Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Bulgarie : le point de vue du DUCROIRE


La SA Ducroire classe la Bulgarie depuis son adhésion à l’UE dans la meilleure catégorie (1 sur 7) pour les risques politiques à court terme. En raison du cadre institutionnel difficile, le risque de non-paiement moyen d’une entreprise bulgare reste cependant plus élevé que dans les états membres occidentaux de l’UE. C’est pourquoi la Bulgarie est classée en catégorie C (sur une échelle de A à C, A étant le risque le plus faible) pour le risque commercial systémique.




L’important déficit du compte courant de la balance des paiements bulgare ne reflète pas un problème de compétitivité, mais il est créé par la demande intérieure dynamique. Les investissements étrangers peuvent jusqu’à présent financer entièrement ce déficit et, avec les réformes structurelles qui visent le cadre institutionnel, seront profitables à la hausse de productivité. Le potentiel de croissance de l’économie est par conséquent élevé et la Bulgarie va poursuivre sa convergence avec les états membres les plus riches de l’UE.

Les autorités maintiennent une politique budgétaire prudente qui doit contenir la demande intérieure dynamique ainsi que l'émission d'obligations de la dette extérieure par le secteur privé bulgare. Malgré le retard escompté de la croissance des importations, le marché bulgare, dont les importations progressent annuellement de plus de 10% en termes d'euros, reste très intéressant dans un avenir proche pour les exportateurs belges.

Suite dans le PDF ci-dessous

Bulgarie_France.pdf Bulgarie_France.pdf  (44.95 Ko)


Jeudi 10 Janvier 2008
Notez






Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News