Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

En 2009, la contribution de la Chine à la croissance économique mondiale devrait augmenter, à un rythme toutefois plus modéré


La Chine aborde la crise économique actuelle en meilleure posture que la plupart des pays, industrialisés ou émergents. Selon Batterymarch Financial Management (Batterymarch), une filiale de Legg Mason, Inc., la contribution de la Chine à la croissance mondiale devrait même augmenter en 2009, à un rythme toutefois plus modéré que l’an dernier.




Cette situation s’explique par la détermination du gouvernement chinois à soutenir l’économie et par l’ampleur des ressources qu’il est à même de mobiliser.
Forte de 2.000 milliards USD de réserves de change, d’une situation budgétaire équilibrée et d’un faible niveau d’endettement public, la Chine, contrairement à de nombreux pays, a les moyens de financer de nombreuses mesures de relance économique, d’autant que son excédent commercial a crû de 50% par rapport à l’an dernier, atteignant le chiffre record de 457 milliards USD. Ce bond s’explique par une contraction plus importante des importations que des exportations et par le reflux des prix du pétrole.

« En tant que consommatrice nette d’énergie, la Chine devrait continuer de bénéficier de la baisse des cours pétroliers, qui se répercute favorablement sur le solde courant du pays et accroît sa marge de manoeuvre budgétaire et monétaire », analyse Ray Prasad, gérant de portefeuille senior. Atout supplémentaire, le système bancaire chinois est l’un des rares parmi les grandes économies de la planète à échapper à la pénurie mondiale de crédit. Grâce à un taux d’épargne moyen de 35% – inégalé dans le monde – les banques chinoises disposent en effet de ressources considérables. Les ratios prêts/dépôts se situent aux alentours de 65% et, au travers du contrôle qu’il exerce sur les banques, le gouvernement a la capacité d’irriguer l’économie.

Les mesures de relance mises en oeuvre dernièrement ciblent les entreprises publiques et en particulier, celles spécialisées dans le développement d’infrastructures. Les autorités ont demandé à ces entreprises, qui représentent un tiers de la production industrielle chinoise, de maintenir leurs effectifs ainsi que leur rythme d’investissement actuel. « La solidité de l’économie contribue à la stabilité politique, un objectif d’autant plus prioritaire pour la Chine que 2009 marque l’anniversaire de mouvements de contestation qui ont eu un large écho à l’étranger », poursuit M. Prasad.

Pour la Chine, la difficulté au cours des prochains mois sera de trouver une situation équilibrée entre les recettes et les dépenses budgétaires, une équation d’autant plus complexe que l’économie doit éviter les pièges de l’inflation et de la déflation. En 2009, comme dans les autres pays, la croissance économique chinoise sera donc largement tributaire du comportement des ménages. Selon M. Prasad, les sociétés qui bénéficient d’opinions positives – qu’il s’agisse du point de vue du consensus, du rendement de leur action ou de l’évolution récente de leur valorisation – devraient tirer leur épingle du jeu. Les modèles utilisés par Batterymarch mettent également en avant les entreprises affichant une croissance bénéficiaire à court terme supérieure à la moyenne.

« Notre recherche montre que ces indicateurs sont les plus fiables lorsqu’il s’agit de prévoir la performance des valeurs chinoises. Les entreprises qui répondent à ces critères sont généralement de grandes capitalisations tournées vers les infrastructures ou la consommation intérieure, et dotées d’équipes dirigeantes très compétentes. Nous sommes convaincus que ces entreprises ont toutes les cartes en main pour surmonter une période prolongée de ralentissement économique », conclut M. Prasad.

Détenue intégralement par Legg Mason, Inc., Batterymarch Financial Management est une société de gestion internationale qui utilise des stratégies quantitatives propres pour investir sur les marchés du monde entier. Elle gère depuis ses bureaux de Boston et de Londres un total de 16,6 milliards USD d’actifs (au 31 décembre 2008).

A propos de Legg Mason
Legg Mason, Inc., basée à Baltimore (Etats-Unis), est une société de gestion de fonds internationaux dont l’encours total sous gestion s’élève à 842 Md$ au 30 septembre 2008. Présente dans 180 pays, Legg Mason se classe au 9ème rang des gestionnaires d’actifs internationaux1. Ses filiales de gestion d’actifs, détenues à 100% et dont l’exploitation est indépendante, gèrent des portefeuilles d’actions et d’obligations sur les grands marchés internationaux. Ensemble, elles offrent une large gamme de styles de gestion d’actifs.
1 Source : Pensions & Investments, 26 mai 2008, classement d’après les encours sous gestion mondiaux au 31 décembre 2007.
www.leggmason.fr://

Mercredi 25 Février 2009
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News