Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Berne réalisera plus d’IPO que Zurich cette année


Paradoxe: le marché bernois attirera sept nouvelles cotations mais souffre davantage que son concurrent SIX.




Berne réalisera plus d’IPO que Zurich cette année
Le premier jour de cotation hier du fonds immobilier fermé Acron Helvetia I à BX Berne eXchange, ainsi que les résultats semestriels du producteur de jus de fruits Thurella qui a creusé sa perte, incitent à se pencher sur l’état des affaires de cette bourse suite à la crise, dernière alternative en Suisse pour les entreprises qui ne souhaitent pas être cotées à SIX.

Et la situation est assez paradoxale pour cette institution bernoise qui fêtera ses 125 ans d’existence sous sa forme moderne en novembre. Si son indice BIRW s’est montré bien moins volatil au plus fort de l’effondrement des marché que celui reflétant la performance de toutes les entreprises cotées à Zurich, le SPI, en affichant entre son plus haut et son plus bas d’été 2008 à actuellement une perte de 29,2%, contre 40,9% pour le seconde, il n’a presque pas profité du dernier rally boursier qui a commencé en mars passé. Sur une année, le BIRW a ainsi perdu 19,8%, bien plus que le SPI à moins 10,8%. De plus, la Bourse de Berne a vu son chiffre d’affaires cumulé de janvier à août 2009 reculer de 61,7% à 373 millions de francs, à mettre en regard d’une baisse de 43,9% à 756 millions pour SIX sur la même période.

Un développement que son nouveau directeur depuis le 1er septembre, Andreas Oberli Balli, attribue au fait que la Bourse de Berne met plus de temps que son concurrent zurichois à attirer les grands investisseurs institutionnels, et qu’elle ne cherche pas à attirer les fonds spéculatifs en ne proposant pas de produits indiciels.

Pour autant, BX attirera en tout sept nouvelles cotations en 2009, sur un total d’une quarantaine de titres comme Swatch, Ypsomed, Thurella ou encore Art & Fragrance, contre trois pour SIX, en faisant abstraction de la nouvelle Julius Baer. Preuve que la moins importante régulation de la Bourse bernoise, ainsi que sa proximité aux petites et moyennes entreprises, restent appréciées par ces dernières.

Acron Helvetia I rejoindra les deux autres fonds immobiliers Acron Helvetia II et III déjà cotés à Berne et repose sur deux investissements en Suisse, un à Buchs (SG) et l’autre à Soleure. Fondé en 1981, Acron emploie en tout 40 personnes, qui suivent l’évolution de son portefeuille en Suisse, mais aussi dans le sud-ouest des Etats-Unis, et ses 37 participations représentent un volume de transaction de 541 millions de francs.

Quant à Thurella, entré à BX en juin 2006 et dont les deux plus importants actionnaires sont Nebag AG (6,07%) et Reichmuth Pilatus (6,26%), il a enregistré une perte nette de 19,9 millions suite au recul de ses ventes, à différentes charges en hausse, ainsi qu’à des amortissements de biens matériels et immatériels. Un crédit de 6 millions pour faire le pont, et de 16 millions pour les récoltes, a été signé avec ses banques qui ont accordé un délai d’une année supplémentaires pour que l’entreprise respecte leurs règles d’octroi de prêts (covenants)

THOMAS THÖNI
ZURICH

L’Agefi, quotidien de l’Agence économique et financière à Genève
www.agefi.com

Mardi 6 Octobre 2009
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News