Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

La Grèce contrainte de sortir de l’euro ?


Selon l’économiste Paul Krugman, la Grèce sera non seulement contrainte de restructurer une partie de sa dette, mais aussi de quitter l’euro...




D’après Krugman, il existe un consensus de plus en plus large selon lequel la Grèce sera contrainte de répudier une partie de sa dette. Mais pour lui, ce serait une erreur de penser que la crise grecque s’arrêterait une fois que le pays aura fait défaut. « Ce scénario est trop optimiste. Je suis de plus en plus convaincu que la Grèce finira par quitter également la zone euro », suggère t-il.

« Même en ayant restructuré sa dette, la Grèce restera aux prises à de grandes difficultés, contrainte à une cure d’austérité sévère - provoquant une grave crise économique - et ceci uniquement pour résorber le déficit budgétaire primaire, non compte tenu du paiement des intérêts », argumente Krugman.

Selon, lui, la seule piste pour minimiser cette austérité serait de contribuer à l’expansion de l’activité économique, ou tout au moins à limiter sa contraction. Cela permettrait de réduire les difficultés économiques, mais aussi d’accroître les recettes et de réduire l’ampleur de l’austérité budgétaire requise.

Seulement, analyse Krugman, la seule solution pour accroître l’activité économique consiste en une augmentation des exportations - qui ne peut être obtenue que si les coûts et les prix de production grecs baissent fortement par rapport au reste de l’Europe.

Constatant que la Grèce n’est pas un pays à forte cohésion sociale, capable de fixer le niveau des salaires par la négociation collective et où il serait envisageable de procéder à une réduction générale des salaires - l’équivalent d’une dévaluation « interne », la seule alternative possible selon lui est donc une dévaluation - ce qui implique de quitter la zone euro.

Conscient que toute annonce d’une intention de quitter l’euro, déclencherait une désastreuse panique bancaire et provoquerait une attaque spéculative sur les banques grecques, et ne peut donc être envisagée de la sorte, Paul Krugman estime qu’une discussion de cette question est de fait impossible.

« Mais cela ne signifie pas qu’elle ne puisse pas se produire. La Grèce commence déjà à ressembler à l’Argentine de 2001.Et il ne s’agit pas d’une alternative à la restructuration de la dette, mais de ce qui pourrait s’avérer nécessaire en plus de la restructuration de la dette pour permettre le redressement budgétaire. J’espère que quelque part au coeur de la BCE et du ministère grec des Finances, des gens pensent à l’impensable. Parce que cette perspective terrible commence à sembler préférable aux autres », se justifie-t-il.

Steve Tui, le 10 mai 2010
NEXT FINANCE

Mardi 25 Mai 2010
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs