Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

La fièvre de l’or continuera-t-elle en 2010 ?


L’or a clairement le vent en poupe. Il s’est apprécié de 27% en 2009, ce qui marque sa neuvième année consécutive de hausse et sa période la plus faste depuis 40 ans. La précédente période d’euphorie sur le marché de l’or (cinq années consécutives de hausse) remonte au début des années 1970, lorsque le gouvernement américain a décidé de supprimer la convertibilité du dollar.




La tendance actuelle perdurera-t-elle en 2010 ? D’un point de vue statistique, une tendance est un mouvement de long terme, qui a donc une plus forte probabilité de continuer que de s’achever. Quant aux fondamentaux, ils accréditent aussi le scénario d’une poursuite de la hausse des cours de l’or.

L’une des principales évolutions du marché de l’or ces dernières années a été l’émergence des fonds indiciels cotés (ETF), qui ont contribué à stimuler la demande des investisseurs. Cette demande est importante car elle constitue le principal moteur de la tendance structurellement haussière des prix de l’or.

Les facteurs qui expliquent l’engouement des investisseurs pour l’or - au premier rang desquels les craintes d’une dépréciation du dollar et d’une résurgence de l’inflation à moyen terme – ne semblent par pour l’heure sur le point de se dissiper.

Le prix du lingot d’or étant exprimé en dollars, le métal jaune est intrinsèquement lié à l’évolution de la monnaie américaine. Pour autant, l’or étant un actif physique, la quantité d’or qu’un investisseur détient restera constante indépendamment des fluctuations du billet vert. C’est pour cette raison que les investisseurs se tournent vers l’or lorsque le dollar se déprécie.

Il en va de même lorsque l’inflation augmente. La hausse du cours de l’or – actif physique – permet de compenser en partie l’impact de l’inflation, qui se traduit par une érosion du pouvoir d’achat d’une devise. C’est ce que l’on observe actuellement sur le marché de l’or, les mesures d’assouplissement quantitatif mises en œuvre par les banques centrales du monde entier alimentant les craintes inflationnistes.

Si les cours de l’or réagissent à de nombreux facteurs, le dollar et l’inflation exercent actuellement une influence prépondérante sur l’évolution du métal jaune, même si la corrélation n’est pas parfaite.
La réduction de la production aurifère et la possibilité d’une diminution des ventes nettes des banques centrales (qui pourraient même devenir acheteuses nettes) constituent deux autres facteurs de soutien à long terme.
S’agissant des valeurs aurifères, celles-ci montrent actuellement une certaine sensibilité au prix du lingot, contrairement à ce que l’on a pu observer ces dernières années du fait de l’envolée des coûts d’exploitation. Ceux-ci ayant désormais tendance à se stabiliser, le secteur devrait voir sa rentabilité augmenter à la faveur de l’appréciation du métal jaune, une situation de nature à susciter un regain d’intérêt de la part des investisseurs.
Le marché se demande si les cours de l’or pourront se maintenir à leur niveau actuel. A cet égard, il convient de rappeler qu’en termes réels, le cours du métal jaune est nettement inférieur à son pic de 1980, puisque cette année-là, le prix de l’once d’or avait atteint 850 dollars, ce qui équivaudrait aujourd’hui à plus de 2 000 dollars après correction de l’inflation. Cette période de hausse s’est accompagnée d’un accroissement de la volatilité, qui nous semble appelé à perdurer.

Par Evy Hambro
Managing Director et gérant de portefeuilles, est co-directeur de l’équipe ‘Actions Ressources Naturelles’ de BlackRock.
Evy travaille chez BlackRock depuis 1994 et gère plusieurs fonds dédiés aux valeurs aurifères et minières.

Ce document est strictement réservé aux clients professionnels. Tout investissement financier comporte un élément de risque. Par conséquent, la valeur de l’investissement et le revenu qui y est associé peuvent fluctuer et l’investisseur n’est pas assuré de récupérer le montant investi initialement. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures et ne doivent pas constituer le seul critère de sélection d’un produit.

Publié par BlackRock Investment Management (UK) Limited (autorisé et réglementé par la Financial Services Authority). BlackRock est le nom commercial de BlackRock Investment Management (UK) Limited.

www.blackrock.fr

Mercredi 10 Février 2010
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs