Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Franck Moulins - Enderby | Capital-risque et réseaux sociaux


Franck Moulins bonjour, vous êtes directeur conseil au sein du cabinet de conseil en stratégies de communication et en relations publics Enderby.




Franck Moulins
Franck Moulins
Pourquoi avez-vous étudié le lien entre capital-risque et réseaux sociaux ?

Notre étude est partie d’un simple constat : en observant les sites Web de quelques investisseurs en capital-risque, nous avons relevé que ceux-ci n’incluaient pas systématiquement de boutons Twitter ou LinkedIn sur leur page d’accueil.

Ce qui pouvait paraître surprenant, à première lecture : ces financiers, naturellement tournés vers les nouvelles technologies, ont vocation à financer les start-up innovantes. Il était donc utile de mesurer précisément la nature du lien qu’ils ont pu tisser avec les réseaux sociaux au fil du temps, afin de mieux comprendre la place qu’ils leur ont conférée dans leur stratégie de communication.
Surtout à l’heure où les « tweets » et les posts sur LinkedIn sont devenus des outils incontournables pour faire la promotion des entreprises, en véhiculant les informations qui les concernent.

Résultat : seules 38 % des 102 sociétés de gestion recensées disposent d’un compte sur Twitter, et 62 % ont activé un profil sur LinkedIn.

Ces résultats sont-ils à la hauteur des besoins des fonds ?

Ils sont plutôt décevants, en particulier à la lumière de la façon dont les investisseurs animent leur compte.
En effet, il ressort de notre étude que près de la moitié des sociétés d’investissement présentes sur Twitter postent moins d’un message par semaine, en moyenne. Autant dire qu’elles se contentent d’un « service minimum », dans le meilleur des cas, et que la twittosphère n’y puisera que peu d’informations.
En outre, nous avons constaté que 71 % des entités inscrites sur LinkedIn ont bloqué l’accès à leur compte, se limitant à une présentation succincte de leur activité. Cela étant, ces deux résultats s’expliquent : à ce jour, les capital-risqueurs ont pris le parti de faire un premier pas sur les réseaux sociaux, sans pour autant s’y exposer outre-mesure.
Par voie de conséquence, seulement 7 des 102 sociétés de gestion font office de « bons élèves », en étant régulièrement actives sur les deux réseaux analysés.

En est-il de même pour les dirigeants de ces structures ?

Ceux-ci sont encore plus frileux sur Twitter, puisqu’ils sont à peine 20 % à y disposer d’un compte – même si certains y affichent un grand nombre de followers, à l’instar de Xavier Niel, le cofondateur de Kima Ventures.
En revanche, trois quarts d’entre eux utilisent LinkedIn pour alimenter leur réseau de contacts professionnels. Et plus de la moitié de ceux-ci l’utilisent de façon assez régulière. Mais il ressort de notre étude que, au bout du compte, seuls 11 dirigeants de sociétés de capital-risque sont actifs sur les deux réseaux.
Ce qui démontre toute la marge de manœuvre dont dispose cette profession pour mettre à profit sa présence sur le Web. Maintenant qu’elle a pris conscience de l’intérêt des réseaux sociaux, il ne lui manque plus qu’à en faire des outils efficaces pour servir son image et son action.


Franck Moulins, je vous remercie et vous donne rendez-vous très prochainement dans un nouveau numéro de Finyear.

© Copyright Finyear. Propos recueillis par la rédaction de Finyear.


Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement chaque jour (5j/7) le quotidien Finyear.
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise.
Lien direct pour vous abonner : www.finyear.com/abonnement

Lisez gratuitement chaque mois :
- le magazine digital Finyear sur www.finyear.com/magazine
- la lettre digitale "Le Directeur Financier" sur www.finyear.com/ledirecteurfinancier
- la lettre digitale "Le Trésorier" sur www.finyear.com/letresorier
- la lettre digitale "Le Credit Manager" sur www.finyear.com/lecreditmanager
- la lettre digitale "Le Capital Investisseur" sur www.finyear.com/lecapitalinvestisseur
- la lettre digitale "GRC Manager" sur www.finyear.com/grcmanager
- la lettre digitale "Le Contrôleur de Gestion" (PROJET 2014) sur www.finyear.com/lecontroleurdegestion

Un seul formulaire d'abonnement pour 7 lettres



Mardi 15 Juillet 2014
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs