France : l’impact des outils numériques sur les salariés


Sopra Group a commandé à TNS Sofres une grande enquête pour comprendre et étudier l’impact du numérique sur les salariés.




Si plusieurs études ont déjà été réalisées sur l’équipement et l’utilisation du numérique au travail, bien peu se sont intéressées à la manière dont le numérique modifie et transforme en profondeur la façon dont les salariés considèrent leur travail. A ce titre, cette enquête apporte de nouveaux éclairages et de nombreuses réponses aux questions suivantes : comment le numérique impacte-t-il au quotidien le travail des salariés ? Quelles sont ses conséquences sur leur efficacité et leur bien-être ? Comment les salariés vivent-ils ces bouleversements ? L’accroissement de la mobilité et de la disponibilité permise par les outils numériques est-il vécu comme une opportunité ou une menace ? Et au final, le numérique améliore-t-il ou non les relations avec son entourage professionnel ?

Un impact du numérique jugé au global positif que ce soit sur l’entreprise ou sur son propre développement personnel au travail

69 % des salariés estiment que le développement des outils numériques a un impact positif sur la manière dont fonctionne leur entreprise (contre seulement 10 % un impact négatif). C’est principalement sur la diffusion et la circulation de l’information (69 % d’impact positif) et l’organisation du travail au sein de l’entreprise (64 %) que les bénéfices des outils numériques sont principalement soulignés.
La mobilité permise par certains outils numériques est également appréhendée de manière très positive par les salariés : l’utilisation des terminaux mobiles – comme les téléphones portables, les Smartphones ou les tablettes – est considérée comme une source de gain de temps par 86 % des salariés et comme un moyen efficace de partager l’information par 72 %.
Par conséquent, 74 % des salariés estiment que le numérique est une opportunité pour leur entreprise (contre seulement 8 % une menace).
73 % des salariés jugent par ailleurs positif l’impact du numérique sur leur propre travail. Le développement des outils numériques est en effet perçu comme ayant des répercussions positives sur leur efficacité au travail par 69 % des salariés, sur l’intérêt de celui-ci (62 %) et sur le développement des aptitudes et compétences (61 %). Au global ce sont même 56 % qui jugent que le numérique a un effet positif sur leur bien-être au travail (contre seulement 11 % qui jugent cet effet négatif). Au niveau individuel, le numérique est donc également vécu comme une opportunité que ce soit à titre personnel (67 %) ou professionnel (66 %).

Des relations avec l’entourage professionnel plus directes et fréquentes mais pas forcément de meilleure qualité

Les salariés interrogés reconnaissent que le développement du numérique permet de communiquer plus facilement avec leur entourage professionnel. C’est surtout le cas avec ses clients (pour 72 %) mais aussi avec ses collègues (pour 65 %), et dans une moindre mesure avec son supérieur hiérarchique (54 %). Plus de la moitié des salariés jugent en effet que le numérique rend les relations avec les clients ou les collègues plus faciles, plus diversifiées, plus directes et plus fréquentes.
En revanche, seuls 34 % estiment que les relations humaines au sein de l’entreprise sont rendues plus sympathiques ou de meilleure qualité grâce au numérique. Les opinions sont également plus partagées en ce qui concerne les relations avec les clients : 39 % estiment que le numérique les rend plus sympathiques et 43 % de meilleure qualité.
Par ailleurs, la moitié des salariés reconnaît consulter son mobile en réunion et 71 % observent leurs collègues le faire. Même si cette mauvaise habitude est assez partagée, elle n’est pour autant pas jugée acceptable. 73 % des salariés estiment en effet que cela n’est pas acceptable, et même ceux qui le font sont une majorité (60 %) à être de cet avis.

Le numérique, révélateur ou créateur d’inégalités ?

L’équipement des salariés en outils numériques est très variable, que ce soit en fonction du type de poste, du secteur d’activité, de la taille de l’entreprise ou encore de l’âge du répondant. Diversement équipés, les salariés n’ont pas tous le même degré de maîtrise des outils du numérique : si 30 % se disent « très à l’aise » avec les outils numériques, 59 % ne s’estiment que « plutôt à l’aise » et 11 % « ne sont pas à l’aise ». Par ailleurs, un quart des salariés estime que leurs collègues ne sont pas à l’aise avec les outils numériques.
Face à cette diversité de situations et de rapport au numérique, près de la moitié des salariés estime que le numérique crée des inégalités au sein de l’entreprise.

L’avenir du numérique : de nombreuses attentes et des entreprises en retard

Déjà présent dans le quotidien de la plupart des salariés, le numérique a réellement vocation à se développer selon eux. Ils sont déjà 67 % à estimer qu’ils ne pourraient pas se passer facilement du numérique dans leur vie professionnelle.
Dans ce contexte, les salariés ne se sentent pas forcément suffisamment épaulés par leur entreprise : seuls 12 % d’entre eux déclarent que leur entreprise organise régulièrement des formations sur l’usage du numérique au travail. Un manque qui peut s’avérer gênant alors même qu’une très large majorité des salariés estime qu’avec le développement du numérique, il faut sans cesse s’adapter aux dernières évolutions.
D’autant que 75 % des salariés estiment que dans le monde du travail beaucoup de choses peuvent encore être développées par le numérique et changer la façon de travailler (contre seulement 11 % qui pensent qu’on a quasiment atteint les limites du développement et que les prochaines innovations ne bouleverseront pas les méthodes de travail).
Dans cette perspective, les attentes des salariés vis-à-vis du numérique sont nombreuses et protéiformes : 36 % souhaitent avant tout l’amélioration de l’appropriation et de l’utilisation des outils existants, 33 % un changement dans la façon de travailler pour mieux intégrer les outils numériques et enfin 31 % attendent en priorité l’amélioration des performances techniques des outils actuels et la création de nouveaux.

À propos de l'étude
Enquête réalisée par Internet du 16 au 27 novembre 2012, auprès d’un échantillon de 800 individus salariés travaillant dans des entreprises ou administrations publiques de 50 salariés ou plus. Méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée et secteur d’activité de l’entreprise).

Sopra Group & TNS Sofres

Jeudi 20 Décembre 2012
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




Finyear lettres métiers