Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

La facturation électronique B2B en hausse de 20 % en 2011


Selon Basware, éditeur pionnier en solutions purchase-to-pay, et Billentis, experts indépendants en facturation électronique, le nombre de factures électroniques B2B envoyées à l'échelle mondiale a augmenté de 20 % en 2011. On constate d’autre part, une accélération de l’adoption de ce système dans d'importants marchés comme l'Allemagne, le Mexique et la France.




L'augmentation des taux d’adoption s'explique en partie par des mesures législatives visant à passer à la facturation électronique obligatoire ou à renforcer la valeur des formats électroniques. Il convient de noter les changements suivants :

Le Mexique a défini de nouvelles conditions légales et a exigé des entreprises qu'elles adoptent la facturation électronique si la valeur de la facture excède un certain montant ou si l'entreprise possède un chiffre d’affaires supérieur à 4 millions de pesos mexicains (environ 270 000 €) ;

L'Allemagne, les pays nordiques et le Benelux ont introduit une législation modérée visant à encourager l'utilisation de la facturation électronique, même si l'adoption par une majorité des entreprises s’est faite de manière pragmatique au vu des avantages de l'automatisation ;

En 2010, le trésor public finlandais a exigé que les agences et institutions publiques ne reçoivent de leurs fournisseurs que des factures au format électronique ;

Le département américain du trésor a annoncé que, d'ici la fin de l'exercice fiscal 2012, les Bureaux du Trésor devraient adopter la facturation électronique dans le cadre de la campagne de réduction des coûts lancée par le président Obama, qui vise à améliorer l'efficacité de l’administration et à réduire les frais pour les contribuables ;

En 2012, la Grèce, le Kazakhstan, la Norvège et l'Espagne et d’autres mettront en place une réglementation obligatoire en matière de facturation électronique.

Matthieu Reynier, vice-président de Basware France analyse : « L’intérêt des entreprises françaises pour la facturation électronique a nettement augmenté au cours des derniers mois, voire des dernières années. Si la facturation électronique est déjà bien adoptée par les grandes entreprises internationales, notamment dans les secteurs de détail et automobile, la tendance est croissante également dans d’autres secteurs d’activités, au sein d’entreprises locales et non pas seulement à l’international. Les petites et moyennes entreprises s’intéressent de plus en plus à la facturation électronique ».

À l'échelle mondiale, les pays ont adopté la facturation électronique à des rythmes différents et la législation varie d’un pays à l’autre. En Asie, notamment au Japon et en Chine, le format électronique d'une facture a uniquement valeur de copie, tandis que la version papier reste obligatoire pour des questions de conformité. Dans d’autres pays asiatiques en revanche, comme à Singapour, en Malaisie, à Taïwan et en Corée du Sud, la facturation électronique est mieux acceptée et les factures électroniques sont considérées comme des documents financiers officiels.

Esa Tihilä, PDG de Basware, explique cette divergence : « La législation sur l'archivage financier varie d'une région à l'autre. Le format papier impose à une entreprise de prendre en compte ces variations législatives pour faire des échanges à l'international. La facture électronique facilite considérablement le processus car elle est automatiquement rendue conforme aux exigences légales spécifiques à chaque pays. Les entreprises reconnaissent les avantages de l'automatisation dans d’autres domaines, mais elles hésitent dans certaines régions à se passer complètement du format papier pour des motifs de conformité financière. Avec l'adoption progressive de la version électronique dans un nombre croissant de pays, les entreprises vont commencer à pouvoir apprécier à sa juste mesure l'automatisation des systèmes de facturation ».

Selon le rapport « Cost of Control - Fuzzy Finance 2011 », commandité par Basware, l’investissement dans des technologies de facturation électronique en vue d’augmenter la productivité se classe en tête des activités à entreprendre : 52 % des entreprises au niveau mondial (62 % en France) se disent aujourd’hui plus enclines à s'y atteler qu'il y a 12 mois.

Outre les avantages liés à la productivité, l'environnement macro-économique est un moteur considérable dans le passage à la facturation électronique au sein des entreprises et des PME. La priorité croissante accordée à la gestion des flux de trésorerie et à l'exactitude des prévisions requiert que les entreprises améliorent la visibilité des flux de trésorerie. La facturation électronique offre aux entreprises cette transparence nécessaire.

« Le climat économique continue d'être volatile et la gestion des flux de trésorerie est primordiale, d'autant que les entreprises cherchent à identifier les économies potentielles au sein de leur organisation. La facturation électronique permet aux entreprises d'améliorer la transparence des flux de trésorerie en temps réel et le taux d'adoption croissant observé en 2011 prouve que les entreprises en reconnaissent les avantages », poursuit Esa Tihilä.

Bruno Koch, consultant indépendant sur la facturation électronique en Europe pour Billentis, déclare : « Concernant l'adoption de la facturation électronique, le monde est divisé en deux catégories : les pays qui saisissent la valeur des factures électroniques B2B et ceux qui considèrent le format papier comme unique version officielle. Différents modèles de législation en matière de facturation électronique voient le jour, comme le modèle brésilien qui tend vers l'obligation, mais la réussite de ces modèles dépend avant tout des attitudes culturelles. À l'échelle mondiale, il reste encore beaucoup de chemin à faire avant que la facturation électronique B2B ne devienne la norme. Cela dit, un certain nombre de pays ouvrent la voie et l'automatisation des systèmes de facturation est progressivement adoptée par un nombre croissant de pays chaque année ».

À propos de l’étude
L’étude Cost of Control 2011 menée par Basware rassemble les informations fournies par 550 directeurs financiers interrogés aux États-Unis (100 entretiens), au Royaume-Uni (100), en Scandinavie (100), en Allemagne (100), en Australie (50), au Benelux (50) et en France (50). Les personnes interrogées appartiennent à des entreprises d’au moins 1 000 employés et ont répondu, au nom de leur société, à des questions portant sur le processus décisionnaire et la gestion du budget au sein de leur entreprise. Les personnes ont été interrogées par téléphone et ont participé à un sondage en ligne.

À propos de Basware
Basware est le leader mondial des solutions Purchase-to-Pay avec plus d'un million d'utilisateurs dans plus de 60 pays à travers le monde. Le réseau ouvert de Basware pour la facturation électronique et les transactions d'achat relie plus de 320 000 entreprises dans le monde. Basware permet aux organisations de réduire le coût de l'achat et du règlement de biens et de services, et d'acquérir de la visibilité sur la totalité de leur processus d'investissement, ainsi que la maîtrise de celui-ci, en automatisant les processus manuels, de l'approvisionnement à l'automatisation des factures, en passant par la sous-traitance, la gestion des contrats, l'achat et la collaboration avec leurs fournisseurs. Les solutions et services de Basware permettent aux entreprises d'améliorer leur trésorerie, d'optimiser leur fonds de roulement et la souplesse de leurs opérations financières tout au long du cycle allant de l'approvisionnement au paiement. Ces solutions sont distribuées et déployées directement sur site ou en tant que service en Europe, aux États-Unis et dans la région Asie Pacifique, à travers un large réseau de bureaux Basware et de partenaires agréés.
www.basware.com

Vendredi 20 Janvier 2012
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News