Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Morning Briefing by Finyear Coffee - March 6, 2014


Marchés, cotations, indices et taux - Tableau de bord financier - Mises à jour quotidiennes. / Markets, quotations, indices and rates - Financial Dashboard - Daily updates. / Morning Briefing by Finyear Coffee.




Commentaires du jour

11:00 AM

Good Morning Finyear Readers!

European equity markets are trading slightly higher this morning ahead of today’s ECB and BOE meetings.
For now at least markets continue to be confident that the worst can be avoided and that a peaceful solution will be found what the Crimean peninsula is concerned.
Yesterday’s news that Russia has refused to meet the representatives of the new Ukrainian government was not too much of a surprise and consequently had only a limited impact on the markets.
However in the days ahead it will be instrumental that talks with Russia will continue even if it is via intermediaries like the European Union. Concerning today’s closely watched central bank meetings neither the ECB nor the BOE are expected to announce any changes.
While there is some concern that deflation might be taking hold in the Euro-zone in the months ahead, ECB chief Draghi most likely will prefer to see a few more sets of data before taking any measures.
Instead however he probably will firmly reiterate that there are options available to fight deflation and that he won’t be hesitating to use them if need would arise.
Overall sentiment for stocks remains positive and even recent events in the Ukraine haven’t managed so far to change this instead traders have merely become a bit more cautious and consequently have limited their risk exposure in stocks a bit more for now as they would have done otherwise.
For now concerns to possibly miss the boat when stocks stage their next move to the upside still seems to slightly outweigh worries that the situation on the Crimean peninsula might be worsening again in the days ahead.

Thank you

Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst
Peregrine & Black

www.peregrineblack.com


10:30 AM

European Markets Higher Before BOE/ECB Meetings Thanks To Easing Ukraine Tensions

European financial markets trade up Thursday ahead of key central bank decisions by the Bank of England and European Central Bank. Asian markets rose overnight on the back of confidence over easing tensions in the Ukraine after Russia pulled back ground troops earlier this week and President Putin downplayed the possibility of military action.

Hopes grow for a solution to the Ukraine crisis following talks between Russia and the West but leaders from the West are at odds on how to deal with the issue itself. That said, EU leaders today are hosting an emergency summit in Brussels to grapple with a unified response by Western powers, perhaps with sanctions against Russia. An emergency funding package for Ukraine is also likely to be discussed as the country is now at the brink of financial collapse.

Overnight in the US, we had a poor set of economic data in the shape of softer than anticipated ADP jobs data, in at 139k versus consensus of 155k and strong downward revisions to the January numbers, prompting market participants to downgrade their expectations for Friday’s US nonfarm payrolls report. At the same time, US non-manufacturing ISM [services] data came out and was also below expectations – dropping to 51.6 vs. 53.5 and with the employment sub-index falling from 56.4 to 47.5.

In the face of continued deteriorating economic data from the US, there will be more pressure on Fed chair Janet Yellen to contemplate halting tapering of bond-buying. Much of the disappointing economic data at the start of the year was attributed by the severe weather conditions in the US with Fed members dismissing economic readings as distorted by the bad weather, but we are in March now, and investors are not convinced by the constant weather-blaming anymore. The US economic recovery is most certainly stalling a tad – if we continue to see more deterioration in data, particularly Friday’s nonfarm payrolls report, markets will be of the view that the Fed cannot justify further tapering until economic conditions improve.

In Europe, attention is on both BOE and ECB meetings – BOE unlikely to act and maintain policies – the Bank will continue to monitor the recovery in the UK but conditions have been decent since the Inflation Report last month and fresh forward guidance has been issued too so little is expected by the BOE.

For the ECB however, there are expectations of a rate cut, by around 15 basis points of 0.1% and a reduction in the deposit rate too. Inflation in the euro zone continues to decline, raising the spectre of deflation while tough austerity and stubbornly high unemployment sap economic growth. Data has been mixed out of the euro zone in general with Germany driving the recovery, as expected but France contracting.

Spain makes progress most facets of its economy but Italy remains a laggard in the overall euro area recovery with a new PM in place who faces a plethora of challenges. ECB will issue 2016 forecasts for the euro area which will garner much attention as well as the press conference in which Mr Draghi will be asked questions about the low-gear euro area recovery, deflation, further stimulus measures and the crisis in Ukraine.

Ishaq Siddiqi
Market Strategist
ETX Capital
www.etxcapital.com



09:00 AM

Les marchés attendus en hausse avant la BCE
Marchés Actions : Sur les marchés actions, les principaux indices mondiaux ont évolué en ordre dispersé ce mercredi suite à de nouveaux indicateurs macroéconomiques décevants. En effet, contre toute attente l’indice ISM non manufacturier américain a diminué à 51,6 le mois dernier contre 54 en janvier, et l’enquête ADP n’a révélé que 139 000 nouveaux emplois contre 160 000 attendu. Face à ce premier constat, les analystes ont relativisé ces résultats en attribuant une nouvelle fois les mauvaises performances de début d’année aux différentes vagues de froid qui ont frappé le pays. Loin de s’orienter brutalement à la baisse, les indices américains et européens se sont finalement contentés d’évoluer sur les plus hauts observés au cours des dernières séances, sans grande conviction toutefois. En effet, le marché reste attentiste en pleine crise russo-ukrainienne, et surtout dans l’attente de prochains rendez-vous au sommet en fin de semaine. Après la publication du PMI final de Markit révélant une accélération de la croissance économique en zone euro, les investisseurs attendent à présent avec impatience la réunion de la BCE qui se tiendra ce jeudi. Sans encore évoquer une baisse des taux directeur, les analystes s’attendent à ce que Mario Draghi annonce une extension des opérations principales de refinancement à taux fixe jusqu’en 2016. Dans ce contexte, le Dow Jones a terminé sur les 16 360,18 points en légère baisse de 0,22%. Le S&P500 est resté stable sur les 1 873,81 points en cédant seulement 0,01%. Le Nasdaq de son côté a fini en hausse de 0,14% à 4 357,97 points. En Europe, le CAC 40 s’est stabilisé après un vif rebond la veille pour finir sur les 4 391,25 points en baisse de 0,11%. Le Dax allemand a également perdu 0,49% sur les 9 542,02 points. Le FTSE de Londres a cédé 0,71% à 6 775,42 points.

En Asie, les investisseurs se sont réjouis des efforts diplomatiques menés par la Russie et les Etats-Unis dans le cadre du conflit en Ukraine. Ignorant les mauvais indicateurs en provenance des Etats-Unis, ces derniers ont finalement porté l’indice phare japonais, le Nikkei 225, sur sa meilleure clôture depuis fin janvier à 15 134,75 points en hausse de 1,59%. Le Topix, plus large, a progressé de 1,27% sur les 1 228,36 points.

Ce jeudi, nous attendons les principales Bourses européennes et américaines dans le vert dès l’ouverture. L’absence de conflit armé en Ukraine, va amener les investisseurs à se focaliser sur les rendez-vous clés de cette séance : nous suivrons notamment les réunions de la Banque d’Angleterre et de la BCE. Seront également à l’agenda de la journée, les inscriptions hebdomadaires aux allocations chômage, la productivité ainsi que les commandes à l’industrie aux Etats-Unis. En zone euro, nous attendons le taux de chômage en France et les commandes à l’industrie en janvier pour l’Allemagne.

Forex : Sur le marché des devises, la monnaie unique européenne s’est stabilisée face au billet vert mercredi. Dans un marché toujours très vigilant à la situation en Ukraine, les opérateurs ont pris connaissance de nombreuses statistiques économiques.

Le dossier ukrainien fait toujours les gros titres et crée encore beaucoup de tension notamment sur le marché des changes. Les opérateurs ont tendance à consolider leurs positions en attendant de nouveaux éléments. Aujourd’hui ceux-ci se focaliseront sur la réunion de la Banque centrale européenne. Alors que de nombreux investisseurs s’attendent à un maintien de la politique monétaire actuelle au sein de la zone euro, l’institution pourrait néanmoins abaisser son taux directeur ou même porter en territoire négatif le taux de dépôt. Les récents indicateurs présentent plutôt une reprise économique et la BCE reste également optimiste sur les perspectives de croissance en Europe.

Outre-Atlantique, les opérateurs américains ont pris connaissance de plusieurs indicateurs économiques. Nous retiendrons le recul de l’activité dans le secteur des services pour le mois de février. L’indice ISM non-manufacturier a en effet chuté de 2,4 points pour s’établir à 51,6%. Autre élément important, l’ADP a présenté son rapport sur l’emploi du secteur privé américain, affichant une progression en deçà des attentes, avec 139 000 nouveaux emplois nets contre 150 000 attendus. Cet élément n’est pas de nature à rassurer les investisseurs. En effet, alors que depuis le début de l’année les chiffres macroéconomiques sont moins bons que prévu, la Réserve fédérale a besoin d’un rapport sur l’emploi américain un peu meilleur que les précédents afin de justifier notamment le tapering. Les opérateurs devront donc rester prudents aujourd’hui en attendant la publication du rapport officiel de l’emploi.

Du coté des valeurs, l’euro reculait légèrement face au dollar ce matin, pour venir s’adjuger à 1,3728 dollar contre 1,3734 dollar mercredi en fin d’échange new-yorkais. La devise nippone continue de son coté de perdre du terrain. La situation en Ukraine continue de peser sur les marchés et les opérateurs ont tendance à se diriger vers des actifs plus sûrs tels que le yen ou le franc suisse. L’euro et le dollar poursuivent donc leur progression, pour venir s’adjuger à 140,94 yens pour un euro et 102,67 yens pour un dollar.

Quant aux autres paires de devises, la livre britannique montait tôt ce matin face à l'euro et s’adjugeait à 82,10 pence pour un euro, tandis qu’elle se stabilisait face au dollar à 1,6721 dollar pour une livre. La devise helvétique quant à elle baissait face à l'euro à 1,2199 franc suisse pour un euro, ainsi que face au dollar à 0,8886 franc suisse pour un dollar.

Matières premières : Au chapitre des matières premières, le WTI et le Brent évoluent en ordre dispersé ce matin. Le brut de référence américain cède ainsi 0,42% à 101,02$ tandis que le Brent progresse de 0,16% à 107,93$. Le WTI a perdu 1,8% hier soit la plus forte perte en près de deux mois et chute pour le troisième jour consécutif suite au rapport publié par le gouvernement américain qui a montré que les stocks de brut et de produits distillés ont augmenté la semaine dernière. Tout d’abord les analystes s’attendaient à une diminution des stocks de produits distillés. De plus, les stocks de brut ont progressé pour une septième semaine consécutive pendant que le ravitaillement est à son plus bas niveau en deux ans suite à l’ouverture d’un nouveau pipeline dans le plus grand centre de stockage américain à Cushing. Après avoir réagi à la situation ukrainienne, le WTI semble se stabiliser et les investisseurs attendent de voir comment va évoluer ce conflit russo-ukrainien. L’agence internationale de l’énergie a déclaré suivre et surveiller avec insistance les marchés du pétrole et du gaz à cause de la situation en Ukraine et se tient prête à intervenir si nécessaire. Les dirigeants de l’Union Européennes examineront aujourd’hui les répercussions et les possibles sanctions à l’encontre de la Russie alors que la situation en Crimée reste très tendue. L’écart entre les deux bruts de référence s’est élargi pour la première fois en sept jours hier et est actuellement à 6,91$.

Du côté des métaux précieux, c’est une journée qui débute dans le rouge. Le métal jaune recule de 0,31% à 1 332,69$. L’or évolue un peu en dessous de son plus haut niveau en quatre mois à 1 350$ alors que la situation en Ukraine semble s’apaiser pour le moment et préfère se recentrer sur les perspectives de l’économie américaine avec les chiffres de l’emploi en fin de semaine. De plus les achats physiques d’or sur le marché asiatique et notamment en Chine ont considérablement ralenti à cause notamment de la forte hausse des prix au cours du mois de Février. Dans le sillage de l’or, l’argent cède 0,20% à 1 476,63$. Le platine et le palladium perdent respectivement 0,11% et 0,01% à 1 476,63$ et 773,0$. En Afrique du Sud, les négociations entre employeurs des trois plus grosses compagnies de platine et le syndicat principal sont toujours au point mort après six semaines de négociations et alors que les stocks sont maintenant très faibles. L’Afrique du sud est également le deuxième pays producteur de palladium derrière la Russie.

Saxo Banque.



Asoka Wöhrmann, le Co-CIO de Deutsche Asset & Wealth Management, commente les tensions entre l’Ukraine et la Russie.

Vous trouverez ci-après le commentaire complet d’Asoka Wöhrmann en anglais et ci-dessous les conclusions, en français, auxquelles celui-ci tend.
- La situation dans son ensemble ne laisse pas présager de développements positifs surtout pour les actifs russes, mais aussi pour toute l’Europe de l'Est, y compris la Turquie (12% de la population criméenne est composée de Tatars ayant des liens historiques avec la Turquie et des désaccords avec la Russie).
- La contagion sur les marchés financiers s’étendra à toutes les classes d'actifs et à toutes les régions. Les actifs russes et ukrainiens sont susceptibles de rester sous pression à la vente.
. Les marchés obligataires et de taux devraient rester mieux contenus à moins que la crise n’évolue encore et ne se transforme en un conflit militaire à part entière
. Les marchés actions, atteignant des niveaux très élevés sont plus susceptibles d’être affectés en raison de l’aversion au risque. Toutefois, dans le cas où la situation resterait concentré sur la Crimée seulement sans qu’il n’y ait d’autre intervention en Ukraine, cette situation pourrait représenter une opportunité pour établir de nouvelles positions au sein des portefeuilles
. Les marchés des changes vont voir un certain soutien pour les monnaies refuges telles que le yen et le franc suisse, tandis que les monnaies des marchés émergents pourraient rester sous pression.
- Nous restons prudents quant aux les marchés émergents sur toutes les classes d'actifs et maintenons notre position plus modérée sur des positions actives en général, également en raison de données économiques difficiles en provenance de Chine et des distorsions météorologiques aux États-Unis.

Asoka Wöhrmann, Co-CIO Deutsche Asset & Wealth Management, on the tensions between Ukraine and Russia

Most recent activities over the last weekend took a turn to the worse, resulting in two nations quickly falling into discord of a major scale.
- Ukraine's new government strongly protests against Russia’s de facto invasion into Crimea but remains weak to stop them. Russia denies legitimacy of that government and states ‘protection of Russian citizens’ as key driver for their intervention.

- President Putin received approval for the use of troops in Ukraine from parliament but Russian officialdom says it does not necessarily mean he will. Putin has support of majority of population on issue of Crimea. Probably less so on the rest of east Ukrainian provinces.
- Armed men without identification but widely believed as Russian forces occupied all major power buildings and infrastructure objects in Crimea. Connection between the peninsula and mainland Ukraine is controlled by pro-Russian forces meaning Crimea is effectively cordoned off from the rest of the country.
- A referendum on the future of the region will be held on March 30th with high probability for pro-Russian outcome. There were mass pro-Russia rallies in Donetsk, Lugansk and Kharkiv, Ukraine's industrial heartland.
- Strong worded warnings came from the US administration with threat of sanctions and isolation. EU voice was of condemnation but less harsh than US. China has issued rather ambiguous statement but supported notion of territorial integrity. This appears to be a Russia-West affair.

Our assessment
While the situation remains fluid, it seems comparable to the former Russia-Georgia conflict.
- Our view is that Crimea will not be governed by Kiev anymore, but officially also not from Moscow. Most likely it will receive a status of a special territory, with Russia having a major influence. Russia will most likely not invade Ukraine mainland and avoid a military conflict.
- The relationship between Russia and the Ukraine / western countries is most likely to be strained for a longer-term horizon.
- A Ukrainian default will most likely be avoided with the US, Western Europe and the International Monetary Fund having signaled their support
- Russian and Ukrainian asset markets are from our point of view expected to be hit most, while wide-spread contagion will be dispersed across asset classes
. Russian energy companies are likely to be hit especially in case of delayed or failed payments for Gas deliveries from Ukraine
. Global Fixed Income markets should remain better contained unless the crisis evolves further and turns into a full fledged military conflict.
. Global Equity markets, trading near all-time highs need to be monitored closely for signs of wider contagion due to risk awareness/aversion.
. Global FX markets may see some support for safe-haven currencies such as US-Dollar, Yen and Swiss franc. Emerging Markets currencies should remain under pressure.

Outlook
- With the most recent activity we assume Russia has demonstrated its strategic interests in the Black Sea region and in Crimea. Currently we do not foresee a further escalation or widening of Russian military activity.
- In case the situation remains focused on Crimea only and no further intervention within Ukraine mainland evolves, financial markets may deem this event as regional and global contagion should be limited and recede after initial sparks.
- Russian assets may remain under pressure with ca. 70% of Russia equity markets owned by foreigners
- Sanctions from western countries will be weighed cautiously as especially European countries are dependent on Russian gas deliveries.
- However, the situation creates an everburning issue with potential to expand at any time. In that sense it might represent a global risk event.
- The risk case includes a military invasion of the eastern parts of Ukraine. With nerves already stretched and animosity elevated, this risk contains the potential for a more wide-spread contagion, however is not the base case at this point.

Conclusion
- The entire situation bodes bad especially for Russian assets but also for the entire region of Eastern Europe including Turkey (12pct of Crimeans are Tatars who have historical ties with Turkey and dislike Russia).
- Contagion across financial markets will be dispersed across asset classes and regions Russian and Ukrainian asset markets are likely to remain under selling pressure
- Fixed Income markets should remain better contained unless the crisis evolves further and turns into a full fledged military conflict.
- Equity markets, trading near all-time highs are more likely to take a hit from risk awareness / aversion. However, in case the situation remains focused on Crimea only and no further intervention within Ukraine mainland evolves, we would see this as a chance to build up new positions
- Currency markets will see some support for safe-haven currencies such as Yen and Swiss franc, while Emerging Markets currencies could remain under pressure.
- We remain cautious on Emerging Markets at this point across asset classes and maintain our more muted stance on active positions in general, also due to incoming economic hard data from China and weather distortions in the US.

Morning Briefing by Finyear Coffee - March 6, 2014
Paris, 4 mars 2014

Deutsche Asset & Wealth Management
With €931 billion of assets under management (as of December 31, 2013), Deutsche Asset & Wealth Management¹ is one of the world's leading investment organizations. Deutsche Asset & Wealth Management offers individuals and institutions traditional and alternative investments across all major asset classes. It also provides tailored wealth management solutions and private banking services to high-net-worth individuals and family offices.
¹ Deutsche Asset & Wealth Management is the brand name of the Asset & Wealth Management division of the Deutsche Bank Group. The legal entities offering products or services under the Deutsche Asset & Wealth Management brand are listed in contracts, sales materials and other product information documents.

Chiffres du jour

L’inflation annuelle dans la zone OCDE augmente légèrement à 1.7% en janvier 2014

Entre janvier 2013 et janvier 2014, les prix à la consommation ont augmenté de 1.7% dans la zone OCDE, comparé à 1.6% entre décembre 2012 et décembre 2013. Cette augmentation de l’inflation a été principalement la conséquence d’une hausse des prix de l’énergie qui ont augmenté en glissement annuel de 2.1% en janvier comparé à 1.7% en décembre 2013. L’inflation annuelle de l’alimentation a ralenti en glissement annuel à 1.4% en janvier comparé à 1.5% en décembre 2013. Hors alimentation et énergie, l’inflation annuelle dans la zone OCDE a été stable à 1.6% en janvier.

L’inflation annuelle a augmenté au Canada (1.5% en janvier comparé à 1.2% en décembre) et aux États-Unis (1.6% comparé à 1.5%). Elle a été stable en France et en Italie (à 0.7% dans les deux pays) pour le troisième mois consécutif, tandis qu’elle a ralenti au Japon (1.4% comparé à 1.6%) en Allemagne (1.3% comparé à 1.4%) et au Royaume-Uni (1.9% comparé à 2.0%).
Dans la zone euro, l’inflation annuelle (mesurée par l’IPCH) a été stable à 0.8% en janvier.

En janvier 2014, l’inflation annuelle dans la zone G20 s’est élevée à 2.6%. Dans les autres économies du G20, l’inflation annuelle a décéléré en Inde (7.2% en janvier comparé à 9.1% en décembre), en Indonésie (7.8% comparé à 8.4%) dans la Fédération de Russie (6.1% comparé à 6.5%) et au Brésil (5.6% comparé à 5.9%). En revanche, l’inflation annuelle a été stable en Chine (à 2.5%) et a augmenté en Afrique du Sud (5.8% comparé à 5.3%).

Entre décembre 2013 et janvier 2014, les prix à la consommation dans la zone OCDE ont augmenté de 0.1%. Ils ont augmenté de 0.4% aux États-Unis, de 0.3% au Canada et de 0.2% en Italie. Ils ont diminué de 0.6% en Allemagne, en France et au Royaume-Uni et de 0.2% au Japon.

Pour plus d’information, voir les notes méthodologiques: http://www.oecd.org/fr/std/prixetparitesdepouvoirdachatppa/44701599.pdf
L’ensemble des données relatives à l’IPC sont à votre disposition sur : http://stats.oecd.org/Index.aspx?DataSetCode=MEI_PRICES

Prochain communiqué : 1 avril 2014.

DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur


The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.




The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal

BOURSE : Indices + CAC40 + MP


Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


TAUX D'INTERET LEGAL

Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


TAUX INTERBANCAIRES

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois





Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France




INDICES OBLIGATAIRES

Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France


Disclaimer:
Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement chaque jour (5j/7) le quotidien Finyear.
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise.
Lien direct pour vous abonner : www.finyear.com/newsletter

Lisez gratuitement chaque mois :
- le magazine digital Finyear sur www.finyear.com/magazine
- la lettre digitale "Le Directeur Financier" sur www.finyear.com/ledirecteurfinancier
- la lettre digitale "Le Trésorier" sur www.finyear.com/letresorier
- la lettre digitale "Le Credit Manager" sur www.finyear.com/lecreditmanager
- la lettre digitale "Le Capital Investisseur" sur www.finyear.com/lecapitalinvestisseur

Jeudi 6 Mars 2014
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs