Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Les comportements de paiement des entreprises en Europe : l'étude trimestrielle d'ALTARES


En amélioration d'une demi-journée sur un an, les comportements de paiement des entreprises européennes tendent à se stabiliser au 3ème trimestre 2006.




Les comportements de paiement des entreprises en Europe : l'étude trimestrielle d'ALTARES
Le retard moyen de paiement se situe à 12,5 jours à fin septembre 2006 contre 13,1 jours un an plus tôt. Ce délai est stable depuis le printemps 2006.
Sur un an, les Pays-Bas enregistrent une amélioration sensible (-2,5 jours) à 11,8 jours.
Les Transports signent l'amélioration la plus forte (- 0,9 jours) mais conservent les retards
les plus longs (14,9 jours).

L'Allemagne, les Pays-Bas et la France présentent des retards inférieurs à la moyenne européenne.
Les retards de paiement des entreprises européennes reculent de 0,5 jours sur un an, à 12,5 jours à fin septembre 2006. Ce seuil historiquement bas avait été atteint dès le printemps dernier. Depuis, les comportements de paiement se sont généralement stabilisés.
Sur un an, l'Allemagne (9,8 jours), la France (12 jours), l'Irlande (21,7 jours) et l'Italie (13,2 jours) ont gagné plus d'une journée. La performance la plus sensible est à mettre à l'actif des Pays -Bas (11,8 jours) qui ont réduit leurs retards de 2,5 jours. Le Portugal (19,6 jours) tend à rejoindre les niveaux de retards de ses voisins européens grâce à une amélioration remarquable de 8 jours sur un an. Le Royaume- Uni (12,5 jours) affiche également des retards moindres. L'Espagne (14,3 jours) est en revanche mal orientée ; les comportements de paiement espagnols se dégradent de plus de 2 jours sur un an.
Sur trois mois, les retards de paiement sont stables par rapport au trimestre précédent dans la plupart des pays. Ils se réduisent, cependant, en Irlande (- 0,8 jour) et au Portugal (- 4 jours), pays où les retards sont les plus longs.

41% des entreprises européennes payent leurs fournisseurs sans retard.
La proportion d'entreprises réglant leurs fournisseurs dans les termes contractuels se maintient sur un an à 41%. Cette stabilité cache cependant de fortes disparités selon le pays.
Trois pays sont au-dessus de la moyenne européenne. L'Allemagne continue de tirer l'Europe. Plus d'une entreprise sur deux (54,8%) paye à échéance ; ce ratio a même gagné 1,6% sur un an. L'Italie arrive en deuxième position (49,9%) mais la performance italienne, stable sur 12 mois, doit être relativisée par des délais contractuels, comme en Espagne, deux fois plus longs qu'en Allemagne.
En Espagne, la dégradation est rapide. 42,4% des entreprises espagnoles payent dans les délais, c'est 10% de moins qu'en septembre 2005.
Trois autres pays présentent des proportions de bons payeurs proches, aux environs de 35 % et en augmentation.La France (35,1%) gagne cependant moins d'1%, tandis que le Royaume- Uni progresse de +3,3% (35%) et que les Pays-Bas enregistrent un remarquable +8,9 % (35,4%).
L'amélioration des paiements portugais se confirme par la hausse très sensible de la proportion de payeurs à échéance. Désormais, 33,1% (+ 14,5%) des entreprises portugaises règlent leurs fournisseurs dans les délais.
L'Irlande est également bien orientée (+ 4,2%), mais seulement 18,8% des entreprises payent dans les délais. 

Les comportements de paiement des entreprises en Europe : l'étude trimestrielle d'ALTARES
Des retards moins longs dans tous les secteurs
Tous les secteurs, dans tous les pays, améliorent leurs comportementsde paiement, exception faite de l'Espagne où les retards s'allongentdans chaque activité. Le Transport (- 0,9 jour), l'Industrie (- 0,8jour) et l'Administration (- 0,8 jour) enregistrent les meilleurestendances sur un an.
Les retards du Transport, qui restent lesplus importants en Europe à 14,9 jours, se réduisent d'une demi-journéeau Royaume-Uni (soit 12,7 jours), d'une journée en Allemagne (soit 14,3jours), en France (soit 13,5 jours) et en Italie (soit 24,1 jours). Ilsdiminuent de 2,7 jours aux Pays-Bas (soit 12,6 jours), où ils sont lesplus courts d'Europe. L'amélioration est encore plus forte en Irlande(- 3,1 jours) et au Portugal (- 6,6 jours) ; ces deux pays conservent,cependant, les retards les plus longs (respectivement 21,5 et 20,6jours) après l'Italie et l'Espagne.En Espagne, la dégradation globaledes retards (+ 2 jours), tient pour beaucoup à celle observée dans leTransport. En effet, dans ce seul secteur, les comportements depaiement se sont dégradés de près de 6 jours pour atteindre désormais 21,7 jours.

Les secteurs Industrie et Administrationaméliorent leurs comportements de paiement de 0,8 jour à respectivement11,8 et 10,6 jours de retard.
Concernant l'Industrie, c'est enAllemagne (9,2 jours) et en Italie (10 jours) que les retards sont lesplus courts. Ils baissent encore de plus d'une journée sur un an(respectivement 1,8 jours et 1,6 jours). En France, les retardsbaissent de 1,1 jours et sont désormais inférieurs à la moyenneeuropéenne (11,6 contre 11,8 jours). L'amélioration des comportementsde paiement des entreprises néerlandaises et portugaises se confirmedans l'Industrie : - 2,5 jours à 13 jours pour les Pays -Bas et -7,6jours à 19,4 jours pour le Portugal. Au Royaume- Uni, les retardsreculent moins vite qu'en Europe (- 0,5 jours) et restent au-dessus dela
moyenne européenne de près de 2 jours (13,7 jours). EnEspagne, la tendance est également délicate dans l'Industrie (+ 2,8jours à 13,5 jours).

Les comportements de paiement del'Administration sont bien orientés dans tous les pays à l'exceptionnon seulement de l'Espagne (+ 1,1 jours),où les retards sont parmi lesplus longs d'Europe (24,4 jours),mais aussi du Royaume- Uni (+ 0,6 à12,7 jours).
Si les retards allemands sont les plus faibles enEurope (8,6 jours), il faut noter le bon chiffre de la France qui passeen dessous des 10 jours (9,6 jours). C'est au Portugal quel'Administration paye avec le plus de retard (31,8 jours) malgré uneffort de 8,7 jours depuis un an.

Le Commerce de grosaffiche une amélioration de 0,7 jour sur un an à 12,4 jours.L'Allemagne descend en dessous de 10 jours (9,2 jours) après uneamélioration sensible (- 2 jours). La France, les Pays-Bas et leRoyaume- Uni sont aux environs de 12 jours.
L'Espagne, qui sedégrade de 2,5 jours et l'Italie, sont aux environs de 13 jours. LePortugal affiche des retards de près de 19 jours en recul de 5 jours.

Dans le Bâtiment, l'amélioration est moindre (- 0,4 jours à 11,6jours). La France reste la meilleure élève avec des retards de 9,4jours relativement stables. Elle précède l'Italie (9,8 jours) qui gagne1 journée. Les retards allemands et néerlandais se réduisent de plusd'une journée à 11,4 jours. Ils restent très longs au Portugal (28,7jours),malgré un recul de 8 jours.
C'est dans les Services que labaisse des retards est la plus timide (- 0,3 jours à 12,5 jours). LePortugal parvient pourtant à réduire ses retards de plus de 11 jours (à17,6 jours), les Services étant d'ailleurs le secteur où il présenteses meilleurs chiffres. L'amélioration est également sensible auxPays-Bas (- 3,2 jours à 11,5 jours). L'Allemagne présente des retardsinférieurs à 10 jours. Le Royaume-Uni et l'Italie sont en dessous des12 jours. Dans ce secteur, la performance française reste inférieure àcelle de la plupart de ses voisins. La France est encore à plus de 13jours de retard dans les Services,malgré une amélioration de 1,7 jourssur un an. L'Espagne à 16,7 jours (+ 1,6 jours) est désormais prochedes retards du Portugal.

"L'amélioration descomportements de paiement des entreprises européennes observée depuis 3ans semble s'essouffler au 3ème trimestre 2006. Dans un contexteconcurrentiel fort, le renchérissement du coût des matières premières apu peser sur les trésoreries. Le crédit interentreprises reste alors ledispositif d'ajustement financier privilégié des entreprises" noteThierry Millon responsable des études Altares.
"La vente du bienou du service n'est pourtant réellement réalisée que lorsqu'elle estpayée par le client. Aussi, avant que le retard de paiement necompromette la pérennité du fournisseur, est-il important d'êtreattentif au respect des conditions de règlement.
Rappelons que les retards de paiement clients sont à l'origine d'une défaillance fournisseur sur quatre"

Renseignement : Thierry Millon - Responsable des Études Altares : 04 72 65 15 51

Source : ALTARES


Etude à télécharger dans le document PDF ci-dessous

Etude_Retard_T3_Altares.pdf Etude_Retard_T3_Altares.pdf  (656.15 Ko)


Mercredi 15 Novembre 2006
Notez






Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News