Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

La France va au Brésil mais reste fragile...


Cela faisait bien longtemps que les français ne s'étaient pas retrouvés spontanément sur les Champs-Elysées pour partager un moment de joie. La qualification de l'équipe de France de football pour le mondial 2014 a en effet engendré des scènes de liesse comparables à la victoire de 1998. Cette année-là pourtant, il s'agissait bien d'une victoire et non d'une simple qualification. Peu importe, il fallait une raison, un prétexte, voire même un alibi, pour, l'espace d'un instant, s'évader de la réalité…




Anthony Benhamou
Anthony Benhamou
L'arbitre a sifflé, la rue est à nous

Ne ressentez-vous donc pas comme un vent d'insouciance ? Comme un air familier des années 1960 (certes légèrement modifié) qui serait en train de conquérir le cœur de tous les français ? « Donnes-moi ta main, et prends la mienne, mais oui mais oui, la crise est finie ». En obtenant son billet pour la coupe du monde de football 2014, l'équipe de France a fait plus en une soirée que le gouvernement en dix-huit mois. Rassemblement, espérance, optimisme et même fierté nationale, des sentiments que l'on pensait définitivement perdus.

En s'inclinant par deux buts au match aller, la France était pourtant en ballotage défavorable. Rares sont d'ailleurs ceux qui prédisaient un avenir brésilien à une équipe jusque-là très largement décriée. Mais, « impossible » ne semble néanmoins pas français si l'on en croit les banderoles de certains supporters. Parmi eux, un certain François Hollande. Un président « normal » qui, de retour de son voyage d'Israël, a décidé d'assister à une compétition sportive. Peut-être bien sa meilleure décision depuis le début du quinquennat.

Car à l'instar des Bleus, François Hollande et le gouvernement ne cessent d'essuyer les critiques depuis qu'ils sont en poste. Amateurisme, insolence et désorganisation, une véritable rengaine qui tend même à s'exporter au-delà de nos frontières. Mais la qualification de la France montre que même les situations les plus complexes peuvent finalement se dénouer. Oui, quand les français sont unis et y croient, tout est possible. Et cela n'a évidemment pas échappé au chef de l'Etat qui, au plus bas dans les sondages, en a profité pour inscrire un magnifique pénalty. « Un entraîneur, ça compte », parole authentique d'un président, patron d'une équipe gouvernementale souvent intenable.

Le gouvernement compte donc bien surfer sur cette vague d'optimisme qui a envahi la France ce mardi 20 novembre. L'euphorie actuelle des français parait en outre insatiable au fur et mesure que le mois de décembre approche. Un mois en effet synonyme de fêtes de fin d'année, de lumières et de magie. Et quand les plus chanceux partiront aux sports d'hiver, les autres profiteront de l'ambiance féerique des grandes villes. Autant d'éléments favorables à la consommation des français, qui généralement ne lésinent pas sur leur budget cadeau. De quoi faire pousser des ailes au gouvernement ? Certainement. Mais attention, à vouloir voler trop haut…

Les perspectives économiques demeurent pourtant faibles

Car la réalité n'est malheureusement jamais bien loin. Très rapidement en effet, le gouvernement devra faire face à ses responsabilités et assumer son triste bilan économique. Déficit public totalement déconnecté de l'objectif initial, dette souveraine dangereusement élevée, atonie de la croissance et une courbe du chômage qui ne veut décidément pas s'inverser. La France a beau se prévaloir d'être la deuxième puissance européenne, force est de constater qu'elle ne cesse de perdre du terrain. Sur certains points, elle fait d'ailleurs même moins bien que les pays dits du sud de l'Europe.

La trajectoire budgétaire française est par exemple des plus chaotiques. Pour mémoire, en octobre 2012, le gouvernement soutenait qu'il réduirait le déficit public à 3% du PIB d'ici la fin de l'année 2013. Un objectif clairement non crédible en ce sens qu'il constituait un effort historique (le déficit 2012 s'élevait à 4,8% du PIB). Très vite aussi, le gouvernement fut dans l'obligation de revoir sa copie et obtint les faveurs de Bruxelles. La Commission européenne fixa ainsi à la France un objectif de déficit de 3,9% du PIB. A nouveau pourtant, le gouvernement confessa que cette cible ne serait pas atteinte et qu'il fallait plutôt tabler sur 4,1%.

En réalité, il faudra compter sur un énième dérapage budgétaire. Bernard Cazeneuve, ministre délégué au budget, reconnait en effet d'ores et déjà un manque à gagner de 5,5 milliards d'euros sur les recettes fiscales de 2013. Et si Gilles Carrez, le président UMP de la commission des finances à l'Assemblée évoque pour sa part un trou de 11 milliards d'euros (on peut d'ailleurs s'interroger sur la méthode de calcul des deux parties), l'adage « trop d'impôt tue l'impôt » se matérialise concrètement. Le déficit public pourrait ainsi atteindre 4,3% du PIB tandis que l'endettement souverain semble se diriger vers les 2 000 milliards d'euros (soit quasiment 95% du PIB).

Par ailleurs, la reprise économique tant promue par le gouvernement n'est toujours pas au rendez-vous. Le rebond technique du deuxième trimestre (+0,5%) ne s'est effectivement pas confirmé au troisième trimestre et la France a enregistré un recul de 0,1% de son PIB. Pire, en retirant la contribution de la formation de stocks, variable relativement artificielle, la contraction du PIB s'établit en fait à 0,6%. En outre, pour le huitième trimestre consécutif, l'investissement s'est inscrit en baisse (-0,6%) ; un élément ô combien inquiétant quand on sait que cette variable constitue le réel moteur de la croissance économique et de l'emploi.

Si pour 2014, le gouvernement table sur une croissance du PIB de 0,9%, il est pour le moment difficile d'accorder du crédit à une telle prévision. Tout d'abord parce que l'acquis de croissance pour 2013 ne s'élève qu'à 0,1%, ce qui constitue un élan bien faible pour aller véritablement de l'avant. Mais surtout parce qu'en matière de compétitivité des entreprises, la France souffre d'un vrai déficit relativement à ses voisins. Un cruel manque de dynamisme qui au final ne devrait guère améliorer la situation sur le marché de l'emploi, élément notamment confirmé par le dernier communiqué de l'OCDE.

Une crise sociétale inévitable. A moins que…

Si les maux de la France ne se jouaient que sur le terrain économique, il ne fait aucun doute que les énarques de Bercy sortiraient aisément le pays du marasme actuel. Oui mais voilà, il se trouve que les français en ont « ras le bol » de la pression fiscale qu'ils jugent particulièrement lourde, surtout en ces temps de crise. La paralysie fiscale, c'est maintenant. La crise sociétale qui s'empare du pays se traduit ainsi par la création de mouvements protestataires prêts à en découdre. Ils sont aujourd'hui coiffés d'un bonnet rouge ou portent un gilet jaune et qui sait, peut-être bien des chaussettes blanches demain.

Faibles perspectives économique, impasse fiscale et fronde sociale, la France est assise sur une véritable bombe à retardement. Conséquence logique (et tardive), le pays a été dégradé par l'agence de notation Standard and Poor's le 8 novembre dernier. Certes, sa note n'a diminué que d'un cran, passant de AA+ à AA, néanmoins, c'est bel et bien les difficultés actuelles de l'Etat à lever l'impôt qui ont été sanctionnées. Car si dans une démocratie le non consentement à l'impôt paraît inimaginable, il est généralement synonyme d'une imminente (r)évolution sociétale.

Bien que la paire d'as constitue la meilleure main possible au poker, les règles du jeu en matières économique et sociale sont nettement différentes. Fini le bluff, le président de la République et le gouvernement doivent absolument réagir, et vite. Au diable les déclarations démagogiques et les promesses vaines, il faut se mettre réellement au travail. Au diable également les réactions infantiles, à l'instar de ce tweet posté par Matignon (puis ensuite effacé) qui, évoquant le soutien de Paul Krugman quant à la dégradation de la note de la France, commençait par un délicat « In da face S&P ! ».

Le gouvernement dispose actuellement d'une fenêtre de tir intéressante qu'il faut absolument exploiter. L'approche des fêtes de fin d'année ainsi que la joie provoquée par la qualification de l'équipe de France pour le mondial 2014 constituent en effet une aubaine pour toute une classe politique à la dérive. Faire passer les bons messages, rivaliser d'habilité et oublier ses intérêts individuels au profit de ceux de la nation. Car le risque est d'assister à une nouvelle manifestation spontanée sur les Champs-Elysées beaucoup moins joyeuse que celle engendrée par la qualification des Bleus… à moins que ces derniers remportent la coupe du monde, mais ça, c'est encore une autre histoire.

Achevé de rédiger le 21 novembre 2013,


Anthony Benhamou

Anthony Benhamou est un économiste diplômé de l’université de Paris Dauphine. Il a notamment exercé pendant 3 années en tant que consultant auprès de grandes entreprises internationales. Maître de conférences à Sciences-Po Paris et tuteur enseignant à l’université de Paris Dauphine, il rédige par ailleurs avec Marc Touati de nombreuses chroniques économiques et financières pour le cabinet ACDEFI.

Vendredi 22 Novembre 2013
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs