Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Malgré une orientation à la baisse en 2011-2012, le nombre de défaillances d'entreprises reste plus élevé qu'avant la crise


Une analyse de l'assureur-crédit Euler Hermes




Après deux années de croissance record, Euler Hermes a constaté un repli de son Indice Global des Défaillances, de -5% en 2010. Le reflux des défaillances d'entreprises se confirme en 2011, mais avec modération et hétérogénéité selon les pays. La sinistralité devrait toutefois rester plus élevée qu'avant la crise, et ce, au moins jusqu'en 2012.

L'Asie et l'Amérique en tête de la baisse de défaillances en 2010

L'Indice Global des Défaillances (IGD) d'Euler Hermes, qui synthétise l'évolution des défaillances d'entreprises dans le monde, s'est affiché en baisse sensible en 2010 (-5%), après deux années d'envolée (+64% entre 2007 et 2009). « Cette tendance globale traduit une amélioration de la situation financière des entreprises, commente Wilfried Verstraete, Président du Directoire d'Euler Hermes. Elle résulte d'abord des ajustements importants réalisés par les entreprises elles-mêmes face à la crise. Elle reflète aussi le maintien de certaines mesures de soutien publiques, tels que la prime à la casse ou les allègements fiscaux, et surtout la reprise de l'économie mondiale. » En 2010, le PIB mondial a en effet connu un rebond de plus de +4% (-2% en 2009), sous l'effet de deux ressorts majeurs : le restockage et le redémarrage du commerce international (+15% en volume après -13% en 2009).

Dans ce contexte, plus de la moitié des pays de l'échantillon ont enregistré un repli des défaillances.

Ce sont les deux régions ayant tiré la reprise mondiale, qui connaissent le recul des défaillances le plus significatif : l'Asie-Pacifique (-12%) et l'Amérique (-8%, après deux années de forte hausse).

En Europe, le bilan 2010 est globalement moins favorable. Les pays du sud de l'Europe (Grèce, Italie, Portugal) continuent d'enregistrer une hausse de la sinistralité. L'Espagne fait exception, avec une baisse de -5% qui fait toutefois suite à une multiplication par cinq en trois ans. Les pays d'Europe de l'est (Hongrie, Pologne, République tchèque, Russie, Slovaquie) et quelques autres (Belgique, Danemark, Irlande, Luxembourg, Suisse) connaissent, eux aussi, une amélioration. A -2%, le recul des défaillances d'entreprises reste modéré en France et en Allemagne. Plus importante en Finlande, en Norvège, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, cette baisse ne parvient pas à compenser la très forte hausse de la sinistralité enregistrée au cours des années passées.

La sinistralité toujours à un haut niveau en 2011-2012

Selon Karine Berger, Directrice Marchés et Marketing et Chef économiste d'Euler Hermes, « la poursuite du rétablissement de l'économie mondiale devrait confirmer la baisse des défaillances d'entreprises dans l'ensemble des régions du monde à l'horizon 2012. » Toutefois, plusieurs facteurs risquent de limiter le rythme de ce recul alors que nombre d'entreprises, en particulier dans les pays avancés, n'ont que partiellement restauré leurs marges de manœuvre :
- la baisse de régime de l'économie mondiale - avec une croissance plus proche de +3% en 2011 et en 2012 -, et en particulier la faible dynamique d'ensemble des pays européens ;
- la remontée des coûts de production (matières premières, masses salariales...) ;
- et la multiplication des resserrements monétaires, avec dans certains pays une nette perte de compétitivité via les taux de change.

Dans ce contexte, l'indice global n'afficherait qu'un repli modéré en 2011 (-7%) et en 2012 (-5%), avec quelques exceptions, liées à la situation conjoncturelle (Grèce, Portugal) ou à des événements exceptionnels (Japon). « Les reculs cumulés sur 2010-2012 de l'indice global devraient s'avérer insuffisants pour effacer les hausses record de 2008-2009. Autrement dit, la sinistralité globale de l'année 2012 serait encore supérieure à celle de 2007 dans de nombreux pays », conclut Wilfried Verstraete.

Euler Hermes est le leader mondial de l'assurance-crédit et l'un des leaders de la caution et du recouvrement de créances commerciales. Avec plus de 6 000 salariés présents dans plus de 50 pays, Euler Hermes offre une gamme complète de services pour la gestion du poste clients et a enregistré un chiffre d'affaires consolidé de 2,15 milliards d'euros en 2010.

Euler Hermes a développé un réseau international de surveillance permettant d'analyser la stabilité financière de 40 millions d'entreprises. Au 31 décembre 2010, le groupe garantissait pour 633 milliards d'euros de transactions commerciales dans le monde.

Membre du groupe Allianz, Euler Hermes est coté à Euronext Paris. Le groupe et ses principales filiales d'assurance-crédit sont notés AA- par Standard & Poor's.

eulerhermes.com

Mardi 14 Juin 2011
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News