europe, attirés par une amélioration des perspectives économiques. De plus, les marchés sont partis pour réaliser leur meilleur début d’année depuis 1995 et s’inscrivent déjà en hausse de 14% depuis le 1er janvier. L’un des secteurs ayant déjà fortement bénéficié de la trajectoire prise par la politique monétaire et de l’amélioration des conditions macro-économiques est l’immobilier, en hausse de 20%.

« Un vent porteur », c’est l’expression qui représente le mieux le marché des actions européennes pour le deuxième trimestre. Et l’année 2015 en Europe pourrait être un remake de l’année 2013 pour les actions US qui avaient grimpé de 32% cette année-là. Ce qui signifie que les actions européennes pourraient encore s’envoler de 15%, après ce début d’année déjà exceptionnel.

A propos de Saxo Banque
www.saxobanque.fr


N°3 - 9H30

L’agenda macroéconomique chargé devrait une nouvelle fois bouleverser la séance

Marchés actions
Pour cette dernière séance du trimestre, les principales places actions ont reculé, souffrant de prises de bénéfices après de fortes progressions du côté des places européennes. Même si le Dax a cédé 0.99% à 11 966.17 points, l’indice allemand reste sur un gain trimestriel de plus de 22%. De même l’indice français a reculé de 0.98% à 5 033.64 points mais affiche une progression de près de 18% sur le trimestre. Le Footsie n’a pu suivre la tendance et profiter de cette performance en raison de sa forte pondération en entreprises pétrolières et minières. L’indice londonien se contente d’un gain mensuel légèrement supérieur à 3% seulement.

Même constat du côté de Wall Street, en dépit d’indicateurs favorables tel que le rebond de la confiance des consommateurs américains, tout comme leurs consœurs européennes les places actions ont également concédé du terrain. Le Dow Jones a perdu 1.11% à 17 776.12 points, le S&P500 0.88% à 2 067.89 points et le Nasdaq 0.94% à 4 900.88 points.

Ce matin, la Bourse de Tokyo a cédé 0.9% à 19 034.84 points pour cette première séance du deuxième trimestre. Les indicateurs Tankan manufacturiers sont ressortis décevants, pesant sur le moral des investisseurs. On notera toutefois des améliorations du côté du secteur des services.

Avant une journée extrêmement chargée en publications macroéconomiques, les principales places européennes sont attendues dans le rouge à l’ouverture. Aujourd’hui, on attendra les PMI manufacturiers en zone euro et aux Etats-Unis, tout comme l’enquête ADP des variations de l’emploi aux Etats-Unis, point très important dans l’optique de la hausse des taux par la FED. On aura également les ISM Manufacturiers et des Prix payés aux Etats-Unis. Le dossier grec sera toujours à suivre alors que le nouveau gouvernement grec a réfuté l’idée de céder la totalité du port du Pirée. Selon ce nouveau gouvernement un accord pourrait être trouvé la semaine prochaine même si à l’heure actuelle il manque encore ce fameux plan de réformes.

Forex
La monnaie unique s’est dépréciée hier face au billet vert à cause des inquiétudes persistantes des cambistes quant à la situation de la Grèce. En effet, le scepticisme des investisseurs sur un éventuel accord sur la dette grecque pèse toujours sur le marché des changes. Depuis lundi, se tient la réunion portant sur les négociations entre l’Union Européenne et la Grèce afin de trouver un terrain d’entente sur la reprise de l’aide financière apportée par l’Europe à la Grèce.

Ainsi, la parité EUR/USD est passée en dessous du seuil symbolique des 1,0750$ et est restée par la suite dans un canal compris entre 1,0732$ et 1,0740$. Cette nuit, l’euro a réussi à s’apprécier face au dollar ce qui a permis au cross de passer au-dessus de son actuel point pivot fixé à 1,0762$. Actuellement l’EUR/USD se négocie aux encablures des 1,0780$.

L’euro se retrouve également affaibli face au franc suisse. Dans sa dépréciation, l’EUR/CHF s’est traité au plus bas aux encablures des 1,0420CHF. Actuellement le cross se traite juste au-dessus de son point pivot et flirte avec le seuil symbolique des 1,0450CHF.

La livre sterling a profité de l’appétit pour le risque des investisseurs et a gagné du terrain face au dollar. Après un mieux de près de près de 80 pips, le cable s’est dirigé vers sa résistance 1 fixée à 1,4873$ sans réussir à la franchir. Le GBP/USD s’échange à 1,4852$ peu avant l’ouverture des principales places financières en Europe.

Matières premières
Au chapitre des matières premières, les cours de l’or noir poursuivent leur baisse, fragilisés par les négociations sur le nucléaire iranien. Les discussions entamées hier à Lausanne n’ont pour le moment abouties à aucune avancée concrète sur le dossier. Les différents acteurs se sont quittés cette nuit dans la confusion alors que la Russie et l’Iran affirmaient des progrès lorsque les Etats-Unis confirmaient que certaines questions restaient sans réponse.

Les discussions ont repris ce matin. Le scénario d’un possible accord sur le nucléaire iranien pèse sur les cours du pétrole. Les investisseurs anticipent en effet une hausse de l’offre de l’or noir en provenance d’Iran alors que celui-ci est pour le moment soumis à des sanctions qui le limitent dans sa production.

Dans ce contexte, les cours restent orientés à la baisse, dans un marché où l’offre reste supérieure à la demande. Les derniers chiffres économiques en provenance du premier consommateur d’or noir n’ont pas réussi à inverser la tendance. Le moral des ménages américains est ressorti en hausse aux Etats-Unis sur le mois de mars. Dans ce contexte, le Brent de la mer du Nord s’échange ce matin à 54,88 dollars le baril tandis que le light sweet crude se négocie proche des 47,39 dollars.

Les métaux précieux tentent ce matin un rebond après avoir perdu du terrain dernièrement face au billet vert qui bénéficie de son coté, de bons indicateurs économiques et des anticipations favorables sur la politique monétaire de la Fed. L’once d’or se traite pour 1 184,99 dollars tandis que l’once d’argent s’échange pour 16,61 dollars.

Saxo Banque (France)
www.saxobanque.fr

N°2 - 9H00

Peregrine & Black: Mid-Morning Market Comment

Good Morning Finyear Readers!

European equities are starting the new month/quarter on a slightly negative note this morning trading lower despite better than expected Chinese PMI data overnight and intensifying optimism that a nuclear deal with Iran is imminent.
PMI data overnight out of China surprisingly posted not only a better than expected reading but also that the index has moved slightly above 50 meaning manufacturing is expanding again most likely because recent measures to boost growth are starting to work.
There are plenty of data scheduled to be released today with Euro-zone manufacturing PMIs and the US ADP employment change data likely to take centre stage.
Overall sentiment remains positive however with some markets being closed for several days due to Easter it might take a few days longer than usual until new money which usually is pouring into stocks at the beginning of each month is being put to work this time around.
However potentially keeping markets from pushing much higher back into record territory is the fact that time is getting short what Greece is concerned with negotiations still not having progressed any further.
Also some traders are a bit worried what the US earnings season will yield scheduled to kick off in about two weeks from, especially with the very strong US Dollar potentially hurting multi-national companies more than expected.

Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst
Peregrine & Black
www.peregrineblack.com


N°1 - 8H30

UBS daily roundup - The death of the rational markets hypothesis

Paul Donovan daily briefing.

• The vexed debate around whether markets are rational or not would appear to have been answered with a resounding "not". Asian markets reacted to, of all things, a Chinese PMI sentiment reading of 50.1. This is not an instance of the economic data precision.

• Japan's Tankan survey of sentiment also provoked a reaction, with the manufacturing and capital spending data weaker than hoped for. The yen is turning out weaker than companies expected, however, which may boost profits (Japan-based exporters accumulate profits not market share on currency weakness).

• Euro area manufacturing PMI sentiment is likely to show economic expansion – the other economic data has pointed to expansion, and sentiment data is prone to exaggerate the trends. There will be divergence on display (France remaining negative) but the sentiment does not reflect reality here.

• The US ISM manufacturing sentiment survey completes the barrage of sentiment data that we have to endure today – we expect a 52.0 reading. Lockhart of the Fed is also scheduled to speak.

www.ubs.com/investmentbank




DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur


The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.




The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal



BOURSE : Indices + CAC40 + MP


Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


TAUX D'INTERET LEGAL

L'ordonnance du 20 août 2014 (n°2014-947) a introduit deux taux différents, l'un s'appliquant aux créanciers personnes physiques n'agissant pas pour des besoins professionnels, l'autre "pour tous les autres cas".

Le gouvernement a également instauré un calcul semestriel du taux légal calculé "en fonction du taux directeur de la Banque centrale européenne sur les opérations principales de refinancement et des taux pratiqués par les établissements de crédit et les sociétés de financement".

Comme prévu par l'article 2 de l'ordonnance du 20 août 2014, les deux nouveaux taux ont été fixés par arrêté pour leur entrée en vigueur dès le 1er janvier 2015.

L'arrêté du 23 décembre 2014 publié au JO le 27 décembre 2014 indique ainsi que :
"Pour le premier semestre 2015, le taux de l'intérêt légal est fixé :
1° Pour les créances des personnes physiques n'agissant pas pour des besoins professionnels : à 4,06% ;
2° Pour tous les autres cas : à 0,93%."


Rappelons que :
- En 2014, il était de 0,04%
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


TAUX INTERBANCAIRES

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois





Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France




INDICES OBLIGATAIRES

Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France


INFORMATIONS LÉGALES

Disclaimer:
Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

AVERTISSEMENT LÉGAL CONCERNANT LES COMMENTAIRES ET AVIS D'EXPERTS:

Les commentaires et avis d'experts figurant dans cette série d'articles publiés par Finyear sont émis à titre d’information et ne doivent pas être considérés comme un conseil d’investissement.

Plus particulièrement, les contenus figurant sur ce site Internet Finyear.com ne sauraient être interprétés comme des conseils fournis ou approuvés par tout membre du Groupe Finyear, ou comme une sollicitation ou une incitation à souscrire, vendre ou acheter un quelconque instrument financier.

Les analyses et opinions exprimées sont celles des sociétés et experts référencés dans chaque article à la date indiquée et sont susceptibles de changer à tout moment. Toutes projections économiques ou prévisions figurant dans ces articles document reflètent les hypothèses et jugements subjectifs des auteurs. Des événements imprévus peuvent se produire.
Ces commentaires et avis sont fournis uniquement à des fins d’information aux prestataires de services d’investissement ou aux autres professionnels ou investisseurs qualifiés.

Le site Internet Finyear.com ne contient aucun conseil financier, fiscal ou commercial, ni aucun conseil en investissement ou autre conseil proposé ou recommandé par le Groupe Finyear (et ne doit pas être interprété comme fournissant de tels conseils), et ne doit pas être considéré comme une liste des cours de placement, ni comme une offre, une incitation ou une sollicitation, en vue de la souscription, l'achat ou la vente de tout instrument financier.

Toute personne prenant une décision d'investissement en se fondant sur des informations disponibles sur Finyear.com agit à ses propres risques, et Finyear (y compris ses filiales) ne saurait en aucun cas être tenue responsable de toute perte subie de ce fait.

Tous les efforts ont été fournis afin de s’assurer de la justesse de l’information délivrée mais aucune assurance ou garantie ne peut être donnée.

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Les 4 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur

Le magazine bimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Mercredi 1 Avril 2015
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs