Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

La crise qui secoue les marchés depuis deux ans touche à sa fin


Scott Glasser, gérant chez ClearBridge Advisors, filiale de Legg Mason, explique : « En plein chaos, les autorités américaines ont pris deux décisions qui suscitent une lueur d’espoir en laissant entrevoir un ralentissement du rythme de récession, voire une stabilisation de l’économie d’ici à la fin de l’année.




La première concerne l’annonce par Ben Bernanke, le président de la Réserve fédérale, d’injections massives de liquidités sur le marché hypothécaire par le biais d’achats sur le marché libre de titres adossés à des créances hypothécaires et de rachats directs de valeurs du Trésor à moyen et long terme. Les taux des prêts hypothécaires ont fortement baissé, ce qui ouvre la voie aux refinancements et viendra peut-être tenter des acheteurs jusqu’à présent hésitants. Le second volet concerne l’annonce de la part de Timothy Geithner, le secrétaire américain au Trésor, d’un plan permettant de délester les banques de leurs actifs toxiques – véritable épée de Damoclès – en impliquant le secteur privé par des mesures incitatives.

« Nous ne croyons pas non plus à une répétition du scénario de la Grande Dépression des années trente. D’une part, il existe aujourd’hui des dispositifs de protection sociale et des garde-fous économiques qui n’existaient pas à l’époque et d’autre part, le gouvernement déploie des moyens colossaux pour éviter les erreurs qui se sont soldées par plus de dix années de récession. Toutefois, depuis une quinzaine d’années, un gouffre s’est creusé entre les revenus des ouvriers et ceux des cadres supérieurs. Il serait bon, selon nous, de revenir à certaines valeurs qui prévalaient après la guerre et jusque dans les années 90. Une hausse de l’épargne, une consommation moins effrénée et une réduction de certaines des inégalités qui touchent l’économie et la nation dans son ensemble seraient les bienvenues. »

ClearBridge U.S. Appreciation Fund sélectionne les titres selon une approche « bottom-up » et investit dans des sociétés de croissance occupant une place de premier plan dans leur secteur. Dans le cadre de cette stratégie, la maîtrise du risque de baisse joue un rôle central et permet au fonds d’afficher, sur de longues périodes, une performance supérieure au marché et une volatilité inférieure à celle de ses concurrents et du marché.

« Le processus de normalisation est en cours. Le marché d’actions s’est repris et les valeurs excessivement malmenées ont retrouvé des valorisations plus réalistes. Pour autant, il subsiste des incertitudes quant à la durée et à la sévérité de la crise. Les intervenants devraient rester prudents, craignant toujours une nouvelle correction. Mais nous sommes de plus en plus convaincus que le pire est derrière nous et les résultats des récents tests de résistance des banques américaines témoignent de l’engagement des pouvoirs publics à rétablir la confiance.

« Le marché continue de chercher un plancher, les intervenants tentant de prédire la durée et la sévérité de la récession. Nous avons nous aussi entamé ce processus, ce qui explique en partie le rebond récent de nos positions. Toutefois, les incertitudes restent nombreuses. Lors des corrections du marché, nous avons allégé certaines de nos positions les plus défensives en faveur de valeurs plus offensives (environ 10% des actifs du portefeuille) à l’image de Celanese, qui réalise un tiers de son chiffre d’affaires en Chine. Nous étions persuadés que les marchés émergents nous sortiraient de la crise et jusqu’à présent, nous avons vu juste, » conclut Scott.

Au sein du classement MorningStar (1), ClearBridge U.S. Appreciation Fund se situe dans le premier quartile sur un, deux et trois ans et depuis son lancement. Par ailleurs, la Stratégie a régulièrement surperformé le marché américain (S&P 500) au cours des 15 dernières années. En place depuis 39 ans (2), le fonds Appreciation de Legg Mason Partners, domicilié aux Etats-Unis, a tenu ses promesses sur le long terme, indépendamment des conditions de marché.

A propos de Legg Mason
Legg Mason, Inc., basée à Baltimore (Etats-Unis), est une société de gestion de fonds internationaux dont l’encours total sous gestion s’élève à 632 Md$ au 31 mars 2009. Présente dans 180 pays, Legg Mason se classe au 10ème rang des gestionnaires d’actifs internationaux (4). Ses filiales de gestion d’actifs, détenues à 100% et dont l’exploitation est indépendante, gèrent des portefeuilles d’actions et d’obligations sur les grands marchés internationaux. Ensemble, elles offrent une large gamme de styles de gestion d’actifs.
www.leggmason.fr

(1) Source : Copyright © Morningstar, performance « mid to mid », revenus nets réinvestis, performance nette de frais annuels de gestion au 30 septembre 2008. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures et peuvent ne pas se répéter. Veuillez consulter le prospectus de Legg Mason Global Funds plc pour obtenir des informations sur les facteurs de risque relatifs à ClearBridge U.S. Appreciation Fund.
(2) Domicilié aux Etats-Unis, le fonds, qui a été lancé le 1er mars 1970, est en place depuis 39 ans3. Hersh Cohen en a repris la gestion en janvier 1979.
(3) NdT: Il semblerait que ce soit 39 ans et non 38 comme le précise l’original (Cf. la phrase à laquelle renvoie la note).
(4)Source : Pensions & Investments, mai 2009, classement d’après les encours sous gestion mondiaux au 31 décembre 2008.

Mercredi 27 Mai 2009
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs