Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

La Chine est désormais perçue comme la région la plus attractive


La Chine est perçue comme la région la plus attractive aux yeux des investisseurs étrangers, devant l’Europe et l’Inde, selon l’enquête annuelle Ernst & Young de l’Attractivité européenne menée auprès de 834 décideurs internationaux de tous pays et de tous secteurs et dévoilée aujourd’hui à la World Investment Conference de La Baule (France). Ce cinquième Baromètre européen An open world (un monde ouvert), montre que la compétition entre les régions du monde s’équilibre, les décideurs internationaux étant désormais attentifs aux évolutions et risques de chacune des destinations.




La Chine est désormais perçue comme la région la plus attractive
Cependant, les perceptions des investisseurs restent en décalage avec la réalité des flux d’investissements observés. Alors que 47 % des personnes interrogées dans le Baromètre Ernst & Young ont désigné la Chine comme la région la plus attractive pour les IDE, les chiffres de la Conférence des Nations-Unies sur le Commerce et le Développement (CNUCED) lui en attribuent moins de 8 % (Hong Kong inclus). A l’inverse, seuls 33 % des répondants du Baromètre ont classé l’Europe occidentale comme le meilleur choix en matière d’investissement, alors que – selon la CNUCED - la région accueille 37% des flux mondiaux d’IDE.

Marc Lhermitte, Associé d’Ernst & Young France explique que « en ce qui concerne leurs perspectives d’implantation à l’étranger, les investisseurs internationaux prennent en considération la totalité des opportunités de l’échiquier mondial. Les marchés matures d’Europe occidentale et des Etats-Unis doivent relever les défis que leur lancent des concurrents – hier émergents, aujourd’hui challengers - de plus en plus compétitifs. Si les entreprises, pour leur croissance, se positionnent sur le marché asiatique ou russe à fort pouvoir d’achat, elles ne se détournent pas de l’Europe et des Etats-Unis, économies diversifiées et puissantes. »

Autres enseignements majeurs du Baromètre Ernst & Young de l’attractivité européenne :
Réalité 2007 des investissements étrangers en Europe. Avec 3 712 projets, les implantations internationales recensées en Europe en 2007 sont en augmentation de 5 % par rapport à l’année précédente (3 531 projets en 2006). En revanche, les créations d’emploi liées à ces implantations internationales ont diminué de 18%, soit 176 551 emplois créés (par rapport aux 214 987 emplois en 2006).

- L’Europe occidentale opère une lente transition vers une économie du savoir et des services. Les implantations tertiaires (centres de R&D, sièges sociaux, back offices et centres d’appels) deviennent majoritaires avec 60% des emplois créés par les implantations internationales alors que les activités industrielles créent 30 000 emplois de moins par rapport à 2006 (soit une baisse de 51%).
- En nombre de projets, le podium reste inchangé avec le Royaume Uni (713 projets), la France (541) et l’Allemagne (305). Le Royaume Uni prend également la première place en matière de créations d’emploi (24 186).
- L’Europe centrale et orientale fait de la résistance : elle capte 58% de la totalité des créations d’emploi en Europe pour seulement 28% des implantations internationales accueillies. En revanche, l’Europe centrale et orientale ne parvient pas à renouveler sa performance de 2006 sur les activités de services à forte intensité de main-d’œuvre (back-office, centres de services partagés, centres d’appels).
- La Pologne figure en deuxième position du palmarès européen en matière d’emplois créés par les implantations internationales (18 399), néanmoins en retrait de 41% par rapport à 2006. La République tchèque complète le podium avec 15 102 emplois annoncés (-14%).
- La Russie fait un bond en quatrième position en termes de créations d’emploi (+85 %) et se classe huitième pour le nombre de projets avec une progression de 60 % par rapport au Baromètre précédent (13e place).
- La Slovénie, la Turquie et l’Ukraine font également partie de ces « nouvelles frontières » à très forte croissance en multipliant par 3 à 5 le nombre d’emplois générés par les implantations internationales en 2007.

Perception 2008 des investisseurs : Alors que l’Europe continue à recueillir la confiance d’une solide moitié des investisseurs internationaux (47% déclarent y avoir des projets pour les 3 prochaines années), des évolutions marquantes apparaissent dans le Baromètre 2008 :

- La recherche d’une qualité durable devient plus importante que la compétitivité à court terme pour les investisseurs internationaux. Soucieux de la maîtrise du risque et de l’excellence opérationnelle de leurs implantations, les décideurs considèrent comme important ou très important la stabilité politique et juridique du pays (54 %) ainsi que la qualité de ses infrastructures logistiques et télécoms (51 %) alors que les composantes «productivité » (49%) et « coût de la main d’œuvre » (47%) n’arrivent qu’en 4ème et 5ème positions de leurs critères de localisation.
- La Russie, qui faisait encore figure d’outsider « à risque » dans les Baromètres précédents évolue très rapidement sur l’échelle de l’attractivité (elle a gagné 9 points de perception d’attractivité, soit 21 % en 2008 contre 12% en 2007).
- A la question « Comment rendre l’Europe plus attractive ?», les décideurs internationaux appellent de leurs vœux une combinaison entre une plus grande flexibilité sur les marchés du travail (42 %) et un environnement juridique modernisé et simplifié (39 %).

Au sein même de la chaîne de valeur de leurs entreprises, les investisseurs attendent davantage d’innovation dans les interfaces clients – web, télécom, multimédia (48%), ou dans la supply chain (27 %) qu’au cœur même des produits (en 5ème position - 17%)

A propos du Baromètre Ernst & Young de l’Attractivité européenne
Le Baromètre Ernst & Young de l’Attractivité européenne, publié pour la cinquième année consécutive, repose sur une double approche méthodologique :
- d’une part, la « perception » de l’attractivité des différentes régions mondiales par les 834 investisseurs étrangers interrogés d’après un échantillon représentatif. L’enquête a été conduite par l’institut d’études CSA entre février et mars 2008. L’attractivité d’un site se définit à partir de plusieurs critères : l’image qu’il projette, la perception de la capacité du pays ou de la région à fournir les meilleurs avantages concurrentiels en matière d’implantations internationales et la confiance qu’il suscite ;
- d’autre part, la « réalité » de l’attractivité de l’Europe en termes d’implantations internationales, recensées dans la base de données « Ernst & Young’s European Investment Monitor (EIM) ». Cette dernière exclut les investissements de portefeuille, les fusions et acquisitions. Elle rend compte exclusivement de la réalité des investissements engagés sur le continent européen par les sociétés étrangères dans les fonctions industrielles et tertiaires.

A propos d’Ernst & Young
Ernst & Young, cabinet d’audit, fiscalité & droit, transactions, conseil, se mobilise pour concrétiser les potentiels. C’est ainsi que nous faisons la différence – pour nos équipes, nos clients et tous nos interlocuteurs.
Près de 130 000 professionnels dans le monde travaillent ensemble avec la volonté de permettre à chacun de développer ses talents et de réussir professionnellement. Leur but : aider nos clients à tenir leurs engagements envers leurs marchés et autres parties prenantes.
Il s’agit aussi de porter cette différence dans toutes les collectivités où nous vivons et travaillons.

www.ey.com/fr

Lundi 16 Juin 2008
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs