Crise financière et problème principal-agent


Dans leur ouvrage décapant Economie de crise – une introduction à la finance du futur, paru il y a peu chez Jean-Claude Lattès et heureusement écrit pour un public plus large que les cercles universitaires, Nouriel Roubini, professeur d’économie à la Stern University de New York, et son collègue Stephen Mihm, qui enseigne l’histoire à l’Université de Georgie, expliquent une bonne partie de la récente crise financière - et éclairent du même coup le procès de l’ancien trader de la Société Générale Jérôme Kerviel qui se déroule actuellement à Paris - à l’aide de ce que les économistes appellent le problème principal-agent.




Crise financière et problème principal-agent
Qu’est-ce à dire? Dans les entreprises cotées, les «principaux», autrement dit les actionnaires et les membres du conseil d’administration, doivent engager des gestionnaires (les «agents»), «afin de mettre à exécution leurs projets et tenir la boutique». Les seconds en savent en général plus que les premiers (auxquels ils doivent rendre compte) sur ce qui se passe dans l’entreprise. Ce qui leur permet de poursuivre leur propre intérêt et, souvent, de s’assurer de confortables revenus. Dans les entreprises de grande taille, on compte de nombreuses couches d’employés ou «agents» ayant tous la possibilité de poursuivre leurs propres intérêts aux dépens des «principaux» qui en principe les surveillent. De surcroît, de nombreux employés sont à la fois «principaux» (ils sont chargés de la surveillance des employés de niveau inférieur) et «agents» (ils doivent rendre compte à une personne de rang hiérarchique supérieur).

Les dangers d’une telle organisation sont devenus de plus en plus évidents lors de la récente crise financière. L’effondrement d’AIG offre une illustration extrême de la relation principal- agent qui tourne mal et de l’asymétrie d’information qui lui est associée. Les actes d’un petit groupe d’employés basés à Londres mirent à genoux non seulement l’entreprise à laquelle ils appartenaient mais aussi le système financier mondial.

Dans un établissement financier, les actionnaires devraient veiller à ce que leurs employés servent les intérêts des propriétaires. À cause du problème principal-agent, c’est pratiquement impossible. Mais il y a plus grave encore: en réalité, raisonnent Roubini et Mihm, les actionnaires ne sont généralement pas fortement incités à serrer la bride aux banquiers, aux traders et aux gestionnaires imprudents. Pourquoi? Parce que les établissements financiers recourent bien plus largement que les autres entreprises à l’emprunt pour financer leurs activités. Les actionnaires n’assument donc qu’une faible part du risque lié aux opérations au jour le jour. Conséquence: ils avaient toutes les raisons de pousser les traders à prendre des risques élevés car, en cas de succès, ils avaient beaucoup à gagner avec l’argent des autres.

Dans un style imagé, Roubini et Mihm sont on ne peut plus explicites: «Les actionnaires sont prêts à laisser faire parce qu’ils ne sont en réalité pas très fortement impliqués. Ils ont apporté des capitaux à la banque, mais pas tant que ça; et bien qu’ils ne souhaitent pas perdre leur chemise, ils acceptent de tourner la tête quand les traders lancent les dés. L’essentiel de l’argent que jouent les traders a été emprunté: il appartient à quelqu’un d’autre. Si les traders gagnent à la roulette, les actionnaires gagnent aussi. Si les traders perdent, les victimes seront les insensés qui ont prêté de l’argent à la banque – et si l’on peut en juger d’après la crise récente, les actionnaires ne seront que faiblement touchés.»

L’Agefi, quotidien de l’Agence économique et financière à Genève
www.agefi.com

Jeudi 17 Juin 2010
Notez





1.Posté par Rémy Mahoudeaux le 18/06/2010 10:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

voici qui semble contredire en apparence le dilemme de l'agence : si l'asymétrie d'information existe, le conflit d'intérêt, lui n'existe pas puisque l'actionnaire bénéficie (théoriquement) d'une rémunération forte (ou très volatile) pour un risque faible du fait de l'effet de levier procuré par l'endettement.

Nouveau commentaire :
Twitter

ENGLISH
Articles and press releases are provided as is and have not been edited or checked for accuracy.
Any queries should be directed to the company issuing the press release or to the author issuing the article.
If you have a question for the author, or would like to comment on this article, use the box above. Your comment will be moderated before publication.
Your comment or question will appear below and the author or Finyear editor will be able to respond. Please note that your name will appear next to your comment (not your email).
Finyear does not offer financial advice of any kind and the opinions of authors are not necessarily those of Finyear.
By posting your comment, you agree to our acceptable use policy. If you read anything here that you consider inappropriate or offensive, please contact the adress : contact (at) finyear.com
Finyear: Daily News & Best Practices for the Finance Executives (CFO, Treasurer, Controller, Credit manager, accountant, financial executive, etc...).

The Financial Year by Finyear. Copyright Finyear 2007-2013. You may share using our article tools.
Please don't cut articles from Finyear.com and redistribute by email or post to the web without permission: contact (at) finyear.com

FRANCAIS
Les articles et les communiqués de presse sont fournis tels quels et n'ont pas été modifiés ou vérifiés.
Toute demande de renseignement doit être adressée à la société émettrice du communiqué de presse ou à l'auteur de l'article.
Si vous avez une question pour l'auteur, ou si vous désirez commenter cet article, utilisez la boîte ci-dessus. Votre commentaire sera modéré avant publication.
Votre commentaire ou question ci-dessous apparaîtra et l'auteur ou l'éditeur Finyear sera en mesure de répondre.
Veuillez noter, s'il vous plaît, que votre nom apparaîtra à côté de votre commentaire (pas votre adresse email).
Finyear n'offre pas de conseils financiers de quelque nature que ce soit et les opinions des auteurs ne sont pas nécessairement celles de Finyear.
En postant votre commentaire, vous acceptez notre politique d'utilisation et nos mentions légales.
Si vous lisez quelque chose ici que vous considérez inapproprié ou offensant, s'il vous plaît contacter l'adresse: contact (at) finyear.com
Finyear: actus quotidiennes et meilleures pratiques pour les cadres financiers (CFO, trésorier, contrôleur, gestionnaire de crédit, comptable, cadre financier, etc ..).

The Financial Year by Finyear. Copyright Finyear 2007-2013. Vous devez utiliser nos outils de partage situés sur les articles.
SVP ne coupez-pas les articles issus de Finyear.com, ne les reroutez-pas par message sur le web sans autorisation : contact (at) finyear.com

Les derniers articles publiés sur Finyear


Lettres Finyear



Conférences


Magazine n°33


FY Research


Livres Blancs



L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30