Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Dix raisons de rester optimiste sur les marchés émergents


Ces derniers temps, de nombreux investisseurs misent plus que jamais sur les marchés émergents. D’autres l’envisagent pour la première fois. HSBC Global Asset Management estime qu’il existe au moins dix bonnes raisons d’envisager d’investir sur les marchés émergents à long terme.




1) Leur maturité
Les économies émergentes travaillent au renforcement de leur solidité financière depuis les périodes de difficultés économiques, et deviennent dans certains cas plus solides que leurs homologues dans les pays développés. Avec la réforme entreprise par les autorités publiques, les marchés émergents ont réalisé d’énormes progrès dans la mise en oeuvre de leurs politiques économiques. À l’heure actuelle, des forts taux de croissance économique sont attendus et il semble que des politiques fiscales et monétaires avisées soient mises en oeuvre. Autre signe de maturité : des événements notables se sont produits au cours des dix dernières années, comme l’entrée de la Chine dans l’Organisation mondiale du commerce en 2001, ou la Banque industrielle et commerciale de Chine réalisant la meilleure entrée en Bourse en 2006.

2) La présence de certaines des sociétés les plus grandes et plus florissantes du monde
De très nombreuses sociétés en pleine croissance sont désormais implantées dans les marchés émergents mondiaux et sont très actives sur les marchés développés. Des géants de l’électronique comme LG et Samsung, et les constructeurs automobiles comme KIA et Hyundai y sont solidement établis.

3) L’augmentation des richesses
La population des marchés émergents s’enrichit, ce qui entraîne des changements sociaux et une hausse de la demande locale. Cette évolution signifie que les marchés émergents deviennent de moins en moins dépendants de la solidité du reste du monde. Ainsi, au plus fort de la crise financière mondiale, le Brésil, bien que touché, enregistrait encore une baisse du chômage et une hausse des salaires. Les consommateurs locaux sont restés un puissant moteur pour l’économie tout au long de cette période. Plus de 80 % de la population mondiale vit dans des pays émergents, dont la moitié dans les marchés BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine). Ces chiffres étant en constante augmentation, une légère amélioration de la richesse par habitant, aurait un impact considérable.

4) Une démographie favorable
Nombre de marchés émergents bénéficient d’un dynamisme démographique. En Inde, 30 % de la population a moins de 15 ans. Tandis que la population russe vieillit, le Brésil a la 5e population mondiale, et la Chine représente la plus importante « réserve » de main-d’oeuvre. Une donnée importante, puisqu’une population plus jeune signifie une plus grande productivité par rapport aux populations vieillissantes des pays développés. Ils deviennent, à leur tour, consommateurs de biens et services nationaux. Par exemple : 2,8 milliards des consommateurs mondiaux vivent dans les quatre économies BRIC.

5) Une abondance de ressources naturelles
Les marchés émergents abritent les deux-tiers des ressources naturelles de la planète et devraient continuer à bénéficier d’une explosion de la demande, avec en tête la Chine. La Russie est riche en pétrole tandis que des marchés tels que le Brésil regorgent de minéraux. Bien que, traditionnellement, le flux commercial s'effectuait des pays en développement vers les pays développés, il existe aujourd’hui des échanges commerciaux plus importants entre pays émergents. Par exemple : le premier partenaire commercial du Brésil n’est plus les États-Unis mais la Chine.

6) Des institutions financières plus solides
D’une manière générale, les institutions financières des marchés émergents ont été moins impliquées dans la crise de la dette. Les banques ont eu tendance à suivre des méthodes bancaires plus traditionnelles, plutôt que d’avoir recours à des instruments de dette qui ne pourraient être remboursés.

7) Une croissance économique plus dynamique
Tandis qu’il règne un climat d’inquiétude quant à la croissance de marchés comme le Royaume- Uni, les États-Unis et la zone euro, les prévisions de croissance des pays émergents sont optimistes et ont été revues à la hausse. HSBC évalue la croissance moyenne du PIB des économies BRIC à environ 7,5 % en 2010 et 6,3 % en 2011, contre une croissance de 2,4 % en 2010 et de 1,9 % en 2011 dans les pays développés. On ne peut pas systématiquement considérer que les marchés des actions et la croissance économique sont parfaitement corrélés, mais cet indicateur est un bon départ.

8) L’augmentation du nombre de marchés émergents
Les marchés émergents sont très dynamiques. Israël a récemment rejoint les pays composants l’indice MSCI Monde. Le Mexique et la Corée du Sud devraient également rejoindre cette catégorie dans un avenir proche. Pendant ce temps, la nouvelle génération de marchés émergents, appelée les « nouvelles frontières », fait son entrée dans le paysage économique mondial.

9) Les valeurs s’échangent à un cours inférieur à celui des pays développés
À quelques exceptions près, les valeurs des sociétés des pays émergents s’échangent à un cours inférieur aux niveaux de tendance, que ce soit en termes de cours/bénéfices (PER) ou de cours/valeur comptable (PBR). Les actions des marchés émergents s’échangent à un coefficient PER forward de 10,7, soit une décote de 9 % par rapport aux marchés des pays développés. Elles s’échangent également à un coefficient PBR de 2, soit une surcote de 18 % par rapport aux marchés des pays développés. Les prévisions de croissance des bénéfices par action pour 2010 sont les plus optimistes dans les pays émergents d’Asie (43 %), d’Amérique Latine (25 %) et d’EMEA (24 %), contre 36 % dans les pays développés.

10) Une baisse progressive du risque politique
Bien que le risque politique représente une réelle menace dans certains pays, il existe des zones où les réformes politiques ont clairement un impact positif. Le calme avant les élections présidentielles d'octobre 2010 au Brésil illustre cette tendance. Bien que les répercussions soient faibles à ce jour, le marché des actions avait chuté de près de 40 % lors de précédentes élections.

Alex Tarver Gérant HSBC Global Asset Management

Information importante
Ce document a été exclusivement préparé à des fins d'information. Il est distribué par HSBC Global Asset Management (France) et exclusivement destiné aux investisseurs non-professionnels, au sens de la directive MiFiD. Les informations contenues dans le présent document peuvent être modifiées sans préavis. Toute reproduction ou utilisation non autorisée de ces commentaires et analyses relève de la responsabilité de l’utilisateur et peut faire l’objet de poursuites. Ce document n’a aucune valeur contractuelle et ne vise en aucun cas à solliciter ni à prodiguer des conseils sur l’achat ou la vente de tout instrument financier dans toute juridiction où une telle offre est illicite.
Les commentaires et analyses figurant dans le présent document reflètent l’avis d’HSBC Global Management sur les marchés, selon les informations disponibles à cette date. Ils ne constituent pas un engagement de la part d'HSBC Global Asset Management (France). Par conséquent, HSBC Global Asset Management (France) ne saurait être tenu responsable de toute décision d’investissement ou de désinvestissement fondée sur les commentaires et/ou analyses du présent document. Toutes les données proviennent d’HSBC Global Asset Management, sauf spécification contraire. Toutes les informations de tiers ont été obtenues auprès de sources que nous estimons fiables, mais que nous n’avons pas vérifiées indépendamment.
HSBC Global Asset Management (France) - 421 345 489 RCS Nanterre. Société de gestion de portefeuille agréée par l’Autorité des marchés financiers AMF (n°GP99026). Adresse postale : 75419 Paris cedex 08 - France. Bureau : Immeuble Ile de France - 4 place de la Pyramide - La Défense 9 - 92800 Puteaux - France.
Pour de plus amples informations, veuillez contacter votre interlocuteur habituel chez HSBC Global Asset Management ou consulter notre site Web : assetmanagement.hsbc.com/fr

Document mis à jour en octobre 2010.

Dimanche 24 Octobre 2010
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs