Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Intrum Justitia : En France, plus de la moitié des entreprises est payée en retard


En publiant son étude sur les comportements de paiement en Europe (European Payment Index - EPI), Intrum Justitia, le groupe suédois européen spécialiste du credit management, met en évidence la situation périlleuse dans laquelle se retrouvent les entreprises victimes des négligences de règlement.




Pour compenser 2 000€ passés en pertes, une entreprise doit générer 100 000€ de chiffre d’affaires additionnel (1)

Avec un « risk index » à 150, l’économie française entre dans une zone jugée dangereuse pour les affaires : l’intervention de professionnels du recouvrement est jugée indispensable, en parallèle des mesures prises par les entreprises pour réduire les risques d’impayés. « L’entreprise doit pouvoir se focaliser sur son cœur de métier. Nombre d’entres elles ont peur d’externaliser le recouvrement de ses créances alors que cette solution lui permet de maintenir un contact commercial et de fidéliser sa clientèle » commente Pascal Labrue, Directeur Général Intrum Justitia Europe du sud.

Cet indice de risque particulièrement élevé traduit les méfaits de la crise sur la vie des entreprises qui, pour 58 % d’entre elles, sont payées en retard et ce, dans 80 % des cas, par des clients eux-mêmes en grandes difficultés financières. Intrum Justitia note en outre que la situation est de plus en plus difficile à gérer pour les PME françaises : si les délais de paiement se sont stabilisés à 59 jours (et ce avec la mise en application de la Loi de Modernisation de l’Economie), les retards de paiement augmentent (de 36 %, à 19 jours) et fragilisent les entreprises qui ont du mal à faire face à l’incertitude. Une situation en effet difficile à appréhender pour les PME qui savent gérer des délais longs s’ils sont prévus, mais voient leur fonctionnement perturbé par des retards de paiement dont elles ignorent l’ampleur.

Enfin, les entreprises françaises souffrent, pour nombre d’entre elles, de ne pas oser réagir rapidement face aux désordres de paiement. D’autant plus dans un contexte économique difficile où elles focalisent toute leur énergie à conquérir de nouveaux clients au détriment du recouvrement des factures en souffrance. Ainsi 65 % attendent 85 jours, en moyenne, avant de recourir aux services de professionnels : ce délai est très long et réduit leurs chances d’encaisser leur dû… : « J’ai envie de leur dire : ne perdez pas de temps ! » confie Pascal Labrue. En effet, si les groupes ont pris conscience du phénomène et font appel à des sociétés de recouvrement. Les PME semblent attendre. « Le repli et l’attentisme sont des ennemis. Il est nécessaire d’agir. Vite.»

Intrum Justitia observe aussi que, en France, les pertes dues aux impayés ont augmenté de 1,9 % en 2008 à 2,1 % en 2009. Cette hausse, anodine à première vue, est en fait redoutable pour les entreprises : celles-ci devront par exemple réaliser 100 000 euros de chiffre d’affaires supplémentaire pour 2 000 euros passés en perte si elles veulent maintenir un niveau de marge de 2 % (500 000 euros supplémentaires de chiffre d’affaires pour compenser 10 000 euros passés en perte).
En France, 36 milliards d’euros sont chaque année passés en perte par les entreprises. Sans compter les 4 milliards d’euros qu’elles dépensent pour tenter de récupérer leurs factures en souffrance. Soit 40 milliard d’euros qui pourraient être consacrés à mener des projets constructifs et à l’investissement.

(1) Une entreprise réalisant 2% de marge doit réaliser 500 000 € de ventes additionnelles pour contrebalancer un montant passé en pertes de 10 000 €

Intrum Justitia France
Leader de la gestion du poste client, Intrum Justitia intervient auprès de ses clients du début à la fin de la chaîne des paiements, de l’émission de la facture jusqu’au rachat de créances en passant par le recouvrement.
- Effectifs : 430 personnes
- Chiffre d’affaires 2008 : 44 millions d’euros (+ 25 %)
- Ventilation du CA par activités : Credit Management B to C : 55%, Credit Management B to B :
35%, autres services (dont rachat de créances) : 10%
- Nombre de dossiers par an, en millions : 3 millions
- Siège social France : 35, rue Victorien Sardou - 69363 Lyon Cedex 07 -
www.intrum.fr

Intrum Justitia accompagne ses clients dans l’amélioration de leur trésorerie et dans l’optimisation de leur poste client grâce, notamment, à une connaissance pointue des comportements de paiement. Au cœur de ses préoccupations : le respect et la confiance. Le respect des droits et des devoirs de chacune des deux parties. La confiance pour préserver et pérenniser la qualité de la relation commerciale. Avec un objectif : contribuer activement à rendre les échanges commerciaux plus simples, sûrs et justes.

Dimanche 20 Septembre 2009
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs