Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Quelles meilleures pratiques pour les directions financières des entreprises les plus performantes ?


Dans une étude mondiale menée auprès de 286 dirigeants, KPMG a examiné l’évolution actuelle des directions financières, ainsi que les outils qu’elles ont déployés pour devenir progressivement le partenaire incontournable des directions générales.




Quelles meilleures pratiques pour les directions financières des entreprises les plus performantes ?
Cette étude compare les pratiques adoptées par les directeurs financiers des entreprises considérées comme les plus performantes (celles dont l'EBITDA a augmenté annuellement de plus de 10% sur les 3 dernières années, soit 32% de l'échantillon) à celles de l'ensemble des entreprises sondées. Elle met ainsi en évidence les meilleures pratiques en matière d'organisation des directions financières.

Les fonctions financières les plus performantes passent moins de temps sur le contrôle des coûts et davantage sur l'analyse de l'information et l'aide à la décision
Près de 80% des directeurs financiers interrogés estiment que le contrôle des coûts est l'activité principale de la fonction finance. Cependant, dans les entreprises les plus performantes, ils ne sont que 64% à partager cette opinion et passent plus de temps sur l'analyse de l'activité et l'aide à la décision.

Des outils de planification plus complets et efficaces pour l'élaboration des prévisions dans les entreprises performantes
Si les directeurs financiers interrogés estiment produire une information comptable et financière de qualité, 43% d'entre eux ne sont pas satisfaits de leur processus d'élaboration des prévisions, essentiellement manuel et réalisé par la direction financière. 42% d'entre eux pensent que les indicateurs et la démarche budgétaire devraient intégrer de l'information qualitative.

Les entreprises performantes se sont, elles, dotées d'outils de planification qui permettent d'effectuer des simulations et d'appréhender le suivi des indicateurs de performance, afin de faciliter les prises de décision. Elles travaillent, en outre, en collaboration étroite avec les opérationnels pour définir les grands axes stratégiques et produire des projections pertinentes.

Le développement des centres de services partagés est considéré comme la voie privilégiée des futurs gains de productivité plutôt que l'externalisation
Plus de 30 % des entreprises utilisent des centres de services partagés, contre moins de 10% qui externalisent, que ce soit en local ou à l'étranger. Les entreprises performantes recourent plus que la moyenne aux centres de services partagés et les utilisent comme un moyen d'optimisation des coûts et de l'efficacité pour se consacrer aux tâches stratégiques, sans toutefois courir les risques liés au processus d'externalisation complète.

Trop de temps consacré au respect des nouvelles réglementations en matière de contrôle interne
Le cadre réglementaire s'est considérablement renforcé ces derniers temps, si bien que 62 % des dirigeants pensent que le temps consacré à la mise en conformité aurait été mieux utilisé sur d'autres sujets. Plus de la moitié s'attend à y consacrer davantage de ressources dans les deux prochaines années, en particulier dans le secteur banque-assurance.

Les directeurs financiers des entreprises les plus performantes consacrent plus de temps à leurs investisseurs
40% des cadres dirigeants des entreprises performantes, contre seulement 26% pour l'ensemble des sondés, estiment qu'ils sont en mesure de communiquer des prévisions fiables sur la performance de l'entreprise. Tous s'accordent pourtant à dire que fournir des prévisions fiables est un élément clé pour gagner la confiance des investisseurs qui, compte tenu :
• de la mise en oeuvre du référentiel IFRS,
• de l'impact des nouvelles directives européennes,
• des scandales financiers récents, demandent des reportings plus fréquents et plus détaillés.

Les directions financières sont de plus en plus confrontées à des problématiques de recrutement de personnel qualifié
Pour satisfaire ces nouvelles exigences de la fonction finance, plus de la moitié des entreprises ont l'intention de recruter dans les deux prochaines années. Les profils recherchés devront faciliter la réorganisation, démontrer des qualités de communication, de travail en équipe et de créativité pour résoudre les problèmes. Ainsi, un nouveau challenge se présente aux directions financières : recruter et retenir des professionnels compétents est un facteur-clé de réussite du changement.

Vers une centralisation accrue de la fonction financière
Les groupes les plus performants tendent à simplifier et à consolider leurs opérations financières au niveau international, en responsabilisant des directeurs financiers groupe au détriment de multiples directeurs financiers locaux autonomes, pour favoriser une approche unique des problématiques financières. Les réglementations comme Sarbanes-Oxley ont accéléré cette tendance poussant les groupes à fiabiliser leurs processus et standardiser les contrôles.

À propos de l'étude
L'étude mondiale intitulée "Being the Best : insights from leading finance functions" a été menée auprès de 286 dirigeants dont 53 % sont issus de sociétés générant un chiffre d'affaires annuel de plus de un milliard de dollars. L'étude a couvert dix pays dont les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, le Japon, la Chine et l'Australie et a englobé un large spectre de secteurs d'activités.

© 2006 KPMG S.A., société anonyme d'expertise comptable et de commissariat aux comptes en France et membre du réseau KPMG de cabinets indépendants adhérents de KPMG International, une coopérative de droit suisse. Tous droits réservés.

Mardi 3 Avril 2007
Notez






Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs