Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

FY Daily Briefings - 21 mai 2014 (n°6 - 18H30)


Économie, marchés, actions, devises, matières premières, deals du jour : Finyear, votre quotidien de l'exercice financier, vous offre, dès le matin et tout au long de la journée, des commentaires et des chiffres. A la suite vous trouverez également un tableau de bord financier avec cotations, indices et taux mis à jour en temps réel.




Marchés, actions, forex, matières premières : commentaires du jour

FY Daily Briefings - 21 mai 2014 (n°6 - 18H30)
18H30

Op-ed: Quantitative Easing in the US, UK and Euro-Zone - The Response of the Central Banks

European equity markets are mostly mixed, flipping between small gains and losses with market participants contending with the prospect of the European Central Bank underwhelming the market with a lighter stimulus package than anticipated.

At the same time, the bullish momentum in markets is fading somewhat as benchmark indices in major developed economies like the US and Europe are in the sixth year of a bull market. Indeed, some are calling for a correction which is a demonstration of health in cyclical markets in which fundamentals strongly support an uptick in the wider economy. That’s at least the case for US stocks where the S&P500 and DJIA are both trading at record all-time highs.

The attention in the US will be on the meeting minutes from the Federal Reserve policy-makers for the April 29-30 meeting. The Fed’s commentary to markets thus far in 2014 has consisted of doveish rhetoric mixed with hawkish action – commitment to low rates but a reduction of quantitative easing – a welcome response in the eyes of the market, which is well aware that open ended liquidity needs to come to an end or else central bank balance sheets are operating beyond their means.

That said, many in the market are still not entirely prepared for the first interest rate rise, which is expected this time next year despite efforts by the Fed to stay tight lipped on the matter. Fed members, however, including Janet Yellen, believe the pace of growth in the US is not at the levels they would like it to be at, thus low rates will stick around for now. Interestingly, the reaction in bond markets is in contrast to what many have expected – equities and bonds traditionally work inversely, with investors adjusting allocations to reflect macroeconomic performance and valuation/yields presented by both asset classes. One would have thought this would be the year of for equities to continue to outperform prompting an exodus out of bonds. That hasn’t been the case, with yield hunters still investing in bonds, particularly US Treasuries on the back of the favourable returns still offered due to the conflicted yet friendly rhetoric by the Fed.

It’s certainly all about central banks this month, as it has been really for the past five years, but the focus now is firmly on the ECB who have been said to be behind the curve versus other major central banks in the stimulus game. Low-inflation and a stronger euro currency raise the spectre of disinflation in the euro area, threatening to derail a fragile and vulnerable economic recovery just after the euro zone puts the debt crisis behind itself. Rate cuts and LTROs over the past five years have helped to shore up money markets but many do not believe policy action thus far from the central bank has filtered into real GDP for many economies.

At the last policy meeting, strong suggestions by the ECB that it will consider all options to tackle the disinflationary threat and prop up the euro zone economy inspired investors who have long awaited for a gung-ho response by the central bank. Hope – if not belief – of a forthcoming package including rate cuts, negative deposit rate and a Fed/BOE/BOJ style quantitative easing/bond buying programme, helped euro zone risk assets and stunned the rise of the euro currency which had worried many nations and corporations which have seen an unfavourable FX impact on a strong euro.

Meanwhile, it’s a different tale at the Bank of England – the central bank has to get to grips with an improving economy which prompts rate increases as early as next year, but MPC members seem to be buying their time before such action can be taken, adopting dovish stances whilst wearing hawkish masks. Minutes from the last meeting by the BOE suggested the policy debate between MPC members was becoming “more balanced”. Minutes showed “a range of views” on the appropriate course for policy.

While the decision to hold the main rate at 0.5 per cent was unanimous, “some members thought the monetary policy decision was becoming more balanced”, according to the BOE. That stance may not be sustainable for MPC members, who in the face of encouraging data such as today’s rise in retail sales and last week’s drop in the unemployment rate, have to face the reality that monetary policy will have to be tightened. The market is well aware of this – indeed, most of us have priced-in rate increases as indicative by the strength in sterling and the yield on the gilt curve.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS
www.etxcapital.co.uk

-------------------------------------------------------

12H30

Inde : Le résultat des élections est propice au marché actions

Par Avinash Vazirani, gérant du fonds Jupiter India Select chez Jupiter Asset Management.

En élisant le dirigeant déterminé Narendra Modi, les Indiens ont donné au parti Bharatiya Janata (BJP) favorable aux affaires un mandat ferme pour gouverner. Le Parti du Congrès, presque balayé de l’échiquier politique, ne pourra même pas prétendre représenter officiellement l’opposition.

Il s’agit d’une victoire historique. Narendra Modi n’a en réalité qu’un seul objectif, le développement du pays, et il a été soutenu par des électeurs venant de tous les milieux. Grâce à son écrasante majorité, le BJP devrait être en mesure de faire avancer les choses.

Les infrastructures et le développement du pays vont être les axes prioritaires de ce nouveau gouvernement, de même que la réduction de la bureaucratie. Nous devrions assister à une simplification du système fiscal, à la mise en place d’une TVA, projet en attente depuis des années et à une baisse de l’impôt sur les plus-values et de celui sur les dividendes. Selon nous, nous devrions aussi voir un certain nombre de privatisations et la vente des parts de l’Etat dans des entreprises privées.

Le BJP a déjà fait savoir qu’il était contre le « terrorisme fiscal », en référence notamment au cas de Vodafone auquel le fisc indien réclame 1.6 milliards d’euros depuis 2007. Selon nous, le nouveau gouvernement va sans doute clore ce dossier, et l’on va revenir à une situation où les entreprises vont pouvoir planifier leur développement plutôt que de dépendre du gouvernement.

Comme nous l’avons déjà dit, Narendra Modi ne possède pas de baguette magique, mais de nombreux changements sont en réalité à portée de main. Ils peuvent être mis en place rapidement à partir du moment où des décisions claires sont prises par un gouvernement déterminé, ce dont le pays a cruellement manqué jusqu’à aujourd’hui.

Une des plus importantes promesses de Narendra Modi concerne la mise en place dans tout le pays d’un approvisionnement continu en énergie, en eau et d’un assainissement généralisé. S’il arrive à résoudre le problème de l’énergie, il aura résolu tous les problèmes des banques publiques et ces dernières pourront consacrer plus de leurs fonds au financement des infrastructures.

Il nous faudra encore être patient pour avoir une idée claire de l’état des finances publiques. Selon nous, elles ne sont pas aussi mauvaises que l’on pourrait le penser. Même si le déficit budgétaire se creuse à court terme, il devrait commencer à se résorber assez rapidement à mesure que la croissance économique accélère de nouveau.

La réserve de liquidités disponibles dans le pays qui ne demande qu’à être investie est colossale. Les indiens n’ont pratiquement pas participé au rallye qu’a connu le pays l’année dernière, les investissements étant majoritairement étrangers. Selon nous, nous pourrions assister au démarrage d’une tendance haussière des actions indiennes qui pourrait durer trois ou quatre ans.

Ce commentaire est émis à titre d’information et ne doit pas être considéré comme un conseil d’investissement. La valeur d’un investissement dans un fonds et les revenus qui en découlent peuvent aussi bien baisser qu’augmenter. Ils sont susceptibles d’être affectés par les variations des taux de change et vous pourriez ne pas récupérer les montants investis. Les frais d’entrée attachés à votre investissement auront un impact proportionnellement plus important sur son rendement si vous procédez à un rachat de votre investissement à court terme.

www.jupiteronline.com

-------------------------------------------------------

11H30

Morning Briefing - ETX Capital

European share markets are on the back foot for a third straight day following losses on Wall Street on Tuesday and weaker markets in Asia overnight. Traders are cutting risk ahead of meeting minutes by both the Bank of England and the Federal Reserve and consumer confidence data out of the euro zone.

On Wall Street on Tuesday, the S&P500 dropped 0.7%, underpinned by poor numbers from US retailers as well as growing worries about valuations of US stocks. At the same time, traders do reckon that with this bull-market in its sixth year, a correction is warranted and healthy so we can accept fading momentum in the market.

This in turn is restraining the upside momentum in equities and pushing markets to government bonds. However, Tuesday’s session saw euro zone bonds selling off sharply amidst worries about the upcoming EU parliamentary elections and the feeling across markets that the European Central Bank may not launch a quantitative easing package next month, instead introducing rate cuts and negative deposit rates, measures which the market does not believe are strong enough action to tackle disinflationary threats.

Central bank speak has been very much in focus with William Dudley, president of the New York Federal Reserve, saying yesterday that the Fed should continue buying mortgage-based products even as it starts raising interest rates – a measure which could be positive for bond markets. Later, we will have the Fed meeting minutes which will shed light on how the FOMC voted.

Before that, we have UK retail sales and the Bank of England will release minutes of its May meeting, after Tuesday’s higher than expected inflation pushed the pound to a fresh five-year peak on a trade-weighted basis. Out of the euro zone, a report from the European Commission will gauge consumer confidence in the region ahead of tomorrow’s EU elections.

Over in Asia, the Bank of Japan concluded a two-day policy meeting by keeping its current level of monetary stimulus unchanged. The BOJ said that the economy was “continuing to recover moderately”, although exports had “levelled off” – that was a boost for the yen currency which rose on the back of the BOJ while the Nikkei225 index declined. Other Asian markets were softer on the whole with geopolitical tensions in Thailand dominating the mood and recent troubling data out of China still very much in focus.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS
www.etxcapital.co.uk

-------------------------------------------------------

11H00

La bulle immobilière chinoise pèse sur la dynamique de croissance

Par Maarten-Jan Bakkum, Senior Emerging Market Strategist d’ING IM.

Eu égard aux rumeurs d’un éclatement imminent de la bulle immobilière chinoise et aux chiffres de croissance négatifs persistants de l’économie chinoise, Maarten-Jan Bakkum, Senior Emerging Market Strategist d’ING Investment Management (ING IM), commente la rapide détérioration des perspectives du pays.

Selon Maarten-Jan Bakkum, Senior Emerging Market Strategist d’ING IM, « nos indicateurs quantitatifs révèlent que la Chine affiche actuellement la dynamique de croissance la plus faible de toutes les économies émergentes. L’évolution des ventes et la dynamique des prix du secteur immobilier restent, en particulier, très négatives. Après le repli de la croissance des ventes à deux chiffres du premier trimestre, les chiffres d’avril ont à nouveau déçu. Pour Beijing et Shanghai, le volume des ventes s’est contracté de respectivement 18% et 17% au cours des trois premières semaines d’avril. »

« Ce net recul des ventes immobilières n’augure rien de bon pour les investissements en immobilier, ni pour l’ensemble de l’économie chinoise étant donné que ce secteur représente 20% du PIB. Nous nous attendons à une poursuite de la détérioration de la dynamique des prix immobiliers au cours des prochains mois. »

« Ce repli, combiné à un modeste assouplissement de la politique et à un indice des directeurs d’achats (PMI) qui est resté largement en dessous du niveau neutre de 50 points en avril (selon la première estimation), suggère que les perspectives de la croissance chinoise demeurent peu brillantes. »

Maarten-Jan Bakkum ajoute que « la demande domestique est par ailleurs à la traîne, tandis que le surplus de la balance courante de la Chine continue à se contracter. Ceci confirme la faible performance du secteur exportateur. Au premier trimestre, le surplus n’était plus que de 7 milliards d’USD, contre une moyenne trimestrielle de 46 milliards d’USD en 2013. »

« D’autres problèmes, comme ceux du secteur exportateur chinois et de l’important écart entre le taux de change effectif réel de la Chine et la moyenne des marchés émergents, devraient entraîner un affaiblissement du renminbi. »

Maarten-Jan Bakkum conclut que « nous avons actuellement une surpondération moyenne de l’immobilier en tant que classe d’actifs. Les fondamentaux demeurent solides quasiment partout dans les marchés développés et l’immobilier non résidentiel a commencé à se redresser grâce à l’amélioration des perspectives économiques. La reprise a débuté aux États-Unis, mais désormais, les prix immobiliers, les ventes de maisons et la dynamique de l’emploi s’améliorent aussi au Royaume-Uni, en Allemagne, au Japon et, plus récemment, dans d’autres pays du noyau dur et de la périphérie de la zone euro. L’immobilier chinois voit en revanche ses perspectives se détériorer. »

ING Investment Management International (ING IM International)
www.ingim.fr

*Le nom « ING IM International » fait référence aux activités financières d’ING IM en Europe, au Moyen-Orient, à Singapour, au Japon et aux Etats-Unis (Atlanta & New-York). ING IM International fait partie de NN Group N.V., une entité légale au sein du Groupe ING, qui se prépare à un futur autonome, avec les activités d’assurance d’ING en Europe et au Japon.

-------------------------------------------------------

10H00

Good Morning Finyear Readers!

European shares are trading lower this morning with some weakness spilling over from the US where markets turned negative yesterday on the back of disappointing earnings by several main retailers.
Focus today in Europe will be on the release of the BOE minutes and UK retail-sales with both are unlikely to point towards any moves in interest rates any time soon.
Later today Fed chief Janet Yellen will speak in New York followed by the release of the FOMC minutes this evening with both having the potential to be short-term market movers.

Overall however markets are still lacking major impulses for any substantial moves to either side at the moment, with many traders holding back until after the Ukrainian presidential elections scheduled to take place this Sunday. While sentiment remains favourable for stocks much of the current intra-day trade is driven by ‘Technicals’ with trading volume being average at best.
Although it appears as the rally has run out of steam for now, many still prefer to buy dips instead of outright shortening the market.

Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst

Peregrine & Black
www.peregrineblack.com

-------------------------------------------------------

9H30

Les marchés restent hésitants en attendant les minutes de la FED

Marchés Actions : Sur les marchés actions, le CAC 40 a fini dans le rouge en perdant -0,39% à 4452,35 points dans un faible volume d’affaires de 2,67 milliards d’euros (pour 3,4 milliards en moyenne depuis le début de l’année). L’indice français s’est vu pénalisé par Total qui perd -1,36% à 51,44 euros et Airbus qui cède 1,4% à 50,60 euros. En revanche, après cinq séances de baisse d’affilée, Société Générale rebondit de 1,16% à 41,535 euros. A Londres, le FTSE finit la séance à 6802 points pour une perte de 0.62%. Londres notamment pénalisé par l’action Vodafone chute de 5,5% à 205, même si de nouvelles données ont permis d’affirmer que l'inflation a accéléré à un rythme annuel de 1,8% au Royaume Uni en avril, contre 1,6% en mars. Enfin, le DAX de Francfort perd 0,21%, clôturant à 9.639,08 points.

A Wall Street, les marchés ont clôturé la séance dans le rouge. Le Dow Jones a cédé -0,83% à 1.6374,31 points. Le S&P 500 a perdu 0,63%, clôturant à 1.872,83 points. Enfin, l’indice technologique, le Nasdaq s’est vu reculer de -0,7% à 4.096,89 points.

Ce matin, la Banque du Japon a maintenu sa politique monétaire et affirmé ses perspectives d’inflation. En effet, les autorités de la banque centrale japonaise ne considèrent pas nécessaire d’adopter de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire pour absorber le choc de la hausse du taux de TVA, qui est passé de 4% à 8% en avril. Si les perspectives se confirment, le Japon pourrait avoir une inflation de 2% d’ici 2015, après 15 ans de déflation. Cependant, ces indications n’ont pas suffi pour porter les places boursières japonaises dans le vert. L'indice Nikkei a perdu 33,08 points à 14.042,17 pour une perte e 0,24% et le Topix, indice plus large, a cédé 3,33 points (-0,29%) à 1.150,05 points. Cela s’inscrit dans un contexte de préoccupation générale dans le continent asiatique, alors que mardi l’armée a décrété la loi martiale en Thaïlande.

A l’agenda d’aujourd’hui, des informations de premier ordre sont attendues. La Commission européenne fera connaitre l’Indice de confiance des consommateurs du mois de mai. Plus tard, le principal rendez-vous sera aux Etats Unis où la présidente de la Fed, Janet Yellen, fera un compte-rendu de la politique monétaire du FOMC (Federal Open Market Committee ou « Comité fédéral d'open market ») des 29 et 30 avril. Du côté des entreprises, l’essentiel de la journée tournera autour des assemblées générales, en particulier celle de Crédit Agricole SA mais aussi celles de Bureau Veritas, Norbert Dentressangle et Valeo.

Trente minutes avant l’ouverture des marchés, les contrats futures indiquent que le CAC 40 pourrait perdre jusqu'à 0,4% à l'ouverture, le Dax à Francfort 0,3% et le FTSE à Londres 0,2%.

Forex : La parité EUR/USD évolue dans le vert ce matin et cote aux alentours des 1.3707$, soit en recul de 0.05% depuis l’ouverture. Depuis Lundi, le marché manque de catalyseurs importants au niveau du calendrier macroéconomique, la tendance sur la parité phare du marché des devises reste atone. En effet, la parité a varié de moins de 40 pips sur les journées de Lundi et Mardi dans la mesure où les investisseurs sont restés en attente de statistiques économiques importantes. Cependant, aujourd’hui, le calme sur le marché des devises devrait cesser puisqu’est attendu en fin de journée la publication des minutes de la réunion du Comité de politique monétaire de la Fed du mois d’Avril.

Le cours des paires en yen recule ce matin encore. En effet, à l’issue de sa réunion de politique monétaire, la banque centrale du Japon a déclaré maintenir en l’état la politique monétaire du pays, ce qui a renforcé fortement le yen. La paire USD/JPY perd depuis l’ouverture 0.37% et cote aux alentours des 100.91 yens à près de 9h, cassant le seuil des 101 yens à la baisse, et pourrait facilement atteindre les 100.70 yens, puis les 100.15 yens, si la tendance baissière s’accentue davantage. De même, la parité EUR/JPY cote aux encablures des 138.48 yens, soit en baisse de 0.19% depuis l’ouverture alors que la parité se négociait aux alentours des 140.94 yens au plus haut la semaine dernière.

Matières premières : Au chapitre des matières premières, le pétrole gagne du terrain ce matin. En attendant le rapport du Département Américain de l’Energie, l’American Petroleum Institute a publié hier son rapport sur les stocks. Ce dernier fait état d’une baisse inattendue des stocks. Cependant, l’approvisionnement en pétrole aux Etats-Unis reste une donnée inquiétante. Pour rappel, les cours du WTI avaient chuté pour le deuxième mois consécutif en Avril après une augmentation des stocks proche de leur plus haut niveau depuis la création du rapport du Département Américain de l’Energie en 1982. Par ailleurs, l’instabilité géopolitique en Ukraine et l’incertitude autour de la production de pétrole en Libye maintiennent les cours à des niveaux soutenus. La banque Citigroup a d’ailleurs revu à la hausse ses prévisions de cours sur le Brent à 109$ contre 104$ précédemment en raison de ces deux variables.

Dans ce contexte, sur le Nymex, le baril Light Sweet Crude évolue autour des 102,9 dollars. De son côté, le Brent de la Mer du Nord s’échange ce matin autour des 109,7 dollars.

Sur le front des métaux précieux, l’or se maintient sous les 1300 dollars. La tendance sur le métal jaune reste indécise en attendant les minutes de la FED ce soir et de nouvelles indications macroéconomiques outre-Atlantique. A noter que les actifs investis dans l’ETF SPDR Gold Trust, le plus important sur le marché, atteignent leur plus bas niveau depuis Décembre 2008, signe d’un désintérêt des investisseurs pour l’or. La tendance reste donc fragile pour l’or malgré un début d’année encourageant. Ce matin, l’once d’or se traitait autour des 1 295 dollars.

L'équipe Saxo Banque
www.saxobanque.fr


--------------------------------------------------------

19 mai 2014

Le marché mondial peut-il encore progresser ? (Partie 1)

Même si des phases de volatilité ont pu parfois interrompre la tendance à la hausse – comme en mars/avril, les actions mondiales progressent depuis plusieurs années maintenant. De fait, le S&P 500® a progressé pour le cinquième trimestre consécutif, tandis que le MSCI World Index a atteint de nouveaux plafonds au premier trimestre et dépassé son pic d’avant‑récession.

Quatre experts en actions de Natixis Global Asset Management nous parlent des fondamentaux actuels des actions américaines, européennes et mondiales, des signes d’expansion ou de contraction et des segments présentant des opportunités.
Un expert par jour.

1er expert : Richard Skaggs, stratégiste actions senior Loomis, Sayles & Company.

Richard Skaggs souligne que les marchés d’actions américains et les principaux marchés d’actions européens restent cantonnés dans une zone inchangée depuis le début de l’année et se négocient dans une fourchette étroite. Au vu de la progression du S&P 500 de plus de 32 % en 2013 et de plus de 10 % sur le seul quatrième trimestre, Richard Skaggs n’est guère surpris de la récente période de consolidation.

« Les investisseurs ont dû faire face à plusieurs inquiétudes macroéconomiques, notamment la sous-performance des actions des marchés émergents au début de l'année, suivie par un rebond solide en février, et ils sont de nouveau confrontés depuis début mars à plusieurs difficultés », indique Richard Skaggs.

Sur le plan positif, le S&P 500 a atteint des niveaux record à plusieurs reprise en 2014, et Richard Skaggs pense que les perspectives restent positives à moyen terme – simplement pas aussi positives qu’en 2013. L’Europe semble également s’orienter vers une croissance économique un peu plus vigoureuse. La baisse des taux d’intérêt dans de nombreux pays périphériques a également eu des avantages selon lui.

Les signes favorables à une expansion du marché

Malgré la pause observée récemment, Richard Skaggs voit plusieurs fondamentaux importants soutenir ce marché haussier, qui reste selon lui parfaitement intact. « D’abord, et c’est peut-être le plus important, les bénéfices moyens des sociétés du S&P 500 devraient se maintenir dans une fourchette de croissance de 5 à 10 % cette année », déclare Richard Skaggs.

Ensuite, malgré la faible croissance des chiffres d’affaires, certains signes laissent Richard Skaggs penser que l’économie américaine pourrait s’accélérer après l’apathie de ces derniers mois (en partie due aux conditions météorologiques rigoureuses qui ont frappé l’Amérique du Nord). « Aux États-Unis, l’emploi progresse à un rythme régulier. Les taux d’intérêt restent très bas, ce qui soutient les ventes immobilières et automobiles et permet aux sociétés de renforcer leur position financière », explique-t-il. Et même si la Réserve fédérale retient beaucoup l’attention, la réduction continue de son programme d’assouplissement quantitatif est prise en compte dans les perspectives de Richard Skaggs.

Richard Skaggs a une longue liste de points positifs. Il précise que le rendement du dividende du S&P 500 est resté proche des 2 % (malgré la progression de l’indice), car les sociétés américaines continuent d’augmenter leurs distributions à un taux élevé. À la forte croissance des dividendes distribués en 2014 s’ajoutent les nombreux rachats d’actions. L’inflation reste assez basse et offre ainsi aux détenteurs d’actions un rendement réel attractif. La confiance des consommateurs s’améliore, non seulement aux États‑Unis, mais partout dans le monde. De plus, les flux de capitaux vers les fonds d’actions ont été régulièrement positifs depuis le début de 2013, après une longue période de sorties nettes de capitaux, dues à la fuite des investisseurs vers la sécurité relative des obligations.

Les valorisations restent raisonnables

Dans ce contexte positif, les ratios cours/bénéfice ont augmenté au cours des derniers trimestres. Selon Richard Skaggs, les valorisations du S&P 500 restent, dans l’ensemble, raisonnables. « Une accélération de la croissance du produit intérieur brut (PIB) donnerait un meilleur coup de pouce aux entreprises cycliques. Mais les niveaux actuels devraient déjà permettre de maintenir le rythme de croissance des bénéfices », explique Richard Skaggs.

Les signes d’une correction plus prononcée

Il n’est pas impossible que les ratios cours/bénéfice continuent à augmenter, mais si les valorisations continuent à augmenter sans accélération sous‑jacente des bénéfices d’exploitation, Richard Skaggs craint que le risque d’une correction plus importante ne se concrétise dans le courant de l’année.

« Au cours des dernières semaines, de nombreuses sociétés technologiques et biotechnologiques fortement valorisées ont cédé les gains enregistrés sur les derniers mois. De plus, nombre des récentes introductions en Bourse ont eu des difficultés à maintenir des valorisations élevées et ont commencé à corriger. Preuve que certains segments du marché d'actions américain ont besoin de souffler un peu », conclut Richard Skaggs.

La plupart des actions qui ont été les plus volatiles dernièrement ne font pas partie du S&P 500, ce qui met cet indice des grandes capitalisations à l’écart de la volatilité de ces derniers temps. Si une correction de 10 % ou plus du S&P 500 aurait déjà dû arriver, Richard Skaggs pense que le risque qu’elle ait lieu dépendra plus des prochains résultats d’entreprises et d’évolutions éventuellement inattendues des facteurs macroéconomiques que des niveaux de valorisation globaux.

Les analyses et opinions exprimées sont celles des filiales de Natixis Global Asset Management référencées dans ce document à la date indiquée et sont susceptibles de changer à tout moment. Toutes projections économiques ou prévisions figurant dans ce document reflètent les hypothèses et jugements subjectifs des filiales de Natixis Global Asset Management. Des événements imprévus peuvent se produire. Le présent document est fourni uniquement à des fins d’information aux prestataires de services d’investissement ou aux autres Clients Professionnels ou Investisseurs Qualifiés et, lorsque la réglementation locale l’exige, uniquement sur demande écrite de leur part.
ngam.natixis.com

Corporate Finance : commentaires du jour

(NOUVEAU) L'actu Corporate Finance par FinActu :

- Savoie Angels et Grenoble Angels soutiennent Pertilience et MobiSystème 21/05/2014
- Le groupe Convenant reprend les activités de Ouest Manutention 21/05/2014
- La Caisse des Dépôts et Media Advisory Services investissent 3,22 M€ dans LMC – UniversCiné 20/05/2014
- Ginestié Magellan Paley-Vincent conseille SeFaireAider.com pour sa levée de fonds et l’acquisition de Trouvea.fr 20/05/2014
- NATUREX double la taille de son activité Food et Beverage aux Etats-Unis avec l’acquisition de Vegetable Juices Inc. 20/05/2014
- Sandy Elkaim rejoint Bichot & Associés 20/05/2014
- Ardian acquiert la société allemande Schleich auprès de HgCapital 20/05/2014
- Argos Soditic accompagne la reprise de la société italienne BIP 20/05/2014
- Orange signe un accord avec Africell pour la cession de sa participation dans Orange Ouganda 20/05/2014
- Equity finalise l’acquisition de DiliTrust 20/05/2014

Plus d'informations sur : www.finactu.fr

FinActu est notre partenaire éditorial pour :
- la lettre mensuelle LE CAPITAL INVESTISSEUR
- et la rubrique News | Fusions-acquisitions, levées de fonds, LBO, MBO

Chiffres du jour : INSEE, EUROSTAT, Banque de France, OCDE, etc...

19 mai 2014

Taux d’emploi des 20-64 ans en baisse à 68,3% dans l’UE28 en 2013
Tendance inverse pour les 55-64 ans

Le taux d’emploi1 de la population âgée de 20 à 64 ans dans l’UE28 a suivi une tendance nette au cours de la dernière décennie : il a régulièrement augmenté de 2002 à 2008, passant de 66,7% à 70,3%, avant de chuter à 68,9% avec la crise financière et de diminuer depuis de façon continue pour s’établir à 68,3% en 2013. L’objectif en la matière de la stratégie Europe 2020 est d’atteindre un taux d’emploi d’au moins 75% dans l’UE28 d’ici 2020.

EUROSTAT

--------------------------------------------------------

14 mai 2014

Le taux de chômage de la zone OCDE stable à 7.5% en mars 2014

Le taux de chômage de la zone OCDE était stable à 7.5% en mars 2014. Dans l’ensemble, 45.9 millions de personnes étaient au chômage dans la zone OCDE, 4.0 millions de moins que lors du pic d’avril 2010, mais toujours 11.3 millions de plus qu’en juillet 2008.

Le taux de chômage était également stable dans la zone euro, à 11.8%, pour le quatrième mois consécutif, 0.2 point de pourcentage en-dessous du niveau observé un an auparavant.

Dans les autres pays, le taux de chômage était stable en mars au Japon (à 3.6%) et aux États-Unis (à 6.7%), tandis qu’il était en baisse au Canada (de 0.1 point de pourcentage, à 6.9%), en Australie (de 0.3 point de pourcentage, à 5.8%) et en Corée (de 0.4 point de pourcentage, à 3.5%), et en hausse au Mexique (de 0.4 point de pourcentage, à 5.1%). Les dernières données disponibles montrent qu’au mois d’avril 2014, le taux de chômage était en baisse de 0.4 point de pourcentage aux États-Unis (à 6.3%), tandis qu’il était stable au Canada.

En mars, le taux de chômage des femmes a augmenté de 0.1 point de pourcentage (à 7.7%), tandis que le taux de chômage des hommes était en baisse de 0.1 point de pourcentage (à 7.4%). Les taux de chômage de ces deux groupes étaient cependant inférieurs de 0.4 et 0.5 point de pourcentage, respectivement, aux niveaux atteints un an auparavant. Le taux de chômage des jeunes, à 15.5% en mars, était inférieur de 0.8 point de pourcentage à celui observé un an auparavant, mais toujours 2.5 points de pourcentage plus élevé qu’en juillet 2008. Le taux de chômage des jeunes était plus élevé de 9.1 points de pourcentage que celui des personnes de plus de 25 ans (6.4%) et demeurait exceptionnellement élevé dans plusieurs pays de la zone euro, comme en Grèce (à 56.8% en janvier, le dernier mois disponible), en Espagne (à 53.9%), en Italie (à 42.7%), au Portugal (à 35.4%) et en République slovaque (à 32.5%).

OCDE


DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur


The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.




The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal



BOURSE : Indices + CAC40 + MP


Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


TAUX D'INTERET LEGAL

Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


TAUX INTERBANCAIRES

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois





Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France




INDICES OBLIGATAIRES

Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France


Disclaimer:
Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Les médias du groupe Finyear

Chaque jour (5j/7) lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Chaque mois lisez gratuitement :

Le magazine digital :
- Finyear Magazine

Les 6 lettres digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur
- GRC Manager
- Le Contrôleur de Gestion (PROJET 2014)

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres


Mercredi 21 Mai 2014
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs