Le changement des initiatives comptables : stress majeur chez les CFO


Gérer le changement dans un climat d’extrême volatilité est devenu à plus d’un titre, la fonction principale des CFO devenant de fait une des principales causes de stress. Que ce soit ressenti comme une performance houleuse de l’entreprise, un changement des conditions réglementaires et de stratégies ambiguës, maintenir un cap dans des conditions adverses est devenu le cœur des responsabilités du CFO.




Laurent Leloup
Laurent Leloup
Cependant, selon une étude récente de Deloitte, une nouvelle forme de stress est devenue dominante chez les exécutifs : les initiatives clé de changement. Environ 56% de tous les CFO interrogés par le cabinet d’études dans le second "quarter 2011" de son rapport "CFO SIGNALS" déclarent que les initiatives de changement interviennent comme cause principale de leur stress professionnel, citant l’accroissement des fusions acquisitions, changements dans les stratégies organisationnelles et structurelles ainsi que les nouveaux investissements technologiques.

Selon l’étude, plusieurs facteurs sont la cause de ce changement : la plus large couverture dans l’environnement business lors des 18 derniers mois ainsi que les réserves importantes de cash sur lesquelles les organisations sont assises.

« De nombreux CFO sont actuellement évalués sur leur capacité à gérer ce marasme » : déclare Greg Dickinson, qui dirige l’étude CFO SIGNALS chez Deloitte. « Ils sont sous une énorme pression pour la prise d’un grand nombre de décisions importantes. Avec toute cette volatilité, les organisations revoient leurs propres stratégies. Les CFO sont mis à contribution pour les décisions importantes ».

Un 2ème volet de cette étude montre que les CFO et leur organisation financière jouent un rôle plus large et plus en profondeur. Dans les lendemains du marasme économique, les CFO dans les études précédentes avec Deloitte déclarent avoir joué des rôles de « Stewart » ou « d’opérateur ».

Depuis, ces responsabilités ont subsisté, selon l’étude la plus récente. Comme les économies domestiques ont rebondi pendant les derniers trimestres, les sociétés sont revenues à la croissance et les CFO passent plus de temps dans des rôles « stratégiques » et de « catalyseurs ».

Cette perspective de stratégie de haut niveau requerra une palette de compétences grâce à l’expérience que de nombreux exécutifs ne possèdent pas encore, déclare Dickinson , comme une connaissance opérationnelle, transformant une stratégie proposée en action effectuée tout en construisant le support nécessaire au sein de l’organisation.

« Vous commencerez à distinguer différents types de profils attirés par la fonction finance et le rôle de CFO » annonce Dickinson. « Cela a attiré des candidats de type moins gardiens/conservateurs ou de type protecteurs pour des profils plus pionniers – des hommes qui veulent que les choses aboutissent »

Le changement illustre la nature du CFO tant en termes du type de personnalité, mais également en tant que rôle organisationnel. Les environnements business changeants forcent les changements en stratégie, le choix et l’exécution des initiatives de changement et la gestion d’une plus grande plage de risques, les CFO apparaissent comme jouant un rôle plus large et des rôles plus formels dans chacun de ces domaines.

D'après un article en anglais de Peter Alpern - Business Finance

Laurent Leloup

Vendredi 30 Septembre 2011
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Finyear magazine


L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          

Finyear évènements


Finyear livres Blancs



Finyear lettres métiers