Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

FY Daily Briefings - 10 juin 2014 (n°6 - 16H30)


Économie, marchés, actions, devises, matières premières, deals du jour : Finyear, votre quotidien de l'exercice financier, vous offre, dès le matin et tout au long de la journée, des commentaires et des chiffres. A la suite vous trouverez également un tableau de bord financier avec cotations, indices et taux mis à jour en temps réel.




Marchés, actions, forex, matières premières : commentaires du jour

FY Daily Briefings - 10 juin 2014 (n°6 - 16H30)
16H30

UK Industrial Production Increases for Third Month in a Row, Portugal 10-year Bond Yield Falls to Lowest on Record

European stock markets pared session losses to trade better on Tuesday, particularly the German market as investors’ appetite for risk remains unquenched. Meanwhile, US government bonds and stocks are both weaker amidst a lack of data, with focus on the Federal Reserve meeting next Wednesday. Earlier in the session we had UK industrial production data which encouragingly showed another rise for a third straight month in April, thanks mostly to growth in plastic and rubber product. Output rose 0.4% month-on-month, in line with market expectations.

Portugal and Greece are the standout performers in Europe's bond market today, with their benchmark borrowing costs slumping ever lower. Greece's 10-year bond yield fell 19 basis points to 5.42% which is lowest in almost four and a half years, while Portugal's 10-year yield dipped 13 basis points to 3.23% which is the lowest on record.

And like Greece a few weeks ago, Cyprus is preparing its first formal bond sale since its bailout just over a year ago. Cyprus issued €100m of six-year bonds through a private placement last month, paying a coupon of 6.5 per cent to unnamed investors, but this will be the first formal bank-managed bond issue since its rescue in March 2013.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS
www.etxcapital.co.uk

--------------------------------------------------------

12H15

Les marchés saluent l’intervention de la BCE

Fidelity Flash marchés.

Le 5 Juin, le Président de la BCE, Mario Draghi, a annoncé la mise en place de mesures exceptionnelles afin de contrer les pressions déflationnistes et réveiller ainsi l’économie européenne :
- Réduction de 10 points de base du principal taux de refinancement à un plus bas historique de 0.15%.
- Abaissement inédit du taux de facilité de dépôt en territoire négatif (taux auquel la BCE rémunère les dépôts quotidiens des établissements financiers) de 0.0% à -0.1%. Une première de la part d’une grande banque centrale.
- Mise en place d’opérations de prêts de liquidités (TLTRO) – ce programme d'un montant de 400 milliards d’euros sur 4 ans a pour objectif de favoriser le crédit en faveur du secteur privé.
- Prolongation de l’octroi illimité de liquidités à taux fixes et suspension de la stérilisation du SMP (Securities Market Programme).
- Mario Draghi a par ailleurs indiqué que la mise en place d’un programme d’achat d’actifs titrisés (ABS Asset-backed securities) est à l’étude.

Les taux directeurs de la BCE en territoire inconnu
Avec un niveau d’inflation bas en zone Euro, la BCE étudie l’éventuelle mise en place de mesures non conventionnelles supplémentaires.
L’objectif de la BCE est de maintenir le taux d’inflation « proche des 2% ». Cependant avec un niveau d’inflation bien en-dessous lors de la dernière publication (en glissement annuel pour le mois de mai) établie à 0,5%, les risques de déflation augmentent et la BCE n’avait d’autre choix que d’intervenir. Dans ce contexte, et afin de rassurer les marchés, la BCE a toutefois laissé entendre que l’ensemble des mesures n’ont pas été activées et qu’une intervention à travers de nouvelles mesures non conventionnelles destinées à contrer les risques d’une spirale déflationniste est à l’étude.

Avis d’expert :
« Finalement, la BCE a adopté plusieurs mesures non orthodoxes que nous saluons. Le marché des devises permettra d’évaluer l’efficacité de ces réformes. Nous notons que l’euro s’est affaibli et espérons que cela va se poursuive afin d’apporter du relief à l’économie et notamment au secteur des entreprises.
La BCE a également profité de l'occasion pour réduire ses objectifs de croissance et d'inflation pour 2014. Maintenant que la croissance nominale est estimée à 1,4%, la marge d'erreur n'est pas très grande. Malgré ces mesures, la BCE anticipe un taux d'inflation de 1,4% en 2016 - bien en deçà de la cible de 2%. Cela souligne que ces mesures sont susceptibles d'être appliquées durant une certaine période. »
Dominic Rossi, CIO Equities, Fidelity.

-------------------------------------------------------

11H30

UBS daily roundup - Bits and pieces

Paul Donovan daily briefing.

• The UK reported weaker (nominal) retail sales data from the BRC, led by weaker food sales – although some of this may be due to price discounting. Industrial production is expected to accelerate a little.

• French industrial production is expected to contract in contrast, although the contrast with the UK is not especially pertinent; it is the contrast to other parts of the Euro area that matters. Interestingly French economic weakness has come in spite of the relative resilience of domestic bank lending.

• Italian final first quarter GDP is expected to be negative, occasioning no surprise to anyone, as bond yields reach record lows. Greece will display one of the rare instances of deflation in the Euro area.

• China selectively cut its reserve requirement ratio yesterday, in another instance of the steady dripping of stimulus onto the economy. The measure itself is not that pertinent (we do not see the reserve requirement constraining growth) – the commitment to keep stimulating is pertinent.

www.ubs.com/investmentbank

-------------------------------------------------------

11H00

France Rebounds, China CPI Bounces Back after April’s Low

Equity markets in Europe fell at Tuesday’s open, pausing for breath after rising to their highest level in more than six years in the previous session. The Stoxx Europe 600 Index rose to its highest level since January 2008 yesterday, as stronger than expected Japanese GDP data fuelled optimism about the global economic recovery.

Although the Stoxx Europe 600 index trades weaker Tuesday, risk appetite remains on board with market participants taking stock for now ahead of key economic data out during the session – first off, we have UK manufacturing and industrial output data to watch out for.

Across the channel, France’s government have reported a rebound in industrial production in April. French industrial production rose 0.3% in April, which despite being slightly lower than market expectations, took the index out of negative territory.

Overnight, Asian equities were mostly mixed Tuesday with attention on the targeted RRR cut after China’s central bank announced the details of its 50bps cut yesterday. Fresh data out of China showed producer prices fell for a 27th consecutive month, reflecting weak demand. Meanwhile, China’s annual consumer price inflation rose to 2.5% in May, higher than anticipated and up from an 18-month low of 1.8% in April.

In Japan, the Nikkei 225 fell as the yen strengthened, subsequently closing down 0.9%. Australian markets were back in business following a public holiday on Monday. The ASX index ended up slightly higher. Across other asset classes such as bonds, yields on 10-year US and German paper are both lower while ‘peripheral’ euro zone bonds are holding near record low yields following the European Central Bank’s stimulus response last week.

On the whole, trading volume and volatility are dragging along low levels as stocks reach new highs. Most major benchmarks, particularly in developed nations, are sitting at six year highs, though it remains to be seen how long they’ll be enjoying the view from up there. Later in the session, we have US wholesale inventories data which will be under the spotlight.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS
www.etxcapital.co.uk

-------------------------------------------------------

10H30

Good Morning Finyear Readers!

European markets are trading slightly lower this morning as mixed markets overnight in Asia provided very little direction and markets in general are lacking fresh impulses in the aftermath of last week’s ECB action.

Main focus this morning will be on UK industrial production figures expected to rebound strongly after last month’s decline. With momentum having stalled a bit and some technical indicators showing overbought conditions many are either hesitating to buy at these elevated level or others waiting to buy at cheaper levels in the near future. Still overall sentiment continues to remain positive and with new economic data flow increasing as the week progresses this might just turn out to be a much needed breather for the markets after the impressive advance of the past few weeks.

Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst

Peregrine & Black
www.peregrineblack.com

-------------------------------------------------------

9H30

Les marchés attendus à l'équilibre après une nouvelle séance de records

Marchés Actions : Sur les marchés actions, la séance d’hier a encore confirmé la tendance observée lors des séances précédentes : une croissance modérée mais soutenue, dans un contexte de faible volatilité et de volumes d’échanges très étriqués. En effet, le CAC 40 a progressé de 0,17% à 4 589,12 points ce qui permet à l’indice parisien de retrouver une valeur qui n’était plus atteinte depuis juin 2008. Il faut noter que les échanges se sont limitées à 1,8 milliards d’euros, soit à peu près la moitié du volume moyen qui s’élève jusqu’à 3,4 milliards d’euros pour l’année en cours. Par ailleurs, la volatilité a également été limitée avec un écart maximal entre le plus haut et le plus bas de la séance d’à peine 20 points.

Une situation similaire a été observée sur les autres places européennes. A Londres, le FTSE 100 grimpe de 0,24% à 6 875,00 points et le Dax de Francfort gagne 0,21% à 10 008,63 points, après une forte progression en fin de séance. Le Stoxx 50, quant à lui, s’apprécie de 0,37% pour clôturer sur les 3 045,73 points, son plus haut depuis septembre 2008.

Outre-Atlantique, le S&P-500 a signé lundi sa quatrième clôture record d’affilée alors que le Dow Jones obtient son troisième record de suite. Effectivement, le S&P-500 clôture à 1 951,27 points, soit une progression de 0,09% et le Dow Jones prend +0,11% à 16 943,10. Du côté des technologies, le Nasdaq Composite s’est apprécié de 0,34% à 4 336,24 points.

Sur le marché asiatique, les prix à la consommation ont augmenté plus que prévu en mai et l'inflation a atteint un sommet de quatre mois à 2,5%, tandis que les prix à l'entrée des usines ont baissé. Cette progression a notamment été alimentée par un bond de 4,1% des prix alimentaires et une hausse des prix à la consommation de 1,8% en avril. Rappelons que l'indice PMI HSBC/Markit est ressorti à 50,7 le mois dernier contre 51,4 en avril, une valeur plus faible que prévue, mais qui reste néanmoins au-dessus de la barre de 50 qui sépare la contraction de la croissance. Ainsi, les acteurs économiques se montrent optimistes sur la stabilisation du géant asiatique.
Ce matin, l'indice Nikkei a cédé 0,8% à 14.994,80 points et le Topix a cédé 6,05 points, soit 0,49%, à 1.228,73. En effet, les marchés japonais ont vécu une séance de prise de bénéfices après avoir clôturé lundi à son meilleur niveau depuis le 11 mars.

Aujourd’hui les investisseurs prendront connaissance de l’estimation définitive du PIB italien au premier trimestre, la production industrielle britannique en avril et les indicateurs avancés de l’OCDE. En fin d’après-midi, les stocks des grossistes étasuniens en avril seront publiés et sont attendus en en hausse de 0,9 % sur le mois.

Forex : Au chapitre des devises, la monnaie unique se stabilise face au billet vert ce mardi matin suite à une première séance littéralement atone. En effet, les volumes échangés sont restés faibles ce lundi, la plupart des bourses européennes étant fermées pour cause de jour férié. L'agenda économique était également vide puisqu'aucun indicateur majeur n'a été publié en cours de séance, ce qui a amené les paires majeures à stagner sur les niveaux de la semaine passée. Dans ce contexte, la paire EUR/USD continue d'évoluer aux encablures des 1,3599$ et s'oriente à la hausse en ce début de matinée. Le dollar reste néanmoins soutenu à terme par le rapport de l'emploi publié vendredi dernier aux Etats-Unis qui a révélé des niveaux d'avant la récession et un taux de chômage quasi stable en mai. Favorable aux rendements des bons du Trésor américain, ce rapport favorise également le billet vert à moyen terme tandis que la monnaie unique devrait pâtir des nouvelles mesures de la Banque centrale européenne pour contrer la désinflation européenne.

Du côté des paires en yens, l'euro et le dollar cèdent du terrain face à la devise nippone. En l'absence de nouvelles majeures sur le sol américain et européen, les marchés intègrent aujourd'hui des catalyseurs encourageants en provenance d'Asie. La révision à la hausse du PIB japonais a notamment arbitré en faveur du yen en ce début de semaine puisque l'EUR/JPY se négocie sur les 139,00 yens et l'USD/JPY s'échange pour 102,27 yens, après avoir cassé son support à 102,35 yens en cours d'échange ce mardi.

Matières premières :

Au chapitre des matières premières, le WTI et le Brent progressent respectivement de 0,36% et 0,13% à 104,79$ et 110,13$. Le pétrole de référence américain évolue pour une troisième journée en territoire positif au milieu des spéculations sur une nouvelle diminution des stocks de brut pour la deuxième semaine consécutive chez le plus gros consommateur mondial, les Etats-Unis. Selon les analystes, les stocks pourraient avoir diminué de 1,5 million de barils avant le rapport de l’Energy Information Administration demain. Les stocks d’essence sont, quant à eux, attendus à la hausse en dépit du début théorique du pic de la saison de conduite aux US entre le Memorial Day, le 26 Mai, et la fête du travail le 1er Septembre.

L’OPEP doit se réunir pour la première fois depuis Décembre dernier à Vienne demain, pour fixer à nouveau les quotas de production. Rappelons que l’OPEP est responsable d’approximativement 40% de l’offre mondiale et devrait maintenir sa production à 30 millions de barils par jour. Du côté de la Libye, pays possédant les plus grandes réserves de pétrole d’Afrique, les rebelles ont mis fin à leur menace de stopper la production des terminaux pétroliers dans les régions d’Hariga et de Zueitina suite à la démission du Premier Ministre Ahmed Maiteg.

Au niveau des métaux précieux, c’est une journée dans le vert qui débute. Le métal jaune et l’argent s’adjugent 0,24% à respectivement 1 255,36$ et 19,12$. L’or se maintient au-dessus de son plus bas niveau, alors que la faiblesse des prix pourrait stimuler l’achat d’or physique sur les marchés émergents, notamment en Chine, le plus gros consommateur mondial. Après une chute de 3,3% en Mai, l’or semble se stabiliser actuellement mais reste sous pression après la baisse de l’euro et avant de nouvelles publications macro-économiques américaines.

Saxo Banque (France)
www.saxobanque.fr

-------------------------------------------------------

3 juin 2014

The Russian economy would suffer significantly if the conflict in Ukraine escalated

The situation in Ukraine remains very fragile with on-going fighting between pro-Russian rebels and Ukrainian troops – and there is a chance that it might escalate further. In the scenario prepared for our Global Scenario Services, we looked at the economic consequences of a prompt Russian invasion into Ukraine. However, we assign only a low probability to this scenario.

An invasion would be hugely damaging to the Russian economy. Russian exports would be hit by the closure of pipelines through Ukraine, while capital flight and the associated reassessment of risk in the region would see financial markets retrench sharply and a 15-20% fall in the exchange rate. Rising inflation and higher interest rates would then push the economy into a severe recession, with growth reduced by more than 4% points this year and next relative to the baseline. In the absence of monetary stimulus, the Russian government would probably use fiscal policy to fight the recession. However, past experience suggests this would only be partially effective.

We believe that major Western countries could introduce further sanctions, although not trade restrictions. We also assume that Russian borrowers face restrictions in foreign capital markets that drive up borrowing costs at home. As a result of this, weaker confidence and problems in the banking system, GDP would still be significantly below the baseline even in 2019.

In a war scenario, Russia invades eastern Ukraine…

As part of our Global Scenarios Service, we have modelled the potential economic impact of a Russian invasion into eastern Ukraine, driven by a desire to protect ‘Russian interests’. To be clear, we think that such an event is unlikely. However, should it occur, the impact on the Russian economy would be substantial. This note sketches out what that impact might be.

Despite the fact that Russia has a bigger army than Ukraine and spends significantly more on defence than its neighbour, the Russian army is likely to be able to achieve only a limited number of goals in Ukraine. Moreover, Russia is not, in our view, in a position to fight a drawn-out war. There are several reasons for that.

First, Russia spends a substantial part of its military budget (up to 30% in previous years) in a way that would be of limited use for any operation against Ukraine, such as its ocean fleet, ballistic missile defence, missile corps and others.

Second, part of the Russian army is tied up elsewhere – guarding borders, supporting South Ossetia and Abkhazia against Georgia and providing assistance to police forces fighting rebels in the northern Caucasus – and is unlikely to be deployed in Ukraine.

Third, to a large extent the Russian army consists of conscript soldiers who serve one year. This means that its combat capabilities are cyclical, peaking when one cohort of conscript soldiers has served for six months and the other for one year. This was the case during the Crimea crisis. But this is not the case at the moment as more experienced conscript troops are standing down.

Fourth, most of the Ukrainian army has been moved to eastern Ukraine and is prepared to fight off invaders. This was not the case in Crimea, where troops consisted mainly of local residents, many of whom were loyal to Russia. Moreover, Ukrainian officers and soldiers withrelatives in Crimea may have behaved with caution. By contrast, other parts of the Ukrainian army located in central and western parts of the country with mainly local residents serving there may be more loyal to the pro-Western Ukrainian government.

As a result of the above, if this scenario were to unfold (we attach a low probability to it) we believe that Russia would be most likely to invade with the objective of taking control of the Donetsk and Lugansk regions where it has more local support. We also assume that the war lasts for about three months, and that the occupying Russian forces encounter ongoing local resistance thereafter.

…and the damage to Russia’s economy is significant

This scenario is hugely damaging to the Russian economy on a number of fronts: its exports would be hit by the closure of pipelines through Ukraine, while capital flight and the associated reassessment of risk in the region means financial markets would retrench sharply. Moreover, the exchange rate might depreciate by 15-20%, and rising inflation and higher market interest rates push the economy into a severe recession. There would also be a spike in energy prices immediately after the conflict starts as gas supplies are disrupted and fear of
trade sanctions against Russia drives oil prices up.

Facing significant capital outflows and increasing volatility, the central bank is likely to raise its policy rates, hurting growth further. In the absence of monetary stimulus, the Russian government would also probably abandon its commitment to fiscal rules and use policy to fight the recession. However, past experience suggests this would not be particularly effective in generating real inflation-adjusted rises in spending and, hence, would have only a limited effect on economic growth (for details, see our Research Briefing Rise in government spending will provide only a limited boost to growth, dated 30 April). Due to rising spending and slower GDP growth, the budget deficit would rise significantly, forcing the Russian government to use reserves and borrow.

As a result of the above, GDP is likely to decline by 4.2% in 2014 and 3.1% in 2015 versus our baseline forecast of a 0.1% decline this year and 1.4% growth next year.

Further sanctions would be likely

We believe that under this scenario, major Western countries would introduce further sanctions, but not trade restrictions. We also assume that Russian borrowers would face restrictions in foreign capital markets which drive up borrowing costs at home. As a result of this, weaker confidence, problems in the banking system and faster diversification of energy imports by European Union countries, GDP would remain significantly below the baseline even as late as 2019.

It is possible to construct scenarios – involving major trade sanctions or restrictions using the SWIFT payments system, for example – that would have far more severe effects than those described above. However, at the moment, we believe that the probability of such actions is small. As it is, we assign only a 5% probability to the scenario described here.

Oxford Economics
Research Briefing

Corporate Finance : commentaires du jour

(NOUVEAU) L'actu Corporate Finance par FinActu :

- La famille Le Mer prend le contrôle de Sermeta aux côtés de Bpifrance et Crédit Mutuel Arkéa 06/06/2014
- Ardian prend une participation de 20% dans Ikoula 06/06/2014
- FIMALAC : Webedia acquiert Jeuxvideo.com pour 90 M€ 06/06/2014
- De Pardieu Brocas Maffei renforce son équipe Corporate – Fusions & Acquisitions avec l’arrivée d’Eric Muller en qualité d’associé 06/06/2014
- Nutrivercell réalise une augmentation de capital d’environ 500 K€ 06/06/2014
- Veolia cède sa participation dans le danois Marius Pedersen Group pour 240 M€ 06/06/2014
- Malherbe s’empare de Codimas 06/06/2014
- Henkel acquiert Spotless Group pour 940 M€ 05/06/2014
- ProwebCE annonce l’acquisition de Loisirs Soleil 05/06/2014
- GDF SUEZ fait l’acquisition d’Ecova pour 335 M$ 05/06/2014

Plus d'informations sur : www.finactu.fr

FinActu est notre partenaire éditorial pour :
- la lettre mensuelle LE CAPITAL INVESTISSEUR
- et la rubrique News | Fusions-acquisitions, levées de fonds, LBO, MBO

Chiffres du jour : INSEE, EUROSTAT, Banque de France, OCDE, etc...

6 juin 2014

Suisse : Statistique de la production, des commandes et des chiffres d'affaires de l’industrie au 1er trimestre 2014

Hausse de la production de l’industrie suisse
Selon les résultats provisoires de l'Office fédéral de la statistique (OFS), la production industrielle a augmenté de 0,5% au 1er trimestre 2014 par rapport au même trimestre de l'année précédente. Les chiffres d'affaires sont restés inchangés. Les entrées de commandes se sont accrues de 4,3% et le portefeuille de commandes a augmenté de 3,6%.

Production
Par rapport à l’année précédente, la production a progressé en janvier de 3,4%, mais elle a reculé en février (-0,9%) et en mars (-0,8%). Pour l’ensemble du 1er trimestre 2014, la production a augmenté de 0,5% par rapport au même trimestre de l'année précédente. La branche «Fabrication d’équipements électriques» est celle qui a le plus augmenté au premier trimestre (11,2%), la branche «Production et distribution d’énergie» a subi le plus fort recul (-12,7%).

Chiffres d’affaires
Les chiffres d'affaires de janvier ont augmenté de 3,0% par rapport à l’année précédente. On observe en revanche un recul en février (-1,3%) et en mars (-1,2%). Pour l’ensemble du 1er trimestre 2014, les chiffres d’affaires sont restés stables. La branche «Fabrication d’équipements électriques» a enregistré la plus forte hausse au premier trimestre (10%), la branche «Production et distribution d’énergie» a subi le plus fort recul (-12,1%).

Office fédéral de la statistique - Espace de l'Europe 10 - 2010 Neuchâtel ⁄ Suisse

-------------------------------------------------------

5 juin 2014

Le volume des ventes du commerce de détail en hausse de 0,4% dans la zone euro

Avril 2014 par rapport à mars 2014.

Hausse de 0,6% dans l’UE28

En avril 2014 par rapport à mars 2014, le volume des ventes du commerce de détail corrigé des variations saisonnières a augmenté de 0,4% dans la zone euro (ZE18) et de 0,6% dans l’UE28, selon les estimations d'Eurostat, l’office statistique de l'Union européenne.
En mars, le commerce de détail avait crû de 0,1% dans les deux zones.

EUROSTAT
ec.europa.eu/eurostat


DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur


The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.




The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal



BOURSE : Indices + CAC40 + MP


Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


TAUX D'INTERET LEGAL

Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


TAUX INTERBANCAIRES

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois





Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France




INDICES OBLIGATAIRES

Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France


Disclaimer:
Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Les médias du groupe Finyear

Chaque jour (5j/7) lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Chaque mois lisez gratuitement :

Le magazine digital :
- Finyear Magazine

Les 6 lettres digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur
- GRC Manager
- Le Contrôleur de Gestion (PROJET 2014)

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres


Mardi 10 Juin 2014
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs