Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Une trop faible intégration entre processus, systèmes et personnel


Oracle a dévoilé les résultats de son premier Enterprise Performance Management (EPM) Index. L'étude porte sur les moyens mis en œuvre par les entreprises pour combiner processus managériaux et systèmes d'information en vue de dresser un bilan d'entreprise complet. 800 décideurs d'Europe et d'Amérique du Nord ont pris part à cette étude qualitative menée par l'organisme de recherche Quocirca à la demande d'Oracle.




Les participants ont été invités à classer leur entreprise en matière de processus et précision d'information dans six domaines différents: l'environnement des parties prenantes (stakeholders), le modèle de marché, le modèle commercial, le business plan, les opérations et les résultats. Sur une échelle de 1 à 10, le score moyen de l'index est de 5,13. Un score mitigé: des progrès restent à accomplir pour parvenir à une vue précise et à jour des prestations d'entreprise.

Les résultats du Benelux

100 décideurs du Benelux ont participé à l'enquête. Avec un score de 5,21, la région prend la troisième place de l'index. Les différences entre les index sont faibles, ce qui tend à prouver que l'EPM est implémentée de façon consistante dans tous les processus. Les participants du Benelux ont accordé une note élevée (5,4) à leur entreprise en ce qui concerne le modèle de marché, soit un peu plus que la moyenne de 5,2. Une bonne vue sur la concurrence et des techniques efficaces pour prédire le succès de nouveaux produits sont à l'origine de ce bon score. Il y a cependant de grandes disparités dans les prises en compte des données au travers des différentes unités de l'entreprise. La France (5,6) et le Benelux (5,5) croisent le plus de données issues des différents rapports comptables, alors que l'Amérique de Nord affiche en la matière un score étonnamment bas (5,1). Par ailleurs, les entreprises belges et néerlandaises estiment que les parties prenantes sont très satisfaites de la disponibilité des données, qu'elles soient financières ou non. Elles sont en tête de cet index avec un score de 5,5. Des améliorations sont possibles dans certains domaines. Le Benelux obtient un faible score en matière d'exécution (4,95 par rapport aux 5,5 de la France) où de grands progrès sont possibles. Par ailleurs, la région réagit lentement aux changements de marché et de l'environnement de l'entreprise. Avec un score de 5,37, il occupe la quatrième place.

De plus les entreprises disent rarement disposer d'un datamodel général, de métadonnées ou d'un master data repository. Le Benelux occupe la dernière place du classement avec un score de 4,5 alors que la péninsule ibérique et la France affichent les meilleurs scores en la matière. “Dans l'ensemble, l'EPM est bien assimilé par les entreprises du Benelux. Celles-ci se caractérisent par une bonne analyse de la situation et une bonne compréhension du marché. Par contre, elles pèchent par un manque de concrétisation des opportunités,” commente Frank Buytendijk, vice-président et fellow pour l'Entreprise Performance Management chez Oracle Corporation.

Résultats globaux

Les scores totaux de la France (5,39) et de l'Italie (5,26) sont les meilleurs. Sur les six régions sondées, c'est le score lié aux parties prenantes qui est le plus faible (4,77), ce qui reflète une implication trop faible dans les prestations de l'entreprise de la part de ce groupe. Le modèle commercial (5,23) et les résultats (5,28) sont considérés comme les éléments les plus importants dans la stratégie EPM et obtiennent les scores les plus élevés. Le degré de sévérité des lois et des réglementations d'un pays ou d'un secteur est un facteur déterminant pour l'index. Plus les directives sont nombreuses, plus l'index est faible. Le secteur public (4,34) et des soins de santé (4,60) sont très régulés et présentent donc des scores faibles. Dans les pays et secteurs où les exigences en matière d'information sont les plus élevées, les entreprises sont plus conscientes du défi qui consiste à obtenir une vue complète sur les prestations d'entreprise. La plupart des organisations réagissent lentement aux changements du marché ou de leur environnement. Seuls 13 pour cent des entreprises estiment être en mesure d'anticiper rapidement les évolutions du marché. Le Royaume-Uni obtient le meilleur score en matière de capacité d'adaptation (5,9).

Et Frank Buytendijk de conclure: “L'EPM Index d'Oracle démontre que les entreprises d'Europe et d'Amérique du Nord ont encore du chemin à parcourir en matière d'excellence managériale. Par là, nous voulons dire que les entreprises sont prêtes à s'engager sur cette voie et veulent opter pour une approche plus raisonnée et plus flexible, s'appuyant sur une meilleure préparation. Et, si nous rééditons cet index à l'avenir, nous espérons constater de réels progrès.”

Source : www.agefi.lu

Mardi 12 Mai 2009
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs