Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Suisse : Indicateur export des PME, début d’année optimiste pour les PME


Les entreprises exportatrices helvétiques commencent bien l’année.
Elles se montrent en effet sereines en ce début de premier trimestre; ce n’était plus arrivé depuis l’été 2011. Ce regain d’optimisme est néanmoins contrasté selon les branches. Mais géographiquement parlant, la croissance est bien répartie puisque la demande de produits suisses est à la hausse dans pratiquement tous les grands débouchés. C’est en tout cas ce que révèlent les résultats du dernier Indicateur export des PME du Credit Suisse et de Switzerland Global Enterprise (anciennement Osec).




Le baromètre des exportations du Credit Suisse, qui mesure la demande étrangère de produits suisses, indique 1,36 (contre 1,03 au trimestre précédent), ce qui équivaut à la plus haute hausse enregistrée depuis le printemps 2011. Les attentes à l’export des entreprises suisses dépassent ainsi non seulement le seuil de croissance du baromètre export (fixé à 0) mais sont aussi supérieures à la moyenne à long terme, située aux alentours de 1. La tendance à la hausse qui prévaut depuis le début de l’année 2013 s’est ainsi encore accentuée ces derniers mois.

Comme l’attestent les perspectives export des PME établies par Switzerland Global Enterprise (S GE), les PME suisses s’attendent à une hausse de leurs ventes à l’export. Actuellement, les perspectives des PME atteignent 64,9 points; elles sont sensiblement meilleures qu’au trimestre précédent (59,3 points) et au plus haut niveau depuis le 3e trimestre 2011. La valeur de l’indice est calculée à partir du climat export auquel s’attendent les PME pour le 1er trimestre 2014 et sur la base des exportations effectivement réalisées au trimestre écoulé. L’indice s’échelonne de 0 à 100 et les valeurs supérieures à 50 indiquent des exportations en hausse. Les perspectives export des PME indiquent toujours une tendance à la hausse: ainsi, 42% des PME tablent sur une croissance de leurs exportations au prochain trimestre, contre 37% au trimestre écoulé, 47% s’attendent à une stagnation de leurs ventes étrangères, cette proportion reste la même qu’au début du 4e trimestre 2013. Elles ne sont plus que 11% à craindre une baisse de leurs performances à l’export, elles étaient 16% au dernier trimestre 2013.

Tableau contrasté selon les branches
Selon les perspectives export des PME de S-GE, les branches affichent un optimisme contrasté en ce début d’année. Et ce sont de loin les entreprises du secteur des services et de la chimie/pharma qui sont les plus enjouées. Une évolution positive au 1er trimestre est attendue également dans l’industrie du papier, les biens de consommation, les instruments de précision et la métallurgie. Par contre, les entreprises de la construction mécanique et de l’électronique s’attendent à une baisse de leur volume exporté.

Interrogées sur les raisons de leur optimisme, 51% des PME suisses prévoyant une augmentation de leur chiffre à l’export ces prochains mois répondent «le marketing renforcé» contre 45% au trimestre précédent (plusieurs réponses étaient possibles). Le deuxième facteur cité est «l’innovation produit», qui est évoqué par 48% des entreprises (52%). Enfin, 39% des entreprises mentionnent «l’amélioration de l’environnement économique» comme troisième facteur de reprise (38%).

Une croissance bien répartie dans les marchés
D’après le baromètre des exportations du Credit Suisse, la demande de produits suisses augmente dans pratiquement tous les débouchés. D’importants rebonds de croissance sont attendus en provenance du Japon, des Etats-Unis et de Grande-Bretagne. Et, de façon plus modérée, également de pays émergents comme la Chine, l’Inde, la Russie et le Brésil. Les signes de la reprise sont également visibles dans la zone euro. En Allemagne et en Italie, les perspectives liées aux importations en provenance de Suisse n’ont jamais été aussi bonnes depuis presque trois ans. Seule la demande en France et en Grèce continue de reculer.
92% des entreprises interrogées par S-GE entendent exporter en Europe au cours des six prochains mois. C’est sensiblement le même pourcentage qu’au début du trimestre précédent (92%, plusieurs réponses étaient possibles). Le principal marché export européen reste l’Allemagne, où 75% des PME suisses comptent vendre des produits ou des services, contre 77% au dernier trimestre. Viennent ensuite la France avec 54% d’entreprises envisageant d’y exporter (trimestre précédent: 57%), puis l’Autriche avec 47% (53%) et l’Italie, avec 41% (47%). 58% des PME suisses prévoient d’exporter en Asie/Pacifique au cours du semestre. Ce chiffre est en légère baisse par rapport au dernier trimestre 2013 (61%). La Chine est la première destination visée avec 35% des réponses, devant l’Inde, 26% des réponses et l’Australe avec 25%. Quant à l’Amérique du Nord, 44% des PME comptent y livrer des produits ces six prochains mois (47%), 32% visent le Proche-Orient et l’Afrique (31%) et 22% l’Amérique du Sud (27%).

Renseignements complémentaires sur l’Indicateur export des PME : www.s-ge.com/exportindikator. Les résultats du prochain indicateur seront publiés le 15 avril 2014.
Vidéo de l’interview (en all.) de Bettina Rutschi, Economic Research au Credit Suisse, et de Daniel Küng, CEO de S-GE, à propos du climat export:
https://www.credit-suisse.com/videobroadcast/player/?pid=bph8qHRoj_ml75_jAq952qY4hzhoGg5P&UserName=Unknown

Baromètre des exportations du Credit Suisse: méthodologie
Le baromètre des exportations du Credit Suisse explore le rapport entre les exportations suisses et la demande des marchés étrangers. Le baromètre se compose d’importants indicateurs avancés dans 28 débouchés de la Suisse. Ces indicateurs donnent généralement des prévisions à 1 ou 2 trimestres. Ces valeurs sont ensuite pondérées avec la part export de chaque pays. Le baromètre des exportations condense ces informations en un indicateur unique. Puisqu’il s’agit de données standardisées, le baromètre indique des moyennes standardisées. Le seuil de croissance est égal à 0. La croissance moyenne à long terme (presque 5%) correspond à la valeur +1.

Informations complémentaires : Credit Suisse (2009), «Commerce extérieur suisse – faits et tendances», Swiss Issues Branches : credit-suisse.com/research

Perspectives des PME de Switzerland Global Enterprise: méthodologie
Les perspectives export des PME sont tirées de sondages trimestriels réalisés auprès d’un panel fixe de plus de 200 PME suisses. Elles sont issues des branches pharma/chimie, construction mécanique, biens de consommation, métallurgie, papier, électrotechnique, industrie de précision et services. Les PME ont juste à indiquer si elles tablent pour le trimestre en cours et le trimestre à venir sur une hausse, une stagnation ou une baisse de leurs exportations. Pour donner son caractère prospectif à l’indicateur, le facteur «exportations attendues» pour le trimestre à venir est pondéré à 60%, tandis que les «exportations réelles» du trimestre en cours pèsent 40%. Les Perspectives export des PME donnent des valeurs entre 0 et 100; les valeurs comprises entre 0 et 50 indiquant un recul attendu des exportations, les valeurs entre 50 et 100 une prévision de croissance des exportations. Les entreprises doivent livrer des informations complémentaires comme les raisons du changement de volume à l’export, les marchés où elles exportent, etc. Ces données permettent d’obtenir un tableau représentatif des activités exportatrices des PME suisses.

Credit Suisse SA
credit-suisse.com

Switzerland Global Enterprise (anciennement Osec)
s-ge.com

Information importante
Le présent document a été établi par Credit Suisse AG et Switzerland Global Enterprise. Les opinions exprimées sont celles de Credit Suisse AG et Switzerland Global Enterprise au moment de la rédaction et peuvent être modifiées à tout moment. Ce document est fourni exclusivement à titre d’information et à l’usage du destinataire. Il ne constitue ni une offre, ni une recommandation, ni une incitation à l’acquisition ou à la vente d’instruments de placement ou à la conclusion de toute autre transaction. Les investisseurs doivent être conscients que les cours peuvent évoluer aussi bien vers le haut que vers le bas. C’est pourquoi une performance positive dans le passé ne constitue en aucun cas une garantie de performance positive dans l’avenir. En outre, les placements en monnaies étrangères sont soumis aux fluctuations des taux de change. Les informations et les analyses qui y sont contenues proviennent de sources considérées comme fiables. Toutefois, Credit Suisse AG et Switzerland Global Enterprise ne garantissent ni leur fiabilité ni leur exhaustivité et ne peuvent donc être tenus pour responsable des pertes qui pourraient résulter de l'utilisation de ces informations et de ces analyses.

Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise.
Lien direct : www.finyear.com/newsletter

Lisez chaque mois notre magazine digital sur www.finyear.com/magazine

Lundi 20 Janvier 2014
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News