Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

La gestion des temps en mode SaaS : quels en sont les bénéfices ?


Le marché des ressources humaines subit depuis quelques temps une profonde mutation avec l’arrivée du mode SaaS. Aujourd’hui, ce modèle reste encore minoritaire, mais il est possible qu’il dépasse à terme le modèle licence.




Eric Ruty, directeur de Bodet Software, s’exprime sur la nouvelle tendance du SaaS dans le domaine des ressources humaines et expose ses bénéfices pour les entreprises.

Une nouvelle tendance économique
Le mode SaaS est avant tout un nouveau modèle économique : au lieu d’acquérir des licences de logiciels (logiciels de gestion, de bases de données, de système d’exploitation, de sécurité, etc…), des serveurs, et d’assurer en interne les services (support aux utilisateurs, sauvegardes, sécurité, mise à jour, etc…), le SaaS consiste à louer un service de mise à disposition d’une application et des matériels et services associés.

Le fonctionnement en mode SaaS se fait généralement via internet, pour des raisons de coût, mais les données peuvent également utiliser un réseau plus sécurisé de type VPN (Virtual Private Network).

Pour fonctionner en mode SaaS, le logiciel doit être compatible avec les différents navigateurs internet, et avoir une consommation en bande passante optimisée afin d’être exploitable avec un débit internet inférieur à 500kb/s.

Selon le cabinet d'analyse Gartner, le marché mondial du SaaS, ou Software as a Service, devrait connaitre une forte croissance dans les années à venir.
En 2010, le marché des applications hébergées s'élevait à 10 milliards de dollars. Les experts de ce cabinet prévoient que le marché atteindra 12 milliards en 2011, et environ 21 milliards de dollars en 2015.

Ce modèle n'est pas récent, mais son utilisation s’accélère et va poursuivre son ascension dans les années à venir. Le SaaS est de plus en plus adopté par les entreprises car les craintes relatives au niveau de sécurité, la lenteur ou la disponibilité du service ont diminué.

Un modèle en pleine expansion pour les ressources humaines
Dans le domaine des ressources humaines, le mode SaaS progresse rapidement, et la paye a été la première fonction RH largement externalisée. Pour les systèmes de gestion des temps et activité (GTA), la croissance a réellement démarré en 2010. Elle connaît un rythme soutenu de l’ordre de 20% sur l’année 2011.

Une récente étude de Markess international sur le marché français (juin 2011) estime que 10% des entreprises ou administrations ont recours à au moins une solution SaaS pour gérer l’un des aspects de la fonction RH, que ce soit la paie, le recrutement, ou la gestion des talents. Cette part pourrait atteindre 13% en 2013.

Par ailleurs, deux types de profils clients se distinguent pour le mode SaaS :
- Les grandes sociétés qui ont une stratégie d’entreprise d’externalisation. A performances égales, elles donnent la préférence à une application SaaS pour toutes les applications qui sont en dehors de leur cœur de métier.
- Les PME qui recherchent des offres simples à mettre en œuvre, sont très intéressées par l’offre SaaS dans laquelle les contraintes techniques sont prises en charge par le fournisseur. Les multiples compétences et contraintes de l’informatique sont des obstacles aplanis par le mode SaaS.

Pour la France, le marché des solutions SaaS dédiées aux ressources humaines serait d’environ 190 millions actuellement, et la terminologie « SaaS » est désormais familière pour 4 décideurs sur 10 dans le domaine RH, ce qui démontre une certaine maturité du marché.

La recherche d’une solution simple et facile d’accès
À travers ce nouveau modèle économique, deux enjeux sont primordiaux pour les ressources humaines. Tout d’abord, il y a un enjeu d’accessibilité : le logiciel doit être suffisamment simple et intuitif d’utilisation, pour nécessiter le minimum de formation. Puis un enjeu de sécurité : lorsque les données RH sont confiées à un fournisseur, il est important de s’assurer de la solidité de ce dernier, et d’un l’hébergement informatique réalisé avec les conditions de confiance et de sécurité adéquates. Il faut prendre garde à ne pas se laisser séduire sur internet par la première société venue. En effet, la gestion des temps du personnel ne supporte pas l’approximation puisque ces données impactent directement sur la paye des salariés.

Pour les systèmes de gestion des temps et d’activité pour les entreprises, le mode SaaS présente avant tout un intérêt de simplicité avec :
- Une facilité d'accès au logiciel : les utilisateurs doivent disposer d'une simple connexion internet. Ils peuvent accéder à l'application 24h/24, 7j/7 quel que soit le lieu de travail.
- Une simplicité technique : l'infrastructure technique est prise en charge par le prestataire. Le client n’a pas à se préoccuper de serveur, base de données, sauvegarde, sécurité...
- Une simplicité d'achat : le modèle économique du SaaS est basé sur un loyer mensuel unique. Il ne nécessite aucun investissement et immobilisation. Le client peut alors remettre en cause son fournisseur plus simplement, car le contrat est limité dans le temps.
De plus, en mode SaaS, le client a une maîtrise exacte de ses coûts, s’il choisi un prestataire compétent.

Face à une idée reçue
On entend souvent dire qu’un logiciel en mode SaaS coûte moins cher qu’un logiciel en mode licence…
Cette idée reçue très répandue, se heurte malheureusement à la réalité : une offre SaaS n’est pas moins chère qu’une offre en mode licence. Elle est au contraire plus chère !
Et c’est tout à fait logique car elle inclut l’hébergement informatique, composante importante du coût de la solution : l’hébergement inclut le coût des machines utilisées, de l’infrastructure globale (sécurité, électricité, climatisation, etc…), et des services associés (sauvegarde, gestion des données, etc…).

L’idée reçue vient du fait que certains éditeurs ont clamé haut et fort que le mode SaaS est moins cher, afin de lancer leur offre commerciale.

Pour démontrer que le mode Saas est moins onéreux, il faudrait prendre en compte tous les coûts comparables en interne (le personnel, l’électricité, la climatisation, etc…). Dans ce cas précis, on pourrait effectivement démontrer un avantage prix pour le SaaS.
Mais ce calcul est très difficilement réalisable, et finalement le mode SaaS paraît donc plus coûteux parce qu’on ne compare pas la même chose.

Le mode Saas n’est pas un modèle magique et les clients doivent apporter le même soin à leur choix que lorsqu’ils investissent dans une licence logicielle : l’attention doit porter sur la pérennité de l’éditeur, la qualité technique et la couverture fonctionnelle de l’offre. Car même si l’accès à l’offre est simplifié par le mode Saas, le lien avec un éditeur de logiciel de gestion est engageant à long terme.

A propos de Bodet Software :
Bodet Software est éditeur et intégrateur de solutions informatiques dans 3 domaines :
-Les solutions de gestion des temps et l’optimisation des ressources humaines avec la suite logicielle Kelio
-Les solutions de sécurité et contrôle d’accès aux bâtiments
-Les solutions de suivi et pilotage de production avec sa suite logicielle OSYS
Certifié ISO9001, Bodet est reconnu pour la qualité de ses produits et de ses prestations. Les progiciels et les matériels Bodet sont conçus et fabriqués en France. Bodet Software emploie 200 personnes en France.
bodet.com

Mardi 27 Septembre 2011
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs