Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Nordea Investment Funds : allocation 2010, continuer de surpondérer les actions


Après un exercice favorable pour les investisseurs, 2010 devrait conforter les grandes tendances enregistrées l’année passée. En effet, même si la vigueur du rally constaté sur les actions et le crédit limite mécaniquement le potentiel d’appréciation supplémentaire de ces classes d’actifs, celles-ci recèlent encore beaucoup de valeur. Notamment marqué par des taux courts durablement bas, l’environnement financier va rester globalement favorable à la prise de risque. Explications.




Actions : un potentiel de rebond qui n’est pas épuisé
Les marchés d’actions ne manqueront pas de prétextes pour poursuivre leur rattrapage amorcé au printemps dernier. Sur le front macroéconomique, la croissance des grandes économies mondiales va s’affirmer, dans un contexte de taux d’intérêt et d’inflation durablement contenus. Du côté microéconomique, les bénéfices des groupes cotés pourraient se redresser à un rythme historiquement élevé et dépasser les attentes au cours des prochains trimestres. Dans ce contexte, les marges de progression des marchés d’actions sont d’autant plus significatives qu’ils ne sont pas surévalués. S’ils ont rejoint leurs niveaux historiques, les ratios de valorisation sont en effet attractifs au regard de la rémunération des emprunts d’état et des obligations privées les mieux notées.

Mais voilà. La poursuite du rattrapage se fera cette fois-ci en ordre dispersé, nécessitant une discrimination renforcée des investissements entre secteurs et zones géographiques. Place à une sélectivité accrue, donc. Compte tenu de leurs environnements macroéconomiques respectifs, les marchés européens devraient à ce titre tirer leur épingle du jeu au détriment des marchés américains et japonais. Fragilisé par l’ampleur des déficits public et commercial comme de l’endettement privé, la reprise aux Etats-Unis sera en effet anémique, alors même que les risques de création de nouvelles bulles sur les marchés financiers apparaissent. A l’opposé, la zone euro profite d’un rebond précoce de ses commandes manufacturières, par la reconstitution rapide de sa capacité d’épargne et par un marché du travail comparativement plus solide.

Du côté des actions émergentes, l’environnement économique reste tout aussi porteur : croissance vigoureuse, faible levier financier, sous-évaluation de certaines devises, à commencer par le yuan…
Même si les niveaux de valorisation élevés atteints dans ces régions limitent leur potentiel de performance, ces marchés resteront donc incontournables en2010.
Allocation 2010: surpondérer les actions européennes, les marchés émergents et les secteurs des matériaux de construction et des biens de consommation, sous-pondérer les actions américaines

Emprunts d’Etat: un risque de hausse des taux longs préoccupant
L’environnement économique et monétaire va devenir de moins en moins porteur pour les obligations d’Etat. Dans un contexte de creusement préoccupant des déficits budgétaires, les taux à long terme, aujourd’hui historiquement bas, devraient commencer à se tendre et pénaliser le rendement des portefeuilles obligataires existants. Reste qu’une sortie totale de cette classe d’actifs paraît prématurée, pour plusieurs raisons. Sorte d’assurance contre une éventuelle détérioration de l’économie, les emprunts d’Etat sont la seule classe d’actifs à pouvoir bénéficier d’un environnement conjoncturel dégradé. En stabilisant le rendement des portefeuilles sur la durée, ils sont donc une sécurité bienvenue en cas d’invalidation du scénario d’une poursuite du rattrapage économique. Cette sécurité est d’autant plus incontournable que cette classe d’actifs est peu volatile, avec des risques de baisse d’une ampleur structurellement limitée.
Allocation 2010 : sous-pondérer et réduire la duration moyenne des portefeuilles obligataires

Crédit : les spreads vont encore se rétrécir
Le rally historique constaté sur les marchés de crédit depuis le printemps dernier est davantage le fruit d’un rattrapage technique, après plusieurs mois d’une purge excessive, que le signe d’une surévaluation. De fait, l’amélioration de la visibilité et de la solidité financière des émetteurs va continuer de réduire significativement les taux de défaut, dans un environnement macroéconomique plus porteur pour les entreprises. Le potentiel de performance sur les marchés de crédit est certes plus limité que l’année dernière, les écarts de rendement vis-à-vis des emprunts d’Etat s’étant déjà réduit de plus de la moitié par rapport au pic historique de fin 2008. Toutefois, cette classe d’actifs reste à privilégier pour plusieurs raisons. D’une part, les rendements vont continuer de surpasser très significativement la rémunération des emprunts d’Etat. D’autre part, les écarts de rendement devraient continuer de se rétrécir au fur et à mesure que la situation économique et financière des entreprises va se renforcer, source de plus-value pour les émissions détenues en portefeuille.
Allocation 2010 : surpondérer le crédit Investment Grade, neutre sur le High Yield

Cette chronique est signée Marc Olivier, Directeur Général de Nordea Investment Funds à Paris

A propos de Nordea Investment Funds S.A.:
Nordea Investment Funds S.A. fait partie du groupe Nordea qui gère 136milliards d'Euros (au 30 juin 2009). La société commercialise une gamme de fonds activement gérés à travers toute l’Europe via un réseau d’intermédiaires, parmi lesquels des banques, des compagnies d’assurance, des institutionnels et des conseillers financiers indépendants. Son produit phare est la SICAV Nordea 1 qui est conforme à la réglementation UCITS 3. La SICAV Nordea1 propose ainsi une large palette de stratégies cœur et multi-boutique activement gérées, parmi lesquelles des fonds actions (de types Value, Growth et actions nordiques), des fonds obligations (dont les obligations à haut rendement) et des fonds à performance absolue.

Jeudi 14 Janvier 2010
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs