Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Hello Soda s'attaque aux agences de scoring


Les nouvelles méthodes d'analyse de données combinées à la profusion d'information que produit le monde numérique moderne ont fait naître un véritable écosystème autour du risque de défaut sur les crédits. Une jeune pousse britannique, Hello Soda, veut maintenant créer une agence de scoring universel, en exploitant la même approche.




L'idée d'appliquer les pratiques des « big data » afin d'estimer la fiabilité des emprunteurs n'est pas nouvelle. Elle est au cœur des modèles opérationnels de plusieurs startups spécialisées, telles que Kreditech ou Lenddo, pour n'en citer que deux des plus connues. Leur principe de fonctionnement consiste à explorer le web public – dont, en particulier, les médias sociaux – et en extraire toutes les données disponibles, structurées ou non, sur la personne à « noter ». Des algorithmes propriétaires déterminent alors sa « fiabilité » en analysant cette masse d'information.

Dans le cas de Hello Soda, ce sont plus de 13 000 sources différentes qui seraient exploitées, dans sa solution phare « Profile ». Sur cette gigantesque base, elle met en œuvre une vaste panoplie de disciplines, des réseaux Bayésiens à la psycho-linguistique, en passant par le traitement du langage naturel (afin d'extraire le sens d'un texte), l'apprentissage automatique (qui lui permet de continuellement progresser et devenir toujours plus précise et plus efficace) ou encore des techniques d'intelligence artificielle. Le résultat est un profil personnel, utilisable dans de multiples circonstances.

Hello Soda s'attaque aux agences de scoring
Car il s'agit là de la principale spécificité de Hello Soda par rapport à ses consœurs : le scoring de crédit n'est que l'une des facettes de sa proposition de valeur, parmi d'autres. Ses cibles privilégiées s'étendent aussi au secteur de l'assurance, voire aux jeux en ligne, auxquels elle offre ses services, de détection de fraude, de connaissance du client, de vérification de la solvabilité… En fait, sa plate-forme, accessible dans le cloud, est capable de fournir des informations de toutes sortes sur les consommateurs.

En l'espèce, les promesses de la startup sont tellement détaillées qu'elles ont de quoi inquiéter : la vérification de l'adresse, de l'âge, de l'emploi déclaré… et la détection de comptes factices sur les réseaux sociaux ne sont qu'une petite partie de ses capacités. Ainsi, elle se dit également capable d'identifier les centres d'intérêt et les activités des internautes à travers leurs écrits, repérer les événements importants de leur vie (mariage, naissance, promotion, déménagement…), sélectionner les meilleurs moments pour leur envoyer une promotion parfaitement personnalisée...

Bien sûr, nous savions déjà (n'est-ce-pas ?) que les champions de l'analyse de données étaient susceptibles de tout connaître de notre vie, grâce aux traces numériques que nous laissons partout sur le web. Il est certainement encore plus dérangeant de voir ces algorithmes indiscrets mis à la disposition de toute entreprise intéressée par notre personnalité intime. En dépit de ses vertus pour sa cible de clientèle, la solution de Hello Soda est peut-être en train d'atteindre (et dépasser) une frontière à ne pas franchir.

En parallèle, Lenddo vient tout juste d'annoncer la commercialisation de son moteur de scoring et de vérification d'identité auprès des banques (un de ses premiers clients est Banko, aux Philippines), organismes de crédit et autres places de marché en ligne du monde entier. Un nouveau modèle est donc en train de se créer...

Patrice Bernard
Fondateur du blog “C’est pas mon idée”

fr.linkedin.com/in/patricebernard





Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Les 4 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur

Le magazine bimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Vendredi 30 Janvier 2015
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News