Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Le monde en 2050


Le centre de gravité de l’économie mondiale se déplace, mais même les pays émergents rencontrent des obstacles à leur croissance, selon PwC




Le monde en 2050
Selon le dernier rapport World in 2050 publié par PwC, la crise financière a accéléré le déplacement du centre de gravité de l’économie mondiale. La Chine, les États-Unis et l’Inde devraient conforter leur suprématie d’ici à 2050, mais les pays émergents n’en restent pas moins confrontés à d’immenses défis pour inscrire dans la durée leur forte croissance récente. Selon PwC, d’ici 2050, l’Indonésie, le Nigeria et le Vietnam pourraient connaître une progression spectaculaire ; le Brésil pourrait supplanter le Japon à la 4e place, et la Turquie pourrait s’imposer comme l’une des premières économies d’Europe.

Lancée en 2006, cette étude couvrait d’abord les 17 premières économies du monde : G7 (France, Allemagne, Italie, Japon, Royaume-Uni, États-Unis et Canada) plus Espagne, Australie et Corée du Sud d’une part ; et « E7 » (Brésil, Russie, Inde, Chine, Mexique, Indonésie et Turquie) d’autre part. Élargie en 2013 à 24 pays représentant plus de 80% du PIB mondial, l’étude « World in 2050. The BRICs and Beyond: Prospects, challenges and opportunities » intègre sept pays supplémentaires : Vietnam, Nigeria, Afrique du Sud, Malaisie, Pologne, Arabie Saoudite et Argentine.

Si la Chine, les Etats-Unis et l’Inde devraient rester dans le Top 3 mondial, les pays émergents devraient croitre plus rapidement que les pays du G7 d’ici 2050

Le rapport conclut que les économies émergentes vont connaître une croissance beaucoup plus rapide que les pays du G7 au cours des 40 prochaines années. En effet, l’économie progressera toujours à deux vitesses : les émergents qui devraient connaître une croissance annuelle moyenne du PIB de 4% ou plus, et les développés de 2% ou moins.

Le monde en 2050

La crise financière mondiale a touché le G7 beaucoup plus durement que l’E7 sur le court terme. Elle a aussi entraîné une révision à la baisse des projections de croissance à long terme à travers le G7, surtout aux États-Unis et dans les pays d’Europe s’étant excessivement endettés pour alimenter leur croissance.

Le monde en 2050

D’ici à 2050, la Chine, les États-Unis et l’Inde conforteraient leur suprématie sur l’économie mondiale, loin devant le Brésil et le Japon, aux 4e et 5e places respectivement.

Sur la même période, la Russie, le Mexique et l’Indonésie pourraient dépasser l’Allemagne et le Royaume-Uni ; la Turquie, supplanter l’Italie ; et le Nigeria, faire son entrée dans le Top 20, tout comme le Vietnam et l’Afrique du Sud à plus long terme.

Les pays de l’E7 pourraient donc dépasser le G7 avant 2020 en termes de PIB à parité de pouvoir d’achat.
En dehors des grandes puissances, la Malaisie présente un considérable potentiel de croissance à long terme, tandis que la Pologne pourrait continuer à croître plus vite que ses voisins d’Europe occidentale pendant plusieurs dizaines d’années.

En termes de taux de croissance du PIB à parité de pouvoir d’achat (PPA*), le Nigeria se classe en tête sur la période 2012-2050, suivi par le Vietnam, l’Inde, l’Indonésie, la Malaisie, la Chine, l’Arabie Saoudite et l’Afrique du Sud.

Le monde en 2050

Quels facteurs pourraient faire dérailler la croissance des marchés émergents ?
Le rapport de PwC énumère plusieurs sources potentielles d’instabilité macroéconomique et politique :
- un déficit budgétaire élevé en Inde et au Brésil ;
- une économie trop tributaire des revenus des hydrocarbures en Russie et au Nigeria ;
- un risque de tensions sociales dû à la hausse des inégalités en Chine et autres pays à croissance rapide ;
- la fragilité du cadre macroéconomique et financier au Vietnam.

PwC souligne également la pression exercée sur les ressources naturelles par les pays émergents et la difficulté croissante à limiter à 2 °C le réchauffement planétaire. Si de nouvelles sources d’énergie comme les gaz de schiste ont éloigné la crainte de voir s’épuiser les combustibles fossiles, les risques liés au dérèglement du climat semblent appelés à augmenter au cours des 40 prochaines années, d’après les projections de PwC.

Notes
* Plusieurs méthodologies permettent de mesurer la taille relative des économies émergentes par rapport aux pays développés de l’OCDE. En fonction de la finalité de l’exercice, on choisira d’exprimer le PIB sur la base des taux de change réels des marchés (MER) ou à parité de pouvoir d’achat (PPA). Le PIB à PPA constitue généralement un meilleur indicateur du niveau de vie moyen ou du volume de production et des intrants, tandis que le PIB à taux de change réels convient mieux pour apprécier la taille des marchés pour les pays de l’OCDE qui exportent ou investissent en monnaie forte à un instant t.

A propos de PwC
PwC développe en France des missions d’audit, d’expertise comptable et de conseil créatrices de valeur pour ses clients, privilégiant des approches sectorielles.
Plus de 180 000 personnes dans 158 pays à travers le réseau PwC partagent idées, expertises et perspectives innovantes au bénéfice de la qualité de service pour leurs clients et partenaires.
Les entités françaises membres de PwC rassemblent 4 000 personnes dans 25 bureaux.
« PwC » fait référence au réseau PwC et/ou à une ou plusieurs de ses entités membres, dont chacune constitue une entité juridique distincte. Pour plus d’information, rendez-vous sur le site www.pwc.com/structure

Téléchargez ci-dessous le rapport complet "World in 2050" (PDF 28 pages en anglais).

pwc_world_in_2050.pdf PwC World in 2050.pdf  (1.49 Mo)


Vendredi 25 Janvier 2013
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News