Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Le relâchement des 1000 premières entreprises européennes en matière de gestion du BFR


Selon la dernière étude* Hackett-REL: « Le relâchement des 1000 premières entreprises européennes en matière de gestion de leurs besoins en fonds de roulement représente un manque à investir de 500 milliards d’Euros ». Par comparaison, les entreprises américaines améliorent leurs performances




Le relâchement des 1000 premières entreprises européennes en matière de gestion du BFR
Paris, le 13 septembre 2006 - Selon la neuvième étude annuelle « Total WorkingCapital » rendue publique par Hackett-REL - cabinet de conseil stratégique, filiale de Answerthink(NASDAQ :ANSR) et spécialisé entre autres dans l'accroissement des performances financières des entreprises - après plusieurs années de croissance constante dans la gestion de leurs besoins en fond de roulement (BFR), les 1.000 premières entreprises européennes ont à elles seules, totalisé 500 milliards d'Euros de manque à gagner pour leur bilan annuel.

Les principaux résultats de cette étude, qui fera l'objet d'une prépublication dans le numéro de CFOEurope Magazine à paraître en septembre, démontrent que, lorsqu'une entreprise accumule des retards de règlements, paye trop tôt ses fournisseurs, et ne gère pas bien ses stocks de marchandises, elle impacte négativement ses performances financières, les dividendes versés à ses actionnaires et ses stratégies d'investissement.

Cette étude fait apparaître un ralentissement progressif des performances en matière de gestion des BFR des 1000 premières entreprises européennes. En 2005, les entreprises européennes n'ont réduit leurs BFR que de 0,6%, après avoir réussi à enregistrer des baisses significatives en 2004 (-3,3%) et 2003 (-5,1%). Ces performances ont été rendues possibles via une augmentation des encaissements  et une réduction modeste des stocks (-0,6%). Ces améliorations ont néanmoins été contrebalancées par une détérioration des décaissements (+2,3%), faisant suite à une baisse de -1,7% en 2003/04.

Les résultats médiocres enregistrés par les sociétés européennes contrastent fortement avec les excellentes performances des entreprises américaines qui ont réussi à réduire leur BFR de 4%.


Le paradoxe des liquidités

«A présent que les entreprises ont amélioré leurs liquidités, leur management privilégie davantage les performances opérationnelles de leurs sociétés à la gestion de leurs BFR» fait remarquer Andrew Ashby, Président de Hackett-REL Europe.

« En situation de croissance économique, les entreprises s'investissent davantage dans la croissance de leurs activités que dans la gestion de leurs BFR. Ce comportement est pourtant dommageable puisqu'une gestion efficace des BFR permettrait de dégager les lignes financières suffisantes pour financer à moindre coût leurs investissements. »


Deux tendances divergentes : Europe versus USA 

Au cours des 9 dernières années,les études menées par Hackett-REL faisaient ressortir des tendances similairesen Europe et aux USA. En fait, en dehors du secteur des équipementiers automobiles (largement dépendant du sort qui lui est fait par les constructeurs automobiles) les sociétés européennes avaient davantage amélioré leur BFR ces deux dernières années que les sociétés américaines. Cette année, les chiffres font apparaître un contraste net entre les deux continents.

Région


02/03


03/04


04/05


Europe


-5,1%


-3,3%


-0,6%


USA


-4,2%


-2,5%


-4%



Selon Andrew Ashby, Président de Hackett-REL : « Tout comme les sociétés américaines, les entreprises européennes sont en position de saisir les opportunités offertes par une meilleure gestion de leurs BFR. Les sociétés américaines savent pertinemment tirer partie de cette source de liquidités à moindre coûts, même si elles connaissent également des niveaux de liquidités sans précédent et une économie dynamique, et restent un modèle à suivre par les sociétés européennes ».

Les sociétés européennes perçoivent probablement qu'elles ont déjà produit les efforts nécessaires, en augmentant leurs durées de règlement et en demandant à leurs clients de réduire les durées d'encaissement. Selon notre analyse, il subsiste encore des opportunités pour améliorer les relations entre clients et fournisseurs. La mise en place de conditions de règlement et d'encaissement plus efficaces, la gestion plus fine de ses outils de relation client et la supervision à court terme de ses stocks, peuvent avoir un effet direct sur la réduction du BFR.


Faire peser la pression sur ses fournisseurs ? Un avantage à très court terme

L'étude Hackett-REL faitapparaître que 56% du panel des 1000 entreprises analysées ont amélioré la gestion de leur BFR via l'augmentation de leurs durées de règlements fournisseurs, à comparer aux 47% enregistrés l'année dernière. Selon l'expérience d'Hackett-REL, certaines sociétés préfèrent allonger leurs délais de règlements, quand d'autres signent des accords écrits mais payent quand bon leur semble ou quand cela les arrange. Seuls 4% des entreprises européennes ont réussi à améliorer leur BFR en adoptant une démarche structurée et globale.


 

DSO**


DIO**


DPO**


DWC**


Entreprise


Secteur


05/04


05/04


05/04


05/04


CARLSBERG


Brasserie


-8%


-6%


5%


-18%


KESKO


Distribution agro-alimentaire


-4%


-5%


4%


-13%


HENKEL


Produits ménagers


-9%


-9%


7%


-19%


ANGLO AMERICAN


Industrie Miniére


-3%


-2%


5%


-7%


BUNZL


Autres services industriels et commerciaux


-6%


-6%


5%


-17%



Selon Andrew Ashby : « Ceci démontre qu'il existe une approche globale et à long terme qui permet de maintenir des améliorations du BFR, à l'inverse de démarches à court terme, qui consisteraient à peser uniquement sur ses fournisseurs ». Pour Hackett-REL, une entreprise devrait traiter ses fournisseurs de manière équivalente à ce qu'elle obtient de ses propres clients, ce qui aura des conséquences positives sur le long terme. Particulièrement quand la situation économique s'améliore, car pendant ces périodes, une entreprise se reposera davantage sur ses fournisseurs pour faire face à  la demande, et ceux avec lesquels existe la meilleure relation, seront les plus flexibles en cas de besoin.


Améliorations des performances en Europe du Sud

Les pays d'Europe du Sud ont tendance à se rapprocher des standards d'Europe du Nord, en ce qui concerne l'amélioration de leurs BFR. L'Italie et l'Espagne enregistrent des baisses respectives de -15% et -11%. En Europe du Nord les hausses sont de +1% en France, +4% aux Pays-Bas, +3% en Suisse et +0 ,3% au Royaume-Uni. Le rapprochement des pays d'Europe du Sud avec ceux du Nord date des années 2004/05. Parmi les sociétés ayant connu des améliorations importantes, on peut citer Fiat SPA (-7%), Telecom Italia SPA (-39%), Pirelli & C SPA (-22%).


Résultats par secteur économique

Sur les 70 secteurs économiques passés en revue par Hackett-REL, 24 secteurs enregistre une baisse à deux chiffres de leur BFR, et 19 autres une baisse plus modeste. Les secteurs les moins performants en matière de gestion du BFR sont :
  • les équipements médicaux (+12%)
  • les services ménagers (+13%)
  • les vendeurs d'appareils domestiques (+22%)
Deux sociétés ont également fait l'objet d'uneétude plus précise de leurs efforts récompensés pour améliorer leur BFR.

Punch Taverns (1,1 milliard d'Euros de CA), une chaîne de restaurants etHenkel (12 milliards d'euros de CA), un fabricant de produits ménagers.


Méthodologie de l'étude

L'édition 2006 de l'étude « Total Working Capital » mesure les performances en matière de gestion de leur BFR des 1000 premières entreprises européennes (en volume des ventes) pendant l'année 2005. Les derniers résultats sont toujours ramenés aux résultats des années précédentes. 80 secteurs économiques sont couverts par l'étude. Les performances du fonds de roulement sont évaluées à partir des dernières données financières publiques disponibles à savoir les chiffres de vente, encaissements, stocks et dettes (à l'exclusion des comptes de régularisation, impôts différés et toutes autres liquidités). Des ajustements ont pu être faits sur certaines données pour refléter l'impact d'acquisitions, de cessions ou d'arrangements hors bilan afin de permettre d'aboutir à des chiffres cohérents, et comparables.

Le BFR correspond au solde entre les ressources à plus d'un an dites stables et les immobilisations (emplois stables à plus d'un an). Positif, il traduit un excédent des premières sur les secondes. Négatif, il permet de constater que les immobilisations sont financées par les ressources de trésorerie ou par l'excédent des ressources d'exploitation sur les emplois (besoin en fonds de roulement négatif).

Les résultats principaux de l'étude sont publiés dans le numéro de septembre du magazine CFO Europe ([www.cfoeurope.com]url:http://www.cfoeurope.com ). D'autres résultats sont accessibles via le programme Total Working Capital destiné aux membres de conseils d'administrations.


A propos de CFO Europe
Edité depuis 1998, CFO Europe est publié par le groupe de presse du magazine The Economist et compte de nombreuses déclinaisons (CFO, CFO.COM, CFO Asia, CFO China). Chaque mois, dans ses colonnes, le magazine fournit aux Directeurs Financiers des informations stratégiques et pratiques utiles à leur rôle. Le magazine totalise un million de lecteurs et est l'une des publications les plus influentes envers les membres des Directions Générales des plus grandes entreprises du globe. Plus d'informations disponibles sur le site [www.cfoeurope.com]url:http://www.cfoeurope.com


Terminologie des termes employés

DSO - Ratio derotation du crédit clients
Egal au rapport de l'encours clients au chiffre d'affaires journalier moyen TTC, il exprime en nombre de jours de chiffre d'affaires, la durée moyenne du crédit accordé par l'entreprise à ses clients (ou autrement dit le délai moyen de paiement de ceux-ci).
DPO - Ratio derotation du crédit fournisseurs
Egal au rapport de l'encours fournisseurs aux achats journaliers TTC, ilexprime en nombre de jours d'achats, la durée moyenne de crédit accordée àl'entreprise par ses fournisseurs (ou le délai moyen de paiement de celle-ci).
DIO- Ratio derotation des stocks
Egal au rapport des stocks et travaux en cours au chiffre d'affaires journalier moyen HT, il donne le nombre de jours de chiffre d'affaires que représentent les stocks.
DWC – Egal au rapport du fonds de roulement au chiffre d'affaires journalier moyen. Plus le nombre de jours obtenus est bas, plus les performances sont jugées bonnes.  Si dans les tableaux récapitulatifs les pourcentages sont en recul, c'est une amélioration (même si le chiffre est négatif).

A propos de Hackett-REL
Hackett-REL est, au sein de Hackett Group, l'activité dédiée aux méthodologies d'optimisation du fonds de roulement. Leader mondial incontestée dans la création de liquidités via des interventions sur le fonds de roulement et d'autres fonctions, Hackett-REL a accompagné avec succès depuis 30 ans des entreprises de plus de 60 pays différents et libéré des milliards de dollars de fonds de roulement (25 milliards de dollars uniquement sur ces dix dernières années). Ces liquidités permettent aux entreprises concernées de disposer d'une plus grande liberté financière pour accompagner des développements stratégiques,  tels que des acquisitions, des lancements de nouveaux produits, des remboursements de dettes ou d'actions au marché. The Hackett Group est une activité du groupe Answerthink, qui compte parmi ses clients, 96% du classement Dow Jones Industrials, 50% du  FTSE 100 et 70% du DAX 30.
Site Internet : [www.thehackettgroup.com]url:http://www.thehackettgroup.com

Lundi 20 Novembre 2006
Notez




DISCUSS / DISCUTER

1.Posté par OUSMANE le 06/03/2007 23:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour,
Excellent article que j'ai bien apprécié.
Quel est selon vous l'impact d'un credit manager sur l'optimisation du BFR ?
Comment peut on expliquer aux Sales offices l'importance du respect des decisions prises face à un client à risque par le credit manager?
Je suis en cours de validation d'un master credit management de AFDCC et ESCEM.
Ousmane KANTE
Credit manager




Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs