Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Gaspard Bonin, Directeur et spécialiste du post-marché chez Equinox Consulting.


Nasdaq OMX, analyse de Gaspard Bonin, Equinox Consulting




CFO-news : Gaspard Bonin bonjour, dites-nous pourquoi Nasdaq OMX va t-il fermer sa plateforme de transaction européenne ?

Gaspard Bonin
Gaspard Bonin
Gaspard Bonin : Nasdaq OMX Europe n'est pas parvenu en un an et demi d'existence à atteindre une taille critique. Avec 0,78% de part de marché sur les flux de transactions actions européens en avril, la plateforme est largement dépassée par ses concurrents au premier rang desquels Chi-X Europe, désormais second marché européen avec 18,4% de la liquidité. La plateforme n'est par conséquent pas profitable et le groupe Nasdaq OMX, n'identifiant pas de perspectives de développement solide à moyen terme, a choisi mettre fin à l'activité.

Plusieurs raisons peuvent expliquer cet échec :
- Le démarrage tardif (octobre 2008) de la plateforme par rapport à son principal concurrent Chi-X (mars 2007)
- Le caractère extrêmement concurrentiel de l'activité. Les marchés alternatifs, nés suite à la directive MiFID, se sont d'abord différenciés des marchés réglementés historiques par leur politique tarifaire très agressive. Cette politique leur imposait un démarrage d'activité à pertes, et la nécessité d'atteindre rapidement une taille critique, ce que Nasdaq OMX Europe n'a pas réussi à faire.
- Une explication de l'incapacité de la plateforme à capter une part significative de la liquidité peut résider dans son actionnariat fermé. La plateforme est détenue à 100% par le groupe Nasdaq OMX, là où la plupart de ses concurrents ont un actionnariat ouvert aux principaux acteurs de marché.

Quelles seront les conséquences sur la stratégie de Nasdaq en Europe ?

Le groupe Nasdaq OMX est bien implanté en Europe puisqu'il gère les marchés réglementés de la plupart des pays nordiques (Danemark, Finlande, Norvège, Suède), des 3 pays baltes (Estonie, Lettonie, Lituanie) et de l'Islande. Cette présence européenne est la résultante du rachat d'OMX par le Nasdaq en mai 2007 pour 3,7 milliards d'euros. Le groupe a récemment encore renforcé sa présence en rachetant en mars dernier NordPool, plateforme très importante de trading de dérivés énergie et de droits sur le carbone. En revanche Nasdaq OMX se retire du marché des MTFs paneuropéens. La particularité du groupe Nasdaq OMX est son offre de technologie de trading et de clearing, qu'il commercialise indépendamment de son activité de gestionnaire de marché. On peut donc penser que le groupe va maintenant se concentrer sur ces 2 métiers : développer les marchés réglementés et son offre de technologie.

Comment se portent les autres acteurs du marché ?

Le seul marché alternatif qui a réussi à prendre une place incontournable en Europe est Chi-X, aujourd'hui 2nd marché actions européen en termes de volumes traités. Turquoise a été racheté par le LSE fin 2009, qui devrait notamment s'appuyer sur sa plateforme pour développer son offre de dark pool. Bats Trading continue à se développer, avec 5,5% de part de marché en avril. La profitabilité de ces acteurs est difficile à appréhender, même s'il est aujourd'hui clair que les volumes traités par Chi-X lui confèrent une assise stable.

Gaspard Bonin, je vous remercie et vous donne rendez-vous très prochainement dans un nouveau numéro de CFO-news.

© Copyright CFO-news. Propos recueillis par la rédaction de CFO-news


Dimanche 16 Mai 2010
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News