Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Hausse du SMIC: cocktail d’erreurs, mesure indécente, danger économique, et raccolage social massif


Réaction de M. Guillaume CAIROU, PDG de Didaxis, Président du Club des Entrepreneurs à l’annonce de M. le Ministre Michel SAPIN




Guillaume CAIROU
Guillaume CAIROU
Entraver les perspectives d’emplois des plus vulnérables, est la principale conséquence de cette mesure irresponsable. Jusqu'à quand va-t-on continuer à détruire des emplois au Smic, et favoriser l’éviction du marché du travail des jeunes (1) et des moins formés ? Jusqu'à quand va-t-on continuer à exclure les plus vulnérables ? Une hausse de 1% du smic entraine la destruction de 1,5% des emplois au Smic (2).

Aussi, quand va-t-on comprendre que la pauvreté au travail en France n’est pas tant liée au salaire qu’au temps travaillé. Nos femmes et hommes politiques, au-delà de tout clivage partisan, doivent comprendre que la solution réside en ce que les personnes à temps partiel ou réduit puissent travailler plus.

Ensuite, cette initiative est en contradiction avec les recommandations européennes et creuse, sur un nouveau sujet, l’isolement de la France par rapport à ses partenaires et voisins.

Quand à la cohérence de la mesure, je n’arrive pas à la mesurer puisqu’elle consiste à annoncer un « petit coup de pousse au smic » tout en préparant, en parallèle, une hausse des cotisations sociales qui l’annihile. La question est simple : pourquoi donner d’un côté pour reprendre plus immédiatement de l’autre ? Arrêtons la communication et pensons enfin aux smicards et aux entrepreneurs.

La vraie justice sociale ? La vraie protection des smicards et des plus défavorisés ?
Elle passe par des choix de politique d’accompagnement individuel et familial, comme les allègements de charges sur les bas salaires ou le RSA activité (3). Enfin, allons plus loin et reconnaissons qu’il faut supprimer ce Smic uniforme et rigide puisqu’en plus d’être un obstacle à l’embauche des jeunes et des seniors, il pénalise les entreprises les plus fragiles. Dans les entreprises de plus de 500 salariés, 3,4% seulement des effectifs sont concernés par le Smic, contre 24,3% dans les entreprises de moins de 10 salariés et 10% entre 10 et 100 salariés. C’est donc la logique qui devrait nous pousser à créer des salaires minimums négociés branche par branche.

(1) La France a un des taux d’emploi des jeunes les plus bas de l’OCDE
(2) Interview, site L’Institut de l’entreprise, 2012
(3) Dans une tribune parue dans Les Echos, 5.06.2012, M. Hirsch estime qu’il vaut mieux un coup de pouce au RSA qu’au smic.

A propos de Didaxis
Créée en 2004 par Guillaume Cairou, Didaxis est un groupe de sociétés leader du conseil en prestations intellectuelles de haut niveau. La société réalise un chiffre d’affaire estimé à près de 45 millions d’euros en 2010 en progression constante depuis 6 ans. En 2010 Didaxis intègre la 1ère place du classement informatique Fast500 EMEA établi par Deloitte avec +2 234% de croissance.
En 2011 :
- Didaxis rejoint le palmarès des PME les plus rentables de France.
- Guillaume Cairou son PDG est nommé au Prix de l’Entrepreneur de l’Année 2011 (Ernst&Young).
didaxis.fr

Lundi 2 Juillet 2012
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News