Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

16 décembre 2014 (n°7 - 18H00) | La Banque centrale russe déploie des mesures fortes, pour enrayer les risques de dépréciation du rouble


Économie, marchés, actions, devises, matières premières. Professionnels : votre quotidien Finyear vous offre tout au long de la journée, des commentaires et des chiffres.




Commentaires et chiffres du jour

16 décembre 2014 (n°7 - 18H00) | La Banque centrale russe déploie des mesures fortes, pour enrayer les risques de dépréciation du rouble
N°7 - 18H00

La Banque centrale russe déploie des mesures fortes, pour enrayer les risques de dépréciation du rouble

L’action annoncée par la Banque centrale russe (BCR), dans la nuit du 15 au 16 décembre, a été forte et inattendue. En plus de relever son principal taux directeur de 6,5%, la BCR a décidé d’augmenter son offre d’USD au travers d’opérations repo, destinées à améliorer la liquidité des banques en devises étrangères.

Elle vise ainsi à enrayer les risques accrus de dépréciation du rouble et les risques inflationnistes. La chute de la monnaie russe et du marché actions observée le 15 décembre a clairement motivé la BCR à prendre une telle décision. Par ailleurs, vu la faiblesse continue du prix du pétrole et la limitation de l’accès aux marchés de capitaux internationaux pour les emprunteurs russes, de nouvelles mesures ne sont pas à exclure, pour autant que celles que vient de prendre la BCR aient l’effet escompté.

Cette décision de la BCR devrait contribuer à apaiser le marché des changes et à soutenir le rouble. En revanche, elle aura une incidence négative sur la croissance économique compte tenu de l’augmentation du coût de l’emprunt, et les banques seront les premières impactées. Nous devrions donc désormais pouvoir identifier les banques les plus faibles qui ne sont pas en mesure de maintenir le cap.

Ce commentaire est signé Pavel Laberko, Gérant Actions russes chez UBP

A propos du Groupe Union Bancaire Privée (UBP)
L’UBP figure parmi les plus grandes banques privées de Suisse et est l’une des banques les mieux capitalisées, avec un ratio Tier 1 de 28%. La Banque est spécialisée dans la gestion de fortune au service de clients privés et institutionnels. Basée à Genève et présente dans une vingtaine d’implantations dans le monde, l’UBP emploie 1’350 collaborateurs et dispose de CHF 95 milliards (EUR 78 milliards) d’actifs sous gestion au 30 juin 2014.
www.ubp.com


N°6 - 16H30

Les marchés boursiers toujours nerveux, en attendant la réunion de la Réserve Fédérale américaine

Les marchés actions poursuivent leur correction, qui a fait perdre entre 8 et 10% à la plupart des indices européens depuis une semaine. Le mouvement est similaire dans les autres grandes zones géographiques où les actions concèdent aussi du terrain (-3,4% pour le S&P 500, -6% pour le Nikkei 225, sur les cinq dernières séances).

La baisse du prix du pétrole ravive les risques déflationnistes

L’aversion au risque (re)gagne les investisseurs boursiers, qui craignent notamment de nouvelles pressions déflationnistes liées au plongeon des cours des matières premières. En effet, le cours du baril de pétrole brut WTI a subi un impressionnant repli de 43% au cours des trois derniers mois (le baril cote aujourd’hui moins de 54 USD). Ce mouvement a été entretenu par les annonces récentes de l’Agence Internationale de l’Energie, qui a anticipé une baisse de la demande mondiale en 2015. Si cette tendance se confirmait, plusieurs pays européens pourraient entrer techniquement en déflation, un risque que la Banque Centrale Européenne tente de circonscrire depuis plusieurs mois par l’intermédiaire de ses mesures monétaires non conventionnelles. Cette situation va peser sur les perspectives de croissance en zone euro, d’autant plus que l’Allemagne continue à montrer des signes de ralentissement de l’activité (publiés aujourd’hui, l’indice de confiance ZEW des investisseurs allemands déçoit, tandis que l’indice PMI Markit a reculé à 51,4 points, son plus bas niveau depuis dix-huit mois).

Élections politiques en Grèce et comité monétaire de la Fed, « drivers » des marchés à court terme ?

Dans les prochaines heures, les observateurs de marchés resteront attentifs aux résultats des élections présidentielles anticipées en Grèce, qui pourraient générer des craintes supplémentaires sur la capacité du pays à poursuivre ses réformes structurelles et à répondre aux attentes de Bruxelles. Le comité de politique monétaire de la Fed, qui se tient aujourd’hui et demain, constituera également un catalyseur important. Compte tenu des récentes variations sur les marchés financiers, et même si la croissance américaine reste bien orientée, Janet Yellen devrait tenter de rassurer les investisseurs en précisant le calendrier du resserrement monétaire : il y a de fortes chances de voir le Gouverneur de la Fed insister sur le caractère très « progressif » de la remontée des taux directeurs US, voire même reculer la perspective de la première hausse des taux au second semestre 2015.

Des points d’entrée attractifs sur certaines valeurs

Dans ce contexte morose, les investisseurs cherchent à alléger leurs positions en actions pour se diriger vers certaines classes d’actifs réputées moins risquées. Les valeurs les plus impactées par ce mouvement sont celles issues des secteurs énergétique, industriel et des « utilities ». Néanmoins, pour les investisseurs disposant d’un horizon de placement à moyen-long terme, la correction actuelle pourrait offrir des points d’entrée attractifs sur certaines valeurs. Cela peut être le cas des cycliques et des financières européennes. Dans l’hypothèse (désormais de plus en plus probable) où la Banque Centrale Européenne annoncerait très prochainement un « quantitative easing » d’ampleur (incluant des rachats de dettes privée et souveraine), ces valeurs seraient les premières à profiter d’un rebond boursier.

Selon le « Sentiment Clients », le baromètre du sentiment des clients de CMC Markets (plus de 45.000 dans le monde, établi quotidiennement à partir de leurs positions réelles), les traders sont globalement « acheteurs » sur l’once d’or (à 75%) et sur la paire USD/JPY (à 65%). En revanche, ils sont massivement « vendeurs » sur les indices Dow Jones 30 (à 83%), Nikkei 225 (à 63%) et Dax 30 (à 54%).

Par l’équipe de CMC Markets France.


N°5 - 11H15

Excédent de 24,0 mrds d’euros du commerce international de biens de la zone euro

Excédent de 7,6 mrds d’euros pour l’UE28.

D’après les premières estimations pour le mois d’octobre 2014, la zone euro (ZE18) a enregistré un excédent de 24,0 milliards d’euros de son commerce international de biens avec le reste du monde, contre +16,5 mrds en octobre 2013.
Le solde enregistré au mois de septembre 2014 s'établissait à +18,1 mrds d’euros, contre +10,9 mrds en septembre 2013.
En octobre 2014 par rapport à septembre 2014, les exportations corrigées des variations saisonnières ont diminué de 0,3% et les importations de 1,3%.

EUROSTAT
http://ec.europa.eu/eurostat


N°4 - 10H45

France : en 2012, le salaire net moyen baisse de 0,4 % en euros constants

En 2012, le salaire mensuel en équivalent temps plein (EQTP) d’une personne travaillant dans le secteur privé ou dans une entreprise publique est, en moyenne, de 2 870 euros bruts et de 2 154 euros nets de tous prélèvements à la source. Entre 2011 et 2012, le salaire net a augmenté de 1,6 % en euros courants. Compte tenu de l’inflation (+ 2,0 % en 2012), le salaire net moyen en euros constants baisse de 0,4 % par rapport à 2011, après avoir sensiblement ralenti sa progression les deux années précédentes.

Le salaire net médian s’élève à 1 730 euros par mois en 2012. Il est inférieur de 19,7 % au salaire net moyen et diminue de 0,6 % en euros constants entre 2011 et 2012. En 2012, les salaires nets diminuent à tous les niveaux de l’échelle salariale. L’écart de salaire en EQTP entre hommes et femmes se réduit légèrement, mais le salaire des femmes reste inférieur de 19,2 % à celui des hommes. À secteur d’activité, âge, catégorie socioprofessionnelle, condition d’emploi donnés, l’écart de salaire entre hommes et femmes diminue également mais reste supérieur à 10 %.

Lire la suite :
http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=ip1528


N°3 - 10H30

Russian Central Bank Hoists Interest Rates, US Crude Sinks to Mid-$50's

Sliding oil prices and a downbeat China factory survey weighed on Asian shares on Tuesday, while the Rouble jumped against the dollar after Russia sharply increased its benchmark interest rate from 10.5% to 17% in a bid to halt a collapse in its currency. U.S. stocks ended lower in a volatile session on Monday as oil prices extended their selloff, adding to worries about weak global demand. The losses follow the S&P 500's worst weekly performance since May 2012. The index is now down 3.4% since Dec. 8 but is still up 7.6% for the year so far. The S&P500 closed at 1,989 and the Dow closed at 17,180.

Risk aversion helped pushed the dollar lower against the safe-haven Yen. The Dollar was slightly down on the day at 117.77 Yen, approaching a low of 117.44 touched last Thursday, and moving further away from its seven-year high of 121.86 set on Dec. 8. The Euro was slightly up against the Dollar at $1.2442. The Australian Dollar hit 4 1/2-year low of $0.8200 after a private survey showed activity in China's factory sector contracted in December for the first time in seven months.

U.S. crude was down 0.4% in Asian trade at $55.69 a barrel, after touching a fresh 5 and a half year low of $55.02 on Monday. Brent Crude shed about 0.4% to $60.82 after dropping as low as $60.20 on Monday, its lowest since July 2009. Spot gold added 0.3% to $1,195.90 an ounce after falling more than 2% on Monday, its deepest slide in over a year following the slump in oil prices.

Within the equity space BT has entered exclusive talks with the owners of EE for a potential £12.5b ($19.6b) acquisition deal to give the former UK state telecoms firm the top position in mobile as well as fixed line broadband services. The stock was at 396p per share down 0.2% in early trade.

David Papier
Market Analyst
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS
www.etxcapital.com


N°2 - 10H00

Climat tendu avant une séance chargée en annonces

Marchés actions
Sur les marchés actions, les principales places ont à nouveau souffert hier au sein d’un contexte économique toujours tendu avant la FED dont la réunion débute aujourd’hui et s’achèvera demain et le vote crucial en Grèce ce Mercredi. Outre ces évènements majeurs de fin d’année, qui nous écarte du rallye traditionnel à la hausse de fin d’année, l’or noir poursuit son irrémédiable plongeon et a lâché plus de 50% depuis son pic au mois de Juin dernier, entrainant avec lui les entreprises parapétrolières qui, rappelons-le, représentent une forte pondération au sein des indices.

Cette chute du baril, combinée à la morosité ambiante avec une Europe toujours à la traine et qui ne semble pouvoir se dépêtrer de sa situation économique et le ralentissement de la deuxième puissance économique mondiale, à savoir la Chine, pèsent sur le moral des investisseurs et donc sur les marchés, alors que ces derniers évoluaient sur des plus hauts, voir des records pour Wall Street. Le Dow Jones cède 0.58% à 17 180.84 points, le S&P500 0.63% à 1 989.63 points et le Nasdaq 1.04% à 4 605.16 points. En dépit des fortes baisses de ces derniers jours, les indices américains restent en gain pour le moment sur l’ensemble de l’année.

Du côté des places européennes, la chute a été bien plus forte hier. Le CAC 40 a perdu 2.52% et se maintient juste au-dessus des 4 000 points à 4 005.38 points. Le Dax et le Footsie abandonnent respectivement 2.72% et 1.87% à 9 334.01 points et 6 182.72 points.

Ce matin, dans le sillage de la veille et des marchés actions plus globalement, la Bourse de Tokyo plonge également en concédant 2.01% à 16 755.32 points. Les valeurs exportatrices sont, une nouvelle fois, à l’honneur mais cette fois cèdent du terrain avec le renforcement du Yen contre le billet vert.

Après le fort recul enregistré hier, les principales places européennes pourraient connaitre un léger rebond pour la deuxième séance de cette semaine. Pour cette journée, les investisseurs prendront connaissance d’une batterie d’indicateurs économiques.

Forex
Sur le marché des devises, la monnaie unique s'affaiblissait face au dollar hier, dans un marché hésitant qui attendait l'issue de la réunion du comité de politique monétaire de la FED mercredi.

Les marchés attendent essentiellement le communiqué que publiera le comité de politique monétaire de la Fed à l'issue de sa réunion, mercredi, et les indices qu'il donnera sur un éventuel relèvement précoce de ses taux d'intérêt, actuellement proches de zéro.

Malgré une publication décevante lundi, avec le recul surprise de l'activité manufacturière dans la région de New York en décembre, la reprise de la première économie mondiale continue dans l'ensemble de montrer des signes d'amélioration, notamment du côté du marché du travail.
Cet aspect est d'autant plus important que la Fed fait de l'amélioration du marché du travail l'élément déclencheur d'une hausse de ses taux d'intérêt.

Une hausse des taux rendrait le dollar plus rémunérateur et donc plus attrayant pour les investisseurs.

En ce qui concerne l'euro, les investisseurs décortiqueront mardi le baromètre ZEW de la confiance des milieux financiers en Allemagne, la première économie européenne, et mercredi les chiffres de l'inflation en zone euro pour le mois de novembre.

L’euro recule donc légèrement face au dollar, à 1,2451 dollar.

Outre-Manche, la livre a perdu du terrain face au dollar et à l’euro hier, avant la publication de l’indice des prix à la consommation ce mardi matin. La monnaie unique s’échange aux alentours de 0,7948 livre et le cable évolue aux encablures de 1,5661 dollar.

Au Japon, le yen a peu réagi à la victoire électorale du Premier ministre, Shinzo Abe, à des législatives qu'il avait convoquées de façon anticipée.
L’euro recule tout de même face à la devise nippone, à 146,14 yens et le billet vert est également en repli à 117,38 yens.

Hier, en Russie, la banque centrale a annoncé qu’elle relevait son taux d'intérêt de 650 points de base, à 17%, afin d'endiguer le plongeon du rouble face aux devises occidentales. En plus de limiter un fort risque de dépréciation, la banque centrale souhaite contrer le risque inflationniste qui pèse sur la Russie.
La devise russe mais aussi la Bourse de Moscou ont touché de nouveaux plus bas lundi, en raison des inquiétudes sur la faiblesse des cours pétroliers et des craintes sur de possibles nouvelles sanctions américaines contre Moscou.
La devise russe a subi dans la journée une chute de 10% face au billet vert, son repli le plus marqué depuis 1998, ce matin le cross USDRUB évolue autour de 60,96 roubles.

Matières premières
Au chapitre des matières premières, le pétrole n’en finit plus de baisser. L’or noir a encore subi hier une nouvelle vague de baisse après des propos inquiétants de représentants de l’OPEP. En effet, le secrétaire général de l’OPEP a défendu la stratégie de l'organisation de maintenir ses quotas de production en expliquant que l’écart entre l’offre et la demande n’est pas le seul responsable de l’effondrement des cours. De plus, le Ministre de l’Energie des Emirats Arabes Unis a jugé que l’OPEP pouvait supporter une baisse des cours jusqu’à 40 dollars le baril. Les pays de l’OPEP continuent donc de repousser le problème, sûrement dans le but stratégique d’écarter certains acteurs américains du gaz de schiste. La guerre déclarée entre les deux camps pour maintenir et/ou gagner des parts de marché pèsent fortement sur le marché.

Dans ce contexte tendu, sur le Nymex, le baril Light Sweet Crude évolue autour des 54,9 dollars, soit des nouveaux plus bas depuis 2009. De son côté, le Brent de la Mer du Nord s’échange, ce matin, sous la barre des 60 dollars pour la première fois depuis 2009.

Sur le front des métaux précieux, l’or est sous pression avant la réunion du FOMC. La spéculation sur un éventuel changement de ton de la FED et la possibilité de voir les taux augmenter début 2015 pèsent sur la tendance. L’or devrait rester sous pression cette semaine dans l’attente des conclusions de la FED. Ainsi, l’once d’or se traite ce matin autour des 1 196 dollars.

Saxo Banque (France)
www.saxobanque.fr

N°1 - 9H00

UBS daily roundup - Déjà vu 1992 (the 2014 remix)

Paul Donovan daily briefing.

• Exactly 22 years 3 months ago the Bank of England raised rates from 10% to 15% to defend the pound. The Swedes went to 500% to defend the krona that autumn. Neither defence succeeded. Overnight the Russian central bank raised rates from 10.5% to 17% to defend the rouble.

• Russia's position is different from the 1992 parallel. There is no fixed exchange rate, for one thing. Economic fundamentals are against the rouble, but the central bank has perhaps more credibility in its policy than did the Bank of England or the Sveriges Riksbank. Markets' current concerns focus on contagion.

• The Euro area is offering PMI sentiment data for both services and manufacturing. Weak growth is expected to be signalled, though the PMI itself is a dubious signal these days. China's unofficial PMI manufacturing sentiment fell marginally.

• The UK offers inflation data (consumer, retail and producer prices are available to choose from). Inflation is being kept moderate by energy and food prices, but some at the Bank of England are quick to point out the temporary nature of such forces.

www.ubs.com/investmentbank



Corporate Finance : commentaires du jour

L'actu Corporate Finance par FinActu:

- Baromètre mondial du capital investissement de Coller Capital, hiver 2014 15/12/2014
- Le Groupe Plastivaloire annonce l’acquisition du plasturgiste allemand Karl Hess 15/12/2014
- Yannick Piette devient associé du bureau parisien de Weil Gotshal & Manges LLP 15/12/2014
- L’activité du private equity et du capital investissement (01/12 – 12/12) 15/12/2014
- Fimalac : Cession de 30% de Fitch Group à Hearst pour 1.965 Mds$ 15/12/2014
- Hervé Schauer Consultants entre dans le giron de Deloitte France 15/12/2014
- Pierre-Arnoux Mayoly rejoint le bureau parisien de Curtis Mallet-Prevost, Colt & Mosle LLP, en qualité de Counsel 15/12/2014
- Récapitulatif des levées de fonds (01/12 – 12/12) 15/12/2014
- Robertet cède sa filiale en Belgique à Nactis 15/12/2014
- Icade cède un portefeuille de magasins Mr. Bricolage à Tikehau Capital 15/12/2014

www.finactu.fr

FinActu est notre partenaire éditorial pour la lettre digitale Le Capital Investisseur

DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur


The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.




The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal



BOURSE : Indices + CAC40 + MP


Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


TAUX D'INTERET LEGAL

Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


TAUX INTERBANCAIRES

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois





Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France




INDICES OBLIGATAIRES

Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France


INFORMATIONS LÉGALES

Disclaimer:
Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

AVERTISSEMENT LÉGAL CONCERNANT LES COMMENTAIRES ET AVIS D'EXPERTS:

Les commentaires et avis d'experts figurant dans cette série d'articles publiés par Finyear sont émis à titre d’information et ne doivent pas être considérés comme un conseil d’investissement.

Plus particulièrement, les contenus figurant sur ce site Internet Finyear.com ne sauraient être interprétés comme des conseils fournis ou approuvés par tout membre du Groupe Finyear, ou comme une sollicitation ou une incitation à souscrire, vendre ou acheter un quelconque instrument financier.

Les analyses et opinions exprimées sont celles des sociétés et experts référencés dans chaque article à la date indiquée et sont susceptibles de changer à tout moment. Toutes projections économiques ou prévisions figurant dans ces articles document reflètent les hypothèses et jugements subjectifs des auteurs. Des événements imprévus peuvent se produire.
Ces commentaires et avis sont fournis uniquement à des fins d’information aux prestataires de services d’investissement ou aux autres professionnels ou investisseurs qualifiés.

Le site Internet Finyear.com ne contient aucun conseil financier, fiscal ou commercial, ni aucun conseil en investissement ou autre conseil proposé ou recommandé par le Groupe Finyear (et ne doit pas être interprété comme fournissant de tels conseils), et ne doit pas être considéré comme une liste des cours de placement, ni comme une offre, une incitation ou une sollicitation, en vue de la souscription, l'achat ou la vente de tout instrument financier.

Toute personne prenant une décision d'investissement en se fondant sur des informations disponibles sur Finyear.com agit à ses propres risques, et Finyear (y compris ses filiales) ne saurait en aucun cas être tenue responsable de toute perte subie de ce fait.

Tous les efforts ont été fournis afin de s’assurer de la justesse de l’information délivrée mais aucune assurance ou garantie ne peut être donnée.

Les médias du groupe Finyear

Chaque jour (5j/7) lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Chaque mois lisez gratuitement :

Le magazine digital :
- Finyear Magazine

Les 6 lettres digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur
- GRC Manager
- Le Contrôleur de Gestion (PROJET 2014)

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres


Mardi 16 Décembre 2014
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News