Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

FY Daily Briefings - 25 septembre 2014 (n°10 - 16H45) | France : Plus que jamais, les entreprises françaises vont au marché


Daily Briefings by Finyear. Économie, marchés, actions, devises, matières premières, deals du jour : Finyear, votre quotidien de l'exercice financier, vous offre, dès le matin et tout au long de la journée, des commentaires et des chiffres. A la suite vous trouverez également un tableau de bord financier avec cotations, indices et taux mis à jour en temps réel.




Marchés, actions, forex, matières premières : commentaires du jour

FY Daily Briefings - 25 septembre 2014 (n°10 - 16H45) |  France : Plus que jamais, les entreprises françaises vont au marché
N°10 - 16H45

France : Plus que jamais, les entreprises françaises vont au marché

Par Jean-Paul Betbeze.

Les chiffres sont sans appel : en juillet 2014, les marchés financiers ont apporté aux entreprises 52 milliards d’euros supplémentaires, les banques 14. Trois fois plus. Sur un an, le total des crédits aux entreprises augmente de moins de 2 % contre 11,5 % pour le financement par les marchés. L’encours de crédit bancaire représente 62 % du financement des entreprises, les marchés 38 %. La marchéisation… court...

Lire la suite


N°9 - 16H35

Progress on post-crisis reforms: banking supervisors and central bankers meet to discuss

Banking supervisors and central bankers representing more than 100 jurisdictions met this week in Tianjin, China, to discuss a range of policy measures relating to the Basel Committee on Banking Supervision's post-crisis reform agenda. Participants also discussed the role of banking systems in promoting growth and making financial services safe so that they could support the real economy.

Hosted by the China Banking Regulatory Commission, the event included a meeting of the Basel Committee and the 18th International Conference of Banking Supervisors. The occasion marked the expansion of the Basel Committee's membership to include the European Central Bank's Single Supervisory Mechanism and Indonesia's Financial Services Authority. To facilitate broad and consistent implementation of the Basel Committee's standards and foster a deeper understanding of supervisory practices worldwide, representatives from Chile, Malaysia and the United Arab Emirates have also joined the Committee as observers.

Dealing with global systemically important banks
The Basel Committee also reviewed an updated list of global systemically important banks (G-SIBs) based on end-2013 data. A bank designated as a G-SIB based on the Committee's methodology for assessing global systemic importance is required to hold additional Common Equity Tier 1 (CET1) capital of between
1% and 2.5%. The Committee and the Financial Stability Board will publish the list of G-SIBs in the coming weeks. This higher loss absorbency requirement will be phased in from the start of 2016, and will be fully implemented from the start of 2019.

Endorsement of the net stable funding ratio
The Committee endorsed the final details of Basel III's net stable funding ratio (NSFR). The NSFR limits the extent to which illiquid assets can be funded by volatile short-term borrowings and encourages banks to maintain more stable and longer-term sources of funding. The final standard will be released in the coming weeks and will take effect at the start of 2018.

Revising corporate governance guidance
Effective corporate governance is critical to the proper functioning of the banking sector. The Basel Committee has revised its 2010 Principles for enhancing corporate governance and will soon publish revisions for consultation.

Finalising securitisation standards
The Committee also reviewed progress towards finalising revisions to the Basel framework's securitisation standard and agreed the remaining significant policy details that will be published by year-end. It also recognised work that is being conducted jointly by the Basel Committee and the International Organization of Securities Commissions (IOSCO) to review securitisation markets. The Committee looks forward to the development of criteria that could help identify - and assist the financial industry's development of - simple and transparent securitisation structures. In 2015, the Committee will consider how to incorporate the criteria, once finalised, into the securitisation capital framework.

Improving consistency in bank capital ratios
The Committee has been closely examining banks' risk weighting practices. At its meeting, the Committee discussed a range of policy and supervisory actions that it has initiated to address the issue of excessive variability of risk-weighted assets. These actions include a review of the standardised approaches (ie the non-internal model-based approaches), the introduction of capital floors, greater restrictions on modelling parameters and assumptions, and improved disclosure. The Committee will elaborate on these measures in its report to the November 2014 G20 Summit.

www.bis.org


N°8 - 16H30

France Fears Juncker's Investment Plan Could Lack Teeth

By Simon Marks. French Government To Explain Reforms Efforts In Coming Weeks.

Key Eurozone states such as France are concerned the E300 billion investment plan announced by European Commission President-designate Jean-Claude Juncker will fall flat unless new money becomes available and precise details on where and how the money will be spent is not specified.

Central to the concerns, which were raised at a council meeting on competitiveness in Brussels Thursday, is that simply remobilizing structural funds found inside the EU budget will not be enough to inspire new growth.

"The principal risk of this investment plan is that false money is used and that the E300 billion is made up of money that has already been put on the table," said a senior French government official, who spoke to the press on the condition of anonymity.

"Secondly there is a risk that the money is not used quick enough," the official continued, adding that while some member states were against too much additional spending coming from public coffers, an effort should be made to devise strict criteria for how the E300 billion will be used, in what sectors and with what timeframe.

While increasing investment in Europe is one of the main priorities of the new Commission - which is due to take office at the beginning of November - senior EU officials have told MNI they fear Juncker's plan will not include a game-changing amount of new stimulus.

"I think it will probably be largely focused on improving the framework conditions for private investment and also improving and further developing community instruments to promote investment, but I would not expect huge additional funds from anywhere, neither on the EIB [European Investment Bank] side nor from the budget," said another EU official with knowledge of Juncker's investment plan.

According to the French official, a good start would be to ensure that the EIB receives an injection of new capital to use on riskier investments. He also raised the possibility that the European Stability Mechanism could lend funds to the wider economy for the purpose of spurring investment.

"If the investment plan is only to mobilize structural funds then that is not an investment plan," the French official said.

The official also said that without major efforts on economic reforms the effects of any investment plan would not be felt.

France, which has promised its European partners to reform the economy will submit its budget to Brussels next week. France must show it is making a sufficient effort to consolidate its debt levels to avoid having to resubmit its budget plan again.

Another issue for France is to convince its partners they are serious about implementing tough reforms. Many in Brussels are sceptical the country is capable of making such an effort.

A major project yet to be announced by the government is how France plans to liberalize professions such as taxi drivers, pharmacists and solicitors.

The French official said the government would explain its reform ideas "in the next few weeks."

MNI London Bureau
www.mni-news.com


N°7 - 11H30

L'actualité budgétaire européenne à l'automne 2014

Par l'Afep - Association française des entreprises privées.

A quelques jours de la présentation du projet de loi de finances (PLF) en France, le présent flash fait le point sur l’actualité budgétaire en Europe.

1. Allemagne : une trajectoire de désendettement entamée

En 2015, l’Allemagne devrait afficher son quatrième exercice consécutif d’équilibre des comptes publics : si la Grande récession a fortement accru la dette publique en 2009 et 2010, la courbe s’est inversée dès 2011 grâce aux efforts de consolidation budgétaire menés entre 2003 et 2007 (qui ont permis de se rapprocher de l’équilibre structurel avant la crise) et à une croissance plus vigoureuse. La trajectoire est désormais clairement orientée à la baisse, le programme de stabilité transmis aux partenaires européens en avril dernier prévoyant une dette publique à 65 % du PIB en 2018, soit un niveau proche de celui prévu par les critères dits « de Maastricht » (60 %).

2. Suède : vers une hausse des prélèvements ?

Souvent citée en exemple en matière de redressement des comptes publics, la Suède a réussi des performances notables au cours des vingt dernières années.

En effet, le solde public primaire (soit le solde avant le paiement des intérêts de la dette) a été constamment excédentaire entre 1996 et 2012, parfois dans des proportions importantes (+ 7 % du PIB en 2000). Cet excédent primaire a permis de faire refluer la dette publique (qui s’élevait à 40 % du PIB en 2013 contre 70 % en 1995) et les intérêts payés sur celle-ci, passés de plus de 5 points de PIB au milieu des années 1990 à moins de 1 % du PIB en 2012 soit, en valeur absolue, une division par trois des charges d’intérêt en près de 20 ans. Toutefois, la récente dégradation des comptes a fait l’objet d’un débat de politique économique à l’occasion des élections au Riksdag (Parlement) du 14 septembre dernier. Dans le pays du modèle social « du berceau jusqu’au cercueil », la question du niveau des services publics (et donc de leur financement) a été clairement posée : faut-il poursuivre ou non les baisses de prélèvements décidées par le gouvernement sortant ? Vainqueurs du scrutin, les sociaux-démocrates ont fait campagne sur la fin des baisses d’impôts et l’objectif de maintenir un haut niveau de protection sociale. Compte tenu du déficit, qui reste modeste en comparaison européenne, la hausse des dépenses pourrait s’accompagner d’une augmentation ciblée des prélèvements (secteur financier, TVA dans la restauration…).

3. Dépenses publiques militaires : une « exception française » qui justifie les déficits ?

Au sein de l’Union européenne, la France se distingue par un taux de dépenses publiques supérieur à la moyenne (56,6 % du PIB en 2012 contre près de 50 %). Il est parfois suggéré que cet écart tient à l’importance de l’effort budgétaire réalisé en matière de défense compte tenu du statut de puissance nucléaire du pays, que seul le Royaume-Uni partage au sein de l’UE. Selon Eurostat, la France dépense effectivement un ratio supérieur à celui de la moyenne de la zone euro, mais dans des proportions qui demeurent contenues (1,9 % du PIB contre 1,3 %). L’effort militaire explique donc 10 % de l’écart à la moyenne de la zone euro, et 7 % vis-à-vis de l’Allemagne. Les statistiques relèvent toutefois que les dépenses publiques militaires françaises sont inférieures à celles du Royaume-Uni alors même que ce dernier a un taux global de dépenses inférieur de près de 8 points. En réalité, la cause majeure de l’écart en matière de dépenses publiques entre la France et la moyenne européenne tient à la protection sociale (vieillesse, famille… pour 58 %) et à la santé (13 %).

Bien que toujours difficile, la situation budgétaire européenne s’est améliorée au cours des quatre dernières années. Au sein de l’UE, certains pays ont obtenu des résultats probants grâce à des politiques courageuses assurant une meilleure soutenabilité des finances publiques qui libère des marges de manœuvre pour opérer des choix de politique économique (y compris des hausses de prélèvements pour financer de nouvelles dépenses). A contrario, les pays dont l’ajustement est plus lent sont contraints dans une voie unique « hausses des recettes, baisses des dépenses » : sur ce dernier point, il convient d’être très rigoureux à l’heure de comparer les profils de dépenses et leur impact sur le solde public.

FLASH ECO
« Analyse à caractère économique ne constituant pas une prise de position. Liste complète disponible sur www.afep.com »


N°6 - 10H00

Tout ce qui sera nécessaire

Par Valentijn van Nieuwenhuijzen, Directeur de la Stratégie Monde, ING Investment Management.

Depuis l’été, les marchés financiers sont confrontés à des incertitudes accrues. Ceci est notamment imputable à la recrudescence des turbulences géopolitiques, par exemple en Ukraine et au Moyen-Orient. Bien que l’aversion des investisseurs pour le risque ait quelque peu augmenté, les effets négatifs sont relativement limités. Les actifs risqués comme les actions continuent à bien performer, tandis que les prix pétroliers se sont largement repliés.

L’incertitude accrue en ce qui concerne la politique monétaire mondiale a joué un rôle encore plus important. L’introduction du terme «démantèlement» nous a en effet appris que les investisseurs pouvaient devenir très nerveux à l’idée que le robinet monétaire soit fermé et que les taux augmentent. La promesse de taux américains inchangés pendant une période “prolongée” ou “considérable” a fait son temps. Le programme d’assouplissement quantitatif de la Fed touche à son terme et la spéculation sur le premier relèvement des taux est devenue l’une des occupations favorites de nombreux spécialistes des marchés. Bien que nous ne prévoyions pas de relèvement des taux avant le troisième trimestre de 2015, la possibilité d’une volatilité accrue a augmenté, en particulier sur les marchés obligataires.

Heureusement, la BCE compense le resserrement attendu de la politique de la Fed. En réaction à l’essoufflement de la reprise économique, au repli de l’inflation et, surtout, à la baisse des attentes inflationnistes, Mario Draghi a finalement annoncé un programme d’assouplissement quantitatif. Pour l’instant, les ABS (titres adossés à des actifs) et les covered bonds sont uniquement concernés, mais nous nous attendons à ce que les obligations d’État finissent également par être ciblées. Il y a toujours un risque que les banquiers centraux du noyau dur de la zone euro – essentiellement l’Allemagne – s’y opposent, mais jusqu’à présent, Mario Draghi est parvenu à de multiples reprises à surprendre les marchés dans le sens positif.

Au cours de ces dernières années, les vastes injections de liquidités des banques centrales, en particulier de la Fed, ont largement soutenu les flux d’investissement et la fin imminente de cette ère rend dès lors nerveux. L’attente de nouvelles mesures de la part de la BCE a toutefois donné une nouvelle impulsion à la “quête de rendement” au cours de ces derniers mois. Alors que le taux de l’obligation d’État allemande à 10 ans est redescendu sous 1%, les taux des obligations d’État périphériques sont retombés à des niveaux que personne n’aurait osé envisager il y a deux ans. Tandis que cette dernière catégorie est toujours prometteuse, de nombreux segments obligataires n’offrent plus qu’un potentiel haussier limité aux investisseurs. En termes ajustés en fonction de l’inflation (attendue), les perspectives de rendements positifs deviennent de plus en plus faibles.

Étant donné que la demande de placements générant des revenus devrait rester élevée, les actions et les valeurs immobilières devraient gagner en popularité. Cette opinion ne se fonde pas seulement sur la hausse attendue du nombre d’investisseurs à la recherche de revenus, mais aussi sur notre scénario central d’une amélioration de la croissance mondiale, des bénéfices et de l’emploi au cours des prochains trimestres. Pour l’Europe, les dernières mesures de la BCE constituent une stimulation bienvenue compte tenu des tensions persistantes avec la Russie et des chiffres économiques moins favorables de ces derniers mois. En dehors des taux plus faibles, l’euro s’est également déprécié, ce qui aiguillonne les exportations ainsi que l’inflation. Ceci stimule l’appétit des investisseurs pour le risque, tandis que la promesse de la BCE de faire «tout ce qui sera nécessaire» devrait soutenir la confiance des ménages et des entreprises.

Valentijn van Nieuwenhuijzen
Directeur de la Stratégie
ING Investment Management

N°5 - 9H45

Good Morning Finyear Readers!

European shares are trading moderately higher this morning managing to build on yesterday’s late gains.

Much better than expected housing data out of the US yesterday afternoon provided much needed relief and new optimism after worries that global economic growth might be on the back foot again has been a major drag on stocks for the past few days.
Overall sentiment in Europe continues to be mixed. Despite the US economy powering ahead and the ECB having undertaken plenty of measures to support growth and are likely to provide further stimulus in the months ahead not everybody is convinced that this will be enough.
Instead calls are getting louder for a substantial increase in public spending and much more rigid structural reforms especially in countries like Italy and France whose economies are struggling the most. There isn’t much in regard to data on the calendar this morning, however ECB chief Draghi will give a speech in Lithuania this morning.
Later in the day the release of US durable goods orders will take centre stage another strong economic number should give stocks another boost to the upside.
Technically we are in a sideways consolidation pattern with traders looking out to buy dips.

Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst
Peregrine & Black
www.peregrineblack.com


N°4 - 9H30

Les indices hésitent, l'euro poursuit sa baisse face au dollar

Marchés actions
Sur les marchés actions, les principales bourses à travers le monde ont clôturé en territoire positif après avoir souffert au cours des dernières séances. Le président de la BCE, Mario Draghi, a déclaré, à nouveau, vouloir maintenir une politique ultra-accommodante pour redresser l’économie de la zone euro à l’instar des Etats-Unis, dans le but de relancer notamment l’inflation. Le Dow Jones a ainsi progressé de 0.9% à 17 210.06 points, le S&P500 de 0.78% à 1 998.30 points et le Nasdaq de 1.03% à 4 555.22 points. Un peu plus tôt dans la journée, les bourses européennes avaient précédé leurs consœurs américaines. Le CAC 40 a ainsi engrangé 1.25% à 4 413.72 points, le Dax de 0.7% à 9 661.97 points et le Footsie à 0.45% à 6 706.27 points.

Néanmoins, la séance avait mal commencé suite à la publication de l’indice IFO allemand qui est sorti en berne. Les investisseurs continuent de se montrer globalement inquiets sur la situation de la zone euro. Selon les dernières indications disponibles, les bourses européennes sont attendues dans le rouge à l’ouverture ce matin.

Il y a quelques minutes, la Bourse de Tokyo a progressé de 1.28% à 16 374.14 points, portée à nouveau par les valeurs exportatrices après les prises de bénéfices ces derniers jours faute d’indicateurs. En effet, la faiblesse du Yen face au dollar favorise ce type de valeurs.

Le CAC 40 pourrait ainsi céder 0.3%, tout comme le Dax et le Footsie qui pourraient reculer de 0.2%. Cette journée est à nouveau peu fournie en indicateurs macroéconomiques.

Forex
Sur le marché des devises, la monnaie unique européenne cède de nouveau du terrain face au dollar après le rebond de début de semaine. L’Euro est même tombé sous $1,28, une première depuis Juillet 2013. Cette nouvelle baisse s’illustre après un indicateur allemand IFO décevant, conjugué à une publication record depuis Mai 2008 aux Etats-Unis concernant les ventes de maisons neuves.

L'euro, une nouvelle fois pénalisée par un indice Ifo du moral des entrepreneurs allemands paru en dessous du consensus, à 104,7 points en septembre, contre 106,3 points en août, continue d’illustrer une reprise économique plus que laborieuse.
Le marché avait déjà été ébranlé la veille par l'annonce d'un nouveau ralentissement de la croissance dans la zone euro en septembre, dans le secteur manufacturier et dans celui des services. Mardi, l'indice PMI composite de la zone euro s'est établi à 52,3 points, contre 52,5 points en août. Les mauvais chiffres en zone euro étaient de nature à alimenter des spéculations sur la nécessité de nouvelles actions de la Banque centrale européenne (BCE) pour tenter de soutenir l'activité dans la région.

Le billet vert reprend encore de la hauteur après l'annonce des ventes de maisons neuves aux États-Unis pour le mois d’août, évaluées à 504.000. La tendance de fond reste à l’appréciation du dollar avec en ligne de mire une anticipation des cambistes quant au rehaussement des taux de le Réserve Fédérale américaine à l’horizon 2015. Les investisseurs suivront aussi de près les chiffres du Produit intérieur brut (PIB) aux États-Unis pour le deuxième trimestre qui doivent être publiés vendredi.
Ce matin, la paire la paire évolue autour de $1,2757.

Aujourd’hui, au programme des annonces, les investisseurs surveilleront la demande de monnaie "banque centrale" en zone euro, et les commandes de biens durables ainsi que les chiffres de l'emploi aux Etats-Unis.

Au Royaume-Uni, la journée de mercredi a été mouvementée sur le cross GBPUSD. La livre sterling, après un rebond en début de semaine, a perdu à nouveau du terrain face au dollar. La tendance haussière sur le moyen terme, après deux semaines de légère appréciation pour la devise britannique, semble compromise et les deux derniers jours de la semaine seront déterminants pour valider ou non une appréciation de la livre sterling. Le cable est évalué aux alentours de $1,6290 ce matin.

Face à l’euro, la livre s’échange aux environs de £0,7821 ce matin, continuant ainsi sa baisse entamée en début de semaine.
Le discours du gouverneur de la Bank of England aujourd’hui sera suivi avec attention par les cambistes.

Du côté de l’Asie, la monnaie unique européenne reculait face à la monnaie nippone, à 139,14 yens ce matin. La devise japonaise tire profit du côté « valeur refuge » qu’elle représente, après le regain du conflit impliquant les occidentaux au Moyen-Orient. La paire USDJPY évolue autour des 109,24 yens ce matin et ne parvient toujours pas à franchir le seuil des 110 yens depuis 15 jours.

En Australie, aujourd’hui les investisseurs surveilleront le discours du gouverneur de la Bank of Australia. La paire USDAUD est toujours orientée en forte hausse depuis le début du mois, le dollar américain s’échangeant aux environs de 1,1358 dollars australiens.

Matières premières
Au chapitre des matières premières, le pétrole réagit positivement à la publication des stocks américains. En effet, les cours s’affichaient en nette hausse après le rapport du Département américain de l’Energie. Ce dernier a fait état d’une baisse des stocks de brut de 4,3 millions de barils prenant à contrepied les analystes qui tablaient sur une hausse de 500 000 barils. Dans un climat d’inquiétudes pour la demande, cette baisse inattendue des stocks rassure les investisseurs. Même si l’offre reste abondante et que les doutes ne sont pas dissipés, ce rapport permet d’alléger la pression sur les cours.

Dans ce contexte, sur le Nymex, le baril Light Sweet Crude évolue autour des 92,7 dollars. De son côté, le Brent de la Mer du Nord s’échange, ce matin, contre 96,7 dollars.

Sur le front des métaux précieux, l’or reprend le chemin de la baisse. Le dollar a repris sa marche en avant hier poussant l’or à des plus bas de 8 mois. Les nouvelles données macroéconomiques sur l’immobilier ont été bien accueillies par les investisseurs. De plus, la banque Goldman Sachs a réitéré ses prévisions négatives sur le métal jaune cette année. La banque prévoit une baisse de l’or à 1050 dollars l’once d’ici la fin 2014. Ce matin, l’once d’or se traitait autour des 1 209 dollars.

Saxo Banque (France)
www.saxobanque.fr


N°3 - 9H00

L’OMC revoit ses prévisions à la baisse après une faible croissance du commerce au premier semestre de 2014

Les économistes de l’OMC ont réduit à 3,1% (contre 4,7% en avril) leur prévision de croissance du commerce mondial pour 2014 et ont abaissé de 5,3% à 4,0% leur estimation pour 2015.
Cette révision à la baisse fait suite à une croissance du PIB plus faible que prévu et à l’atonie de la demande d’importations au premier semestre de 2014, notamment dans les régions exportatrices de ressources naturelles comme l’Amérique du Sud et l’Amérique centrale.
“C’est l’occasion de nous rappeler que le commerce peut jouer un rôle positif à cet égard. La réduction du coût des échanges et l’élargissement des possibilités commerciales peuvent être des ingrédients essentiels pour inverser cette tendance”, a déclaré le Directeur général, M. Roberto Azevêdo.

Lire la suite


N°2 - 8H45

UBS daily roundup - Let's party like it's 1985

Paul Donovan daily briefing.

• New Zealand's central bank statement declared the institution to be unhappy with the strength of the currency, to want it weaker, and to be prepared to intervene to achieve that end. It is all very 1980s in a Plaza Accord sort of a way.

• According to the Financial Times, Euro weakness should be a source of satisfaction at the ECB. The problem with all this is that currencies do not have the real economic impact that they did in the 1980s or the 1990s – more a profit than a volume effect.

• Euro M3 money supply is scheduled for release – a measure that provides some degree of insight into the success of the ECB in stimulating bank lending in the Euro area. There is no success for the ECB in stimulating bank lending in the Euro area.

• US durable goods orders will be pulled down as to the headline release by the volatile aircraft orders component. Stripping that away the underlying data should show strength. The Kansas City Fed sentiment measure is also due.

www.ubs.com/investmentbank


N°1 - 8H30

Le chômage fait une pause au mois d'août

Malgré l'été maussade et les mauvaises prévisions de croissance pour le troisième trimestre, le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A a diminué de 11 000 soit 0,3 %. Il s'élève néanmoins à 3,413 millions.

Le nombre de chômeurs de catégories ABC est également en baisse de 0,1 % à 5,380 millions.

Les pouvoirs publics mettent en avant que ce recul rompt avec neuf mois consécutifs. Le mois d'août n'est en règle pas significatif en termes de flux pour l'emploi compte tenu des fermetures d'entreprises, des vacances. De nombreux jeunes attendent la rentrée de septembre pour s'inscrire. De même, le travail saisonnier joue en faveur de la baisse du chômage.

Le petit recul de 0,1 % du chômage des jeunes ne doit pas être surestimé. Certes la montée en puissance des emplois d'avenir permet une stabilisation. Il serait hasardeux de tirer des conclusions sur l'évolution du chômage des moins de 25 ans d'ici la fin de l'année.

Le chômage des plus de 50 ans continue, en revanche à augmenter. La hausse en août est de 0,1 % et de 11,6 % sur un an. Cette évolution souligne les problèmes de maintien des seniors dans le monde du travail.

L'ancienneté au chômage a continué à augmenter au mois d'août, 3 jours de plus portant le total à 532 jours soit 29 jours de plus en un an. Il y a plus de 2,3 millions de demandeurs d'emploi inscrits depuis plus d'un an, soit 68 % des demandeurs d'emploi.

La situation de l'emploi sur un an se dégrade fortement en Corse qui souffre de la crise dans le bâtiment et d'une saison en demi-teinte. Le chômage a progressé de 12 %. Les autres régions qui connaissent une forte progression du taux de chômage sont l'Ile-de-France, Midi-Pyrénées et Languedoc Roussillon.

Le début de l'amélioration du taux de marge des entreprises pourrait amener le secteur marchand à créer davantage d'emplois dans les prochains mois, sous réserve que les perspectives économiques s'améliorent.

Philippe Crevel
www.philippecrevel.fr


Corporate Finance : commentaires du jour

L'actu Corporate Finance par FinActu:

- Neotys lève des fonds auprès d’Ardian et de Bpifrance pour soutenir son développement international 24/09/2014
- A/B Tasty lève 1,1 M€ auprès de XAnge et Kima Venture 24/09/2014
- Fred & Farid entre au capital de la startup Little Big Data 24/09/2014
- Akeneo lève 1,8 M€ auprès d’AlvenCapital pour accélérer son développement international et renforcer ses équipes techniques 24/09/2014
- Eurazeo cède la participation résiduelle de Ray Investment dans Rexel pour 320 M€ 24/09/2014
- Stimulus poursuit son développement avec le soutien de Turenne Santé 24/09/2014
- AMS s’empare de la société Asdia 24/09/2014
- Marvell conseille le fonds d’investissement Varova dans le cadre de l’acquisition des lignes de production de Continental Automotive Rambouillet 24/09/2014
- Atout Capital accompagne Serenium dans une opération de 25 M€ 23/09/2014
- Mode et Finance cède sa participation minoritaire dans AMI France 23/09/2014

Plus d'informations sur : www.finactu.fr

FinActu est notre partenaire éditorial pour la lettre mensuelle LE CAPITAL INVESTISSEUR

Chiffres du jour : INSEE, EUROSTAT, Banque de France, OCDE, etc...

17 septembre 2014

Le taux d’inflation annuel de la zone euro stable à 0,4% - Août 2014

Celui de l'UE stable à 0,5%.

Le taux d’inflation annuel de la zone euro s’est établi à 0,4% en août 2014, inchangé par rapport à juillet.
En août 2013, il était de 1,3%. Le taux d’inflation mensuel a été de 0,1% en août 2014.

EUROSTAT
ec.europa.eu/eurostat


DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur


The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.




The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal



BOURSE : Indices + CAC40 + MP


Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


TAUX D'INTERET LEGAL

Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


TAUX INTERBANCAIRES

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois





Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France




INDICES OBLIGATAIRES

Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France


INFORMATIONS LÉGALES

Disclaimer:
Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

AVERTISSEMENT LÉGAL CONCERNANT LES COMMENTAIRES ET AVIS D'EXPERTS:

Les commentaires et avis d'experts figurant dans cette série d'articles publiés par Finyear sont émis à titre d’information et ne doivent pas être considérés comme un conseil d’investissement.

Plus particulièrement, les contenus figurant sur ce site Internet Finyear.com ne sauraient être interprétés comme des conseils fournis ou approuvés par tout membre du Groupe Finyear, ou comme une sollicitation ou une incitation à souscrire, vendre ou acheter un quelconque instrument financier.

Les analyses et opinions exprimées sont celles des sociétés et experts référencés dans chaque article à la date indiquée et sont susceptibles de changer à tout moment. Toutes projections économiques ou prévisions figurant dans ces articles document reflètent les hypothèses et jugements subjectifs des auteurs. Des événements imprévus peuvent se produire.
Ces commentaires et avis sont fournis uniquement à des fins d’information aux prestataires de services d’investissement ou aux autres professionnels ou investisseurs qualifiés.

Le site Internet Finyear.com ne contient aucun conseil financier, fiscal ou commercial, ni aucun conseil en investissement ou autre conseil proposé ou recommandé par le Groupe Finyear (et ne doit pas être interprété comme fournissant de tels conseils), et ne doit pas être considéré comme une liste des cours de placement, ni comme une offre, une incitation ou une sollicitation, en vue de la souscription, l'achat ou la vente de tout instrument financier.

Toute personne prenant une décision d'investissement en se fondant sur des informations disponibles sur Finyear.com agit à ses propres risques, et Finyear (y compris ses filiales) ne saurait en aucun cas être tenue responsable de toute perte subie de ce fait.

Tous les efforts ont été fournis afin de s’assurer de la justesse de l’information délivrée mais aucune assurance ou garantie ne peut être donnée.

Les médias du groupe Finyear

Chaque jour (5j/7) lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Chaque mois lisez gratuitement :

Le magazine digital :
- Finyear Magazine

Les 6 lettres digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur
- GRC Manager
- Le Contrôleur de Gestion (PROJET 2014)

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres


Jeudi 25 Septembre 2014
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs