Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Résultats de la 2ème étude PwC sur les entreprises familiales dans le monde


PwC publie la deuxième édition de l’enquête mondiale sur les entreprises familiales réalisée dans 35 pays auprès de plus de 1.600 entrepreneurs. Les entreprises familiales ont confiance dans leur compétitivité et ce, sur le plan mondial. Dans les pays émergents, elles ont été plus agiles face à la crise que dans les pays matures.




Les entreprises familiales ont bien résisté à la crise : 48 % des dirigeants indiquent que la demande pour leurs produits ou services a augmenté sur ces douze derniers mois.
Les entrepreneurs familiaux sont confiants en leur compétitivité sur le marché : sur les douze prochains mois, 60% d’entre eux prévoient de se développer et 95 % restent confiants quant à leur capacité à être compétitifs face aux leaders de leur secteur.
Les entrepreneurs des pays émergents se sont mieux adaptés au contexte de crise que ceux des pays matures : 29 % d’entre eux ont connu une croissance significative et 50 % ont augmenté leurs profits.

« Les entrepreneurs familiaux sont confiants en leurs fondamentaux. En période de difficultés économiques, leur vision long terme est un véritable atout. Souvent ces entreprises n’ont pas à subir la pression court termiste des marchés de la publication des résultats ou de la distribution de dividendes » souligne Bernard Gainnier, associé responsable des entreprises de taille intermédiaire chez PwC en France.

Cette confiance se doit néanmoins d’être nuancée. Si les deux tiers des répondants à l’enquête disent pouvoir accéder à des liquidités supplémentaires, la grande majorité d'entre eux devraient néanmoins avoir recours à un crédit.

La résolution des conflits et l’anticipation de la transition managériale restent également des points des plus sensibles. « En comparaison à notre précédente étude effectuée en 2007, le pourcentage d’entreprises devant faire face à des tensions familiales relatives à la vision stratégique ou aux compétences managériales s’est accru. L’incertitude économique et les tensions sur le business issues de la crise pourraient vraisemblablement en être à l’origine. Parmi les dirigeants souhaitant transmettre leur entreprise, 48 % n’ont toujours pas établi de plan de succession ». explique Jacques Lesieur, associé responsable de l’étude mondiale chez PwC, et en charge de l’activité de conseil aux PME pour la France.

En 2010, la simplification de la réglementation et particulièrement des règles fiscales est une attente forte des entrepreneurs familiaux, une priorité pour 58 % d’entre eux (20 % en 2007). 47% d’entre eux jugent également que les initiatives des gouvernements ont été insuffisantes pour accompagner la sortie de crise.

En dépit de l’impact du contexte économique récent, la plupart des entreprises familiales demeurent confiantes en leurs atouts et 56% d’entre elles estiment que les marchés sur lesquels elles opèrent se développeront favorablement au cours des mois qui viennent. « Cela traduit le fait que les entreprises familiales, parce que souvent plus petites, conservent une grande capacité d’adaptation de leur modèle économique au contexte, en cas de besoin », confirme Jean-Marie Ordonneau, associé responsable de l’activité Expertise-Comptable chez PwC en France.

A propos de l’enquête Family Business Survey 2010-2011
La deuxième édition de l’enquête sur les entreprises familiales a été réalisée à partir d’entretiens amenés auprès de 1606 dirigeants de petites entreprises familiales et moyennes entreprises
qui opèrent dans une quinzaine de secteurs d'activité. Ces entretiens se sont déroulés entre les mois de mai et août 2010. 35 pays sont représentés dans l’étude : l’ Allemagne, l’Autriche, les Bahamas, Bahreïn, la Barbade, la Belgique, le Brésil, le Canada, Chypre, le Danemark, l’Egypte, la Finlande, la France, l’Allemagne, l’Irlande, l’Italie, le Koweït, la Jamaïque, le Japon, la Jordanie, Malte, les Pays-Bas, la Norvège, Oman, la Russie, l’Arabie Saoudite, l’Afrique du Sud, l’Espagne, la Suède, la Suisse, la Syrie, Trinité-et-Tobago, la Turquie, les Émirats arabes unis, le Royaume-Uni et les États-Unis.

PwC

Mardi 16 Novembre 2010
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs