Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Quand la virtualisation impose de nouvelles compétences


L’ère du Cloud et de la virtualisation n’est maintenant plus un concept, mais bel et bien une réalité. En effet, poussée par des enjeux économiques, environnementaux et organisationnels, la virtualisation est désormais un axe de travail important chez les DSI et dessine les nouveaux contours de leur architecture informatique.




Il est vrai que l’essor de la virtualisation dans de nombreux domaines, comme le stockage ou le poste de travail, conduit les entreprises à vivre une véritable révolution et à moderniser profondément leurs processus et architectures historiques.

Les apports de la virtualisation sont bien entendu alléchant et expliquent l’intérêt massif des entreprises et administrations pour cette approche. En effet, force est de constater que la virtualisation ne se cantonne pas aux sphères de grands groupes du CAC 40, mais se développe auprès de tous les acteurs économiques. Parmi les institutions, on remarquera également que la virtualisation du poste de travail est un projet présent dans la majorité des CHU.

Oui, mais voilà, la virtualisation fait appel à de nouvelles compétences et le manque de spécialistes sur le marché risque de poser problème et de freiner le recours massif à ces technologies génératrices de nombreux avantages. Directeurs des Systèmes d’Informations, ingénieurs, consultants, experts et SSII doivent donc se former afin de transformer les projets de virtualisation en succès opérationnel.

Ce besoin de formation s’explique par des raisons purement technologiques (nouveaux outils, langages, process, etc.) et organisationnelles. En effet, les projets de virtualisation couvrent une large dimension organisationnelle. Il est donc impératif de bien prendre en compte ces paramètres « métier ». En ce sens, les porteurs de projets de virtualisation se doivent de maîtriser ces deux composantes. Il est fondamental de prendre en compte cette donnée sous peine de voir se transformer des projets porteurs en usines à gaz mal ficelées.

Du point de vue technique, le besoin de compétences s’explique notamment par l’importance du spectre couvert par la virtualisation : l’on comprend bien que la virtualisation du stockage est un processus bien différent de celui de la virtualisation d’applications ou de la virtualisation du poste de travail. Bien entendu des similitudes existent et les offres vont progressivement jouer la carte de la convergence…

Mais pour l’instant, de fortes disparités peuvent exister. Les cursus de formations spécifiques sont donc un facteur incontournable. Pour venir en aide aux utilisateurs finaux, de courtes formations peuvent dans certains cas être dispensées. On notera néanmoins que la virtualisation est en général transparente pour ces utilisateurs finaux.

Virtualiser son infrastructure informatique est donc un projet complexe qu’il convient de parfaitement préparer avant de lancer un quelconque déploiement. Il ne faut donc pas négliger le volet formation qui constitue la bonne mise en œuvre du projet. Rappelons-nous que, comme toute évolution technologique majeure, la virtualisation engendre de nouvelles habitudes et méthodes de travail qu’il est fondamental maîtriser afin d’accéder aux bénéfices recherchés.

Par Nicolas CHABRIER, Président d'Evaluant
www.evaluant.com

Retrouvez chaque jeudi l'actualité du BPM sur :
www.bpm-channel.com

Mercredi 3 Mars 2010
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs