Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

The Financial Year Coffee - 7 mai 2014 (édition n°6 - 16H00)


Économie, marchés, actions, devises, matières premières, deals du jour : Finyear, votre quotidien de l'exercice financier, vous offre chaque matin des commentaires et des chiffres. A la suite vous trouverez également un tableau de bord financier avec cotations, indices et taux mis à jour en temps réel.




Marchés, actions, forex, matières premières : commentaires du jour

16H00

Afternoon Market Commentary - ETX Capital

ECB to maintain a dovish bias at Thursday’s policy meeting – markets expect the ECB governing council to keep interest rates unchanged at its May meeting despite calls from some in the market for a rate cut.

For the ECB, it’s going to be another tricky decision when it comes to taking policy action or not –low-inflation persists in the euro zone with a real threat of disinflation in the euro area on the cards.

That being said, business surveys indicate that the euro area economy has gained further growth momentum over the past month. These conflicting signals complicate the ECB’s overall assessment of medium-term price developments.

For the ECB, a stronger euro will be a big concern, currently at 1.39 versus the USD – ECB chief Draghi will have more pressure on him to weaken the currency through a rate cut but it’s likely he will opt for language and communication as tool.

The market’s enthusiasm for a rate-cut is likely to fade quickly as it will only cause a short term dip in the euro currency – we need to see a big bazooka response from the ECB for the market to be comfortable that enough is being done.

Draghi made it clear that the ECB would react promptly to a worsening of the medium-term inflation outlook, however for the moment, the recovery in the euro zone is modest at best and seems to be on track and it would require a serious negative event to derail it which is why an asset purchase programme (QE) is unlikely for now.

The ECB is likely to announce soon that it will publish a more comprehensive account of its deliberations during the policy meetings – the so-called meeting minutes which will put it in line with Fed, BOJ and BOE.

Speaking of the BOE, the central bank will also meet to discuss policies Thursday – it’s likely again that there will be no change to current policy measures but the Bank is set to have its first detailed discussion about raising interest rates. With unemployment rate now below the BOE’s 7% threshold, the Bank will need to rehash targets if forward guidance is still to be deemed as credible by the market.

More importantly, the Bank will have to clarify its position on employment now given that it previously said that below the 7% mark does not mean automatic monetary tightening - is that still the case or does the Bank now have to reassess its policy measures?

Tomorrow's meeting will be the precursor before next week's quarterly forecasts and inflation report which are likely to signal a further shift towards earlier rate rises. Market consensus now suggests tightening will begin in the first quarter of 2015.

BOE members are in dissent over monetary tightening measures,however, what is notable is that positive macro economic data continues to suggest that UK economy is gaining momentum.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS
www.etxcapital.co.uk

-------------------------------------------------------

14H00

Le scénario du QE européen

Aujourd'hui, Christopher Dembik, Analyste Financier chez Saxo Banque, vous apporte son éclairage sur le scénario du QE européen. Vous trouverez également ci-dessous un graphique qui illustre le sujet.

"L’enjeu de la réunion de cette semaine n’est pas d’avoir de nouvelles mesures, car les investisseurs savent tous que la BCE n’en prendra pas à court terme. Après le rebond de l’inflation à 0.7% en avril, l’institution n’est pas dans l’urgence pour le moment. Mario Draghi devrait d’ailleurs attendre la publication de l’IPC le 5 juin prochain pour affiner, par la suite, ses prévisions d’inflation pour les mois à venir.

Dans cette optique, l’objectif de la réunion de ce jeudi est d’avoir la confirmation que la BCE laisse la porte ouverte à de nouvelles mesures si besoin est.

Parmi les options sur la table, un QE à l’européenne d’ampleur limitée est de plus en plus vraisemblable étant donné les écueils techniques ou le faible impact estimé d’autres mesures (baisse du taux directeur, taux de dépôt négatif et arrêt de la stérilisation du programme SMP).

La stratégie de forward guidance devrait dominer pour l’instant dans le cadre du monitoring de l’inflation mais, dès cet été, la BCE pourrait mettre en place le cadre technique avant l’annonce officielle d’un QE à la rentrée de septembre.

Ce programme devrait être circonscrit aux titres adossés à des prêts aux PME. Il répondrait ainsi de manière adéquate au déclin continu des prêts bancaires au secteur privé dans plusieurs pays de la zone euro, ce qui est encore perceptible avec les chiffres de mars. Afin d’être pleinement efficace, il devrait s’accompagner d’un affinement du forward guidance avec des engagements clairs de la part de Francfort en termes de montant et de durée pour canaliser au mieux les anticipations des agents économiques."

Saxo Banque (France)
www.saxobanque.fr

--------------------------------------------------------

12H30

Le dossier Alstom

Aujourd'hui, Christopher Dembik, Analyste Financier chez Saxo Banque, vous apporte son éclairage sur le dossier Alstom :

"La conférence de presse de Patrick Kron confirme ce à quoi nous nous attendions à propos de l’évolution du dossier. Afin d’apaiser le gouvernement qui a été un fervent défenseur de l’option Siemens, GE pourrait faire un geste en notamment cédant son activité de signalisation à Alstom dans le cadre du rachat de la branche énergie du groupe français. En raison de la grande diversité des activités de GE Transportation, une telle cession ne fragiliserait en rien l’entité et offrirait au gouvernement français une porte de sortie honorable.

Alstom Transport, une fois l’assainissement financier effectué, pourra chercher à se développer davantage en adossant son activité vraisemblablement à d’autres acteurs du secteur. Un rapprochement au cas par cas avec GE Transportation n’est pas exclu à terme mais les synergies entre les deux entreprises étant faibles, il n’y aura clairement pas de fusion ou de partenariat renforcé.

En revanche, Alstom Transport pourrait chercher à développer davantage ses activités avec des entreprises européennes, comme AnsaldoBreda ou Vossloh, ce qui pourrait aboutir, en fonction de l’appui politique, à la création sur le très long terme d’un géant européen du transport. Le manufacturier canadien Bombardier peut également être un partenaire possible dans l’optique d’une alliance transatlantique. "

Saxo Banque (France)
www.saxobanque.fr

-------------------------------------------------------

11H30

Morning Market Commentary - ETX Capital

Equities in Europe slide this Wednesday morning while traditional safe-havens such as government bonds and even gold track higher as worries about the ongoing crisis in Ukraine, bloated equity valuations which do not match up with earnings and weakness in China all dent market sentiment.

Overnight, a retreat on Wall Street caused jitters across Asian markets, with financial participants expressing their disappointment over the S&P500’s failure to break above last month’s record high of around 1893.

Economic data out of the US in recent days show an economy thawing from a cold winter period with renewed signs of life, however, market participants are holding back from making bold moves on the general lack of clarity of upcoming Federal Reserve monetary policy.

Later today, market participants will be keeping an ear out for what Federal Reserve chairwoman Janet Yellen says at her testimony to the congressional Joint Economic Committee on Wednesday.
It’s likely that Yellen will stick to the rhetoric of accommodative policy mixed with bullish remarks concerning the US economy but the market will want more information regarding when she believes the Fed will raise interest rates.

In Asia overnight, market participants shun equities on the poor performance on Wall Street with eyes on Yellen for more. Regionally, the BOJ’s meeting minutes weighed further on the Japanese stock market but helped the yen currency as it showed little desire by policy-makers at the central bank to add further stimulus to the economy there.

China stocks also suffered following the release of the HSBC PMI services sector data which slipped from 51.9 in March to 51.4 in April – again, reaffirming the slowdown in the huge services sector in the country which is worrying when taken together with the manufacturing PMI.

The slowing momentum here seems to be leading to market worry about policy-makers in China letting the country produce sub-par growth and about China's prospects in general. Traders are worried that the services sector could fall into contraction mode (below 50) in coming months and that policy-makers will sit and watch instead of act.

In forex markets, the euro is holding its recent gains versus the US dollar, currently at around $1.39 as market participants wait for the ECB policy meeting on Thursday, while sterling continues to show strength versus the dollar ahead of the BOE’s meeting, also on Thursday. For Wednesday, there’s little on the data agenda with eyes on Fed’s Yellen for more clues over upcoming US monetary policy.

ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS
www.etxcapital.co.uk

--------------------------------------------------------

10H00

Good Morning Finyear Readers!

European shares are trading lower this morning pressured by ongoing concerns about further escalation of the crisis in the Ukraine, unexpectedly weak German factory data and worries that the Chinese economy will slow further after posting a disappointing services PMI reading overnight.
Furthermore not necessarily unexpected, Carlsberg and SocGen both warned that their profits are being negatively impacted by events taking place in the Ukraine.
So far most stock markets are remaining confined to their recent trading ranges.
However it seems while the Ukrainian crisis has forced many investors and traders to rethink their short to mid-term investment strategy with some of them putting their stock buying plans on hold for now very few at this stage see the need to actually liquidate their portfolios in a major way.
Main focus today will be on Fed chief Janet Yellen’s testimony in front of the Joint Economic Committee in Congress.
Traders are especially eager to hear not only when interest rates are likely to rise but even more so if the weakness seen in Q1 GDP figures is of only temporary nature or if the recovery indeed has come to a sudden halt. Because of the importance of this testimony it wouldn’t come as too much of a surprise if markets stay confined to the current trading range at least till after the testimony.
Technically no major long-term sell signals have been generated at this stage, but overall markets are remaining vulnerable to further sell-offs should more negative news hit the headlines in the days ahead.

Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst
Peregrine & Black
www.peregrineblack.com

-------------------------------------------------------

9H30

Attentisme avant la réunion de le BCE de jeudi

Marchés Actions : Hier, les investisseurs n’ont pas eu d’appétit pour le risque ce qui a conduit l’indice phare parisien en territoire négatif. En effet, le Cac 40 a été plombé notamment par la crise ukrainienne et a terminé par conséquent la séance avec un recul de -0,78 % à 4 428,07 points.

Les valeurs bancaires n’ont pas réussi à tirer leur épingle du jeu et ont également affiché une clôture dans le rouge. Ainsi, BNP Paribas et Crédit agricole affichent respectivement un recul de -1,26% à 51,80€ et -1,24% à 11,10€. La Société Générale a également souffert de ce trend baissier et a clôturé à 43,87€, soit une dépréciation de -1,26% par rapport à son court de la veille. A noter la belle performance d’Alcatel-Lucent qui s’est adjugé à 2,91€ en fin de séance, soit un mieux de 2,21%.

Toutefois, malgré les bonnes statistiques économiques publiées hier, le volume d’échanges est resté relativement faible à 2,9 milliards d’euros. Les opérateurs de marché ont pris connaissance d’une bonne nouvelle économique en provenance de l’Europe: l’activité privée affiche la plus forte croissance pour le mois d’Avril. Cependant, à elle seule, cette statistique n’a pas permis aux marchés européens de clôturer dans le vert. Le Dax et l’EuroStoxx lâchent à la fin de la séance respectivement 0,35% et 0,68%.

A l’instar des marchés européens, les principaux indices boursiers outre-Atlantique ont affiché une clôture dans le rouge. Ainsi, dans ce contexte où l’aversion pour le risque était privilégiée par les investisseurs, le Dow Jones recule de 129,53 points et termine la séance à 16 401,02 points. Le S&P 500 et le Nasdaq terminent la séance respectivement à 1 867,72 points (-0,9%) et 4 080,76 points (-1,38%). Du côté des actions américaines, on note la forte chute de Twitter qui lâche 17,80% à 31,85$. Pour cette journée, les opérateurs de marché pourront se montrer attentistes avant la réunion de la BCE qui aura lieu jeudi.

Forex : Suite à la journée d’hier, la parité EUR/USD se maintient au-dessus du seuil psychologique des 1.39$, et cote ce matin à près de 9 heures aux alentours des 1.3917$, soit en baisse de 0.06%. La paire phare du marché des devises clôture plusieurs fois consécutives dans le vert, et notamment sur la journée d’hier elle engrange 0.37%, atteignant un plus haut à 1.3951$. En effet, les chiffres des PMI en Zone Euro hier ont été publiés en hausse par rapport à ce qu’attendait le consensus, ce qui a permis de porter la devise européenne à la hausse : le PMI français a progressé à 50.4, contre 50.3 attendu, indiquant un secteur manufacturier en expansion ; de même le PMI Espagnol augmente à 56.5 contre 54.4 prévu. Cette hausse de la parité EUR/USD pourrait être remise en cause puisque les investisseurs restent dans l’attente de deux rendez-vous primordiaux des banquiers centraux représentant les deux zones géographiques. En effet, d’un côté, Janet Yellen s’exprimera cet après-midi et prêtera serment et d’un autre côté Mario Draghi fera une conférence de presse Jeudi, accompagné en amont de l’annonce du principal taux d’intérêt prévu stable à 0.25%, taux historiquement bas.

Les paires en yens encaissent des séances de baisse et sont orientées dans le rouge ce matin : la paire USD/JPY perd déjà depuis l’ouverture de 0.25% et cote aux alentours des 101.47 yens, cassant hier le niveau des 102 yens à la baisse puis celui des 101.50 yens à près. En effet, la parité a fait une incursion en-dessous des 102 yens hier, atteignant au plus bas de la journée les 101.48 yens, et aujourd’hui la parité cote au plus bas à 101.42 yens. La parité pourrait encore perdre du terrain ; la zone des 141.20 yens est à surveiller. Concernant la parité EUR/JPY, elle cote aux encablures des 141.25 yens, soit en baisse de 0.29% depuis l’ouverture ; cependant, le cours de la parité encaisse de moins fortes baisses que la parité USD/JPY dans la mesure où la monnaie unique européenne s’est appréciée depuis plusieurs jours. Le niveau des 141 yens reste à surveiller.

Matières premières : Au chapitre des matières premières, le WTI et le Brent évoluent légèrement en territoire positif ce matin en s’adjugeant respectivement 0,56% et 0,14% à 100,06$ et 107,21$. Le brut de référence américain progresse pour une deuxième journée suite au rapport de l’industrie montrant que les stocks aux Etats-Unis ont diminué. Rappelons que les Etats-Unis sont le plus gros consommateur de pétrole au monde. L’American Petroleum Institute a également précisé que les stocks de brut à Cushing, le plus gros centre de stockage, ont diminué de 1,85 millions de barils la semaine dernière. Cette diminution des stocks de ce centre de stockage est notamment dûe à la reprise des raffineries après la période des entretiens des pipelines. Selon l’EIA, les stocks ont diminué de 39% depuis le mois de Janvier dernier. Néanmoins, les stocks de brut du pays devraient encore augmenter selon les analystes pour atteindre un nouveau record depuis que les Etats-Unis ont commencé à présenter des données hebdomadaires en 1982. Les Etats-Unis ont déclaré être en train de négocier de nouvelles sanctions à l’encontre de la Russie avec l’Union Européenne. Du côté de la Libye, le terminal d’exportations de Zueitina dans la partie Est du pays, qui peut traiter et exporter jusqu’à 70 000 barils de brut par jour, commence à charger le pétrole aujourd’hui. La Libye était devenue le plus petit producteur parmi les 12 membres de l’OPEC suite aux attaques des rebelles qui a perturbé très fortement la production et l’exportation du pays. Rappelons que ce pays produisait 215 000 barils par jour le mois dernier, contre 1,38 million un an plus tôt à la même époque.

Du côté des métaux précieux, c’est une journée qui commence de manière mitigée. L’or grappille 0,17% à 1 310,25$ et l’argent progresse de 0,33% à 19,66$. De leur côté, le platine et le palladium cèdent respectivement 0,11% et 0,32% à 1 453,13$ et 815,75$. Le palladium s’échange proche de son plus haut niveau depuis Août 2011, les investisseurs continuent d’être inquiets par la situation ukrainienne qui pourrait perturber l’approvisionnement en matière première de la Russie. Rappelons que la Russie fait partie des deux plus gros pays producteurs de palladium avec l’Afrique du Sud. Les tensions en Ukraine continuent de soutenir l’or, en dépit des bons chiffres macro-économiques américains.

Saxo Banque (France)
www.saxobanque.fr

-------------------------------------------------------

Paris, le 6 mai 2014 (17H00)

Regard sur le risque de déflation dans la zone euro

Par Julien-Pierre Nouen, économiste-stratégiste, Lazard Frères Gestion.

En mars, l’inflation dans la zone euro a atteint son plus bas niveau depuis 2009, l’indice global des prix à la consommation ayant progressé de seulement 0,5% sur douze mois. Pénalisée par des facteurs calendaires en mars, l’inflation a depuis réaccéléré à +0,7% en avril, ce qui reste très faible. Ceci a amené de nombreux commentateurs à évoquer le risque d’une chute en déflation et à appeler la BCE à mettre en œuvre une politique d’assouplissement quantitatif destinée à prévenir ce risque. Nous ne partageons pas ce diagnostic et nous pensons que la faiblesse de l’inflation s’explique par des facteurs bien définis dont certains ne devraient plus peser dans les prochains mois. La position attentiste de la BCE nous semble justifiée.

La faiblesse du prix des matières premières et l’euro fort

Premièrement, ce phénomène de faible inflation ne concerne pas que la zone euro. La plupart des pays développés partagent cette caractéristique. Il est probable que des facteurs comme la faiblesse du prix des matières premières (voir graphique 1) ont joué. L’inflation sous-jacente est d’ailleurs plus élevée à +1,0% en avril.

La force de l’euro, qui a retrouvé la confiance des investisseurs sur les derniers mois a amplifié la faiblesse des prix des matières premières. A ce sujet, une partie de la réponse aux problèmes de la zone euro se trouve sans doute dans la politique monétaire de la Réserve Fédérale. La croissance américaine est en train de ré-accélérer après le passage à vide de cet hiver, et les salaires commencent à reprendre de la vigueur. La Réserve Fédérale américaine va donc devoir remonter ses taux bien avant la BCE, ce qui va soutenir les taux américains et faire monter le dollar contre l’euro.

Les conséquences de la récession passée

La faiblesse de l’inflation est aussi la conséquence de la récession qui a duré de la fin 2011 à la mi-2013 et qui se fait sentir avec un peu de retard. Or la reprise économique prend de la vigueur dans la zone euro, ce qui devrait réduire les pressions désinflationnistes. L’indice PMI composite de la zone euro atteint son plus haut niveau depuis mai 2011 et est maintenant cohérent avec une croissance de l’ordre de 1,75%, ce qui est supérieur au potentiel de croissance (estimé par la Commission Européenne à 1,1%). Or, lorsque la croissance observée est supérieure à ce potentiel, l’inflation a tendance à accélérer. Ceci est d’ailleurs corroboré par un indicateur de tension dans l’appareil productif que nous avons construit. Lorsque cet indicateur progresse, on observe généralement, après une période plus ou moins longue, une accélération de l’inflation.

Les ajustements des pays périphériques

Enfin, et c’est un point qui est souvent oublié, la faiblesse de l’inflation dans la zone euro s’explique aussi par les mesures prises par les pays périphériques pour retrouver leur compétitivité. En effet, il semble prématuré de parler de déflation pour le cœur de la zone euro : l’inflation sous-jacente y est de l’ordre de 1,0% en mars (niveau déprimé par des facteurs calendaires), soit un niveau qui n’est guère inférieur à son niveau moyen d’avant la crise (1,2% entre 1997 et 2007). L’essentiel du ralentissement de l’inflation provient des pays périphériques (Espagne, Grèce, Irlande, Italie, Portugal) (voir graphique 4). Que cela signifie-t-il ? En affichant une inflation plus basse que dans le cœur de la zone euro, ces pays sont en train de restaurer leur compétitivité en faisant baisser leurs prix relatifs. Dans ce sens, la faiblesse de l’inflation est plutôt une bonne chose même si elle n’a pas été compensée par une accélération de l’inflation en Allemagne, mais cela pourrait venir avec l’amélioration de la conjoncture allemande et la mise en place d’un salaire minimum.

Le retour de la croissance économique et la probable baisse à venir de l’euro devrait permettre à l’inflation de ne pas baisser davantage mais celle-ci restera faible. En l’absence de nouveau choc, à l’aune des derniers discours des membres du directoire de la BCE, la mise en place d’un assouplissement quantitatif semble donc peu probable.

Corporate Finance : commentaires du jour

(NOUVEAU) L'actu Corporate Finance par FinActu :

- KALRAY boucle un tour de table de 8 M$ 07/05/2014
- Ardian cède sa participation de 22% dans Newrest au management du groupe 07/05/2014
- Amazon prend une participation de 25% dans Colis Privé 06/05/2014
- Augment finalise une deuxième levée de fonds de 1 M€ 06/05/2014
- Drivy lève 6 M€ auprès d’Index Ventures et Alven Capital 06/05/2014
- Dechert conseille Impact Partenaires dans le cadre de son entrée au capital de ArchiDeco 06/05/2014
- David Charlet élu Président de la Fédération Européenne des Conseils Financiers 06/05/2014
- Breega et Emertec investissent dans Zeepro 06/05/2014
- Norbert Dentressangle rachète des actifs logistique à MGF 06/05/2014
- Innoveox lève 14,3 M€ lors de son introduction en Bourse 06/05/2014

Plus d'informations sur : www.finactu.fr

FinActu est notre partenaire éditorial pour :
- la lettre mensuelle LE CAPITAL INVESTISSEUR
- et la rubrique News | Fusions-acquisitions, levées de fonds, LBO, MBO

Chiffres du jour : INSEE, EUROSTAT, Banque de France, OCDE, etc...

Faible croissance globale des crédits aux sociétés non financières

Le taux de croissance annuel du total des crédits aux sociétés non financières s'établit à +0,1 % en mars après + 0,5 % en février. La bonne tenue des crédits à l'investissement (+2,7%, après +2,6%) est contrebalancée par la contraction des crédits de trésorerie (-5,8%, après -4,7%).

Le taux d'intérêt moyen des crédits nouveaux diminue pour les montants unitaires inférieurs à 1 million d'euros (2,84 %, après 2,93 % en février) et remonte quelque peu pour les montants supérieurs (2,01 %, après 1,93 %). La production de crédits nouveaux (cvs) est en légère reprise pour les montants ne dépassant pas 1 million d'euros (5,6 milliards d'euros, après 5,5 milliards) mais diminue pour les montants supérieurs (10,3 milliards d'euros, après 10,7 milliards).

Consulter ce Stat Info :
https://www.banque-france.fr/economie-et-statistiques/stats-info/detail/credits-aux-societes-non-financieres.html

-------------------------------------------------------

Taux d'épargne des ménages stable à 13,0% dans la zone euro et en baisse à 10,6% dans l'UE28

Quatrième trimestre 2013.
Le revenu réel des ménages par habitant a augmenté de 0,2% dans la zone euro.

Au quatrième trimestre 2013, le taux d'épargne des ménages dans la zone euro a été de 13,0%, stable par par rapport au troisième trimestre 2013.
Dans l'UE28, le taux d'épargne des ménages s’est établi à 10,6%, contre 10,8% lors du trimestre précédent.

EUROSTAT
ec.europa.eu/eurostat

--------------------------------------------------------

Taux d'investissement des entreprises en hausse à 19,5% dans la zone euro et à 19,4% dans l'UE28

Quatrième trimestre 2013.
Part des profits des entreprises stable à 37,8% dans la zone euro, en hausse à 37,4% dans l’UE28.

Au quatrième trimestre 2013, le taux d'investissement des entreprises a été de 19,5% dans la zone euro, contre 19,2% au troisième trimestre 2013.
Cette hausse est le résultat d’une augmentation de l’investissement (+1,6%) plus soutenue que celle de la valeur ajoutée brute (+0,5%), tandis que les stocks (matériaux, fournitures et produits finis) ont diminué.

EUROSTAT
ec.europa.eu/eurostat

DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur


The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.




The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal



BOURSE : Indices + CAC40 + MP


Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


TAUX D'INTERET LEGAL

Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


TAUX INTERBANCAIRES

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois





Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France




INDICES OBLIGATAIRES

Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France


Disclaimer:
Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement chaque jour (5j/7) le quotidien Finyear.
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise.
Lien direct pour vous abonner : www.finyear.com/abonnement

Lisez gratuitement chaque mois :
- le magazine digital Finyear sur www.finyear.com/magazine
- la lettre digitale "Le Directeur Financier" sur www.finyear.com/ledirecteurfinancier
- la lettre digitale "Le Trésorier" sur www.finyear.com/letresorier
- la lettre digitale "Le Credit Manager" sur www.finyear.com/lecreditmanager
- la lettre digitale "Le Capital Investisseur" sur www.finyear.com/lecapitalinvestisseur
- la lettre digitale "Le Contrôleur de Gestion" (PROJET 2014) sur www.finyear.com/lecontroleurdegestion
- la lettre digitale "GRC Manager" (PROJET 2014) sur www.finyear.com/grcmanager

Un seul formulaire d'abonnement pour 7 lettres


Mercredi 7 Mai 2014
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs