Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Point Hebdomadaire sur la Stratégie (Fortis Investment)


Les tendances observées ces derniers mois se sont poursuivies au cours de ces deux dernières semaines. Le secteur industriel a confirmé sa forte croissance à l’échelon mondial et le redressement en Asie est resté vigoureux. Les statistiques aux États-Unis et en zone euro se sont révélées plus fragiles, mais ce phénomène pourrait être lié, au moins en partie, à la rigueur de la météo. L’inflation dans les pays développés demeure faible.




Il est encourageant de noter que les marchés actions ont progressé assez positivement dans ce contexte. Toutefois, puisque nous tablons sur une reprise économique modeste et généralement décevante, nous conservons une position neutre. Selon nous, les actions resteront cantonnées au sein d’une fourchette restreinte à court terme. Les valorisations américaines nous semblent relativement peu attractives et nous avons par ailleurs procédé à une sous-pondération de l’Europe où les perspectives de bénéfices sont plutôt minces. Les actions européennes ont récemment suivi le rythme de leurs homologues américaines, mais elles se sont avérées beaucoup plus volatiles.

Les événements en Grèce expliquent la majeure partie de cette volatilité. Il faut s’attendre à ce que la Commission Européenne donne rapidement son aval au dernier plan de réduction du déficit, comprenant une augmentation des impôts et des baisses supplémentaires de salaires dans le secteur public. La Grèce s’apprête bientôt à émettre des emprunts d’une valeur d’environ 5 milliards d’euros, ce qui permettra de juger de l’intérêt des investisseurs. Vu la baisse de plus de 100 points de base des rendements des emprunts à dix ans par rapport aux niveaux de janvier, la Grèce pourrait avoir accès aux marchés. Les efforts de la France et de l’Allemagne visant à aboutir à un programme de sauvetage en cas d’échec des émissions obligataires ont rassuré, même si la tempête n’est pas entièrement calmée.

La livre sterling a été fortement chahutée, maintenant que les sondages d’opinion suggèrent qu’aucun des deux principaux partis politiques n’obtiendra la majorité parlementaire lors des prochaines élections. Ce cas de figure serait de mauvais augure pour le budget britannique, dans la mesure où il pourrait s’avérer plus difficile de parvenir à un accord sur les réductions des dépenses ou les hausses d’impôts. Le déficit budgétaire du Royaume-Uni est supérieur à celui de la Grèce; la dette publique rapportée au PIB est largement inférieure, mais devrait sensiblement augmenter. À notre avis, les marchés actions continueront d’être tiraillés entre les bonnes surprises en matière de bénéfices des entreprises et les mauvaises nouvelles sur le plan budgétaire, encourageant ainsi les prises de position tactiques.

La plupart des indicateurs avancés dans le secteur industriel témoignent toujours d’une croissance accrue. Aux États-Unis, les commandes de biens durables hors défense ont chuté, mais après des chiffres robustes au cours des deux mois précédents. L’indice ISM du secteur manufacturier affiche toujours sa seconde plus forte progression en plus de cinq ans. L’indice PMI du secteur manufacturier en zone euro a bondi à son maximum depuis août 2007; les nouvelles commandes industrielles sont en augmentation constante. Par ailleurs, la production industrielle japonaise a enregistré une nouvelle hausse. L’indice chinois HSBC/Markit a fait de nouveau état d’une croissance du secteur. Les indices PMI des marchés émergents n’ont que légèrement baissé et ce à partir d’un niveau élevé. En conclusion, la reprise du secteur industriel mondial se poursuit, mais la croissance pourrait ralentir, comparée au rythme soutenu de ces derniers mois.

La confiance des consommateurs américains a sévèrement flanché après une hausse vigoureuse de la consommation réelle. Fait surprenant, le taux d’épargne est en recul. Corrigée de l’inflation, la hausse des revenus est restée faible. Par conséquent, les perspectives pour la consommation sont toujours en demi-teinte. Le marché immobilier a souffert en raison du mauvais temps et après les gains engendrés par les crédits d’impôt. Les ventes de logements neufs sont tombées à leur plus bas niveau depuis la tenue des statistiques en 1963. Toutefois, un indicateur des prix des logements a augmenté pour le septième mois consécutif et les défauts de remboursement des crédits hypothécaires ont diminué au dernier trimestre 2009. Il n’y a donc apparemment aucune raison de sonner l’alarme.

L’indice du contexte économique de la zone euro et l’indice allemand IFO ont tous deux légèrement reculé. Comme ni l’un, ni l’autre n’est particulièrement élevé, le ralentissement est préoccupant. L’économie de la zone euro semble de nouveau accuser un retard sur les autres régions. Le taux de chômage a encore diminué au Japon, mais est resté inchangé en zone euro. Le marché du travail nippon s’est nettement amélioré au cours des six derniers mois, ce qui est bon signe pour la demande intérieure. La reprise en zone euro pourrait s’avérer plus laborieuse, eu égard aux perspectives d’embauches moroses.

Le récent relèvement de 25pb du taux d’escompte de la part de la Réserve Fédérale indique le retour progressif à la normale et ne présage pas d’un changement radical de la politique monétaire. Néanmoins, il constitue une preuve concrète que la conjoncture actuelle justifie la suppression graduelle des mesures de soutien exceptionnelles aux banques. Puisque l’inflation, ravivée par le renchérissement des prix de l’énergie de mars à décembre de l’an dernier, semble avoir atteint un pic de part et d’autre de l’Atlantique, la Fed et la BCE devraient pour l’instant camper sur leurs positions. La Banque du Japon devrait également maintenir le statu quo et pourrait même introduire de nouvelles mesures de détente quantitative destinées à dévier l’économie de sa trajectoire déflationniste.

Par Joost van Leenders, Stratégiste allocation d'actifs
Fortis Investment Management Belgium N.V./S.A
/www.fortisinvestments.com

Mercredi 10 Mars 2010
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs